Accueil Actualités Entreprise L’impact du coronavirus sur le secteur automobile s’intensifie

L’impact du coronavirus sur le secteur automobile s’intensifie

1841
8
PARTAGER

Le coronavirus impacte progressivement les constructeurs automobiles du monde entier. Wuhan, l’épicentre de l’épidémie, est une importante ville industrielle où se sont installés de nombreux groupes automobiles internationaux. Mais les fermetures imposées par le gouvernement chinois s’étendent  désormais bien au delà de la région.

Prolongation de la période de fermeture au delà des congés du nouvel an

Le 31 janvier, qui est censé être le premier jour ouvrable après les vacances du Nouvel An chinois, n’aura pas vu redémarrer la plupart des industries manufacturières en Chine.

Pour tenter de circonscrire l’épidémie du coronavirus partie de Wuhan, dans la province du Hubei en décembre dernier, de nombreux gouvernements locaux ont demandé aux entreprises de ne pas reprendre leurs activités avant le 10 février prochain, soit une semaine plus tard que c’était initialement prévu, et ce, conformément à la décision de l’État d’étendre les congés.

Les co-entreprises avec Dongfeng directement impactées

La plupart des constructeurs automobiles mondiaux qui ont des entreprises sur le plus grand marché automobile du monde ont également annoncé leur décision de reporter la reprise de la production de leurs usines chinoises. Les sociétés ayant des coentreprises avec Dongfeng Motor Corporation, le géant de l’automobile de Wuhan, telles que Honda, Nissan, PSA et Renault, sont celles qui subissent de plein fouet les effets de l’épidémie sur l’économie.

Selon la demande du gouvernement provincial du Hubei, les entreprises n’ont pas été autorisées à reprendre leurs activités avant le 14 février.

PSA : usines fermées depuis le 24 janvier jusqu’au 14 février

PSA a annoncé en fin de semaine qu’il prolongera jusqu’au 14 février la fermeture de ses usines de Wuhan, en Chine, ne faisant ainsi que se conformer aux consignes des autorités de la province chinoise du Hubei pour lutter contre l’épidémie de coronavirus.

Les trois sites d’assemblage de PSA à Wuhan devaient initialement rouvrir lundi prochain, le 3 février, après les vacances du Nouvel an chinois.

Le constructeur a d’ores et déjà rapatrié le personnel expatrié et leurs familles de la région de Wuhan en Chine. 38 personnes ont atterri en France vendredi, aucune d’entre elles n’est atteinte du virus.

Les équipementiers prolongent la fermeture de leurs sites

Les équipementiers Valeo et Novares ont quant à eux annoncé vendredi prolonger de dix jours la fermeture de leurs sites de production, R&D et techniques de Wuhan.

Le PDG de Novares Pierre Boulet a indiqué par mail à Reuters s’attendre à ce que les perturbations dans la production chinoise soient encore ressenties durant encore au moins un mois après la reprise de l’activité.

La production de Ford également impactée, période cruciale pour le constructeur

Ford ne détient pas de co-entreprise à Wuhan, mais le constructeur ne prévoit également une reprise de l’activité de l’usine de Changan Ford basée à Chongqing – une joint-venture avec Changan Automobile – que le 10 février prochain.

En 2019, Ford et ses coentreprises chinoises ont vendu 567 854 véhicules en Chine, enregistrant une baisse de 26,1% en glissement annuel.

Le constructeur aborde un tournant critique, alors que ses ventes semblent reprendre à la faveur du lancement de la toute nouvelle Ford Escape – commercialisé sur le marché chinois depuis décembre dernier – et la vente à partir de mars prochain du premier modèle de marque Lincoln construit en Chine, le Corsair.

Le report de la reprises d’activités de son site chinois est susceptible de retarder un rebond – salvateur – de ses ventes en Chine.

Ford exploite actuellement sept usines de fabrication au total, à Chongqing, Hangzhou et Harbin, cinq affectées à l’assemblage de véhicules et deux autres dédiées respectivement aux moteurs et aux transmissions. Parmi ces dernières, Chongqing est devenu la deuxième plus grande base de production de Ford après Detroit.

