Accueil Politique L’automobile et Paris, enjeu des Municipales 2020

L’automobile et Paris, enjeu des Municipales 2020

0
61
PARTAGER
Paris embouteillé INA

30 km/h en ville et 50 km/h sur le Périf‘. Voilà l’une des mesures phares d’Anne Hidalgo, candidate à sa succession à la tête de la Mairie de Paris.

Entre les deux tours d’une élection municipale, quelques alliances se négocient parfois. Ici, la Maire sortante (PS) s’allie une nouvelle fois avec les écologistes pour le second tour. Evidemment, comme dans toute alliance, il faut donner des gages à l’autre camp. Et bien se sera la tête des automobilistes qu’Anne Hidalgo leur apportera sur un plateau d’argent tel Hérode Antipas.

Déjà fortement marqué par des mesures « anti-voitures », le sexennat qui s’achève pourrait bien être de la roupie de sansonnet par rapport à celui qui vient pour les automobilistes. Dans le cadre de l’alliance signée avec les « verts », la candidate Hidalgo prend l’engagement de réduire la majorité des rues de la ville de Paris à 30 km/h. Le 50 km/h deviendra alors l’exception, sur certains grands axes comme les boulevards des Maréchaux, ou éventuellement les Champ-Elysées.

Le périphérique pour sa part, se verra passer à 50 km/h au lieu des 70 km/h actuels. Pour rappel, il y a encore peu de temps, il était à 80 km/h. Les listes « Paris en Commun » et « l’Ecologie pour Paris » ont donc publier un « manifeste pour Paris » consultable sur le site internet du think tank (« groupe de réflexion ») Terra Nova, qui se dit « think tank progressiste ».

Vers une grande place piétonne ?

Assez étrangement, le manifeste est présenté comme une réponse à la crise sanitaire due à la Covid-19 : « Parce qu’il est essentiel d’être jugés sur des idées, Paris en Commun et l’Ecologie pour Paris ont voulu mettre leur programme commun à l’épreuve de la crise du Covid ». Comme si la pollution et la crise sanitaire que nous traversons avaient un lien…étrange. Ah si…le déconfinement comme excuse.

« Pour répondre aux contraintes du déconfinement, nous avons besoin de retrouver de la place dans l’espace public. Paris s’adapte et se transforme pour que la vie continue en cette période de crise sanitaire. Alors que le virus impose de maintenir une distanciation physique, nous devons offrir une alternative, à la fois aux transports en commun afin de les désaturer, mais aussi aux voitures individuelles dont le retour en masse aurait de fortes conséquences pour notre qualité de vie et notre santé ».

Voilà la voiture introduite dans le débat du déconfinnement. « Nous accélérerons ainsi
la sortie du diesel en renforçant l’application des zones à faible émission. Plutôt que de réagir alors que le pic de pollution est déjà atteint, nous passerons à une logique préventive, en mettant en place des mesures de circulation alternée avant même que le seuil d’alerte ne soit franchi ». On oubliera généreusement que malgré l’arrêt quasi total de la circulation à la mi-mars, plusieurs épisodes de pollution ont été observés.

Des radars acoustiques pour verbaliser le bruit

« (…) nous renforcerons la verbalisation des véhicules et deux roues trop bruyants grâce à de nouveaux radars acoustiques. Nous limiterons la vitesse dans Paris à 30km/h car c’est surtout la nuit que cette vitesse est dépassée et qu’elle cause le plus de nuisances sonores, avec des conséquences pour la santé du fait des insomnies qu’elle provoque. »

« Pour améliorer la qualité de vie jusqu’à la périphérie de Paris, nous transformerons le deux fois quatre voies du boulevard périphérique en un boulevard urbain apaisé : nous commencerons par créer une voie réservée aux transports partagés (bus, navettes, taxis, covoiturage) pour progressivement réduire le nombre de voies de circulation, donner plus de place à la nature, et donner la possibilité de traverser à pied ou à vélo. Ce sont nos objectifs pour effacer cette frontière d’un autre âge au cœur du Grand Paris ».

Les banlieusards dehors !

