Accueil VW Volkswagen : vers une 2de vague d’austérité face au Covid-19

Volkswagen : vers une 2de vague d’austérité face au Covid-19

0
31
PARTAGER

Volkswagen envisage de nouvelles réductions de coûts pour faire face à l’impact de la crise du coronavirus sur son activité. Il ne s’agit pas d’une rumeur mais bel et bien d’une déclaration faite samedi par un porte-parole du constructeur automobile allemand.

L’éventualité d’une 2eme vague de mesures abordée en interne

Interrogé sur une information relayée par le magazine industriel allemand Automobilwoche – allant dans le sens d’une deuxième vague de mesures que pourrait prendre le constructeur allemand – le porte-parole de Volkswagen a indiqué que la question avait été récemment abordée lors d’un événement interne.

« Il y a eu des délibérations générales sur les mesures de coût supplémentaires qui pourraient être prises pour répondre à la pandémie », a-t-il ainsi précisé. Ajoutant toutefois qu’aucune décision concrète n’avait encore été prise à ce sujet.

Réduction drastique des coûts prônée par Herbert Diess

Le magasine Automobilwoche avait quant à lui préalablement rapporté des propos du président du directoire Herbert Diess de VW, prononcés lors d’une réunion qui s’est tenue jeudi avec des cadres dirigeants de l’entreprise.

Selon le journal, le patron de Volkswagen aurait déclaré que le constructeur devait « réduire réduire de manière significative les dépenses de R&D, les investissements et les coûts fixes par rapport au plan précédent« .

Les participants à l’événement auraient indiqué à titre d’exemple, que la marque principale du groupe – Volkswagen Passenger Cars – devrait réduire ses frais généraux de 20%.
Les budgets des années précédentes ne seront pas reconduits tels quels, mais chaque demande spécifique devra être justifié », a déclarée Diess.

Selon Automobilwoche, Herbert Diess a également indiqué que toutes les marques du groupe n’atteindraient pas un résultat positif en 2020.

Des marges bénéficiaires négatives …

Mais le coronavirus est loin d’être le seul fautif … Le constructeur doit en effet faire face à un problème beaucoup plus structurel : la rentabilité de ses modèles et la génération de marges négatives, selon les propos mêmes de Herbert Diess.

Pour appuyer sa réflexion, le dirigeant a pris notamment exemple de la petite voiture E-Up 100 % électrique , faisant un « triste » constat : selon lui, Volkswagen doit débourser jusqu’à 5000 euros par véhicule. Même type de problématique pour l’E-Golf.

L’ID.3 de Volkswagen bénéficiaire dès le départ selon Diess

Face à une telle situation, le succès de la future ID.3 de VW  sera d’autant plus important pour le constructeur que – selon Diess – le modèle sera rentable dès le départ.

En mars 2019, les premières estimations laissaient toutefois entendre que Volkswagen perdrait jusqu’à 3000 euros par exemplaire vendu si le prix du modèle de base était positionné sous la barre des 30 000 euros (avant aide à l’achat). Le calcul de rentabilité de Diess tient peut-être compte du fait que la commercialisation du véhicule devrait lui permettre d’éviter de   payer des amendes en fin d’année pour des émissions de CO2 trop élevées …

Vers une suppression de certains modèles

En plus des changements de produits y compris « au sein de séries importantes », le patron du groupe a analysé quels modèles pourraient être complètement éliminés.

Des emplois sont également en jeu. « Avec le cycle de la nouvelle économie, de nouvelles tensions avec le comité d’entreprise de Bernd Osterloh sont inévitables », a déclaré à l’Automobilwoche un haut responsable de VW.

Vers une remise en cause de la construction d’une usine en Turquie ?

Toujours selon le journal allemand, le patron de Volkswagen et Osterloh, le Preésident du Comité d’Entreprise pourraient avoir à mener des débats de plus en plus controversés dans un avenir proche. La nouvelle usine de Manisa, en Turquie, souhaitée par Diess et soumise à interrogations de la part de Osterloh, ne devrait pas être construite de sitôt – voire pas du tout.

Notre avis, par leblogauto.com

Le nerf de la guerre : la trésorerie. En vue d’argumenter sa stratégie d’austérité, Herbert Diess a tenu à souligner que les liquidités nettes de Volkswagen « continuera de diminuer au moins jusqu’en juillet en raison de la faiblesse de la demande ».

