Accueil Ecologie Nouveau Peugeot e-Traveller : la navette électrique

Nouveau Peugeot e-Traveller : la navette électrique

0
40
PARTAGER

Dérivé logique du nouveau Peugeot e-Expert présenté récemment, le Peugeot e-Traveller est « l’allié de la mobilité pour vos déplacements professionnels et personnels ».

Esthétiquement, peu de détails changent par rapport au Peugeot e-Expert (voir ici). Evidemment, la tôle latérale est remplacée par des vitres (fixes) et à l’arrière la double porte à ouverture horizontale est remplacée par un hayon à ouverture verticale. C’est plus esthétique, mais il faut avouer que l’ouverture demande un peu de recul sur ce genre de « navettes ». Heureusement, la lunette peut s’ouvrir seule pour un accès rapide aux bagages. L’intérieur, à l’avant, reste identique à la version utilitaire, le e-Expert.

Disponible en 3 longueurs (Compact, Standard et Long), le Peugeot e-Traveller peut embarquer jusqu’à 9 personnes à son bord. Surtout, comme le Peugeot e-Expert, le Peugeot e-Traveller est disponible avec 2 capacités batterie lithium-ion : 50 kWh ou 75 kWh. Attention, la version Compact n’est disponible qu’avec la batterie de 50 kWh.

A la clé, 230 km d’autonomie (WLTP) pour la version 50 kWh et jusqu’à 330 km (WLTP) pour la version 75 kWh. Pour rappel, concernant la charge, deux types de chargeurs embarqués sont disponibles. De série, un chargeur monophasé de 7,4 kW et en option un chargeur triphasé de 11 kW. La charge rapide jusqu’à 100 kW via la prise Combo CCS 2 est aussi possible avec 80% de la capacité récupérée en 30 min (50kWh) ou 45 min (75 kWh).

Pour qui ce nouveau Peugeot e-Traveller ?

Le Peugeot e-Traveller s’adresse à deux types de clientèles. Les particuliers, tout d’abord, qui cherchent un véhicule électrique avec une capacité d’accueil en passagers importante. Pour eux, deux niveaux de finition sur ce que Peugeot appelle le « Combispace » : Active et Allure, et de 5 à 8 places.

Sinon, cela s’adresse à des entreprises, des professionnels du transport de personnes. La « Navette » selon Peugeot peut servir pour un taxi, VTC, hôtel, aéroport, etc. Ici, les deux finitions se nomment Business (5 à 9 places) et Business VIP (6 à 7 places). Elles sont disponibles avec vitres latérales arrières teintées (70% d’opacité) ou extra-teintée (90% d’opacité).

Sur cette navette, l’accueil aux rangs 2 et 3 peut se faire avec des fauteuils indépendants, avec accoudoirs individuels, coulissants en cuir, ou bien avec une banquette coulissante. Comme de façon classique sur ce genre de véhicule, on peut disposer de 4 fauteuils indépendant en vis-à-vis (salon) ou de deux fauteuils et d’une banquette (5 places en vis-à-vis).

Zéro émission à l’échappement

Outre le côté navette, le point fort de ce Peugeot e-Traveller, c’est le côté électrique. Pour accéder à des centres-villes ZEF (zones à faibles émissions) ou des parcs, des zones naturelles, etc. ce van électrique est un véhicule intéressant. Il peut même servir dans des événements pour transporter les VIP sans odeur ni pollution à l’échappement.

Pour le côté un peu exclusif, ces fourgons VIP ont d’abord tranché dans le paysage, avant de devenir très communs. Il y a même pas mal de taxis/VTC qui adoptent les « navettes » pour leur accès à bord facilité (portes coulissantes électriquement, espace à bord, fauteuils individuels, coffre, etc.). La marque sur le capot joue tout de même beaucoup. Peugeot misera sur le lion dichroïque (qui change donc de couleur en fonction de l’angle selon lequel on le regarde) et sur le silence de fonctionnement.

Peugeot compte aussi miser sur le TCO (Total Cost of ownership ou coût à l’usage). Les professionnels connaissent bien ce dernier et le regardent souvent pour choisir leur véhicule. Ici, l’électrique bénéficie d’incitations fiscales (particuliers ou entreprises), d’un coût de l’énergie moindre et d’un coût de maintenance inférieur. Est-ce que cela sera suffisant pour convaincre les pros de passer à la navette électrique ?

Comme son pendant utilitaire, le nouveau PEUGEOT e-Traveller propose 3 modes de conduite depuis le sélecteur de mode :

  • Eco (60 kW, 190 Nm) : favorise l’autonomie,
  • Normal (80 kW, 210 Nm) : optimal pour une utilisation au quotidien,
  • Power (100 kW, 260 Nm) : optimise les performances lors du transport de plusieurs personnes et des bagages.

Il y a aussi deux modes de régénération électrique : modérée ou augmentée. Avec l’augmentée (ou « B » comme « brake »), la régénération est plus importante et le frein moteur aussi. Cela permet de ne pratiquement pas avoir à freiner pour peu que l’on anticipe.

