Accueil Historique Elle n’a jamais couru, épisode 19 : Porsche LMP 2000

Elle n’a jamais couru, épisode 19 : Porsche LMP 2000

119
17
PARTAGER
Porsche

Porsche et l’Endurance, c’est une longue et grande histoire. Mais parfois, les impératifs industriels et marketing l’emportent.

Revenir plus fort

Après son long règne sur le Groupe C dans les années 80 avec les Porsche 956/962, le constructeur allemand disparaît un peu de la scène de l’Endurance au début des années 90 mais y revient vite, après l’échec de ses projets monoplace en CART et en F1. En 1994, déjà grâce à une interprétation assez libre du règlement, la Dauer LM, en fait une 962 adaptée en GT pour rentrer dans les clous, remporte les 24 heures du Mans, suivi en 1996 de la victoire de la TWR-Porsche, un prototype dérivé de la Jaguar XJR-14 !

Le prototype WSC-95

Puis, la même année, Porsche développe sa nouvelle 911 GT1, qui là encore flirte avec les limites de la règlementation GT1 et triomphe aux 24 heures 1998. Seulement, les GT1, des prototypes déguisés en GT, sont bannies à l’issue de la saison et remplacées par la catégorie LMGTP. Alors que Toyota, Mercedes ou encore Nissan sautent le pas et font évoluer leurs modèles vers cette nouvelle classe, Porsche s’y refuse et retire la 911 GT1, préférant se consacrer à un nouveau prototype, ouvert cette fois-ci, qui doit concourir au Mans en 1999.

Le moteur initial tombe à plat

Le projet 9R3 est lancé dès l’été 1998. A la manœuvre, Horst Machart, le responsable R&D à Stuttgart, et les ingénieurs Wiet Huidekoper et Norbert Singer pour la partie design, ce dernier ayant déjà été à l’œuvre sur les 935, 956 et 962 Groupe C. Tandis que le châssis doit être intégralement en fibre de carbone, une première pour Porsche en matière de sport automobile, le moteur choisi au départ est celui de la 911 GT1, à savoir le Flat 6 3.2 litres Biturbo. Mais en Novembre 1998, alors que l’avancement du prototype est en bonne voie, le choix du Flat 6 est finalement rejeté par les ingénieurs : poids excessif (210 kilos contre environ 160 pour les V8 concurrents), problème d’équilibre, de refroidissement et de compromis aérodynamiques, aucune chance de vaincre avec une telle motorisation, alors que BMW, Toyota et Nissan sont déjà bien rodés ! Or, s’il faut reprendre de zéro le concept et le moteur, c’est trop tard pour courir en 1999. Le retour au Mans ne pourra donc se faire qu’en l’an 2000.

Un bloc issu de la F1

Le V10 Porsche

En mars 1999, une réunion entérine la nouvelle motorisation: ce sera un V10 ! En 1990, Porsche avait conçu un V12 3.5 litres pour la Formule 1, en le fournissant à l’équipe Footwork. La saison 1991 avait été un échec cuisant, le bloc allemand s’étant révélé lourd, pas fiable et pas assez puissant. Alors que le contrat avec Footwork avait été finalement cassé, Porsche avait tenu néanmoins à développer courant 1992 un nouveau moteur F1 V10 de 3.5 litres de cylindrée, donné pour 700 à 800 chevaux. L’équipe en charge du projet LMP valide le passage à ce V10, mais en l’adaptant aux contraintes et aux exigences de l’Endurance.

L’augmentation de la course et la modification de l’alésage font passer la cylindrée de 3.5 à 5.5 litres, alors que le régime maxi est ramené de 15.000 tours à 8000 tours, pour une puissance de 650 chevaux environ. En raison des restrictions de la règlementation ACO et aussi pour une question de fiabilité, le système de soupapes pneumatique est retiré et remplacé par des soupapes à ressort, plus faciles d’entretien. Une nouvelle boîte de vitesse séquentielle à 6 rapports, en position longitudinale, est développée, sans oublier évidemment de revoir les suspensions pour les adapter aux nouveaux pneus de course Michelin et aux nouvelles attaches du moteur, différentes de celles du Flat 6.