Fin mars, le patron de VW avait indiqué que la pandémie due au nouveau coronavirus contraignait le constructeur à brûler 2 milliards d’euros de cash par semaine, compte-tenu de la mise à l’arrêt de ses usines. Sans que des ventes ne puissent contre-balancer la situation.

« Nous devons repenser la production. Nous n’avons pas, dans nos usines allemandes, encore la discipline que nous avions en Chine. Si seulement, comme en Chine, en Corée ou dans d’autres pays asiatiques nous réussissons à contrôler le problème, alors nous avons une chance de nous sortir de cette crise sans perte d’emploi. Cela demande une intervention pointue » avait-il déclaré via des propos pour le moins inquiétants.

Reste que – comme beaucoup d’autres constructeurs – la crise du coronavirus aura pu être pour Volkswagen l’immense goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Portant l’estoc à un groupe d’ores et déjà affaibli par un virage tardif vers les véhicules électriques et une mauvaise rentabilité de ses modèles sur ce segment.

Sources : Reuters, Automobilewoche,

Poster un Commentaire

31 Commentaires sur "Volkswagen : vers une 2de vague d’austérité face au Covid-19"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Kaizer Sauzée
Invité

« …Nous n’avons pas, dans nos usines allemandes, encore la discipline que nous avions en Chine… »
En clair : salariés européens tenez vous prêts à vous sacrifier pour la cause ultra-libérale.

zeboss
Invité
Disons que VW est une marque qui se paye le luxe de produire elle même ses propres saucisses pour les cantines… Peut être que l’ultra libéralisme n’est pas en cause que cela, que l’usine de Dresde destinée à produire la Phaéton est entre gouffre et danseuse du groupe, et ne sert à rien. Tout ce qui y est produit l’est à perte. Bref les volontés pharaoniques des directions précédentes y ont laissé des traces, et peut être que ces erreurs n’ont pas été reproduites en Chine. Pour rappel en reprenant Opel, PSA a fait chuter de 20% les frais généraux… Lire la suite >>
Darkargos
Invité

Les danseuses PSA en a aussi, comme DS la marque premium qui s’écoule à 1 exemplaire en Chine en mai… Effectivement on est dans l’ultra exclusivité. La comptabilité inventive fait croire à une rentabilité retrouvée chez Opel mais les parts de marché s’écroulent partout en Europe et les modèles arrêtés non remplacés font très mal aux concessionnaires : Mokka X et Adam étaient très rentables. Quand aux premières coopération PSA-GM les clients historiques Opel ne se bousculent pas. Grandland et Crossland sont très critiqués. Seule la Corsa semble mieux reçue

Kaizer Sauzée
Invité
OK! On a bien compris que t’es fan de VW et que tout ce que fait PSA-GM t’emmerde. À part çà, t’as quoi d’intéressant à dire ? Faut comprendre, avant de critiquer, qu’Opel est là pour vendre dans les pays où Peugeot n’est pas très fort, çà s’appelle la complémentarité. La France est un petit marché pour Opel, il est donc normal que comparativement, tu ne voies pas beaucoup de Grandland-Crossland. Quoique par chez moi j’en vois pas mal, et vendus à des fidèles de la marque, contrairement à ce que tu dis. Je ne sais pas si c’est encore… Lire la suite >>
Rakihoney92
Invité
Concernant Psa, *Pour DS, PSA a déjà taillé dans le vif en Chine et la 2ème JV avec Changhan a été vendue. *Le Mokka va être remplacé, le show car a déjà été présenté. *Quand à l’Adam, « très rentable » sur du segment A? Ce serait très étonnant. Ce n’est pas pour rien que presque tous les constructeurs abandonnent ce segment. *Enfin ce n’est pas de la comptabilité « inventive » de privilégier les marges aux volumes, c’est un choix. Et pas forcément mauvais quand on voit ou Ghosn a mené Nissan et Renault. C’est d’ailleurs plutôt l’inverse, éviter de doper les chiffres… Lire la suite >>
wizz
Membre
wizz
Membre

et un peu mieux pour les CrosslandX vs 2008

https://carsalesbase.com/europe-peugeot-2008/

https://carsalesbase.com/europe-opel-crossland-x/

.

