Accueil Electriques Véhicules électriques non remis en cause par la baisse du prix du...

Véhicules électriques non remis en cause par la baisse du prix du baril

0
35
PARTAGER

Alors que le prix du baril est en chute libre faute de demande, la voiture électrique voit fondre l’un de ses principaux arguments : un coût d’usage réduit comparé aux véhicules thermiques.  Un contexte qui pourrait certes temporairement freiner son essor mais pas le remettre en cause, estiment des experts.

Effondrement du prix du baril

Aubaine pour l’automobiliste, l’effondrement des cours du pétrole, au plus bas depuis des décennies, a entraîné une chute du prix des carburants à la pompe. En France, le litre de super sans plomb 95 se vendait début mai 1,23 euros en moyenne, soit 20% ou 30 centimes d’euros de moins que début janvier.

Baisse du prix du baril : pas une bonne nouvelle pour les VE

« Il est très clair que la baisse des prix du pétrole n’est pas une bonne nouvelle pour les ventes de voitures 100% électriques », constate Flavien Neuvy, directeur de l’Observatoire Cetelem de l’automobile.

Ces modèles restent nettement plus chers à l’achat que leurs équivalents essence ou diesel, malgré des subventions qui atteignent 6 000 euros dans certains pays comme l’Allemagne ou la France. Le faible coût de l’électricité, et donc le faible coût d’utilisation au kilomètre parcouru, permet de compenser en partie cet écart. Mais si le pétrole reste aussi abordable, « moins de gens vont s’interroger sur l’opportunité de passer à l’électrique », estime M. Neuvy.

Pas de changement majeur des prévisions constructeurs

Pourtant, les constructeurs ne prévoient pas de chambouler leurs prévisions. La part de marché de l’électrique pourrait « seulement fléchir légèrement par rapport au pronostic initial », estime Ferdinand Dudenhöffer, directeur du Center Automotive Research (Car) basé en Allemagne. Il table pour 2020 sur 3,8% de part de marché en Europe, dans un scénario de pétrole pas cher, contre 4% dans le cas contraire, soit, dans tous les cas, un doublement en un an.

Vendre de l’électrique pour éviter les amendes

Selon Ferdinand Dudenhöffer, les plafonds européens de CO2 très contraignants qui s’appliquent à partir de cette année aux ventes automobiles « obligent les constructeurs à vendre des véhicules électriques pour éviter les amendes » très lourdes prévues en cas d’infraction.

Son opinion est partagée par Matthias Schmidt, expert du marché des véhicules électriques : « dans une économie de marché plus libérale comme les États-Unis, où les objectifs de CO2 au niveau fédéral sont faibles, le marché sera probablement davantage affecté que dans des économies plus régulées comme l’Europe et la Chine ».

Les VE résistent mieux à la crise du coronavirus

Les véhicules électriques ont d’ailleurs brillé en Europe au premier trimestre, résistant mieux que les modèles thermiques à l’effondrement du marché provoqué par la pandémie de Covid-19 à partir de mars. Leur part a battu un nouveau record, à 4,6% du marché d’Europe de l’Ouest, d’après le dernier baromètre mensuel de Matthias Schmidt.

Un marché porté par l’explosion de nouveaux modèles

Sur les 17 pays d’Europe de l’Ouest, qui représentent 95% des volumes européens, il prévoit une part de ces nouvelles motorisations à 5% en 2020, soit le niveau dont les constructeurs auront besoin pour respecter les règles européennes. Le marché est porté par l’explosion de l’offre de nouveaux modèles, les constructeurs ayant investi des dizaines de milliards d’euros dans l’électrification de leurs gammes ces dernières années.

Au niveau mondial, Tesla domine nettement les ventes devant plusieurs constructeurs chinois, notamment grâce à sa berline Model 3. En Europe, depuis le mois de janvier, le groupe californien est au coude à coude avec Renault et sa citadine Zoe ainsi que Volkswagen et sa compacte e-Golf.

Le constructeur allemand a annoncé le lancement commercial en juin de son nouveau modèle ID-3 sur lequel il fonde de gros espoirs. Avec sa nouvelle Peugeot e-208, le numéro 2 européen PSA s’est propulsé en quatrième position des voitures électriques les plus vendues en Europe, devant la Nissan Leaf.

Chez Renault, on prévoit que « l’impact de la baisse des cours du pétrole, si impact il y a, ne serait que temporaire ». Le groupe français estime « incontournable » la transition énergétique et rappelle que de grandes agglomérations ont prévu d’interdire à terme la circulation des voitures à moteurs thermiques.

Les constructeurs s’attendent en outre à ce que les plans de relance des États européens favorisent les véhicules « écologiques ». Certains envisagent même un regain de conscience environnementale des consommateurs bousculés par la pandémie.

