Accueil BMW Quelles voitures chinoises en Europe ?

Quelles voitures chinoises en Europe ?

0
35
PARTAGER
Changan Uni-T
Changan Uni-T

Hier, BYD annonçait son arrivée en Europe dès cette année. Pas encore la vague chinoise que certains annoncent ou craignent. Mais les offres se multiplient et ce n’est pas fini. Petit tour d’horizon des marques chinoises présentent en Europe, ou qui vont y arriver à court terme.

  • Ils ont voulu : Brilliance, Landwind, Shuanghuan, Jonway
  • Ils ont essayé et abandonné : Qoros, Greatwall
  • Ils sont déjà en vente : DFSK, Chery, JAC, MG, Maxus, Borgward, Aiways
  • Les voitures européennes importées : Volvo, DS, BMW
  • Ils seront bientôt en vente : BYD, Lynk&Co, Byton, Wey
  • A confirmer : Nio, Chery, Changan

Ils ont voulu

Souvenons nous de ces salons de Paris ou de Francfort en 2004 et 2005. Les premiers salons hors de Chine à accueillir des constructeurs chinois. Pas toujours avec plaisir, comme l’accueil glacial réservée à Shuanghuan à Francfort. Le petit constructeur comptait en effet y présenter son SUV SCEO et la citadine Noble, respectivement très inspirés par le BMW X5 et la Smart Fortwo… Brilliance, Landwind, Jonway ou Geely ont également exposé dans les salon européens. Les deux premiers avec de fermes intentions de se déployer en Europe. Des importateurs ont été sélectionnés, des concessionnaires contactés.

Tout cela a pris fin avec les malheureux crash tests ADAC de la Brilliance BS6 et du SUV Landwind. Depuis, les modèles chinois traînent une mauvaise image en matière de sécurité. Le problème est désormais intégré par les constructeurs. Rappelons par exemple qu’en 2013, la Qoros 3 était la première voiture chinoise à décrocher les 5 étoiles. Et elle fut la voiture la mieux notée par l’organisme cette année-là…

2007 - Crash Brilliance BS6
Le crash-test de la Brilliance BS6 en 2007

Ils ont essayé, et abandonné

Durant quelques années, les constructeurs chinois disparaissent quasiment des grands salons internationaux. L’angle d’attaque change. Chez Chery, habitué à lancer de nouvelles marques, on se lance dans l’aventure Qoros fin 2007, en partenariat avec Kenon Holdings qui finance 50% de l’opération. Le constructeur chinois recrute à tour de bras chez les constructeurs européens et les équipementiers : managers, ingénieurs, stylistes… L’idée est de partir de zéro pour concevoir une voiture réellement capable de rivaliser avec les marques européennes, japonaises, coréennes… Une bonne partie de la conception est effectuée en Europe. La voiture est présentée en grande pompe au salon de Genève 2013. Par son style elle compte mimer une sorte de conservatisme à la VW, et son niveau de qualité ou de technologie la positionne plutôt favorablement sur le marché. Mais c’est l’échec. La présence en Europe sert en réalité de faire valoir pour le marché chinois, et les Qoros ne sont vendues que dans un seul pays, la Slovaquie… Et en Chine, c’est aussi l’échec. Le prix est trop élevé, et les clients ne s’y laissent pas tromper. Qoros est considéré comme une marque chinoise… Fin 2018, Chery revend ses parts à Baoneng, qui vient juste d’acquérir le solde du capital de la marque et compte la relancer.

Qoros 3 Sedan
Qoros 3 Sedan (2013)

De son côté Greatwall est discrètement entré en Europe. Il ouvre en 2012 une usine en Bulgarie en partenariat avec Litex Motors. Le site va assembler la petite berline C10, le SUV Hover et le pick-up Steed. Les modèles sont distribués en Bulgarie, Serbie, Roumanie, Macédoine, mais aussi en Italie. Mais les chiffres restent très bas (quelques centaines de voitures par an) et en 2017, Litex Motors est en faillite. L’usine ferme ses portes et Greatwall quitte l’Europe aussi discrètement qu’il y est entré.