et grosso modo, les ventes de PSA en Europe valent un peu plus du double de celles d’Opel, alors je trouve que les ventes des Crossland et Grandland sont très honorables. Propportionnellement, ça se bouscule autant qu’avant

Kaizer Sauzée
Invité

Merci pour cette mise au point intéressante Wizz.
Moi je parlais d’un ressenti, toi tu apportes la preuve par les chiffres.

hotil
Invité

@darkargos
Ds n’a pas grand chose de différent des autres voitures du groupe: même technologies, mêmes moteurs, plateformes et usines

Au final ce n’est pas la belle présentation intérieur qui doit coûter très cher

Opel faisait des ventes non profitables
Mieux vaut vendre moins à profit que bcp en faisant des pertes

zeboss
Invité

darkkagos est un hatter type, il deverse son fiel partout ou il peut, surtout des que PSA est dans le texte..

zeboss
Invité

@dark : reconnu dès le premier mots, aucune preuve avancée, comme d’hab…

darkargos
Invité
2017 935,169 -5.04 6.04 2018 878,747 -6.03 5.68 2019 808,576 -7.99 5.16 Moi aussi je sais utiliser car sales base et je vois une chute de 120 000 voitures depuis 2 ans qui s’accélère encore plus depuis 2020. Opel recule deux fois plus que Kia ou Toyota a fin avril 2020… A un moment faut arrêter de croire aux fables de Tavares sur les volumes profitables et le point mort. Ok il a réduit les ventes aux loueurs et ça a fait du bien, mais ça n’a pas pour autant ramener les clients « profitables » en concession. Ce n’est pas en… Lire la suite >>
wizz
Membre

https://carsalesbase.com/brand-home/opel-vauxhall-sales-data/
Entre 2017 et 2019, les baisses des KARL / ADAM / ZAFIRA ont représenté environ 50.000 exemplaires. Aujourd’hui, en supprimant ces 3 véhicules du catalogue, ça représente à peine 100.000 ventes. Bref, la baisse des ventes de Opel que tu cites, passant de 935k à 808k, c’est aussi, c’est surtout imputable quasiment à la seule Astra, qui a été « survendue » par GM
https://carsalesbase.com/europe-opel-astra/

De leur côté, les Crossland et Grandland ont rapporté plus de 200.000 clients. Sans ça, les ventes de Opel auraient connu un plongeon encore plus profond…

zeboss
Invité

Ds est rentable pour le groupe dès 40000 exemplaires vendus…
Le point mort de PSA est de 1.8m de véhicules par an…
Je te laisse faire les comptes…

zeboss
Invité

et Opel est redevenue positive en terme de résultats, une nouveauté après 18 ans..
Bon ok on va nous ressortir encore et encore que GM siphonait le BE sans en payer le prix sur les véhicules vendus sous blasons Gm (Inisgnia et Astra entre autre..).
Pour info, Ford perd aussi beaucoup d’argent en Europe, près de 1000€/ véhicule vendu. Dans les comparatifs de prix Ford (et avant Opel) étaient souvent les biens moins chers…
il n’y a pas de fumée sans feu…

Francois
Invité

Quoi, il y a un problème de discipline chez les Allemands ? Franchement, tout fout le camp ! 😀

Xavier
Invité

Difficile de dire en ce moment quelle est la part réelle du covid19 dans toutes ces promesses de rigueur ?

AVENUE
Invité

VAG le GEANT aux pieds d’argile ?

Samm
Invité
Vw, grâce à Porsche, demeure le constructeur le plus rentable: les 20 Milliards de dollars pour le dieselgate n’auront pas eu grand effet sur eux. Le renouvellement des modèles est tel qu. Ils remplacent 2 fois leur gamme quand les autres constructeurs ne le font qu’une fois. Leur succès vient de là comme d.´une gamme au spectre le plus large et une présence en Chine qui les booste. Seul bémol, les actionnaires en veulent toujours plus. Dernière question : pourquoi la France qui compte 2 fois plus de véhicules du groupe vag que les usa n’ a pas appliqué les… Lire la suite >>
wpDiscuz