Lorsque l’on prend sa voiture pour aller dans Paris, c’est rarement par plaisir. Surtout, c’est une majorité d’habitants de la banlieue, qui peut être lointaine, qui viennent travailler dans Paris. Vouloir un Paris « apaisé » et où l’on roule au pas depuis un « périf réinventé », c’est bien joli, mais cela ne gênera pas les Parisiens eux-mêmes mais ceux qui viennent les voir quotidiennement : les banlieusards.

Pour eux, la galère sera soit de trouver un moyen de laisser leur voiture à un transport en commun, et de subir l’état de ceux-ci et la densité inégale une fois passée la ceinture de Paris. Mais, après tout, les banlieusards ne votent pas à Paris. Encore une fois, il nous semble que la candidate et ses alliés « verts » se trompent dans le paradigme de départ : vouloir que tout le monde évolue sur un même axe. Au contraire, il faut séparer physiquement les voies comme cela se fait aux Pays-Bas par exemple avec de vraies grandes routes cyclables totalement isolées et séparées des voies pour voiture.

Paris intra-muros a un réseau de transport en commun dense, mélange de métro (qui vaut ce qu’il veut), bus, tramways, RER. Reste les connexions avec l’extérieur de Paris. Et là, les Parisiens sont très contents de trouver des autoroutes urbaines en banlieue pour filer au plus vite au bord de la mer le weekend. La « bagnole » chez les autres, c’est moins gênant déjà.

Et les autres candidats ?

Pour Rachida Dati (LR), il faut lutter contre la pollution mais faire attention que « il y a encore des Parisiens qui ont besoin de leur voiture » déclarait-elle sur France Info récemment. « Nous sommes contre le diesel, c’est le sens de l’histoire que de lutter contre le diesel » dit-elle, fustigeant la « politique anti-voiture » de sa concurrente à l’élection à la Mairie de Paris.

Selon elle, la politique d’Anne Hidalgo a conduit à une « jungle dans la mobilité (…) Aujourd’hui, le nord et l’est n’ont jamais été aussi pollués en raison des embouteillages, c’est la jungle partout (…) On veut une mobilité organisée ».

Quant à Agnès Buzyn, sur RTL, elle estime que rien ne peut se faire sans l’amélioration des transports en commun. Elle souhaite « travailler avec la région pour automatiser au moins 4 lignes de métro. (…) Il faut améliorer le flux des bus. (…) La place de la voiture dans les villes va se réduire, mais la première chose qu’il faut faire est d’avoir une transition vers des véhicules électriques ».

Vivre ensemble vs. vivre contre ?

« Cela ne doit pas être la charrue avant les bœufs. On ne commence pas par réduire la place des voitures si on n’a pas sécurisé des voies vélos, si on n’a pas remis en état Autolib et Vélib qui ont été détruits par la majorité précédente » précise la candidate LREM.

Du côté de Cédric Villani, on souhaite utiliser la science pour rendre la ville plus intelligente. En modélisant mathématiquement les flux de circulation de Paris, il serait possible d’adapter les feux de signalisation pour fluidifier le trafic et éviter ainsi une partie des bouchons et de la pollution. Les trottoirs doivent être de nouveau réservés uniquement aux piétons, et le candidat dissident LREM souhaite des limitations de vitesse modulées en fonction du trafic et de l’heure de la journée.

Pour savoir à quelle sauce les automobilistes vont être mangés à Paris, ce sera le 28 juin comme partout ou presque en France.

Illustration : capture vidéo INA.fr

Poster un Commentaire

61 Commentaires sur "L’automobile et Paris, enjeu des Municipales 2020"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Twin Spark
Invité
Attention quand même, avec des articles comme celui-ci, à conserver un minimum de crédibilité. Démonter point par point les arguments de Hidalgo puis énoncer ceux de Dati et Buzyn comme incontestables n’est pas un exemple d’objectivité. De même dire que les Parisiens se moquent des banlieusards qui ont besoin de leur voiture n’est fondé sur rien, surtout qu’on pourrait aussi déclarer que les banlieusards se moquent de la santé des Parisiens car – petit oubli dans l’article qui a son importance – Paris est la zone la plus polluée d’île de France avec l’automobile pour 1ere cause. Je ne réagis… Lire la suite >>
SGL
Invité
SGL
Invité
chocasquet
Invité

Si les parisiens votent pour Hidalgo, c’est qu’ils veulent réduire la place de la voiture à paris, non? Ca s’appelle la démocratie.