Elisabeth Studer avec AFP

Poster un Commentaire

35 Commentaires sur "Véhicules électriques non remis en cause par la baisse du prix du baril"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
zaza
Invité

Le pétrole va repartir à la hausse après le deconfinement mondial et l’OPEP essayera de mieux contrôler sa production pour faire monter les prix.

wizz
Membre

et la production mondiale de pétrole sera réajustée avec le darwinisme…

https://www.usinenouvelle.com/article/les-producteurs-petroliers-insolvables-n-auront-pas-acces-aux-programmes-de-la-fed-declare-kaplan.N961886
Les entreprises américaines insolvables ou trop endettées, y compris les producteurs pétroliers et les sociétés de services pétroliers, ne pourront pas bénéficier du programme de prêts d’urgence de la Réserve fédérale…..

…. »Il y aura un nombre important de faillites, de restructurations, qui devraient avoir lieu en raison de l’arrêt d’une grande partie de la production (de pétrole) », a ajouté Robert Kaplan à propos spécifiquement du secteur pétrolier américain, lourdement endetté et confronté à une chute brutale des cours du brut.

SGL
Invité
D’où le risque non-négligeable dans un an d’être en face d’une flambée du pétrole. En effet, les sources de pétrole non-conventionnel qui sont actuellement devenues un pourcentage important dans le monde ne peuvent pas être arrêtées ou redémarrées à la demande rapidement, cela réclame plusieurs semaines voire plusieurs mois pour augmenter la production et avec des coûts extrêmement importants. La filière américaine pétrole non-conventionnel issu gaz non-conventionnels sont actuellement en faillite… ce que recherchait MBS notamment dans la guerre des prix avec également sa lutte contre le pétrole de Poutine. Vers 2021, toutes les tendances seront bonnes pour « aimanter » le… Lire la suite >>
F150
Invité

Finalement le marché du grille pain aura fait pschitt… encore un dernier souffle dopé aux subventions du contribuable et puis après…
Retour à la raison …allez Mr Lemaire on va encore chercher des milliards dans le trou et puis après faut pas rester..longue vie aux bougies 😀😀👍

SGL
Invité

Encore un qui n’a rien compris…
Le pétrole pourrait être donné, les VE progresseront quand même !
Et pas pour une seule raison…

wizz
Membre

explique nous donc comment les VE progresseront quand même, avec un pétrole bon marché voire donné…

quelles sont donc ces raisons…

SGL
Invité
Alors d’abord @ wizz, j’ai un doute que parc automobile mondial ou la VE doit faire un gros 0,5 % de VE passe brutalement d’ici fin 2020 à 90 % !? …J’ai franchement un doute ! Donc le pétrole pas cher ne devra pas durer très longtemps… et pet-être même flambé comme on la vue plus haut. D’autres raisons !? Au choix – La volonté des Etats de n’être plus la dépendance du pétrole…qui provoque le gris déficit de notre balance commerciale. – L’utilisation provoque une part non négligeable de pollution, certainement la plus grosse au monde si l’on compte… Lire la suite >>
Olcls
Invité

@ wizz, au moins une raison est donnée dans le texte: les constructeurs ne veulent pas payer des amendes qui dépendent de la moyenne de CO2 de leurs ventes. Et donc ils poussent les concessionnaires à vendre un pourcentage X de VE (X = 5% selon l’expert citè dans l’article).

SGL
Invité
Et puis il reste les prix du km à l’avantage des VE : coût aux 100 km d’une VE : entre 1,50 € à 2,50 € (on descend facilement sous les 1 € pour les 2 roues.) D’un diesel 5 à 7 €, d’une essence 8 à 11 €. Si l’on gagne provisoire 1 € pour les VT, pour cause de pétrole « donné » cela ne durera qu’un temps. Il ya aussi l’entretien qui est parfois diviser par trois. L’inconvénient décrier par les français des VE est prix, les VE à moins de 20 k€ arrivent enfin et le… Lire la suite >>
Invité
Je suis d’accord avec @SGL et j’ajouterai qu’il sera difficile pour un conducteur de revenir à un véhicule thermique après avoir goûté à l’électrique quand son véhicule satisfera ses besoins. Personnellement j’ai les deux et pour les déplacements urbains, mon VE est parfait, même avec seulement 100-120 kms d’autonomie (i3 de 2015 achetée d’occasion). Donc plaisir et côté pratique (je charge à la maison) sont des éléments à ne pas négliger. L’automobile est encore un objet de désir (sinon nous ne serions pas sur ce blog) et une décision d’achat ne tourne pas seulement autour de critères financiers ou réglementaires… Lire la suite >>
SGL
Invité

D’autant que pour « les raisons » que les VE vont OBLIGATOIREMENT se vendre.
Nous avons l’embarras du choix.
Que cela plaise ou pas .

wizz
Membre

mais si les VE vont obligatoirement se vendre, alors comment cela se fait il que tu t’accroches tant à ta 308 HDI…

SGL
Invité

J’ai l’impression de me répéter…mais ce n’est pas grave.
Parce qu’elles ne remplissent pas à 100 % des profils d’utilisation.
C’est pour cela que je dis depuis des années que les VE et diesel sont complémentaires.

