Accueil Renault Qui est Luca de Meo, Directeur Général de Renault ?

Qui est Luca de Meo, Directeur Général de Renault ?

0
15
PARTAGER
Luca de Meo juillet 2020

Luca de Meo entre en fonction officiellement ce 1er juillet 2020. Il est le nouveau Directeur Général de Renault et a un challenge important à relever.

Ancien patron de Seat, Luca de Meo a été annoncé chez Renault en janvier 2020. Mais, Volkswagen, la maison mère de la marque ibérique lui a imposé six mois de « jachère » comme il est de coutume dans ces grandes entreprises. Toutefois, après négociations entre les deux groupes, Renault a obtenu que de Meo puisse prendre des contacts avec les équipes depuis début juin. Aussi, on l’a même entendu et vu lors de l’Assemblée Générale 2020 du groupe Renault, faire son premier discours officiel.

Ce dernier était empreint de passion automobile et d’excitation d’être au 1er juillet pour pouvoir se mettre réellement au travail. L’objectif est clair, remettre Renault sur de bons rails et aider à la relance de l’Alliance avec Nissan-Mitsubishi.

Depuis juin, l’Italien de 53 ans a visité l’usine de Sandouville, ou le Technocentre de Guyancourt, deux futurs symboles de la réorganisation du groupe Renault avec le plan d’économies de 2 milliards d’euros sur 3 ans annoncé. Après un premier message à toutes les équipes par vidéo, de Meo devrait faire la tournée des sites européens du groupe. Un moyen direct de prendre la température et de montrer aux salariés qu’il y a un nouveau capitaine à bord.

Mettre plus d’émotion dans le produit

Il va devoir surtout être pédagogue pour expliquer les économies à venir, la suppression de milliers d’emplois (dont 4600 en France), et l’ajustement des capacités de production aux réalités du marché. Décrit comme charismatique et chaleureux, Luca de Meo va devoir le démontrer rapidement.

Pour Luca de Meo, c’est un retour aux sources puisqu’il a démarré sa carrière chez Renault. Il l’a d’ailleurs rappelé lors de son discours de l’AG 2020. Homme du marketing, il a à son palmarès plusieurs coups d’éclat comme le repositionnement de la nouvelle 500 qui devait être à la base du projet une voiture ultra-populaire (pour ne pas dire low cost). De Meo en a fait une nouvelle icône branchée en s’inspirant du travail de BMW avec MINI.

De Meo connait un petit passage « à vide » lorsqu’il quitte Fiat avec éclat. Il faut dire que Marchionne lui a confié un objectif intenable avec Alfa Romeo : obtenir des ventes mirifiques sans investissement de la part de la FIAT. Parti dans la galaxie Volkwagen, l’Italien va devoir patienter avant de se voir confier la marque Seat. De nouveau, l’homme de communication va démontrer son talent. Il lance des partenariats « improbables » mais qui exposent la marque. Surtout, il ose lancer Cupra en tant que marque à part entière.

S’appuyer sur l’ingénierie

Chez Renault, de Meo retrouve une marque à la croisée des chemins :  entre la latinité et la « méditerranéité » de Fiat/Alfa Romeo/Abarth ou Seat, et l’ingénierie froide de VW. Surtout, Renault a longtemps fondé son succès sur l’ingénierie et le produit avant tout. Les tentatives de « mettre l’émotion » en avant ont rarement été couronnées de succès pour le constructeur au losange.

Mais, de Meo sait qu’il peut s’appuyer sur un département d’ingénierie fort. Il est incarné par Gilles Le Borgne, piqué à PSA, que l’on a beaucoup vu lors de l’AG 2020 également. Surtout, il va devoir redoubler d’efforts pour nouer un dialogue constructif avec les partenaires japonnais, Nissan et Mitsubishi. Petit trou dans son CV, de Meo ne connait pas l’Asie.

Depuis son recrutement fin 2019 par Jean-Dominique Senard, la crise de la Covid-19 est passée par là. Aussi, le challenge s’est renforcé. Les ventes de Nissan ont encore plus plongées, Renault a dû demander la garantie de l’Etat pour une ligne de crédit de 5 milliards, Etat qui demande des contreparties, et les ventes automobiles sont en berne dans le monde. Autant de défis qui ne font visiblement pas peur à celui qui a hâte de se mettre au travail. Et bien, c’est aujourd’hui 1er juillet que cela commence !

A noter que de Meo a été en charge d’Abarth et se dit volontiers passionné d’automobile et d’automobile sportive. Un bon point pour la marque Alpine ? Va-t-on voir la marque Alpine dériver des Renault (comme à son origine) façon Cupra avec Seat ? L’avenir nous le dira.

Qui est Luca de Meo, nouveau DG de Renault ?

Né en 1967 à Milan (Italie), Luca de Meo n’est pas un inconnu chez Renault. En effet, diplômé de l’Università Commerciale Luigi Bocconi de Milan en « Administration des Affaires », de Meo a débuté chez Renault au marketing produit durant 5 ans, de 1992 à 1997. Ensuite, il a enchaîné les expériences au sein de différents constructeurs : Toyota de 1997 à 2002, Fiat/Alfa Romeo/Abarth de 2002 à 2007 en tant que CMO (Chief Marketing Officer ou directeur du marketing en français).

En 2007, il entre dans la galaxie Volkswagen en tant que CMO de VW, puis Vice-Président d’Audi. En 2015, il prend encore du galon et devient CEO (Directeur Général) de SEAT. Il est en même temps membre du Conseil de Surveillance de Ducati et de Lamborghini. Alors que tout le monde le voit continuer son ascension chez VAG, il quitte le groupe en janvier 2020. Recruté par Jean-Dominique Senard, il devient le nouveau DG du groupe Renault.

Polyglotte (il parle italien, français – il a été scolarisé en français jusqu’à 14 ans, anglais, allemand et espagnol), il est crédité du redressement spectaculaire de la marque SEAT ces dernières années. Sa réputation le précède chez Renault. On le dit visionnaire, attaché aux produits et aux gens qui sont « la base de tout ».

Ses collaborateurs le décrivent comme charmeur, cherchant volontiers le consensus plus que la direction par la force. Son principal défaut selon eux ? Son impatience.

Poster un Commentaire

15 Commentaires sur "Qui est Luca de Meo, Directeur Général de Renault ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Busson
Invité

ce dernier était «  »empreint « de passion automobile et non emprunt !
Il s’agit d’une empreinte, d’une marque, et non d’un emprunt financier

michozi
Invité

Il a l’air très gentil. La personne parfaite pour sauver les emplois.

KifKif
Invité

😀

AXSPORT
Invité

Il nous faudrait des Renault un peut plus « latine », plus « Emocione ».
Van Den Acker en est capable également.

On y croit !!!

AXSPORT
Invité

Oups

« Un peu plus »

SGL
Invité

Je fonde beaucoup d’espoir avec ce DG qui semble être extrêmement compétent et motivé.
De plus, la base de Renault dispose d’un potentiel de développement énorme.
Renault dans la VE pourrait faire des bonnes surprises et devenir le Tesla des généralistes d’ici 5 ans.

WillEV
Invité

Je regarde des anciennes vidéos de lui chez SEAT, et il aime tout ce que j’aime dans l’auto, il aime les voitures électrique, (il conduisait souvent une seat mi pour aller bosser.) il aime les voitures sportives, la tech et la passion de l’auto, j’espère juste que l’attitude négative, les grèves etc ne vont pas le dégoûter de la France. 😂🤣

C Ghosn
Invité

Renault va profiter du savoir faire et des connaissances que VAG lui a appris.

wpDiscuz