Klogul
Invité

sauf que leur choix impact la vie de millions de franciliens qui eu ne votent pas donc ca n est pas normal!

SGL
Invité

@Klogul, les Franciliens aiment la pollution ?
https://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/moins-il-y-a-de-pollution-moins-nos-enfants-souffrent-d-asthme-24-05-2019-2314820_57.php
franciliens et Parisiens même combat !
Favorisons au plus vite les petites VE là ou les TC en commun brillent par leur absence.
Favorisons le télétravail… le confinement à été riche en enseignements.
La santé des gens n’est pas négociable !

SGL
Invité
L’un n’empêche pas l’autre @Thibaut Emme Des petites VE pour les trajets commuters (ça existent déjà largement) Des compactes pour des trajets plus longe pour 300 km sur autoroute à 130, c’est plus rare et plus cher. Maintenant, l’avion…. L’aviation à fait beaucoup plus de progrès, c’est 40 dernières années que l’automobile, seul la révolution VE pourrait la mettre à mal. En avion, on fait maintenant 2,40 litres aux 100 km à 950 km/h sur plus de 10.000 km … qui fait mieux, le cargo mixte ? (si cela existe encore) -20 % en 20 ans. …et la voiture ?… Lire la suite >>
SGL
Invité

@Thibaut Emme.
Je suis passionné d’aviation et souvent l’aviation en accuser à tort et sers de tête de Turcs aux autres domaines, néanmoins partout ou un TGV ou équivalent peut passer, je suis contre les courts et moyen-courriers de moins de 1000 km.

SGL
Invité

Aviation, climat la grande hypocrisie !
http://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/03/19/aviation-climat-la-grande-hypocrisie-867125.html

Copenhague : L’avenir de l’aviation passe par l’environnement
http://psk.blog.24heures.ch/tag/aviation+et+environnement
« Depuis près de 20 ans, les améliorations en aéronautique ont permis de réduire de près 40% la consommation de carburant et de CO2, limitant ainsi l’impact sur l’environnement et ceci malgré l’augmentation graduel du trafic aérien. »
Manifestement, j’étais modeste gentil dans mes chiffres, les améliorations en aéronautique sont encore plus importante.

SGL
Invité

Désolé @ Thibaut Emme, mais là vous me donnez encore plus d’arguments.
Je sais que la pollution des réacteurs diminue pas la réduction de consommation (le facteur principal polluant ) ET par le fait qu’ils brûlent mieux qu’avant le kérosène.
https://www.empa.ch/documents/56164/490738/Boeing707-123atLAX–web.jpg/ff6f6034-8515-455c-b4fb-950de29a6ef7?t=1456393363257
Boeing 707 au décollage dans les année 60 … à l’époque on était vers les 15-20 litres aux 100 km par siège !

Klogul
Invité

n essayer de trouver une coherence il pense avoir raison et donc forcement il eludera toute remise en question.

Pat contre pour appliquer a lui meme ces preceptes il y a personne (c est un peu harry et megan qui « lutte » contre le rechauffement climatique en prenant 4 fois un jet prive en 3 semaines…)

SGL
Invité

La physique @Klogul, ne travaille pas pour des lobbies ni pour des petits intérêts.
À consommation égale, une vieille motorisation thermique, celle avec des gaz imbrûlés pollues naturellement plus.
Que cela soit un moteur de voiture ou un réacteur d’avions.

Klogul
Invité

dommage pour vous un moteur euro 3 diesel pollue beaucoup moins en roulage qu un moteur euro 4 ou euro 5…

et la question est la fermeture du peripherique pas la norme de pollution…

SGL
Invité

@Thibaut Emme, explique autrement et plus simplement, les progrès de l’aviation dépassent largement celle de l’automobile…et je ne suis pas le seul à le dire, ce n’est pas (que) pour avoir raison.

