Accueil Nissan Nissan vaut moins que Subaru après la chute de son titre

Nissan vaut moins que Subaru après la chute de son titre

1671
18
PARTAGER

Les actions du groupe Nissan ont chuté de 9,6% vendredi, atteignant un plus bas non observé depuis dix ans, le constructeur ayant réduit ses perspectives de bénéfices pour 2020 et renonçant à verser un dividende à la fin de son exercice annuel. Désormais, Nissan détient la cinquième place des constructeurs automobiles japonais en terme de valorisation boursière.

Le titre Nissan au plus bas depuis 2009

Les actions Nissan ont chuté à leur plus bas niveau depuis 2009 vendredi à Tokyo, laissant la société avec une capitalisation boursière de 2,17 billions de yens (19,8 milliards de dollars), derrière Subaru, Suzuki, Honda et Toyota.

Le titre Nissan a chuté de 19% depuis le début de l’année, après une baisse de 28% en 2019 et de 22% en 2018.

La valeur des actions de Renault, constructeur qui détient 43% de Nissan et qui dépend des dividendes de la société japonaise, est quant à elle restée pratiquement inchangée à la Bourse de Paris après que Renault a enregistré une perte pour 2019.

Prévisions de bénéfices revus à la baisse

Confronté à la baisse de ses ventes aux États-Unis, au Japon et en Europe, et à un jeu de chaises musicales au sein de ses équipes dirigeantes à la suite de l’arrestation de l’ancien président Carlos Ghosn, Nissan a réduit ses prévisions de bénéfices d’exploitation pour l’ année à 85 milliards de yens, contre une estimation antérieure. de 150 milliards de yens.

Nissan renonce à verser un dividende

En abaissant son dividende au plus bas, chose qui ne s’était pas vue depuis 2011, et en renforçant son programme d’austérité, Nissan tente de libérer des fonds pour investir dans les nouvelles technologie en vue de rester compétitif dans des domaines tels que les véhicules électriques et les véhicules autonomes.

« Malheureusement, les performances de notre entreprise se sont détériorées plus que nous ne l’avions prévu, et nous ne pouvons pas renoncer à investir dans l’avenir », a déclaré le PDG Makoto Uchida lors d’une conférence de presse au siège de l’entreprise à Yokohama. Ajoutant qu’afin d’investir dans la croissance, le constructeur renonçait à verser un dividende.

Nissan avait initialement prévu un bénéfice d’exploitation de 230 milliards de yens pour l’exercice fiscal cloturant en mars, mais l’a revu à la baisse. Il y a un an, son bénéfice était de 318 milliards de yens, ce qui représentait à l’époque son revenu annuel le plus bas depuis une décennie.

Le dividende total du constructeur automobile pour l’exercice en cours est en voie d’approcher 10 yens par action en incluant le versement antérieur. En novembre dernier, Nissan a retiré ses perspectives de dividendes. Il les avait préalablement réduites en mai 2019, aboutissant à la première baisse depuis la suspension de versements en 2009 dans un contexte de récession.

Nissan tente de rassurer sur sa trésorerie

Les dirigeants ont cherché à minimiser les inquiétudes concernant son flux de trésorerie disponible négatif, qui a grimpé à moins 256 milliards au dernier trimestre contre moins 70 milliards il y a un an.

Rakesh Kochhar, vice-président directeur en charge des opérations de trésorerie mondiale et de financement des ventes, a déclaré aux journalistes que le niveau de liquidités ne constituait pas un problème. « Si nous devons emprunter plus d’argent, nous pouvons le faire, et au bon moment, nous émettrons également des obligations financières », a-t-il déclaré, faisant référence à une émission initialement prévue l’automne dernier.

Sources : Bloomberg, Automotive News

Poster un Commentaire

18 Commentaires sur "Nissan vaut moins que Subaru après la chute de son titre"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Jdg
Invité

Peut être le moment d’acheter des actions Nissan 😁….. Pour faire une plus value (un jour) ou peut-être pour finaliser une participation à plus de 50%lol

AQW
Invité

Vu les perspectives sur 2020, 2021…
C’est plutôt le moment d’attendre que cela chute encore plus avant d’acheter ?
Je ne sais pas les accords entre Renault et Nissan autorise Renault à acheter encore des actions, mais c’est clair qu’à un moment, acheter à bon compte sur le marché 8% des actions permettrait de solder les simagrées de Nissan sur leur indépendance…
Encore faudrait il que Renault se le permette avec les pertes actuelles.

