Accueil Sport auto Et si le confinement était bénéfique au sport auto mondial ?

Et si le confinement était bénéfique au sport auto mondial ?

176
8
PARTAGER
covid-19 chance sport automobile

Face à la pandémie de covid-19, des constructeurs pourraient couper leurs programmes sportifs pour faire des économies. Et si c’était une chance pour le sport automobile ?

Partout dans le monde ou presque, les championnats de sport automobiles se sont mis en pause. Pour l’instant, les calendriers de reprise ne sont pas connus, et certains championnats pourraient connaître une saison blanche ou pratiquement. Pour la F1 par exemple, on envisage de continuer la saison 2020 sur les deux premiers mois de 2021.

Mais, c’est surtout l’économie de l’automobile qui inquiète. Les usines s’arrêtent pour plusieurs semaines partout dans le monde et les dettes s’accumulent. Surtout, le chiffre d’affaire et la marge de chaque constructeur seront fortement touchés. Certains groupes automobiles vont souffrir, et devront faire des coupes drastiques dans les dépenses. L’une des dépenses les plus souvent coupés historiquement, c’est le sport auto.

On pourra rappeler l’arrêt soudain voire précipité de Peugeot en 2012 à l’aube d’une saison d’endurance, voiture prête, ou celui de Honda de la F1 fin 2008, laissant Brawn avec une arme absolue pour la saison 2009, le double diffuseur. En WRC, Volkswagen décide de partir suite au dieselgate, début 2017. Il y aura des désertions, à n’en pas douter.

Est-ce un mal finalement ?

Ces départs sans tambour ni trompette des constructeurs signifient-ils la mort de certains championnats ? Oui, sans doute, surtout si ces défections ne sont pas anticipées. Mais, on l’a déjà vu par le passé aussi, cela obligera les championnats à se réinventer. Et pourquoi pas, faire revenir les « amateurs » (les privés) ? Une écurie comme M-Sport, non officielle Ford, en rallye fait autant pour le rayonnement du championnat que les écuries officielles et leurs budgets plus importants.

Si on prend la Formule 1, le départ d’un ou deux constructeurs pourrait être l’électrochoc pour revenir à un sport plus abordable pour les écuries et plus ouvert. Sans doute pas un retour à l’époque « des garagistes » mais qui permettrait peut-être de voir des « petits » se battre pour les podiums, voire mieux. D’ailleurs, les petits souffriront aussi, et on se demande si on aura toujours 10 écuries l’an prochain. A la F1 et la FIA d’anticiper et de s’arranger pour conserver son plateau.

En endurance, il n’y a en ce moment qu’un seul constructeur, Toyota. Le règlement hypercar va-t-il pâtir de la crise financière actuelle ? Peut-être. Déjà malmené par l’intérêt de certains privés et constructeurs pour le règlement LMDh, l’hypercar connaissait déjà des défections avant même l’épidémie de SAR-CoV-2. De quoi pousser l’ACO a rectifier le tir pour attirer plus de privés dans la catégorie reine et éviter un championnat avec un ou deux participants au plus haut niveau ? Le succès populaire du LMP2 et du GTE indique qu’il n’y a pas besoin de moyens démesurés pour passionner les foules. Une bagarre serrée suffit.

Baisser les coûts et anticiper

Le rallycross était aussi un championnat populaire au plateau relevé mais composé de privés. L’arrivée de quelques constructeurs a attiré quelques pilotes stars, mais leur départ l’an dernier, non anticipé par le WRX a un peu planté tout le monde. Un exemple de non anticipation qui plombe un championnat sur plusieurs années. En WRC, si l’un des deux constructeurs officiels encore engagés, Toyota et Hyundai, décide d’arrêter les frais, que restera-t-il ? Il est loin le temps où plus de 10 constructeurs participaient au rallye mondial.

Cependant, les belles pages des 24 heures du Mans ont été aussi écrites avec des plateaux constructeurs fournis. L’époque des C1 par exemple dans les années 80, début 90, avec 5 à 10 modèles différents alignés, opérés par l’écurie officielle ou par des privés. Là encore, le budget était largement moindre. Face à l’épidémie, pour garder des plateaux fournis, voire les regarnir, les championnats et la FIA doivent « renverser la table » et diviser les budgets par 2 ou plus.

En plus, cela fera revenir plus rapidement les constructeurs. Et de repartir pour un tour.

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Et si le confinement était bénéfique au sport auto mondial ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Jdg
Invité

L’idée est louable. Mais faut il encore que les règlementations d’assouplissement car trop contraignante pour un amateur

seb
Invité

Dans plusieurs championnats il y a des nouveaux règlements qui se mettent en place pour l’année prochaine ou l’année d’après, c’est le moment de les revoir une dernière fois.
Peugeot avait une voiture prête et est partis, là ils doivent revenir mais ils ont déjà perdu leur partenaire, avec la crise qui se profil ils risquent de retarder leur retour.

Guillaume D.
Invité
Et si on pouvait aussi stopper toutes ces standardisations comme on vient de le voir en WRC, ça serait génial ! On doit retrouver un championnat de pilotes, mais aussi d’ingénieurs qui sont à même de trouver le petit truc qui donnera un avantage certain au pilote. La standardisation tue la compétition et l’innovation, dont certaines se sont révélées parfois utiles pour les véhicules de série : dommage ! Après, il est clair que je n’ai pas non plus la formule magique pour limiter les coûts… Je ne suis pas convaincu que la limitation des budgets soient efficace (il est… Lire la suite >>
labradaauto
Invité

je pense qu’à la fin de la guerre bactériologique , les règlements seront revus vus que la Chine aura toutes les billes, tiendra le diapason. Déjà 2020 tout est rapé, du match foot au concert de Rammstein.

dom
Invité

Till Lindemann est covidé ….

Zak
Invité

Espérons…

wpDiscuz