SGL
Invité
@Thibaut Emme, mais je refuse de consommer du bio du Pérou… Il faut arrêter d’être hypocrite, SI l’on taxait le carburant à la Hauteur de la Pollution générée, ces aberrations n’existeraient NATURELLEMENT plus ! Je ne prends pas l’avion sauf pour aller en Afrique, le Cap Nord, je l’ai fait en voiture et voyageant à travers les pays. Je mange un maximum local, je mange des œufs de mes poules nourris en partie par un 1/4 de mes déchets. Je suis prêt à être taxé plus pour mes emballages et sur mon diesel…etc. Je garde plus longtemps ma voiture pour… Lire la suite >>
Miké
Invité

T’as des poules dans ton appart haussmannien ?

SGL
Invité

Non à la campagne.
Les poules à Paris, me demandent si je veux monter !

Klogul
Invité

Arreter avec votre demagogie on dirait que vous faites campagne si vous prenez le temps de lire on vous dit qu a part une diminution de nox local vous allez creer des bouchons ailleurs qui seront surement pire et donc generont une pollution plus importante.

Les Franciliens veulent des solutions mais pas de la demagogie de bobo parisien.

Il va bien ton vieux diesel au faites?

SGL
Invité

Oui plus de TC et des petites VE !
Mon diesel Euro 6 est parfait pour mon profil d’utilisation !
Je ne fais jamais de la ville avec…

Miké
Invité

Sauf quand tu fais de la ville avec. Ou quand tu vas polluer en proche banlieue, ou a la campagne, chez les autres quoi.

SGL
Invité

Une auto, surtout diesel, pollue considérablement plus en ville quand roulant.
Si ce n’est pas le cas, il faudra interdire la voiture.
Les concentrations de polluant tuent !
Pas quand ils sont dispersés.
Dire que je pollue volontairement « chez les autres » ressemble à un dogme politique que j’aurai, ce qui n’est pas mon cas.

SGL
Invité

La démagogie, c’est souvent utiliser un discours flatteur… Moi qui veux taxer les pollueurs à fond, je n’ai pas vraiment l’impression d’être un bon démagogue.
https://www.leblogauto.com/2020/06/scandale-hybrides-rechargeables-phev.html
« -109 » dislikes… quand même !
Pas un peu fier 😉

lym
Invité
Certes… Mais mettre les charrues en rond quand on est dépendant d’un extérieur qui pourrait être tenté de renvoyer l’ascenseur, c’est assez imprudent. Puis on entends aussi les parisiens se plaindre de devenir une ville à touristes avec les AirBnB qui côté nuisances ne sont pas en reste. Mais à voter pour devenir un repoussoir à l’activité, forcément il y a des conséquences. Heureusement, le périf n’est pas géré par la maire mais le préfet. Elle peut donc bien dire ce qu’elle veut et les idiots la croire. Vilani, il devrait aller à Kigali au Rwanda observer une gestion des… Lire la suite >>
Michel
Invité

Je n’habite pas en région parisienne, mais créer des voies piétonnes sur le périphérique, me semble fortement utopiques
1 – Vu il y a quelques jours, sur les définitions, le périphérique est un contournement de Paris > quel intérêt pour un piéton de contourner la capitale?
2 – Mettre des piétons a coté de circulation auto, c’est pas ce qu’il y a de mieux au niveau pollution, surtout avec un absence totale de végétation pour abriter les gens (j’ai pas dis qu’il pleuvait tout le temps au nord de Montauban) 😀

SGL
Invité

Mais le périphérique pollue aussi la proche banlieue où il y a aussi 4 fois plus d’habitants que Paris intra-muros (chiffre à confirmer SVP).
A 15 km autour de notre Dame, tous les déplacements devront se faire en TC ou petite voiture électrique dans la semaine.

Klogul
Invité

la pollution aux particules ne bougeta pas d un iota…

wpDiscuz