Ils sont déjà en vente

Cette discrétion est aussi l’option choisie par d’autres. Car en réalité plusieurs modèles chinois sont en vente en Europe depuis plusieurs années. Du côté de l’Italie, DR Motor assemble en effet ses véhicules à partir de kits de pièces fournis par Chery et JAC. Les ventes ont été longtemps limitées à l’Italie, mais le petit constructeur s’est aussi étendu vers l’Espagne l’année dernière.

DR 5.0
DR 5.0 (20020), alias Chery Tiggo 5X

Et l’Espagne est aussi le pays d’accueil de DFSK / Fengguang, marque du groupe Dongfeng (en partenariat avec Sokon). Il a en effet débuté l’année dernière la vente de SUV dans la péninsule. Après avoir déjà mis en vente ses petits utilitaires dans quelques pays d’Europe. On en croise déjà parfois en France.

DFSK 580
Dongfeng Fengguang 580

D’autres marques communiquent un peu plus sur leur présence. Tout d’abord le groupe SAIC avec ses marques MG et Maxus (utilitaires). Tout d’abord uniquement en Grande-Bretagne, ces marques commencent à arriver en Europe. Les premières immatriculations de MG en France ont d’ailleurs été enregistrées en avril. Les ventes de MG progressent plutôt bien en Grande-Bretagne, avec le passage des 10000 unités en 2019, soit 0,5% du marché. Et même plus de 1% au premier trimestre 2020... N’oublions pas en outre que SAIC dispose toujours d’une usine à Longbridge. Elle est à l’arrêt, mais elle existe.

Aiways sera vraisemblablement la première start-up chinoise à vendre en Europe. Le lancement du SUV électrique U5 a été reporté à l’été en raison du coronavirus. Mais tout est en place…

Aiways U5 (2020)
Aiways U5

Et il y a le cas Borgward. La marque allemand a été relancée en Chine avec des fonds chinois en 2015. Avec force communication sur le lancement en Europe, une présence au salon de Francfort, un siège à Francfort, la promesse d’une unité d’assemblage à Brême (ville d’origine de la marque)… Le SUV BX7 est lancé à la mi-2018, en Allemagne seulement. Quelques unités sont immatriculées, et la marque annonce une expansion vers d’autres pays en 2019… Mais les réalités financières sont là. En 2018, Foton revend la marque à un nouvel investisseur. La priorité est à la relance en Chine… et les plans européens sont visiblement archivés.

Les voitures européennes importées

Il y a les marques chinoises, et il y a les voitures produites en Chine. Aujourd’hui, l’un des plus gros vendeur en Europe de voitures produites en Chine est… Volvo. Le constructeur suédois importe en effet sa berline S90, puisque son site de production exclusif dans le monde est à Daqing. Ceci grâce à la liaison ferroviaire mise en place par les autorités chinoises, la nouvelle « route de la soie ».

Et Volvo ne restera pas longtemps dans ce cas. PSA va suivre l’exemple avec la berline DS 9, puis BMW emboitera le pas avec le SUV électrique iX3.

Ils seront bientôt en vente

BYD a donc annoncé ses intentions : commercialiser le SUV électrique Tang en Norvège avant la fin de l’année. Et il n’est pas le seul à vouloir faire son entrée sur le marché européen à court-terme. D’autres sont sur les rangs avec des plans qui semblent plutôt sérieux.

Il y a bien sûr Geely, avec sa marque Lynk&Co. Le lancement sera néanmoins discret au début, avec un ballon d’essai aux Pays-Bas, dans la région d’Amsterdam. Pas forcément le secteur le plus amical pour l’automobile, mais un pays où l’électrique se développe. Car Lynk&Co lancera ses modèles uniquement en électrique et hybride rechargeable. A terme, les modèles de la marque pourraient aussi être assemblés en Europe, puisqu’ils partagent nombre de composants avec les Volvo.

Au dernier salon de Francfort, deux marques ont confirmé un lancement en 2021 en Europe. Byton tout d’abord avec le SUV électrique M-Byte. Wey (groupe Greatwall) ensuite, avec des SUV hybrides rechargeables (VV5 et VV7) pour commencer, puis des modèles électriques par la suite.