zeboss
Invité
CG a prévenu que Nissan ne tiendrait pas 2 ans… Le jeu de massacre en public de la part de la direction de Nissan tient plus du harakiri au ralenti que de la stratégie industrielle. Ils (les dirigeants de Nissan) se sont crus très forts et animés d’un sentiment un tantinet Xénophobe, paradoxal dans la mesure ou Ghosn a souvent été accusé de favoriser Nissan face à Renault… Compte tenue de la situation de 2020 sans aucun point commun avec 1999, la chute est réellement possible, ce qui au passage pousserait Renault dans une situation difficile pour ne pas dire… Lire la suite >>
Luc
Invité

 »La loi Japonaise impliquant que tout détenteur de plus de 20 % du capital est responsable des dettes… »
=> je préfère mettre les oeillères et imaginer que ce n’est pas vrai… Sinon, j’imagine le paysage avec un seul constructeur français (ou franco-allemand-italien).

zeboss
Invité

@luc :FCA-PSA ce sera italo-américano-franco(un petit peu chinois)… Pas d’allemand la dedans, Opel étant 100% filiale de PSA.

AQW
Invité

@Greg
FCA-PSA : franco-italien !
PSA a acheté Opel et FCA Chrysler…
Non ?

greg
Invité

Pardon AQW?
Techniquement le groupe est Franco italo americain. Car si Opel a ete purement integre comme filiale du groupe PSA, pour Fiat et Chryler, il s’ agit techniquement bel et bien d’ une fusion, et non d’ un rachat, les differences sont subtiles mais cela influe sur le statut juridique de l ‘ ensemble.

greg
Invité

C’ est our cela que naguere, VW n’ avait pris « que » 19.9% de Suzuki.

Tesla
Invité

D’un point de vue purement économique et industriel, la fusion avec Renault semble être la meilleure solution pour Nissan.

J’aimerais bien savoir si Renault envisage cette solution en ce moment, où s’ils vont persister à mettre en place des accords bancals entre les 3 membres de l’Alliance ?

zeboss
Invité

L’esclandre mené contre CG provient justement de son projet de fusion, les Nissan n’acceptant tout simplement pas l’état français au capital de Renault. Bon quand il a fallu sauver Nissan en 99, ils étaient plus silencieux les Japonais, hein, ben aujourd’hui ils ne veulent pas de fusion, sur d’eux et en solo…
Par ici la sortie…

greg
Invité

Oui parce qu’ en 1999, l’ accord prevoyait un desengagement de l’ Etat francais en echange d’ une montee de Renault au capital de Nissan.

Dom
Invité

Nissan renonçait à verser un dividende en 2020.
Nissan fait comme FCA en 2017, 2018, 2019….
et je ne parle même pas de Tesla …

zitra
Invité

Subaru n’existe pas en Chine !
Et Nissan représente 6 % du marché local.
Donc l’Alliance a encore de beaux jours devant elle …!

Citoyen français
Invité

Nissan va tout droit vers la faillite. Mais cette fois, il n’y aura pas de Carlos Gohsn pour sauver l’entreprise.

Voilà ce que ça coûte de virer un boss qui avait déjà sauvé le constructeur de la faillite. Saboter 20 ans de travail en quelques mois, il n’y a que les japonais pour faire un tel exploit.

Luc
Invité

Avant qu’il sorte l’entreprise avait déjà amorcé sa chute depuis un an au moins.

greg
Invité

Oui, les resultats baissaient.
Mais Ghosn beneficiait de la confiance des marches, sa direction etait stable, et je pense qu’ il aurait pu redresser la barre.
La ils ont discredite Ghosn, son equipe est partie, et le management Nissan est dans le chaos sans strategie vraiment claire. La difference est la.

Invité

C’est ce que j’annonce depuis le début de cette affaire. On m’a un peu malmener à cause de ce propos, que les faits, pourtant confirment. Et pourtant, Renault – Nissan avait réussi a devenir numéro 1 mondial. Tout ce gâchis pour quoi, en fait ? Ah, parce que les très nationalistes japonais n’ont pas acceptés que Renault ne fusionne complètement avec Nissan. Un péché d’orgueil, donc, que Nissan va payer cher. Il ne reste plus qu’à savoir si chez Mitsubishi, en voyant la catastrophe, ils vont être plus intelligents

Jo.
Invité
Théoriquement, personne n’est madame irma, mais hahaha (théoriquement hein !!!) quand on regarde le graph y a plus beaucoup de résistances/seuil(s) pouvant l’arrêter avant le plus bas de 2009, vers 270, correspondant a celui de la crise des subprimes. C’est depuis que les derniers seuils ont lâchés il y trois, quatre semaines que ça s’accélère. Et en plus, tempo étrange pour la suite de leur vendetta, avec sa dernière saillie haineuse publique contre Ghosn lui réclamant publiquement 83 millions, un, deux jours avant le décrochage Nissan plantant 2 milliards… queeel taleeent…. Encadrement Nissan publiquement gorgé ivre de haine antighosn +… Lire la suite >>
wpDiscuz