Accueil Nissan Nissan : Standard & Poor’s baisse la note de crédit long terme

Nissan : Standard & Poor’s baisse la note de crédit long terme

0
30
PARTAGER

Nissan une nouvelle fois pointée – dangereusement – du doigt par Standard & Poor’s. L’agence de notation a abaissé vendredi d’un cran la note de long terme du constructeur japonais. Ce dernier s’attend désormais à une perte nette sur son exercice écoulé 2019/20. Malmené depuis des mois, Nissan est désormais frappé de plein fouet par la vague du coronavirus.

Standard & Poor’s abaisse la note de crédit long terme de Nissan

Standard & Poor’s a ainsi abaissé de BBB+ à BBB la note de long terme de Nissan. L’associant d’une perspective négative. Ce qui signifie que l’agence de notation n’exclut pas d’effectuer une nouvelle dégradation à terme.

« La pandémie de Covid-19 a probablement fait plonger Nissan profondément dans le rouge » sur son dernier exercice annuel 2019/20, justifie Standard & Poor’s dans un communiqué.

L’agence de notation considère que les effets de la pandémie « pourraient s’intensifier ou persister », ce qui, prévient-elle devrait ralentir le redressement des ventes et des performances financières de Nissan, et par conséquent peser sur la qualité de son crédit.

Standard & Poor’s estime que Nissan ne se redressera pas avant 2022

Concernant l’avenir proche, l’agence de notation ne s’avère guère optimiste. Estimant que de « rudes conditions de marché et l’anticipation de coûts de restructuration ont rendu moins probable un redressement des résultats » du groupe en 2020/21.

Nissan anticipe une perte nette pour son exercice 2019/2020

Nissan, partenaire de Renault au sein de l’Alliance, a annoncé mardi qu’il tablait désormais désormais sur une perte nette sur son exercice 2019/20 clos au 31 mars. Une telle contre-performance n’avait pas été enregistrée par le constructeur depuis 2008/2009.

Nissan s’attend à une perte nette annuelle comprise entre 85 et 95 milliards de yens (compris dans une fourchette de 700-800 millions d’euros), alors qu’il avait réalisé un bénéfice net de 319 milliards de yens en 2018/19.

Le constructeur table parallèlement à une dégradation de ses résultats au niveau opérationnel. Alors que ses ventes déclinaient fortement avant que ne survienne la crise du coronavirus, ses performances commerciales ont fortement chuté à partir de février, d’abord en Chine, puis en Europe, pour poursuivre leur dégringolade aux Etats-Unis à partir de mars. Les mesures de confinement et des fermetures temporaires de ses usines impactant autant l’offre que la demande.

Le groupe a prévu de publier ses résultats annuels le 28 mai prochain.

Notre avis, par leblogauto.com

Les agences de notation ne cessent de dégrader la note de crédit de Nissan, n’augurant rien de bon pour les mois prochains.

Fin mars, l’agence de notation financière Moody’s avait pour sa part abaissé de deux crans la note de long terme de Nissan, la rétrogradant de Baa1 à Baa3.

Il faut dire que la santé financière du constructeur japonais n’était guère reluisante AVANT la crise du coronavirus. De quoi redouter la suite

Le fait de dégrader sa note de crédit ne devrait pas arranger la situation, renchérissant le coût de ses prochains emprunts. La notation à long terme estime en effet la capacité du débiteur à remplir ses obligations à plus d’un an. Meilleure est la note, moindres seront les intérêts, les banques ne prêtant qu’aux riches, c’est bien connu.

Mi février, la valeur du titre du groupe Nissan a même atteint un plus bas non observé depuis dix ans, le constructeur ayant réduit ses perspectives de bénéfices pour 2020 et renonçant à verser un dividende à la fin de son exercice annuel.  Nissan détenant alors la cinquième place des constructeurs automobiles japonais en terme de valorisation boursière.

Sources : Standard & Poor’s, AFP, Bloomberg

Poster un Commentaire

30 Commentaires sur "Nissan : Standard & Poor’s baisse la note de crédit long terme"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Olivier
Invité

Et un article de plus pour dénigrer l »Alliance….

Nissan une nouvelle fois pointée – dangereusement – du doigt.
( mais cela n’est que votre souhait Madame !! pas plus…)

BBB c’est déjà très bien comme notation !!

PSA est BBB-, l’indice au dessous de BBB… mais là cela ne pose aucun problème…!!!

Quelle crédibilité a accorder à vos article Madame ?