Wey VV7
Wey VV7

A confirmer

Plus loin, ils sont nombreux à potentiellement pouvoir ou vouloir venir en Europe. Certains sont néanmoins un peu plus avancés. Comptons à ce nombre Nio, BAIC avec Arcfox, Chery avec sa marque Exeed, et Changan.

Notre avis, par leblogauto.com

Voici une quinzaine d’années, l’arrivée des chinois faisait peur avec leurs projets d’offres à très bas prix. Les projets ont tous fait Pschiiitt, en partie en raison des standards EuroNCAP… Ce problème est désormais bien pris en compte par les constructeurs, qui n’abandonne pas leurs vues sur notre continent, mais ont pris plus de temps pour préparer leur assaut.

Assurément, ce sera à présent par des voitures chargées en technologie, et électriques, qu’ils arriveront. Un prix intéressant mais pas cassé sera la cerise sur le gâteau. Et si ce ne sera sans doute pas un tsunami paré à submerger notre industrie en 2/3 ans, les parts qu’ils prendront sont précieuses sur un marché hyper-concurrentiel et à la rentabilité complexe pour les généralistes. N’oublions pas les japonais (12,5% de part de marché en Europe en 2019) et les coréens (7% des ventes de voitures particulières en Europe en 2019)…

Poster un Commentaire

35 Commentaires sur "Quelles voitures chinoises en Europe ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SGL
Invité
Le succès ou l’insuccès des autos sont vraiment liés avant tout à la réputation de la marque et pour des raisons plus psychologiques que purement rationnelles. Mais attention à la mauvaise réputation des Chinois… elle est de moins en moins justifiée, ils apprennent, ils copient et parfois il dépasse la copie en qualité. Attention à l’effet ridicule au début des ventes en Europe, cela commence comme une petite fissure dans un barrage de rétention et puis cela s’agrandit rapidement pour former une lame de fond par la suite. Attention aussi au cheval de Troie… Volvo est régulièrement de moins en… Lire la suite >>
Mwouais
Invité

@SGL : pourquoi avoir si peur des chinois ?
Évidemment qu’ils sont plus que aptes à la qualité, ils vont pousser les constructeurs européens à évoluer, c’est plutôt sain.
Si demain une usine chinoise s’installe au milieu de la France, je vois déjà les tapis rouges déroulés. Bon, évidemment ils pourraient comme d’autres préférer le Maghreb.

Quant au cheval de Troie : DS9 😉 n’est-ce pas elle qui devra légitimer les productions chinoises haut de gamme en France ?

SGL
Invité
@Mwouais, alors ne faisons pas du racisme primaire comme faisaient les Américains avant 1941 avec les Japonais avec les arguments de l’époque que leurs matériels n’étaient que des copies occidentales… Avions, Chars, cuirassés, Autos, Camions, etc. et qu’ils étaient des mauvais pilotes puisqu’ils étaient myopes et qu’ils avaient des lunettes à double foyer… Les Chinois d’aujourd’hui sont comme les Japonais des années 30, ils ne sont pas plus bêtes que nous… Mais ils sont trois fois plus nombreux que tous les Européens et la possibilité de tomber sur des Einstein où Mozart est multiplié par trois au minimum et pour… Lire la suite >>
Mwouais
Invité

@SGL : avec une valeur main d’oeuvre sur une voiture qui est à 6% maximum sur une berline haut de gamme, on parle de moins de 2.000€ (valeur de construction) de valeur de main d’oeuvre. Si celles-ci est même 60% moins chère : on a une valeur de gain de 1.200€ sur une berline vendue près de 60.000€. le transport couvre déjà la moitié de ce gain.

J’attends qu’on donne des chiffres plus justes mais je ne dois pas être trop trop loin de la vérité.

La DS9 était pour le marché chinois, c’est sa raison d’être produite là bas.

SGL
Invité

Alors je sais que pour le transport, on peut faire faire le tour du monde à un container EVP pour le prix d’un ticket de métro.
Après, pour la R&D, c’est également 10 x moins cher pour la conception locale.
Si en 2012, une Clio coûtait 1300 € de moins en Turquie… ça fait combien en Chine en moins et quand c’est du HdG en partie conçue sur place 5 – 10 -15 k€ ?

