Accueil BMW L’atypique BMW Série 6 GT passe par la case restylage

L’atypique BMW Série 6 GT passe par la case restylage

0
11
PARTAGER

La BMW série 6 Gran Turismo, apparue en 2017, a droit à son restylage de mi-carrière, en même temps que la série 5. Lancement prévu en Juillet 2020 pour ce modèle atypique !

Crise existentielle

En repositionnant la « GT » de la série 5 vers la série 6, dont la version coupé a disparu, BMW avait cherché à recaser et renouveler son concept de grande berline à hayon, dont le design clivant avait toujours fait tiquer. La génération G32 a essayé d’affiner un style jugé jusque-là très pataud, en conservant une architecture combinant une ligne sportive et les aspects pratiques de grande routière. En dépit de ventes décevantes, le constructeur bavarois insiste.

Pas de révolution évidemment dans cette 6 GT restylée, mais une évolution subtile du design, à l’image de la série 5 qui bénéficie également d’un ravalement de façade. La famille petit à petit homogénéise son air de famille. Pas de calandre hypertrophiée, mais des « haricots » aux contours redessinés et élargis, afin de donner à cette série 6 GT un aspect plus agressif. Ce dynamisme est renforcé par les optiques, plus effilés, dotés de série des LED Matrix ainsi que des boucliers retravaillés avec des ouïes latérales en forme de C antagonistes qui accentuent un peu plus l’allure athlétique de l’ensemble. Pour en finir avec l’apparence extérieure, si les jantes alliage 18 pouces sont de série, il est possible évidemment en option de monter à 19 ou 20 pouces.

Deux diesels pour commencer

Pour l’instant, la gamme mécanique se restreint à deux motorisations biturbo diesel, couplées à de l’hybridation légère 48 volts qui permet à l’alterno-démarreur de fournir 11 chevaux supplémentaires et d’optimiser l’efficacité du moteur thermique. La première motorisation correspond au 620d Xdrive 4 cylindres de 1995 cc délivre 190 chevaux à 4000 tours/min pour un couple maximal de 400 Nm. Ses performances (220 Km/h et 8″ pour le 0-100 Km/h) sont identiques à la précédente version 620d. Par contre, la seconde motorisation 630d Xdrive, avec son 6 cylindres en ligne 3 litres, grimpe à 286 chevaux et 650 Nm de couple contre 265 chevaux et 620 Nm pour la précédente version.Préférable pour remuer la bête qui dépasse alors les 1900 kilos.

Par conséquent, les performances s’améliorent très légèrement, BMW annonçant un 0 à 100 Km/h en 5″9 contre 6″1 précédemment. La vitesse maxi par contre demeure inchangée, limitée électroniquement à 250 Km/h.

Dotation en hausse et pléthore d’options

Tout cela est couplé de série à la boîte Steptronic 8 rapports. Pour la tenue de route, si la suspension arrière pneumatique avec réglage de hauteur de caisse est de série, le système ActiveDrive à 4 roues directrices est en option.

A l’intérieur, luxe, confort et polyvalence sont toujours les maîtres mots de BMW. La dotation est revue à la hausse, avec un grand écran central de 12,3 pouces, un volant sport en cuir dont l’ergonomie des commandes a été repensée et de nouveaux inserts en bois précieux et en aluminium (sur finition M)

Évidemment, la série 6 ne lésine pas sur la connectivité (navigation BMW Maps basée sur les données Cloud, compagnon numérique, Android Auto, affichage 3D, etc.) et les aides à la conduite, mais il faudra passer par la case option pour bénéficier des fonctionnalités étendues des systèmes d’aides à la conduite, comme le dispositif de retour dans la voie d’origine ou encore le respect des distances de sécurité piloté par le régulateur de vitesse adaptatif.

Notre avis, par leblogauto.com

La grille tarifaire des 620d et 630d commence respectivement à 65.250 et 73.500 euros et dépasse les 80.000 pour le 630d en finition M Sport. Fabriquée en Allemagne à Dingolfing, la série 6 GT demeure assez confidentielle sur nos routes, ses marchés étant plutôt outre-Atlantique et en Asie. Le restylage ne prend aucun risque et propose une évolution de mi-carrière classique, qui permet néanmoins de donner une image plus dynamique au modèle. En attendant l’essence ?

Source et image : BMW

 

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "L’atypique BMW Série 6 GT passe par la case restylage"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
panama
Invité

elles sont faites sur le châssis de la série 7, donc beaucoup plus de place à l’arrière que les séries 5. Moins sexy mais beaucoup plus de confort.

Mwouais
Invité

@panama : reste que mettre fonctionnel et BMW (sportivité, ligne, confort, performance) dans la même voiture, ça reste un soucis esthétique. Autant je comprends ceux qui achètent se fichant à 50% du look, autant jusqu’ici j’aurais dû mal à signer le bdc.

Mercedes y serait plus à l’aise dans pareille proposition. Ou un Genesis/Infiniti pour qui l’image sociale pourrait être écartée par l’acheteur. Étonnant qu’aucun produit similaire ne soit proposé en Chine. (Je lis les chiffres US, c’est pas brillant).

C Ghosn
Invité

La Golf 7 voudrait récupérer ses DRL, merci…

yrd1967
Invité

J’ai troqué ma série 5 touring (de société) pour une 5 GT… J’ai adoré le concept… Et la voiture…
Aujourd’hui je suis passé à la 6GT… Un très grand plaisir, plutôt fonctionnelle avec une belle capacité de conduit réjouissante (et pour le fun du pilote, une série 2 fait l’affaire)

Invité
J’aime assez le look de la 6GT mais j’ai opté pour une 7 l’année dernière. Cette dernière était beaucoup plus présente en occasion récente au moment de mon achat que la 6 (sur le marché US, ou on voit très rarement des 6GT). Un peu trop typée confort a mon gout (j’aurais préféré une 6 GT pour la tenue de route) mais excellente sur les long parcours. Son seul (gros) défaut est une connectivité absolument horrible et irritante avec les iPhones – ce qui a l’air d’être un défaut récurrent des BMW. Je sais que ce n’est pas le critère… Lire la suite >>
Jdg
Invité

Pas de serie 6 coupé je comprends pas l’intérêt de se modèle du coup

SGL
Invité

C’est une sorte de Série 5 5 portes.
Alternative aux X3/X5

AXSPORT
Invité

Au moins ce n’est pas un SUV !!!
👍

SGL
Invité

Si les carburants seraient proportionnellement au prix des années 80, elle se vendrait mieux que ses frères SUV.

Mwouais
Invité

(si je peux me permettre ici -on ne sera pas top lu – ‘si’ appelle l’imparfait, pas le conditionnel : cette erreur est présente dans pas mal de tes posts et pique l’intérêt de certains de ceux là).

SGL
Invité

« Si » je veux, je peux 😉
J’ai trop incité sur le conditionnel !?
« étaient » tu préfères ?
Désolé @Mwouais, rédigé des textes, n’est pas mon fort

wpDiscuz