Accueil Historique Les grands ingénieurs, épisode 9 : Dante Giacosa

Les grands ingénieurs, épisode 9 : Dante Giacosa

0
21
PARTAGER
Giacosa

Peu d’ingénieurs peuvent être associés à un si grand nombre de voitures populaires à succès. Viscéralement lié à Fiat, où il a accompli toute sa carrière, père éternel de la mythique 500, Giacosa fait partie des ingénieurs majeurs du XXème siècle.

Une grande culture

En étant baptisé du nom d’un des piliers de la civilisation italienne, ce piémontais, né à Rome en 1905 alors que son père y faisait son service militaire, était appelé à une brillante et « divine » carrière. Diplômé en ingénierie mécanique de l’école polytechnique de Turin, Giacosa a reçu une formation classique d’une grande richesse, puisqu’il parlait le latin et le grec. Une culture classique solide, qui fut déterminante à ses yeux en lui donnant « un sens de la mesure et de l’équilibre sans lequel (il) n’aurais pas pu faire (son) travail ».

En 1927, il répond à une annonce parue dans un journal pour être recruté par S.P.A, une filiale de Fiat, en tant que dessinateur. Toutefois, grâce à des initiatives personnelles qui lui permettent de se faire remarquer, il gravit rapidement les échelons du « cursus honorum » au sein du géant turinois, et devient en 1933 chef du bureau technique pour la branche automobile. Spécialisé dans les moteurs, Giacosa s’intéresse néanmoins à tous les aspects de la conception et profite aussi des tâches qu’il a pu accomplir dans la branche aéronautique et la branche des véhicules utilitaires, comme le Pavesi P4.

Années 30 : Topolino et Balilla

La Balilla

Dans la seconde moitié des années 30, Giacosa réalise ses deux premières réalisations de renom : d’abord, en 1936, la Fiat 500 « Topolino » à propulsion, une voiture économique dont le strict cahier des charges (5000 lires maxi) était exigé par Agnelli (sur insistance de Mussolini, désireux d’avoir sa voiture du peuple) puis, en 1938, la Fiat 508 Ballila, une berline très en avance à l’époque avec sa boîte à 4 rapports, ses roues avant indépendantes et sa carrosserie tout acier. Deux modèles qui contribuent à la première étape dans le motorisation de masse de l’Italie.

La Topolino

Au sortir de la guerre, il travaille pour Cisitalia sur la monoplace D46 et la GT 202, puis revient rapidement aux projets Fiat. Nommé directeur des bureaux techniques véhicules, il devient responsable des projets voitures mais aussi des autres véhicules terrestres construits par Fiat.

La seule voiture de course de Giacosa, la Cisitalia D46.

La « divine » 500 et la motorisation de l’Italie

Les années 50 sont marquées par de nouveaux coups de génie: la Fiat 1400, présentée au salon de Genève 1950, est le premier modèle turinois à se doter d’une carrosserie autoporteuse et se décline même en diesel en 1953. Viennent ensuite les Fiat 110, Fiat 600 et sa variante Multipla puis puis enfin en 1957 la mythique Nuova 500. Modèle de rationalité, le « pot de yaourt » devient une icône nationale et un emblème de l’Italie dans le monde entier, au même titre que la Colisée.

l’Italian way of life

Deux ans plus tard, il supervise la création du Centro Stile Fiat et recrute un certain Giorgetto Giugiaro. Giacosa s’implique dans tous les secteurs du groupe, de l’aéronautique aux automotrices, en passant par les véhicules militaires et les gros moteurs spéciaux à usage industriel. Design, mécanique, industrialisation des produits, rien ne lui échappe ! Giacosa n’est pas uniquement l’homme des voitures économiques et populaires. Quand le directoire souhaite, au début des années 50, lancer une GT destinée au marché américain, il conçoit une splendide 8V.

le Centro stile en 1962, image : centro storico fiat

Concepteur prolifique

Dans cette période de la 2e moitié des années 50 et des années 60 – il entre au conseil de direction en 1966- les projets se multiplient, Giacosa étant le chef d’orchestre de tous les modèles Fiat et de l’élargissement de la gamme : Fiat 1300/1500, Fiat 1800/2100 et 2300 statutaires à 6 cylindres, la Fiat Dino, la grande routière Fiat 130, les Autobianchi, dont la Primula de 1964, qui, en véritable modèle-laboratoire, annonce les futurs grands changements techniques de Fiat avec une architecture à traction avant et moteur transversal. Les petites Fiat 127 et 128, lancées au début des seventies, sont les dernières à avoir été conçues sous la responsabilité de Dante, qui oriente la stratégie du constructeur sur les modèles d’entrée et de moyenne gamme, jugeant le haut de gamme trop coûteux à développer.

