Accueil Renault Renault : fermetures de sites annoncées jeudi après un CCSE ?

Renault : fermetures de sites annoncées jeudi après un CCSE ?

0
27
PARTAGER

Jeudi soir … c’est la date à laquelle Renault pourrait annoncer des suppressions d’emplois et des fermetures de sites dans le cadre de son plan d’économies de deux milliards d’euros. C’est en tout cas ce qu’a indiqué à Reuters un représentant de la CGT.

Un CCSE devrait se tenir jeudi soir

Fabien Gâche, représentant de la CGT chez Renault, a en effet déclaré dans une vidéo postée lundi sur internet qu’un CCSE ( Comité social et économique Central) devait se tenir jeudi de 18h30 à 19 h 30. Selon lui, durant la réunion, la direction générale officialisera son plan de réduction des coûts de deux milliards, « dans laquelle on peut s’attendre à de nouvelles diminutions d’effectifs, voire à des fermetures de site ».

Le syndicaliste s’exprimait depuis la Fonderie de Bretagne à Caudan (Morbihan), l’un des sites du groupe sur la sellette. Une centaine de salariés parmi les 370 personnes environ employées sur le site breton entendent bloquer l’usine jusqu’à mercredi en guise de protestation.

Une autre source syndicale a confirmé la tenue d’un Comité social et économique central jeudi soir.

Un porte-parole de Renault a tenu à rappeler de son côté que « la loi prévoit une information préalable des représentants du personnel », ajoutant qu’il n’avait connaissance ni de la date, ni de l’heure de cette réunion.

Fermetures d’usines et changement d’activités ?

Selon plusieurs médias français, les petits sites de Caudan, mais aussi de Choisy-le-Roi (recyclage mécanique) et de Dieppe (assemblage de l’Alpine) pourraient être fermés, tandis que l’usine de Flins (montage de la Zoé électrique et de la Nissan Micra) pourrait se recentrer sur d’autres activités que la production de véhicules.

L’emploi affecté sur l’ensemble des sites du groupe Renault ?

Fabien Gâche entend par ailleurs appeler à des actions sur les sites automobiles français pour protester contre les mesures qui s’annoncent.

Au-delà de la fermeture d’usines, le représentant de la CGT redoute que l’emploi soit fortement impacté sur l’ensemble des sites du groupe. Selon lui, les nouvelles activités qui seraient transférées à Flins ne suffiront pas à garantir une charge de travail suffisante pour les 2.600 salariés.

Le syndicaliste redoute aussi que la réduction drastique du nombre de modèles au catalogue Renault ne diminue fortement la demande en châssis fabriqués sur le site du Mans.

L’Etat ne va pas demander que Renault ne ferme aucun site

Le Premier ministre Edouard Philippe a assuré la semaine dernière devant les sénateurs que le gouvernement français serait intransigeant sur la préservation des sites de Renault en France.

Mais face à l’ampleur des difficultés financières rencontrées par le constructeur, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a précisé lundi matin qu’il n’irait pas jusqu’à demander au groupe de ne fermer aucun site. Objectif affiché : laisser le constructeur adapter son outil de production, il s’agirait selon lui d’une question de survie.

2019 : première perte nette de Renault depuis 10 ans

Le constructeur doit détailler en fin de semaine un plan d’économie drastique sur trois ans. Ses difficultés ne datent pas de la crise du coronavirus … puisque le groupe automobile a enregistré en 2019 sa première perte nette en dix ans.

Renault est tout à la fois impacté par les secousses de l’affaire Ghosn ayant entraîné l’arrestation et le départ du dirigeant, la dégradation de ses ventes sur ses principaux marchés. Nissan, son partenaire au sein de l’Alliance est lui aussi à la peine.
Le groupe automobile a d’ores et déjà prévenu au début de l’année 2020 qu’il n’aurait « aucun tabou » pour élaborer son plan d’économies, faisant redouter aux salariés des fermetures d’usines.

L’arrêt des ventes engendré par la crise du coronavirus n’a fait qu’aggraver les difficultés du constructeur, qui employait l’an dernier 48.500 personnes en France.

Notre avis, par leblogauto.com

Si nombreux sont ceux qui font part de leur incompréhension – voire de leur colère – face aux velléités de Renault de supprimer des sites alors même qu’il devrait prochainement bénéficier d’un prêt garanti de l’Etat de cinq milliards d’euros …. on se doit d’insister sur le fait que le constructeur était d’ores et déjà mal en point AVANT la crise du coronavirus.
Or, la pandémie du Covid-19 place nombre d’entreprises et qui plus est nombre de constructeur automobiles face à d’importantes problèmes de trésorerie. Les sommes empruntées par Renault doivent plus être assimilées à des facilités de caisse qu’à un prêt destiné à des investissements, permettant de rebondir.

