Accueil Renault L’usine Renault de Maubeuge en grève contre la fermeture

L’usine Renault de Maubeuge en grève contre la fermeture

0
20
PARTAGER

L’usine Renault de Maubeuge (Nord) est à l’arrêt depuis vendredi matin. Une information transmise par l’intersyndicale. Laquelle a appelé à la grève suite à l’annonce faite par la direction du constructeur de la suppression d’environ 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France.

L’usine de Renault Maubeuge en grève depuis vendredi matin

D’après Fabrice Rozé, délégué CFDT et secrétaire du CSE, « 100% du personnel est en grève » depuis vendredi matin. Un appel va être pour l’équipe de l’après-midi.

Un CSE extraordinaire s’est tenu vendredi matin sur le site, qui emploie environ 2.100 personnes tous statuts, mais les syndicats déplorent le mutisme du constructeur et le flou dans lequel sont laissés les salariés.

« Aujourd’hui, il n’y a pas un véhicule qui sort, tout le monde est en grève, y compris les ingénieurs, l’encadrement, les chefs d’équipe », a rapporté à l’AFP Yannick Charlesège (CFTC).

« Les annonces faites par Renault n’ont rien de rassurant pour l’avenir de notre site » indique su ses tracts l’intersyndicale de l’usine (CGT, CFDT, CFTC, CFE-CGC, Sud).

Vers une fusion des activités de Douai et Maubeuge à Douai ?

Renault a récemment évoqué la création « d’un pôle d’excellence optimisé des véhicules électriques et utilitaires légers dans le nord de la France ».
La direction du constructeur envisage la fusion des activités des sites de Douai et Maubeuge, distants de 70 km, et de les regrouper sur un seul site, celui de Douai. Lequel va déjà récupérer la production de la future Renault Zoe électrique.

La production des Kangoo électriques réalisée à l’heure actuelle à Maubeuge devrait être transférée à Douai, qui héritera d’une nouvelle plateforme.

Diviser Douai et Maubeuge pour mieux régner ?

« Le dialogue social démarre. Rien n’est décidé. On va travailler tous ensemble à partir de Maubeuge et à partir de Douai », a déclaré le directeur de l’usine MCA Olivier Silva, devant les salariés.

« La direction générale souhaite mettre clairement dos à dos les salariés des deux sites » de Douai et Maubeuge estiment quant à eux les syndicats, assurant que les salariés des deux sites entendaient eux rester « solidaires ».

Pour Jérôme Delvaux, de la CGT, premier syndicat sur le site, « cela voudrait dire que c’est la mort de notre entreprise, qui dégage des profits colossaux pour Renault. » « On ne laissera pas partir notre outil de travail à Douai », a-t-il prévenu.

De son côté, le maire DVD de Maubeuge, Arnaud Decagny, appelle, à la veille d’une nouvelle manifestation sur place, à présenter « un front uni car le combat ne fait que commencer ».

Il juge dans un communiqué que la mobilisation a « fait reculer la direction de Renault sur la décision irréversible de la délocalisation des activités de MCA », tout en soulignant que « cette décision est révoquée mais pas abandonnée définitivement ».

Quelles activités pour le site de Douai ?

A Douai, site qui emploie près de 2.900 personnes, les interrogations se multiplient, les salariés s’interrogeant sur les différents scénarios envisageables.

« Est-ce que notre usine sera un site d’assemblage ? L’usine de Maubeuge un site d’emboutissage ? A quel point notre site est-il en danger ? Quel est l’avenir de l’emboutissage chez nous ? C’est l’inquiétude et le questionnement qui règnent », indique David Dubois (CGT).

Notre avis, par leblogauto.com

Douai ou Maubeuge, ou maintien des deux unités ? Bourvil aurait certes vite fait le choix, estimant qu’après avoir « roulé sa bosse », il connaissait l’univers et même après avoir « roulé carrosse » et « roulé les R », tout ça n’valait pas « Un clair de lune à Maubeuge ». 
Espérons que les salariés du site ne se feront pas roulés … après avoir roulé leurs bosses des années sur le site pour produire des carrosses … Quant on n’a que l’humour …

Sources : AFP, Syndicats Renault, Renault

Poster un Commentaire

20 Commentaires sur "L’usine Renault de Maubeuge en grève contre la fermeture"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
michozi
Invité

Quelle indignité… et nous sommes sur le service public

seb
Invité

Où est ce que tu vois le service public? On est sur un blog tenue par une entreprise privée publiant un article sur une entreprise privée.

Thibaut Emme
Admin

@seb : « michozi » fait référence à la réponse du candidat à la primaire de droite Nicolas Sarkozy à une question de D. Pujadas.
Do not feed the troll 😉

Thomas
Invité

Bah comme ça, ça profitera aux Partner et Berlingo si aucun Kangoo ne sort de Maubeuge 😀

ema
Invité
la grève contre la fermeture d’usine, ça fonctionne ? J’ai un peu l’impression que c’est un peu une arme nucléaire (mais qui serait tirée également contre soit-même) : la peur de la grève est efficace et empêche les décideurs de présenter des plans de fermeture, parce qu’ils savent qu’ils auront une grève. Cette menace de grève est donc « utile » puisqu’elle fait peur et permet peut être de ne pas supprimer de postes (j’ai souvent l’impression qu’elle retarde surtout l’échéance, mais c’est toujours ça de pris) En revanche, une fois la décision prise, la gréve est plutôt contre productive, puisqu’elle monte… Lire la suite >>
Bizaro
Invité

Et oui, c’est le climat social instauré en France depuis pas mal de décennies. IG metal et les industriels allemands semblent viser une autre voie.

Will
Invité

Ouais cette culture du conflit stérile en France, je ne sais pas d’où ça vient (révolution ? pays à cheval nord/sud ?), je ne sais pas pourquoi on n’essaie pas de changer, c’est peut-être pas forcément mieux ailleurs derrière une façade plus reluisante (en Allemagne il y a beaucoup d’emplois précaires), mais ça me sidère, que ce soit dans l’industrie ou autre (profs/élèves, gauche/droite, etc).

Lovehornby
Invité
Le droit de grève est la seule possibilité de défense légale. Elle ne sert plus a grand chose effectivement, et coute encore plus aux employés qu’au patron. Par contre, si vous avez des solutions plus efficaces et moins couteuses a leur proposer, ils seront preneur. Dans des régions ou le chômage fait rage, et ou leurs qualifications ne servent plus a rien, il ne leur reste souvent, que le suicide, après la fermeture. Leur maison ne vaut plus rien, car justement, région sans emploi, donc impossible de bouger. Les licenciements n’apparaissent que comme des chiffres pour la plupart d’entre nous,… Lire la suite >>
gigi4lm
Membre

Arrêter de travailler pour ne pas arrêter de travailler.

Mwouais
Invité

Se mettre en grève quand il n’y a pas de commandes, ça doit arranger même Renault 😉

Scal
Invité

Bien vu. Le mécanisme est très bien décrit dans le sketch de Coluche « le délégué syndical ».

Retrouvé le retour
Invité

Oui l’ensemble est un grand sketch de Coluche mais là on va aussi, en vrai, droit vers l’arbre avec l’autostopeur et au dessus un drone. Pas de freins, pas d’airbag et la musique de l’autoradio qui hurle « Be Happy » à fond !!!

4aplat
Invité

La reponse aux syndicats a une menace, la greve…
Je mettrais les bouchées double pour produire au standard demandé pour faire plier le patron .
Mais bon, on est en france et on arrete tout ….

Retrouvé le retour
Invité

Le clair de Lune à Maubeuge ?

wpDiscuz