Mwouais
Invité

@SGL : le gain n’est évidemment pas que sur la’ main d’œuvre (fournitures locales, aides fiscales, …)

Pierre D.
Invité
J’espere reellement qu’aucune marque chinoise reussira a percer. Je suis bien place pour le dire, ayant moi meme travailler pour eux (avec un fort regret). Leur methode, c’est d’embaucher des pros venant des grandes marques Generalistes ou bien Premium avec des salaires ridiculement bien trop eleve qu’il est difficile de d’y renoncer, et qu’une fois les connaissances les connaissances et le savoir-faire acquis, ils vous foutent dehors, parfois meme sans vous prevenir (et par la petite porte). La Chine n’est pas un pays de confiance, avec un sens civique tres douteux. Ne leur faites JAMAIS confiance, ils essayeront toujours de… Lire la suite >>
retrouvé le retour
Invité

Un bel exemple de commentaire de borgne roi au pays des aveugles.
1) confusion de la totalité de l’Asie avec la Chine. On fait un portrait du chinois qui est l’ancien portrait du Jap proposé par les USA en 1945 !
2) une vision raciste du bridé, qui n’est en aucun cas même un début d’analyse.
3) Pour combattre économiquement et au niveau des brevets et de l’industrie, il faut pouvoir connaitre nos faiblesses. Caricaturer l’adversaire seulement c’est peu productif.

SGL
Invité

Alors nuançons
Plutôt avant 1941.
Car après 1937, les Américains connaissent les ravages de la guerre sino-japonaise, notamment le massacre de Nankin par les Japonais contre les pauvres gentils chinois de l’époque… donc pour eux, les Japonais étaient méchants belliqueux et les Chinois …les victimes.
Dès le début 41, Chennault crée pour le compte de Tchang Kaï-chek, les Tigres volants pour combattre les Japonais… Après tout le monde connaît l’histoire, les Chinois seront toujours l’allié des Américains jusqu’en 1949.

SGL
Invité

…et pendant le blitzkrieg nippon de 1942, notamment avec le Mitsubishi A6M Zéro, les Américains avaient une « admiration négative » par ses pouvoirs quasi-surnaturels qui dureront au moins pendant 18 mois de guerre.

SGL
Invité

Aaah !? Mes dislikeurs préférés se sont enfin réveillés.
Ils ne sont pas d’accord sur des faits historiques …qu’ils en parlent ! Qu’on rigole en peu…
Les Japonais étaient déjà dans le collimateur des occidentaux dès 1931 avec l’invasion de la Mandchourie.
Donc, pendant l’attaque de Pearl Harbor le 7 décembre 1941, cela faisait plus de 10 ans que l’on faisait déjà le distinguo entre Chinois et Japonais !
Maintenant, je connais que cette histoire… la vôtre ?

Greg
Invité

Parce que t’ es CHIANT à tout ramener à la seconde guerre mondiale je pense😢

SGL
Invité

Parce que je répondais à @retrouvé le retour.
Ce n’est pas toujours lié la Seconde Guerre mondiale.
Les réactions sont les mêmes quand les gens font des erreurs sur la guerre froide.
Désolé, je pourrais parler de la période Napoléonienne, mais l’impact sur nos vies est moindre et le système mondial est en partie figée du fait des événements post 1945.
Quand je vois une erreur, je le signale.