L’Autobianchi Primula inaugure chez Fiat la traction avant
Fiat 128
Fiat 130

En 1970 , ayant atteint la « limite d’âge », FIAT annonce sa nomination en tant que consultant auprès de la présidence et représentant de la société dans les instances nationales et internationales. Peu de temps après, il démissionne et se consacre à l’écriture. Ayant professé à l’école polytechnique de Turin entre 1946 et 1966, ses ouvrages font référence, dont Moteurs endothermiques, qui est un traité exhaustif sur la conception des moteurs.

Primé à de nombreuses reprises (il reçoit le prestigieux Compas d’or en 1959), président de nombreuses commissions nationales et internationales, comme la FISITA (Fédération Internationale des Sociétés des Ingénieurs des Techniques de l’Automobile), Dante Giacosa disparait en 1996.

 

Images : wikimedia commons

Poster un Commentaire

21 Commentaires sur "Les grands ingénieurs, épisode 9 : Dante Giacosa"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
laportino
Invité

Juste une remarque: la photo de la Topolino est sous-titrée ‘Ballila’, et je crois que cette dernière est sortie avant (1932?), également sur un cahier des charges de Mussolini.
Au crédit de Giacosa, on pourrait aussi mettre dans cette période la 1500 de 1935, une des premières voitures très profilées, ou la Turbina d’après-guerre, techniquement au niveau des recherches des constructeurs américains (et sublime).
Il a tellement marqué l’histoire de Fiat qu’une reconstitution de son bureau est présente dans le musée de la marque !

ddd
Invité

Les gens pensent, et même les journalistes auto, qui y’a eu 3 générations de 500 (en comptent la toute dernière électrique) alors qui y’a bien eu 4 générations avec la 500 Topolino.

Hervé Smagghe
Invité

Bon rappel de DDD pour les versions de 500 D’ailleurs il faut rappeler que la 500 de 57 avait pour nom, comme dit dans l’article NUOVA 500.
Dante Giacosa est un tel « monstre » d’ingénieur, que je ne trouve que les ingénieurs Jano, Forghieri, la famille Porsche et Delaplace (Panhard de la Panoramic de 37 à la Citroen Dyane Nom à vérifier.).
Pour Panama: il faut tenir compte du rôle de Giacosa pour, par ex, la 8V: il n’était pas encore décisionnaire et s’il fallait faire un V8 avec 2 x 4cylindres de la banque d’organe ………..
Hervé HHSH

Aavim
Invité

Le centre de style en photo est celui de Citroën et non celui de Fiat. On y voit la SM, une GS entre autres.

Roland De roy
Invité

La 130 n est pas vraiment sont oeuvre

panama
Invité
« Sur autoroute, à 120 km/h en 3e en boîte automatique, le moteur pilonne à plus de 4 000 tr/min. Cela engendre un vrombissement désagréable du côté du pot d’échappement arrière. Ce dernier, d’une tonalité agréablement sportive aux allures paisibles, peut faire entrer en résonance le plancher arrière. Les journalistes ne se sont pas privés pour critiquer cela, exhortant FIAT à appliquer un correctif. La situation s’améliore avec la boîte manuelle, qui tire plus long en cinquième, de sorte que là, c’est aux alentours de 140 km/h que survient le phénomène de résonance. Puis, au fil des kilomètres, la ligne d’échappement… Lire la suite >>
Roland De roy
Invité

Vous avez recopié wiquipedia ,en avez seulement conduit une dans votre vie Ok tout n’est pas parfait ,culasse en coin,carbu, mais elle reste une très belle voiture ,confortable et classe ,J’en ai une dans mon garage

panama
Invité

Tant mieux pour vous ! Moi je choisis une Merco Benz W115.

Roland De roy
Invité

Celle qui ressemble à toute les autres ?

Roland De roy
Invité

Comme les 911 ,golf,Bmmm…..les teutonne..ha ha

panama
Invité

Une W115 ressemble à une Golf…
Consulter devient une option pressante, hein.

Straton
Invité

« Années 30 : Topolino et Ballila » : légendes inversées.
C’est la première photo (voiture rouge) qui est la Balilla comme écrit en travers de sa calandre (et Balilla s’écrit ainsi avec deux « l » à la fin du nom). La Topolino est, bien entendu, la mignonne Fiat 500 couleur Bordeaux.

wpDiscuz