Kaizer Sauzée
Invité

…par Standard & Poors (et autres agences de notation du même acabit), les mêmes qui ont laissé les banques américaines s’effondrer sans jamais en 2007/2008 et laissé arriver la crise des subprimes.
Quand cessera-t’on de laisser les américains manipuler le marché à leur guise ???

retrouvé le retour
Invité
Il faut voir ce que donne la « us weekly jobless claims » actuelle comparée aux montées des indices US depuis 2007 liées à des « montées « de l’emploi US microscopiques pour bien avoir le nez dedans !! Ceux qui ne sentent pas l’odeur de ces agences doivent se faire dépister !! Les colons américains ont mis 200 ans entre le placement des indiens survivants dans des réserves et la liquidation totale de toutes les richesses d’un continent accaparé. Le plus bel exemple est l’essorage des derniers résidus d’hydrocarbures de schistes par la fracture chimico-hydrolique. C’est pour cela que l’article de ES ne… Lire la suite >>
Allegra
Invité

Vous avez raison, le problème vient donc des agences de notation, tout va bien madame la marquise… Heureusement que ceux qui dirigent l’Alliance ne jouent pas eux-aussi à l’autruche 😉

rob
Invité

Malheureusement je ne peux qu’être d’accord. Les articles d’Élisabeth…

Thibaut Emme
Admin

« Quand je me regarde, je me désole. Quand je me compare, je me console. » – Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (alias Talleyrand)

SAM
Invité

« On est souvent injuste par omission. »
Marc Aurèle

Alors je crois que toute l’économie automobile est dan le même bateau en ce moment :
https://www.challenges.fr/automobile/actu-auto/coronavirus-daimler-volkswagen-nissan-ford-annoncent-de-grosses-pertes_707358

retrouvé le retour
Invité

Emme toi le ciel t’aidera !!

michozi
Invité

Apres analyse il faut donc aller vers la methode simple et efficace: blocage total de l’appareil productif, occupation des usines et demande de hausse de salaire de 50%. C’est quand la bete est a terre qu’il faut y aller et ne rien lacher.

wizz
Membre

oui michozi
Surtout, n’oublie pas d’achever la bête. Comme ça, on ne parle plus après….

wizz
Membre

un parasite intelligent, c’est celui qui infecte son hôte, tout en le laissant vivre, tout en le laissant se développer

un parasite qui étrangle son hôte, surtout lorsque ce dernier est à terre, affaibli, est un parasite crétin, qui va mourir en meme temps que son hôte…

Kaizer Sauzée
Invité

Staline est de retour…?

SAM
Invité

… Plus son l’ennemi germanique de Staline …

V Paulus
Invité

Reprend un peu de rouge et de saucifflard, ca te ramolis le cerveau.

Luc
Invité

Oui, avant que ça coule, mieux vaut que les salariés récupèrent le fruit de leur travail, pour éviter qu’ils ne deviennent les dindons de la farces. Sinon, ce sont les méchants actionnaires qui tireront les derniers profits.

quid34
Invité

Nissan a toujours été le plus fragile des constructeurs Nippon.
N’est pas Honda ou Toyota qui veux…sûrement à voir avec la culture d’entreprise …Sinon cela fait de la peine de voir qu’en France la culture économique est si faible que l’on tolère des commentaires d’incultes jaloux qui prônent des solutions qui on démontré leurs nuisances. Cela fait croire à trop que le problème c’est les autres et qu’aucune remise en cause personnelle n’est nécessaire …

AXSPORT
Invité

Et le moins fiable depuis l’Alliance……

Kaizer Sauzée
Invité

Pour tous les extrémistes, de tous poils et de tous bords, c’est toujours la faute des autres.

Invité

Et si Ghosn avait raison ?

SAM
Invité
@shooby. Alors on en a souvent parlé ici… Carlos est en grande partie responsable de cette situation pour moi. Après oui comme étant conscient des maux de Nissan, ce serait la personne idéale pour résoudre le problème actuel. Le groupe doit annoncer son plan en mai 2020. Un nouveau DG arrive chez Renault et qui à terme chapeautera l’Alliance dans son ensemble. Donc laissons les nouveaux, donner une nouvelle impulsion. Nissan va passer de 5 millions à 4 ou 3,5 millions d’auto vendues. C’est de qu’il faut mais les marchés ont du mal à comprendre que cette décroissance est vitale… Lire la suite >>
wizz
Membre

vendre moins avec plus de marge, ce n’est pas automatique

vendre plus de volume à perte, ce n’est pas automatique non plus

ce qu’il faut éviter, c’est de devoir faire des grosses remises pour pouvoir écouler ses voitures, peu importe le volume