Kaputt !

Le regretté Bob Wollek avait participé aux essais

Fin mai, le design est arrêté. La LMP2000 est une monocoque en fibre de carbone renforcée par une structure aluminium, le tout fabriqué par Lola Composites. Elle se caractérise par une porte-à-faux avant assez courte, une partie avant très large et aplanie entre les carénages de roues. L’aérodynamisme est très travaillé, avec une recherche optimale d’appui et d’agilité. La production est lancée pour des essais prévus en Novembre. Mais au même moment, revirement brutal : le directoire Porsche annule purement et simplement le projet LMP2000.

Malgré tout, le staff aura l’autorisation d’achever le prototype et d’effectuer deux journées de roulage à Weissach, avec Allan McNish et Bob Wollek au volant. Les pilotes feront remonter d’excellentes sensations, mais les instructions seront longtemps très claires : le projet n’a jamais existé ! Deux photos prises par un amateur permettront à la presse de faire couler de l’encre, et il faudra attendre 2015 pour que Porsche daigne enfin communiquer sur ce projet avorté.

Une des photos « volées » du roulage secret

Faire place à Audi ?

Mais au fait, pourquoi le LMP2000 n’a-t-il jamais couru, à cause de cet arrêt brutal venu d’en-haut ? Plusieurs raisons ont été avancées et demeurent encore floues de nos jours : éviter une concurrence contre-productive avec Audi qui allait recevoir la primauté en Endurance (avec le succès que l’on sait), challenge moins prestigieux avec le retrait massif des constructeurs (Mercedes stoppe tout après ses CLR volantes, BMW part en F1, Toyota se prépare pour 2002), etc. D’autres raisons internes au groupe VAG furent évoquées : un accord aurait été conclu entre Wiedeking, le patron de Porsche, et Ferdinand Piech, celui de VW, pour coopérer sur le développement d’un projet révolutionnaire pour l’avenir de la firme de Weissach : le SUV Cayenne. Ce nouveau modèle stratégique profitait ainsi du redéploiement d’une partie du staff compétition et de l’aide technique et industrielle de Volkswagen. On connaît la suie !

La LMP2000 n’a jamais couru, mais ses entrailles n’ont pas été faites en vain : le V10 fut modifié, dégonflé et adapté pour la série sur la Porsche Carrera GT, tandis que le châssis servit de base au développement du prototype RS Spyder en 2005, qui décrocha de nombreux succès dans la catégorie LMP2 du championnat d’Endurance nord-américain ALMS. Quand à ce prototype « secret », il fit sa première apparition publique…en 2018, à Goodwood !

Images : Porsche, flickr, wikimedia

source : Mulsanne’s Corner

 

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "Elle n’a jamais couru, épisode 19 : Porsche LMP 2000"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Zak
Invité

Magnifique. Merci. Porsche, avec l’aide de Roger Penske, a pris une magnifique revanche sur Audi avec les RS Spyder en leur infligeant de retentissantes raclées en ALMS. La RS Spyder a certainement hérité des qualités de le LMP2000.

polo
Invité

Raclées bien aidées par un règlement « permissif », en Europe les RS Spyder n’ont jamais battu les LMP1!

Invité

Si au Hungaroring en 2010, pourquoi? Car c’est l’un des seuls circuit européen qui avait globalement les mêmes caractéristique que les américains, résultat les châssis plus léger des LMP2 offrait un gros avantage.
En 2008 en ALMS ils ont alourdis les LMP2 pour diminuer ce gain

Invité

Serait-ce la première victime d’un SUV?

Invité

Accessoirement anecdote qui manque, lorsqu’ils ont parler du moteur en comité, la personne ayant dit que le flat 6 était le défaut et qu’il fallait autre chose, il a déclaré « Si les regards pouvaient tués je ne serais pas la aujourd’hui »

AXSPORT
Invité

A nouveau un grand merci pour cet article !!
👍

Goodstone / Fail-auto
Invité

Tellement de mystères (ou presque) autour de ce proto que c’est fascinant 🙂

wpDiscuz