S’il n’a pas encore de prix, le nouveau PEUGEOT e-Traveller sera commercialisé à partir du 2ème semestre 2020. Il est produit en France près de Valenciennes dans le nord de la France.

Dimensions du Peugeot e-Traveller

Le Peugeot e-Traveller est limité à 1,90m en hauteur. Pratique pour accéder à 99,9% des parkings. Dès la version Compact, il peut accueillir jusque à neuf personnes ce qui est unique sur un véhicule de 4,60m de long.

Dimensions
Longueur Compact/XS4,61 m
Longueur Standard/M4,96 m
Longueur Long/XL5,31 m
Hauteurenv. 1,9 m
Motorisation
Puissance moteur136 ch
Couple moteur260 Nm
Roues motricesavant
Vitesse max130 km/h (limitée)
Batterie
Typelithium-ion
Capacité 150 kWh
Autonomie 1230 km (WLTP)
Capacité 275 kWh
Autonomie 2330 km (WLTP)

 

Poster un Commentaire

40 Commentaires sur "Nouveau Peugeot e-Traveller : la navette électrique"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SAM
Invité
Aux particuliers? J’en doute, une version diesel lui sera préférée car quand vous avez 4 à 5 niards, vous faites des km avec et pas seulement pour faire les courses le samedi. Avec 230 km d’autonomie (donc combien au réel???) … à part tracter des vedettes de la télé réalité entre les studios d’énergie 12 ou de W9 en Ile de France lors des pics de pollutions … cette auto contrairement à la version utilitaire ne va pas servir à grand chose. Et l’auto est trop petite pour se voir transformer en navette easyjet. Encore une auto promise à la… Lire la suite >>
wizz
Membre
wizz
Membre
inverser les rôles, c’est valable aussi…. . . Une Mercedes Vito électrique aux particuliers? J’en doute, une version diesel lui sera préférée car quand vous avez 4 à 5 niards, vous faites des km avec et pas seulement pour faire les courses le samedi. Avec 421 km d’autonomie (donc combien au réel???) … à part tracter des vedettes de la télé réalité entre les studios d’énergie 12 ou de W9 en Ile de France lors des pics de pollutions … cette auto contrairement à la version utilitaire ne va pas servir à grand chose. Et l’auto est trop petite pour… Lire la suite >>
SAM
Invité
@Wizz. La référence sur les navettes actuellement en Europe … c’est le Mercedes Vito. Alors je peux vous inviter à venir depuis l’aéroport de Genève et on montra en navette Mercedes jusqu’à Megève, Flaine, Saint-Gervais ou Chamonix avec un moteur diesel malheureusement. Le Peugeot marche très fort mais en fourgonnette utilitaire moins en navette. Je trouve plus pertinent pour un boulanger qui a plusieurs points de ventes en îles de France d’acheter la version utilitaire du Peugeot pour ses rotations du matin … Pour les équipes de JC Decaux, c’est aussi sûrement inintéressant mais pour une famille avec 3 à… Lire la suite >>
SGL
Invité

Pour le moment : oui
Après 2025, ça sera l’inverse.

SAM
Invité

Ben les VW électriques vont ariver … donc quid de l’autonomie proposée par ce Peugeot au regard des autres Vans qui auront des autonomies plus importantes? Ne faillait-il pas tabler dès le départ sur une autonomie plus importante et qui ne sera pas obsolète dans 6 à 8 mois par rapport à la concurrence?

SAM
Invité

On en rediscute en 2021.

pat d pau
Invité

2021 pour le marketing
2022 pour la pub tele
2023 pour l’indus
2024 pré série
2025 mise en vente
On en reparle en 2025 dans en 2000 jours. A tt.

greg
Invité

Si le nouveau Microbus 😉

4aplat
Invité

VW est a la ramasse au niveau des VE …
C’est dommage, mais le groupe VAG n’est pas tout puissant et n’est pas le seul acteur de l’automobile !!!

georges
Invité

Vito aussi simplement pour faire plus chic.

SAM
Invité

Ben Uber a fait de Mercedes … la norme en attendant Tesla sur ce type de véhicule.

wizz
Membre
pat d pau
Invité

Pas mieux

SGL
Invité

Alors, 230 km d’autonomie en WLTP, c’est 200 km facilement dans la vie réelle… bien sûr, le pied léger.
Et il existe la version 75 kWh pour 330 km (WLTP) ou on peut espérer 300 km dans la vie réelle, donc 500 km envisageables en une demi-journée ou 900 km pour une journée… ça commence à faire !
Mais bien sûr que le diesel reste nettement mieux pour les trajets longs sur autoroute… m’enfin l’alternative commence par être possible en électrique en 2020 même si elle n’est pas « confortable ».

