Accueil Livre On a lu : Ferrari 250 GTO édition Prestige (ETAI)

On a lu : Ferrari 250 GTO édition Prestige (ETAI)

1663
2
PARTAGER
250 gto ferrari

Ligne, moteur, performances, palmarès : tout concourt pour faire de la Ferrari 250 GTO l’une des voitures les plus mythiques de l’histoire, si ce n’est LA Ferrari par excellence. Reconnue en Italie comme une œuvre d’art à part entière, cette merveille, objet de spéculation qui affole les ventes aux enchères, est honorée par un bel ouvrage qui retrace les succès sportifs de ce monstre sacré qui approche les 60 ans d’existence.

Né à Reims, William Huon a travaillé dans l’industrie pétrolière avant de se consacrer à l’écriture. Éclectique – il a publié un beau livre sur la fusée Ariane – son domaine de prédilection demeure l’automobile et en particulier Ferrari. Après avoir publié ‘Enzo Ferrari, une vie pour la course » à l’occasion des 70 ans du cheval cabré, il revient ici avec un titré dédié à la fabuleuse 250 GTO.

La 250 GTO (Pour Gran Turismo Omologato) eut une genèse atypique, conçue par l’équipe de Giotto Bizzarrini avant que, ce dernier ayant été renvoyé par Enzo Ferrari, le projet soit repris et achevé par Mauro Forghieri, avec Scaglietti en signature de carrosserie. Taillée pour la course, avec comme rivales l’Aston Martin DB4 Zagato ou encore l’AC Cobra, elle bénéficie d’importantes études aérodynamiques menées sur piste comme en soufflerie, et embarque le fameux V12 3.0 litres Colombo de la 250 Testa Rossa, donnant ici 300 chevaux.

Le livre revient évidemment sur les études et les prototypes d’essai, dont celui qui fut testé par Stirling Moss, puis il se scinde en deux parties: la première revient, année après année, sur les engagements de la 250 GTO aux 12h de Sebring, à la Targa Florio, aux 24h du Mans ou encore au Tour de France Auto, avec les résultats de chaque véhicule engagé. La seconde partie retrace le parcours sportif de chacun des 36 exemplaires produits, plus 3 versions spéciales, en indiquant les dates de livraison et les heureux propriétaires. On retrouve ainsi quelques modèles fameux comme la 3851 GT d’Henri Oreiller, qui se tua à son volant à Montlhéry en 1962, la 3987 GT des frères Rodriguez, la 4153 GT pilotée par Lucien Bianchi ou encore la 5573 GT de la collection Bardinon, vendue 38 millions d’euros et qui fut l’objet ces dernières années d’une âpre bataille juridique.

Pour terminer, comme ne pas évoquer les exceptionnelles photographies qui agrémentent ce livre ? Réalisées par l’immense Bernard Cahier, un des meilleurs spécialistes de son genre entre les années 50 et 80, elles subliment cette œuvre sculpturale sur roues qui ne cesse d’alimenter fantasmes, rêves et passion.

L’ouvrage édité par ETAI est disponible au prix de 139 euros. Un tarif certes élevé, mais un must-have pour les passionnés et les collectionneurs.

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "On a lu : Ferrari 250 GTO édition Prestige (ETAI)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
The Stig
Invité

Mon père serait encore de ce monde, je subodore que ce livre aurait fait partie de ses achats de cette année…

Di Martino
Invité

Seule la Joconde est digne de la 250 GTO et seule la 250 GTO est digne de la Joconde

wpDiscuz