Accueil Toyota Japon : règles durcies sur participations étrangères, Toyota impacté

Japon : règles durcies sur participations étrangères, Toyota impacté

0
4
PARTAGER

Décidément très prévoyant à l’encontre de la Chine, le Japon.
Après avoir mis en place un plan budgétaire pour aider et inciter les entreprises nippones à migrer hors de Chine, Tokyo enfonce le clou. Le Japon vient ainsi de resserrer les règles sur les participations étrangères dans 518 entreprises, invoquant la sécurité nationale. Une liste qui intègre notamment le constructeur automobile Toyota.

Le Japon établit une liste de 518 sociétés essentielles à la sécurité nationale

Le Japon a annoncé vendredi avoir établi une liste de ses entreprises soumises à des règles plus strictes en matière de propriété étrangère, y compris des majors telles que Toyota et Sony alors que les États-Unis et l’Europe  intensifient leur examen minutieux des industries essentielles à la sécurité nationale.

Le pays a identifié 518 de ses quelque 3 800 sociétés cotées comme ayant des opérations essentielles à la sécurité nationale, les ciblant comme devant être l’objet d’une plus grande vigilance.

Ces réglementations plus contraignantes – entrées en vigueur dès vendredi – concernent notamment les investissements étrangers dans une douzaine de secteurs essentiels à la sécurité nationale, tels que l’automobile, le pétrole, les chemins de fer, les services publics, l’armement, l’espace, l’énergie nucléaire, l’aviation, les télécommunications et la cybersécurité.

Présélection pour tout investisseur étranger souhaitant acquérir 1 % de part

Les investisseurs étrangers achetant une participation de 1% ou plus dans des entreprises japonaises sont désormais soumis à une présélection, le seuil étant antérieurement fixé à 10%.

Le ministre des Finances Taro Aso a tenu à préciser pour sa part que la technologie et les brevets devaient être protégés du point de vue de la sécurité nationale.

Certains analystes affirment que la révision de la loi reflète l’inquiétude de Tokyo concernant l’influence croissante de la Chine dans des secteurs tels que la défense, risquant des fuites d’informations confidentielles et des sorties de technologies clés.

Cependant, les critiques ont fait valoir que la réglementation décourage les investisseurs étrangers sur le marché boursier japonais et va à l’encontre des efforts du gouvernement pour attirer les investissements afin de revitaliser l’économie.

Des exemptions permettent toutefois de dissiper ces craintes : aucune présélection ne sera de mise pour les investissements par des institutions financières étrangères, les fonds souverains certifiés et les investisseurs répondant à certains critères ne seront pas soumis aux obligations de déclaration préalable.

Notre avis, par leblogauto.com

Le Japon a raison de se méfier. La Chine pourrait en effet profiter de la crise du coronavirus et de l’affaiblissement financier de certains groupes pour s’y implanter.

Un processus qui pourrait être facilité par le fait que l’Empire du Milieu ait un temps d’avance par rapport au reste du monde et semble désormais prêt à faire repartir ses usines. Chose qui n’est pas encore totalement à l’ordre du jour dans la plupart des autres pays producteurs. Une situation qui pourrait permettre à la Chine d’accroître ses parts de marché, affaiblissant les autres, tout en se renforçant.

Sources : Reuters

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Japon : règles durcies sur participations étrangères, Toyota impacté"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Thomas
Invité

Ca pourrait donner raison à Trump pour qui le Covid 19 serait une manœuvre de la Chine 😮

Jdg
Invité

On devrait faire pareil, mais aussi arrêter avec les règles de l’UE irréfléchies qui empêchent nos états de se prémunir sous un soit disant libre échange. Cette invention des USA n’est plus respecté par personne et en premier les états unis

COLAS
Invité

Ah le grand japon de retour au grand protectionnisme !
Mais au fait pourquoi les autres pays constructeurs de voitures ne font pas comme les japonnais ; apres tout chacun aime sa patrie non ? A moins d’être ingrat et hypocrite . A bon entendeur salut !!!

Bernardo
Invité

et après ça Nissan viendra encore pleurer que la présence de l’état au capital de Renault les « protège » contre une action malveillante de leur allié ?
ils n’ont pas tord de se méfier de ces malfaisants communisto-libéro-protectionnistes ! …

wpDiscuz