Accueil Nissan R-Uni : Nissan et Renault accusés d’user de logiciels fraudeurs

R-Uni : Nissan et Renault accusés d’user de logiciels fraudeurs

0
24
PARTAGER

Une action en justice pourrait être lancée au Royaume-Uni contre Nissan et Renault. Les deux constructeurs unis au sein de l’Alliance sont en effet soupçonnés d’avoir installé dans des véhicules thermiques (essence et diesel) des logiciels permettant de contourner les tests sur les émissions polluantes. Une affaire qui rappelle le scandale du dieselgate qui a frappé Volkswagen. 

Près de 1,4 million de véhicules concernés

Incriminant l’Alliance Renault-Nissan, le cabinet d’avocats londonien Harcus Parker précise que cette affaire concerne potentiellement  jusqu’à 1,4 million de véhicules.

Il ajoute avoir eu accès à des données indépendantes selon lesquelles 1,3 million de véhicules diesel fabriqués par Renault et Nissan seraient équipés de « logiciels fraudeurs », qui sont interdits.

Un porte-parole du cabinet a précisé qu’il demandait aux clients concernés de se faire connaître mais qu’il n’avait pas encore déposé de plainte formelle devant un tribunal.

Le Nissan Qashqai essence particulièrment visé

Le cabinet d’avocats explique avoir obtenu des documents montrant que 100.000 Nissan Qashqai essence l’une des voitures les plus vendues au Royaume-Uni –  avaient des émissions polluantes 15 fois supérieures à la normale sur la route.

Nissan conteste les accusations

Nissan a de son côté vivement contesté ces accusations. »Nissan n’a pas utilisé et n’utilise pas des logiciels fraudeurs dans les voitures que nous fabriquons et tous (nos) véhicules respectent parfaitement la législation sur les émissions », explique le constructeur japonais.

Prix d’achat trop élevé, demande d’indemnisation

Compte-tenu des fraudes opérées, Harcus Parker estime que les consommateurs ont payé un prix trop élevé pour acquérir leur voiture, la valeur des émissions polluantes du véhicule s’avérant au final beaucoup plus importante que celle mise en avant pour réaliser la vente. Selon les avocats, les clients lésés devraient obtenir une indemnisation de 5.000 livres chacun.

Des véritables preuves : une première ?

« Pour la première fois, nous avons vu des preuves selon lesquelles des constructeurs automobiles ont pu déjouer les tests sur les émissions de véhicules à essence, et diesel », souligne Damon Parker, associé chez Harcus Parker.

« Ce sont des véhicules qui pourraient et devraient respecter les règles européennes sur la qualité de l’air mais plutôt que de dépenser plus en recherche et développement, Renault et Nissan semblent avoir pris le même chemin que Volkswagen et Mercedes et ont décidé de déjouer les tests », selon lui.

Notre avis, par leblogauto.com

Cette action voit le jour alors que la justice britannique a donné raison début avril à des dizaines de milliers d’automobilistes qui poursuivaient Volkswagen et s’estimaient lésés par le scandale des moteurs truqués. Une fenêtre de tir dont le cabinet a très certainement voulu profiter.

Ironie de l’histoire, cette procédure intervient alors que Volkswagen, à l’origine du scandale du dieselgate, vient d’indiquer vouloir utiliser des logiciels Open Source (libre d’utilisation) pour  affiner les systèmes d’exploitation de ses véhicules. Histoire notamment d’échapper à de telles accusations ?

 

Poster un Commentaire

24 Commentaires sur "R-Uni : Nissan et Renault accusés d’user de logiciels fraudeurs"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
retrouvé le retour
Invité
Pirate on voit que c’est un vrai métier chez les anglo-saxons. Nous on verse les amandes de ceux qui sont otages. On fait pour le moment partie des couillons, on est bien dans le camp des Allemands qui sont aussi un peuple qui paie bien. Là on est dans du soft comme Assange en Angleterre ou Miss Huawei au Canada !! Par contre si vous résidez, êtes nés ou avez le siège social aux Usa. Ça c’est vrai malheur. Moralité les Anglais sont gouvernés par de petits pompeurs un peu minables. On finira par passer le « Chanel 5″pour les délivrer… Lire la suite >>
retrouvé le retour
Invité

Je sais bien que c’est pas bien et hors sujet car par sa retraite en 2019 elle est normalement « rangée des voitures » Mais Élisabeth S. crois-tu qu’Eliane Houlette dit la vérité ? Si tu doutes aussi comme moi de certains juges et non de la justice frenchy, doutes tu de la justice donnée par certains proc au Japon et ici au nom de la Reine Elisabeth ?