SGL
Invité

Cela va être dur de me démontrer le contraire !
« -1 » c’est plus facile 😉

Mwouais
Invité
@SGL : sans avoir mis -1, trouve ici réponse à ton enthousiasme : Une DS3 e-tense 50kWh dispose d’une autonomie de ca 200km réel (suffit de regarder la vidéo enthousiaste sur POA d’un acheteur convaincu), soit plus de 100 km en moins que la valeur WLTP. sur ce fourgon, difficile de croire à mieux et donc moins de 300km avec la batterie 75kWh. Suffisant ? Oui, pour pas mal de livraisons intramuros par exemple. Reste le prix, non ? 30.000 pour un traveller Diesel, il faudra voir le différentiel prix et son amortissement avec des kilométrages réduits (mais pourquoi pas,… Lire la suite >>
Mwouais
Invité
Oh mais je ne suis pas contre le VE, je signale même que son ROI sera certainement favorable au thermique pour certains entrepreneurs. Ma critique vient de la consommation actuelle des systèmes PSA qui sont par analogie Audi/Tesla (sans quoi je serai catalogué pro allemands puisqu’il faut yout justifier) pas très efficaces. Je prends la feuille de choux pro-france en exemple : https://www.automobile-magazine.fr/voitures-electriques/article/27081-notre-essai-et-nos-mesures-de-la-ds-3-crossback-e-tense Avec extrait : (choisi 😉 ) « Haut sur pattes (DS3) , ce qui ne favorise pas l’aérodynamique malgré son sous-bassement caréné, ce SUV électrique est très gourmand en énergie. Il est vrai que sur les grands axes… Lire la suite >>
SGL
Invité

@Mwouais, si tu parles de la soi-disant mauvaise consommation du DS 3 Crossback E-Tense (38,6 kWh/100 km sur autoroute) pourquoi tu ne parles jamais de la consommation du Volvo XC 40 Recharge T5 R sur la route de 45.4 kWh/100 km ???? 😉

Mwouais
Invité
@SGL : parce que je parle de vraies valeurs d’utilisation, pas du problème de toutes les hybrides qui consomment une centrale lorsqu’elles roulent en ville : quelles s’appellent Volvo ou Peugeot d’ailleurs avec même « performance ». Et par objectivité je reviens sur l’avis de l’Argus :  » l’ordinateur de bord annonce 40 km d’autonomie électrique. Un score assez facile à atteindre en ville où s’enchaînent faibles accélérations et nombreuses décélérations, mais qui chute sous les 20 km si le parcours s’effectue sur voie rapide. Une limite commune à tous les modèles hybrides rechargeables, qui n’altère en rien l’agrément d’une propulsion 100%… Lire la suite >>
pat d pau
Invité

Mouais, bof

Mwouais
Invité

À propos du 140 km/h : c’était pour revenir sur le comportement des livreurs en véhicules thermiques comme souligné aussi par Jérémy Clarkson il y a 20 ans ….ce n’était pas un procès de l’électrique.

AXSPORT
Invité

Et dans la vraie vie « en charge » ? Avec des bourrins au volant ?
On divise par combien ?

Lolo
Invité

Ce qu’il voulait dire c’est que ce genre can est fait pour avoir 6 personnes à bord + bagages.
Soit quelques centaines de kilos en plus, et d’autonomie en moins.

pat d pau
Invité

Merci Martine on avait pas compris. Ouf t’es la. Vas y brigitte

Bizaro
Invité
Les navettes hotels-aéroport ou parking-aéroport, font beaucoup de rotations par jour, pas certains qu’elle soient pratique dances cas la et surtout bien trop cher. Reste le transport de personnes fortunées, mais là la fabrication du surplus d’équipements gommera toute réduction de co2 à la sortie du « pot d’échappement ». Et les kilomètres parcourus et le nombre de passagers transportés seront trop peu pour équilibrer la balance de la pollution à la fabrication. Reste peut être les navettes rurales pour palier la désertion de la SNCF. En tout cas je souhaite à la version utilitaire plein de bonnes choses.
SGL
Invité

Les navettes hôtels aéroport ou parking aéroport font beaucoup d’attente et les bornes de recharge sont déjà nombreuses sur place depuis des années.
… Franchement, je ne vois absolument pas le problème de recharge ….même pour faire 1000 km dans la journée.

Bizaro
Invité
Hors époque covid-19. Les navettes parkings-aéroports tournent à plein régime! Elles ne font qu’attendre le temps du chargement des passagers et de leur bagages. Meme pas le temps de brancher. Elles ne peuvent que recharger la nuit, quand tout le parc de vehicule n’est pas utilisé à son plein potentiel. Et en journée le rythme n’est pas à l’écoconduite. Donc il faudrait doubler le parc de véhicule, peut être même tripler. Vu le coût du bestiaux, la facture du client va sérieusement s’alourdir. Potentiellement moins de clients, mais pour le prix ils seront bien plus exigents. Avec le fameux :… Lire la suite >>
panama
Invité

Concurrent du Merco-Benz mais moins cher, quoi.
Navette de luxe pour 5 étoiles en mal de green washing.

Plouf
Invité

Le plancher est il surélevé par l’ajout des batteries? perdant un peu en habitabilité? ou bien ils ont rogné sur la garde au sol?

wpDiscuz