Renault emploie 48.500 …. et cela représente autant de salaires à verser …. alors même que les ventes sont à leur plus bas. Sans compter sur les charges fixes, notamment immobilières dont le constructeur doit s’acquitter … même en l’absence de recettes.

L’annonce d’une demande de prêt de l’Etat émanant d’un groupe automobile international nous parvient plusieurs fois par semaine désormais, tel notamment JLR qui aurait récemment émis une requête en ce sens auprès du gouvernement britannique.

Sources : Reuters, Syndicats Renault

Poster un Commentaire

27 Commentaires sur "Renault : fermetures de sites annoncées jeudi après un CCSE ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Thomas
Invité

Punaise ça craint vraiment les annonces à venir cette semaine 😮

Séisme à attendre 😮

C Ghosn
Invité

Bon bah ce soir au balcon pour applaudir Renault.

Ah on me dit dans l’oreilette queca marche que pour le secteur hospitalier….

Donc PGE de 4 milliards pour les mauvais gestionnaires.

Comme l’a dit l’ex mecano VAG, la bise en passant KZ,

À quelque-chose malheur est bon dit le dicton, n’est-ce-pas ?

michozi
Invité

Si on peut essayer pour les hopitaux on a fait ca resultat la crise sanitaire est terminée. Pareil ce matin j’ai vu un SDF je l’ai applaudi direct ca vaut plus que de l’argent.

wizz
Membre

tu as vu ce SDF depuis la fenêtre de ton appartement?

n’oublie pas. Faut pas sortir. C’est dangereux…

Stabak
Invité

Comment ne pas être attristé…

Ces malheureuses nouvelles arrivent à un moment où Renault propose enfin une gamme complète, et de qualité. Car oui, les dernières Renault sorties sont d’excellentes voitures. Malheureusement, pour beaucoup elles ne se vendent pas…

Et Alpine, merde… On l’a tellement attendue son retour, et en beauté en plus! Ce serait triste de la perdre encore cette marque.

Will
Invité
C’est peut-être une partie du problème, c’est bien beau d’avoir une gamme complète, mais si seulement 3 modèles se vendent bien, il y a un soucis de stratégie. Je me rappelle il y a quelques années, il semblait sortir une nouvelle Renault tous les 6 mois, et à l’inverse le site Peugeot faisait peine à voir avec 4 modèles. Mais finalement il vaut mieux 4 modèles solides que 12 modèles qui se font concurrence même entre eux. D’ailleurs à titre perso’, le style Renault, bien que réussi, commençait à me lasser avant même le facelift de mi-vie. Alors on peut… Lire la suite >>
gustave
Invité

je n y crois pas pour Dieppe…..
Par contre rien de prévu au siège et au technocentre ? ni de plan de transfert des salariés qui le souhaitent ?

Klogul
Invité

les rumeurs parlent de 4000 emplois dont l ingenerie bref surement un plan de depart volontaire

Darkargos
Invité
Départ volontaire pour aller où ? Sûrement pas chez PSA qui désormais développe ses futurs modèles en Inde pour Citroën ou au Maroc dans son centre flambant neuf de R&D de Kenitra. Conçu et fabriqué à l’étranger, la formule que croit gagnante Carlos Tavares. Le chauvinisme des français pour leurs marques automobiles résiste mal aux deux cost killers Carlos, les fossoyeurs des usines et de l’ingénierie en vingt ans de bons et très juteux services. Le summum du foutage de gueule, c’est la DS9 Made in China photographiée pour le lancement dans les rues de Paris… Il vaut mieux acheter… Lire la suite >>
Klogul
Invité

oui c est sur que ca n est pas chez psa mais bon le management s en fiche 😉

Jean
Invité

J’aime beaucoup la Superbe break, mais acheter du VW….je ne peux pas. La DS9 est pour le marché chinois, je doute de la voir sauf dans les administrations ou ministères.

Thomas
Invité

La DS9 c’est pour le monde, et j’aimerais la voir fabriquée aussi à Rennes 🙄

Luc
Invité

Si jamais Renault ne survivait pas comme le crains le ministre de l’économie, tous les véhicules vendus d’ici là auront de graves pénuries en pièces après-vente. Il suffit qu’un petit calculateur à 50 euros ne soit plus dispo, et les voitures seront in-revendables… Bons pour la casse.

wpDiscuz