SAM
Invité
@wizz. Les grosses remises, c’est ce que Nissan a fait en Europe et aux USA (Altima, Rogue, Qashqaï). Ils ont arrêté en 2019 mais sans nouveautés (sauf l’Altima et la Micra qu’ils en veulent pas soldée car produite en France – je pense que Nissan préférait qu’elle soit produite en Turquie ou au Maroc)… les clients n’ont pas compris et n’ont pas suivis. Avec de nouveaux produits, ils peuvent justifier leurs prix. Daimler, VW, Hyundaï-Kia souffrent des mêmes maux que Nissan … une surcapacité et une politique commerciale basée sur les remises. Cela marche en temps mais si vous n’êtes… Lire la suite >>
Luc
Invité

Goshn est un abruti. Il a sorti la Zoé et la Leaf avec des carrosseries différentes des modèles existants, et entre les 2, la technologie est différente. PSA minimise son invest dans le VE en commonalisant la carrosserie entre VT et VE. Et c’est la même techno VE entre 208, 2008, DS3, Corsa, Mokka, et sans doute des Fiat plus tard. Ce genre de bourde à plusieurs milliards coûtera chère à Renault et Nissan…

Invité

Et pourtant, dans la « vraie vie », les chiffres de ventes sont pour le moment meilleurs chez Renault que chez PSA pour les VE, puisque dans les gammes équivalentes, la Zoé se vend mieux que la e-208 !
Mais n’est-ce pas un peu normal : Renault/Nissan sont arrivés quasiment en premier (et donc bien avant PSA, dont le PDG a jusqu’à il y a peu critiqué sévèrement l’intérêt de la VE … avant de s’y convertir en vitesse) et ont donc « essuyé les plâtres », ont dû travailler chacun de leurs côtés avant de travailler ensemble […]

wizz
Membre
Luc Ce n’est pas aussi simple. Il y a 2 écoles, 2 types de clientèles. Il y a ceux qui veulent s’afficher, montrer leur différence. Et il y a ceux qui veulent rester sobre, « noyé dans la masse ». Par exemple la Prius. On aurait très bien pu mettre ce moteur dans une simple Corolla (ps: et c’est ce qu’on a fait plus tard, dans les Auris/Corolla…). Mais certains chez Toyota pensaient qu’une technologie avant-gardiste bien visible, bien reconnaissable, ça se vendrait mieux (ils ont quand même mis de très longues années avant que ça se vende bien) Un autre exemple… Lire la suite >>
wizz
Membre
ensuite, e-208 vs ZOE Il y a eu des progrès dans la batterie. Elles sont plus denses en énergie, et on a du recul, permettant de concevoir le pack différemment. https://www.largus.fr/images/images/renault-zoe-ze4019_1.jpg https://www.challenges.fr/assets/img/2016/05/25/images_list-r4x3w1000-578daafd28bbc-nouvelle-generation-de-vehicules-electriques-chez-psa.jpg à l’époque de la ZOE, c’était un pack cubique, plus facile à controler la température des différentes cellules. De nos jours, ce fut plus facile pour PSA de faire plusieurs blocs de formes différentes, pour se loger à divers endroits du véhicules. Il était possible pour PSA de faire une plateforme multi-énergies et pas pour Renault à son époque. La plateforme de la ZOE, c’est celle de la… Lire la suite >>
wizz
Membre
dernier chapitre : Nissan Lorsqu’ils étaient en quasi faillite, et que personne n’en voulait (ni Ford, ni Mercedes, ni les voisins Honda ou Toyota), ils étaient très humbles lorsque Renault venait, avec Dieu Carlos. Et puis Nissan avait pu remonter la pente, et même atteignant les objectifs avant les dates annoncées (remboursement de la dette, volume des ventes…). Du côté Renault, l’argent ayant servi dans le projet Nissan était de l’argent qui n’était plus disponible pour son propre développement. Rapidement donc, c’était Nissan qui générait le plus de bénéfice dans l’Alliance. Et le « melon » commençait à s’enfler… Toyota avait sorti… Lire la suite >>
SAM
Invité

@shooby. Je vous invite à lire cette article de 2017 qui reprécise le projet de montage que Carlos souhaitait mettre en place pour préserver l’augmentation de son salaire pour lui et les hauts responsables du groupe :

https://www.francetvinfo.fr/economie/entreprises/salaires-des-grands-patrons/pourquoi-la-remuneration-du-pdg-de-renault-carlos-ghosn-pose-t-elle-probleme_2236955.html

L’unique motivation des synergies et des volumes étaient justifiés pour augmenter les salaires des hauts dirigeants sans réelle stratégie industrielle au final. Le point de rupture pour Carlos c’est fin 2016/2017 où pour moi il n’a plus été en mesure de piloter convenablement l’ensemble. C’est parti en sucette en 2017 sous son initiative.

SAM
Invité
Beatriz
Invité

Nisssan s’attend à une perte anuelle de 85 et 95 millards de yens.Fin mars, l’agence Moody’s avait une baisse de deux crans .

wpDiscuz