SGL
Invité

OK, ce que je dis serait donc faux !
Peut-être…
Donc vos chiffres sont……..

AXSPORT
Invité

Courage aux vendeurs !!!
Smart par exemple….

SGL
Invité

@AXSPORT
Franchement, j’avoue que la Smart VE …du point de vue rapport-qualité-prix- autonomie c’est dur de la vendre.

wizz
Membre
oui Olcls donc l’engouement pour les voitures électriques par les particuliers (et entreprises), ce n’est pas parce que ces voitures sont mieux en tout point. C’est aussi à cause des contraintes législatives. Supprimer Bruxelles et leur loi du 95g. Supprimer le TIPCE. On serait donc comme aux USA. Est ce que les consommateurs continueront à se précipiter sur les voitures élect, sans subvention vs voiture thermique sans malus et essence sans TIPCE? la progression des voitures électriques, ce n’est pas par la conscience des automobilistes pour des voitures plus vertueuses. C’est essentiellement à cause des lois contraignantes à l’encontre des… Lire la suite >>
Miké
Invité

A l’heure actuelle on ne donne toujours pas l’essence à la station…

Klogul
Invité

si si une raison le forcing des vendeurs pour tenir les objectifs du constructeur…

Clairement le ve est bien plus contraignant a l usage que les chantres du full electrique veulent l accepter.

SGL
Invité

@Klogul
Sauf pour des trajets commuters dans le rayon d’action du lieux de stationnement de la VE.
95 % des VE sont rechargé « à la maison » donc la contraigne devient parfois moindre qu’une VT.

Klogul
Invité
blabla temps de charge en monophase 30h pour une zoe en monophase, si vous n avez pas de maison comment charge vous? sur le peu de borne disponible qui parfois ne fonctionne pas? Vous laissez votre voiture charge la nuit et vous revenez elle a prit 1% dommage votre journee est foutu. Bref des exemples vecus j en ai des milliers… et la justification de l economie clairement c est du pipo avec 15000 euros en plus sur le prix. D ailleurs vous nous rabacher les oreilles avec les ves comme ci c etait la solution mais a ce que… Lire la suite >>
SGL
Invité
Ah non @Klogul absolument pas, quand je prône le diesel quand l’on fait des longs trajets à 130 (mini) comme je fais…et je roule en diesel et donc je fais ce que je recommande de faire !!! Maintenant, j’ai également toujours dit, vous pouvez vérifier, depuis des années que paradoxalement la VE était plus utilisable en province et les zones périurbaines avec des garages privés et individuels. Je ne roule justement pas pour ses raisons, je fais des longs trajets sur route et autoroute à vitesse élevée et je n’ai pas facilement la possibilité de recharge une VE d’une manière… Lire la suite >>
SGL
Invité

Dans chaque maison ou une machine à laver, existe… on doit pouvoir à peu de frais recharger tranquillement sa VE.
Bon après faire le plein d’une Tesla à sec de 100 kWh prennent 2 semaines, mais sinon en maison, c’est beaucoup plus facile que du 5e étage de l’immeuble.

Invité

Cherche pas SGL, quand on s’appelle F150 on vit encore dans le très à la mode « l’ancien monde ». Ceux qui jurent qu’ils ne rouleront jamais dans une voiture roulant avec un moteur d’aspirateur sont les mêmes qui juraient il y a 40 ans qu’ils ne rouleront jamais dans une voiture roulant à l’huile de friture, et qui aujourd’hui roulent en Golf TDi parce que la Golf TDi, ça montre qu’on a réussi socialement, donc …

Bizaro
Invité

Rien avoir avec l’article, mais dans la rubrique actualités du site, il n’y a pas d’article plus récent que ceux du 4mai. Évidemment les derniers articles sont présent à la une du site.

Thibaut Emme
Admin

Corrigé depuis cette nuit.

Bizaro
Invité

Dans le ville où la proximité est forte et où il existe maintenant une défiance face aux transport en communs, il est clair que la mobilité individuelle va prendre du muscle. Vu les contraintes locales environnementales (ne touchant que la voiture particuliere )pour ceux qui ont décidé de vivre dans le béton loin de la nature, vu le pouvoir d’achat de cette population, il est certain que lelectrique va prendre un nouveau départ. Mais pas uniquement sous forme de voiture.

Invité

Même à un bas prix, faire le plein de pétrole reste bien plus cher que faire le « plein » d’électricité ! Alors imaginez, quand le prix du baril va remonter …

wpDiscuz