Levenrek
Invité
La vraie surprise dans ce dossier est de ne voir cette histoire sortir que maintenant… Le Vehicle Market Surveillance Unit a publié son rapport en 2017 et incriminait le Nissan Qashqai équipé du moteur Renault 1.2 TCe 115 (DIG-T chez Nissan). Le « contournement » de la législation pourrait être non pas un logiciel truqueur à proprement parler, ce dont se défendent Nissan et Renault, mais un faisceau de câblage nécessaire au passage du véhicule sur le banc de test d’homologation…la pose de ce faisceau déclencherait-elle un mode « bridé » ?…à la vue des résultats en condition réelles, il est permis d’avoir les… Lire la suite >>
Mwouais
Invité

… curieux d’autant que la suite des investigations et des poursuites contre Renault (et PSA) semble fort passées sous silence en France.

Chaque pays protège les siens, c’est une belle leçon du respect du citoyen et de la solidarité européene.

https://www.lepoint.fr/economie/dieselgate-renault-et-psa-seront-ils-mis-en-examen-29-11-2019-2350406_28.php

Favre
Invité

On mélange tout depuis le début. La stratégie de défense de VW, qui est le seul à avoir triché c’est tous coupables.
Or la réalité est que les normes d’homologation US étaient difficiles à passer avec du diesel à cause des NOx. En revanche c’était facile à passer en Europe donc personne n’avait besoin de tricher.

Ce que l’on peut critiquer c’est le fait que les constructeurs cherchaient plus à passer le cycle qu’à ne pas polluer. C’est l’esprit potache. Ce qui compte c’est de reussie l’examen, pas d’être un grand médecin ou ingénieur.

Bizaro
Invité

« incriminait le Nissan Qashqai équipé du moteur Renault 1.2 TCe 115 (DIG-T chez Nissan). »
En réalité c’est le contraire, c’est le moteur Nissan qui équipait les voitures Renault.
A Renault la conception des moteur diesel et à Nissan celle des essences.

On notera que Mercedes est venu au secours de l’Alliance pour sortir rapidement le 1.3 essence, mais qu’ils ont étaient content d’avoir le 1.5 diesel…

Kaizer Sauzée
Invité

Un moyen de pression pour que Nissan laisse ses usines en UK ?
En clair, si vous partez vous payez, sinon on s’arrange.
Les méthodes de négociation d’aujourd’hui.
Parce-que, qu’auraient pu trouver les anglais, que les français, et surtout les allemands, n’auraient pas vu…

greg
Invité

C’ est un cabinet prive, dont le but est de faire saigner Nissan-Renault, pas une oficine du gouvernement, qui n’ a aucune influence sur la procedure, a moins de faire arreter les avocats et interdire les proces…..

beniot9888
Invité

Moi, je trouve ça curieux, mais dans l’autre sens :
– il aurait fallu tout ce temps pour s’en rendre compte ?
– ce n’est pas un orgasme compétent qui révèle l’affaire, mais un cabinet d’avocat qui compte s’en servir pour faire du profit ?
On verra…

lolive
Invité

un orgasme !!! diantre !

ema_
Invité

@ Beniot9888, vous vouliez surement parler d’organisme, mais un correcteur automatique à l’esprit bien tourné aura compris autre chose…

gigi4lm
Invité

Non @ema_, ce n’est ni un lapsus ni un correcteur malicieux.
@beniot9888 a voulu dire que certains se ré – jouissent des coups portés à Nissan dans cette affaire.😀😀

wpDiscuz