SGL
Invité

A ce qu’il paraît, les Chinois d’aujourd’hui apprennent leur histoire par cœur et nous reprochent, français et Anglais, l’incendie du Palais d’Été à Pékin en 1860 !!!
Pour eux, c’est toujours un sujet d’actualité et de sujet très sensible en Chine.
Alors imagine les conséquences actuelles de la Seconde Guerre mondiale et le génocide fait par les Japonais aux Chinois.
Comment veux-tu qu’ils oublient ça alors qu’il nous reproche des choses du 19e Siècle !?
Alors si nous Français, que l’on dise que l’histoire en s’en fout…ce n’est pas le cas du reste du monde !

greg
Invité
Pourtant ce qu’ il dit sur leur maniere de traiter leurs employes occidentaux est vraie. J’ ai bosse avec des japonais, des coreens, et des chinois. C’ est ces derniers qui m’ ont le plus mal traite. En processus de recrutement, l’ un (Great Wall) m’ a demande a 4 reprises des etudes de cas (ce que personne ne fait) en rapport avec le marche europeen, mon contact m’ appelait « son ami », et une fois qu’ il n’ avait plus besoin de rien, il m’ a ghoste. J’ ai appris par une personne externe a Great Wall qu’ ils ne… Lire la suite >>
zeboss
Invité

@greg : ils (les Chinois) copient aussi les américains sur ce coup là…

Michel
Invité

Quand on voit le parcours de Hyunday et Kia en une vingtaine d’années
Passer de banales voitures (Accent – Atos – Pony) a des véhicules biens équipés, au design valorisant et à des coûts raisonnables, on peut penser que les autos chinoises se multiplieront sur nos routes

Mwouais
Invité

@Michel : je parie que le racisme à l’encontre des chinois sera plus difficilement levé que pour d’assez ‘inintéressants’ coréens.
La peur de l’autre vient de sa taille dans le monde animal. La Corée du Sud est 6x plus Petite que la France, la Chine…

gigi4lm
Invité

@Mwouais : « La peur de l’autre vient de sa taille dans le monde animal. »
Faudra m’expliquer pourquoi c’est ma femme qui a peur de l’araignée et pas l’inverse !
Dans le même ordre d’idée la puce n’a pas peur du chien. Il se dit même que certains animaux (le chat entre autre) n’ont pas conscience de la taille de l’adversaire.
Bon, je sais que ça ne fait pas avancer le débat sur la présence ou non des constructeurs chinois en Europe.

retrouvé le retour
Invité
Ce qui est certain c’est qu’en dehors des « analyses » portant sur des sujets que personne ne maitrise vraiment. Pour bien comprendre ce qui se passe en Chine dans la voiture mais pas que !! il faudrait commencer par le bouquin de Tibor Mende 😉 😉 Il est une chose sur laquelle les Chinois insistent fortement se sont les « traités inégaux » qui consistaient pour les occidentaux défendre la « liberté du commerce » en particulier celui de la drogue venue des plantations des colonies anglaises des Indes. J’ai eu l’expérience d’un repas, devant une télé taïwanaise, dans lequel l’hôte affirmait que les Français… Lire la suite >>
Mwouais
Invité

La puce est un parasite qui ne craint pas grand chose du 🐕 .

Ta femme a peur de l’araignée mais son cri ne fige t’il pas l’arachnide ? On dit même que son petit cœur est déçu de son effet répulsif à l’encontre de la gente féminine 😉

Mon axiome vaut ce qu’il valait : donner l’idée du pourquoi la France a peur (légitime) de la concurrence chinoise.

panama
Invité

Ah oui Michel sauf que les Coréennes dont vous parlez sont étudiées et fabriquées en Europe.
Et que les Coréens ont toujours eu la réputation de faire du bon boulot.
Moi j’ai donné dans la « merde » in China avec un Dax. Plus jamais.

greg
Invité

Quelques remarques:
1)Borgward: le siege etait a Stuttgart, pas francfort. Ils ont depuis ferme et tout est organise de Chine
2)Great Wall: il y a un centre de r&d en Autriche, et un siege europeen qui devait ouvrir a Francfort ou Munich fin 2019, mais pas de nouvelles.
3)Chery: un siege europeen a ouvert a Francfort, mais il y a un an ils ont vire tous les salaries sales&marketing quelques mois apres les avoir embauche, pour ne garder que les ingenieurs

Ben
Invité

J’ajouterai aussi Changan avec un bureau de style (design extérieur) à Turin en Italie et centre de développement sur les groupes moteurs à Birmingham en Angleterre.

Greg
Invité

Exact oui

bdeh
Invité

Les seules qui me paraissent interessantes seraient les NIO et Lynk & Co

wpDiscuz