Accueil Greatwall Great Wall (Chine) : pas de guerre des prix après la sortie...

Great Wall (Chine) : pas de guerre des prix après la sortie de crise

133
1
PARTAGER

Les constructeurs chinois préparent d’ores et déjà la sortie de la crise engendrée par l’épidémie due au coronavirus, et parmi eux figure en tout premier lieu Great Wall.

Son Président a tenu à rassurer ses concurrents … voire à apaiser les tensions, tout en laissant entendre tout de même qu’en quelque sorte … pendant les « travaux » les « affaires continuaient » … 

Great Wall ne veut pas mener une guerre des prix

Great Wall Motors, un des plus importants constructeurs automobiles chinois, n’a pas pour objectif de mener une guerre des prix alors que les ventes de l’industrie ont dégringolé suite à l’épidémie du Covid-19 a déclaré son Président.

« Great Wall ne veut pas entrer dans une guerre des prix » alors que le marché ralentit « , a déclaré lors d’une conférence de presse Wei Jianjun, président de Great Wall, l’un des plus grands constructeurs de SUV en Chine. Argument invoqué : le prix constitue le principal avantage concurrentiel de la marque.

« L’occupation aveugle du marché » via des baisses de prix nuira à la marque, surtout en l’absence de possibilité de pouvoir entièrement garantir les flux de trésorerie des constructeurs », a ajouté Wei.

Pour rappel, Great Wall a été l’un des premiers grands constructeurs automobiles à réduire les prix des véhicules fin 2018, lorsque le marché chinois, le plus grand du monde, a commencé à chuter. Cependant, depuis 2019, Great Wall a progressivement remis en place une stratégie de prix agressive en vue d’accroître son chiffre d’affaires.

Great Wall veut poursuivre son développement sur les marchés étrangers

Ce préambule étant posé, le patron de Great Wall a néanmoins ajouté que le constructeur allait poursuivre sa démarche de développement sur les marchés étrangers. Business Is business.

Au début de l’année, le constructeur chinois a donné son accord pour acquérir deux usines de General Motors – l’une en Inde, l’autre en Thaïlande – , le constructeur US ayant pris la décision de se retirer de ces marchés non rentables pour lui.
Wei Jianjun a par ailleurs rappelé que Great Wall envisageait d’entrer sur les marchés indiens et thaïlandais il y a près de sept ans, mais que le projet n’avait pas abouti, le constructeur s’estimant jusque- là insuffisamment prêt pour pouvoir conquérir ces nouveaux territoires.

Désormais, le constructeur s’attend à ce que les transactions concernant ces deux usines soient achevées au cours du deuxième semestre 2020. Il devrait  réorganiser en suivant ses lignes de production pour assembler ses propres modèles.

Mesures d’ajustement de production

Wei Jianjun a par ailleurs indiqué que Great Wall prenait à l’heure actuelle des mesures d’ajustement du cycle de production en vue de le ralentir. Ajoutant que si les volumes de production généraient un stock massif, cela ne serait pas profitable. Rien ne sert de produire en masse des véhicules destinés à demeurer sur les parkings, faute d’acheteur.

Le constructeur automobile basé à Baoding a réduit son objectif de ventes de 2020 de 8%, le fixant désormais à 1,02 million d’unités. Tout en rabaissant son objectif de bénéfice de 14% à 4,05 milliards de yuans.

Great Wall a vendu 1,06 million de véhicules légers l’année dernière. En février, au milieu de l’épidémie de coronavirus, les ventes ont totalisé 10 023, en baisse de 86% par rapport à l’année précédente, tandis que le marché global chutait de 79%.

Selon un responsable de l’Association chinoise des constructeurs automobiles, si l’épidémie en Chine était effectivement maîtrisée avant avril, le marché pourrait globalement chuter d’environ 5% durant l’année 2020.

Notre avis, par leblogauto.com

Le coronavirus est loin d’avoir diminué l’appétit de conquête du constructeur chinois. Se pourrait-il même qu’il profite de la faiblesse de ses concurrents étrangers pour se renforcer sur leur marché respectif ? Partie de la Chine, l’épidémie frappe désormais l’Europe de plein fouet (notamment l’Italie, l’Espagne et la France, 3 pays où la production automobile occupe une place de tout premier plan). Mais désormais, l’Empire du Milieu laisse entendre que l’activité de ses usines reprend un peu plus chaque jour. Lui offrant un sérieux avantage par rapport à ses concurrents … qui eux n’en sont qu’au début de leurs difficultés, contraints les uns après les autres à suspendre leur production. Sans savoir à quelle date l’activité pourra reprendre sur leurs sites.

Sources : Automotive News, Reuters

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Great Wall (Chine) : pas de guerre des prix après la sortie de crise"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Ben
Invité

Merci pour l’article et l’analyse

wpDiscuz