La giga-factory de Tesla elle aussi impactée par le coronavirus

Tesla a averti que le coronavirus pourrait perturber la montée en puissance de sa nouvelle usine géante à Shanghai.

« À ce stade, nous nous attendons à un retard d’une à une semaine et demie sur la chaîne des modèles 3 produits à Shanghai en raison d’une fermeture d’usine requise par le gouvernement », a déclaré le directeur financier de Tesla, Zachary Kirkhorn, lors de la publication de résultats le 29 janvier dernier.

Pour rappel, Tesla a commencé à livrer les premières voitures produites dans sa Gigafactory 3 basée à Shanghai à la fin de 2019, marquant une étape importante pour la société qui souhaite renforcer son offensive en Chine, le plus grand marché de véhicules électriques du monde.

En tant que première usine automobile entièrement étrangère en Chine, la Gigafactory 3 est également importante pour le développement du secteur automobile chinois.

4 sites Toyota fermés au moins jusqu’au 10 février

Toyota a décidé de reporter le redémarrage des opérations de quatre usines au delà du 10 février en raison de l’épidémie de coronavirus, a rapporté l’agence de presse Kyodo.

Les usines concernées sont situées respectivement à Tianjin, Chengdu, Changchun et Nansha. Elles devaient officiellement reprendre leurs activités début février. Mais à l’heure actuelle, le constructeur japonais n’a pas encore fixé de date de redémarrage.

« Nous surveillerons la situation et prendrons de nouvelles décisions sur les opérations à partir du 10 février », a déclaré Maki Niimi, porte-parole de Toyota.

Honda : fermeture de 3 sites jusqu’au 13 février

Honda exploite trois usines automobiles à Wuhan, dotées d’une capacité globale annuelle de plus de 600 000 véhicules. Le constructeur a déclaré le 30 janvier dernier qu’il avait décidé de fermer ses sites jusqu’au 13 février, selon une information des médias japonais.

Notre avis, par leblogauto.com

Au dela de Wuhan, c’est désormais toute la production automobile présente sur le territoire chinois qui est impactée. Des constructeurs comme Tesla et Ford pourraient se voir fragiliser par les fermetures, étant tous deux situés à des étapes cruciales pour leurs activités.

Ford table sur le lancement de deux nouveaux modèles pour tenter de relancer ses ventes chinoises, en fort déclin. Tesla éprouvera peut-être pour sa part quelques difficultés à mettre de l’huile dans des rouages mis à l’épreuve par la mise en activité de sa giga-factory chinoise.

Sources : Reuters, Gasgoo, Kyodo

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "L’impact du coronavirus sur le secteur automobile s’intensifie"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Julien
Invité

La nature est plus forte que tout et nous le rappelle avec douleur. On survivra même si la production de « Suv urbains » s’arrête une semaine.

Pierre-Yves
Invité

Oui, et pourvu que la production des SUV s’arrête définitivement ! Ces engins sont une aberration à l’heure du réchauffement climatique.

OPEP
Invité

La bonne nouvelle est la baisse des cours du brut. 🙈

SGL
Invité

Oui parce que la consommation de pétrole chute brutalement !
D’ici que l’on constate d’un point de vue mondiale, la baisse des morts liés a la pollution créée par la consommation de pétrole dépasserai le nombre de morts total du coronavirus ?

Mwouais
Invité

@E.Studer : affecter est préférable à impacter afin de ne pas égarer ce premier verbe dans les méandres du web (en passant comme cela…)

Infecter est en cours. Quant aux morts pour cause de produits pétroliers, cette exagération est très à la mode : percevoir la cause de la mort et l’affecter aux substances dérivées du lourd, c’est léger. Un raccourci. Par ailleurs, un raccourcissement de la vie est salutaire à nombre de choses dont la pollution, la pollution des eaux par contamination médicamenteuse des eaux, etc.)

J’espère pareille croisade contre la cigarette, la drogue et l’alcool et les trotinettes 😉

Pierre-Yves
Invité

Vous semblez n’avoir jamais entendu parler du réchauffement climatique dont une des cause est l’extraction des énergies fossiles. Il n’y plus que le Pdg de Total pour dire sans sourciller : « circulez il n’y a rien à voir. » Qui plus est il ne cache même pas son cynisme lorsqu’il explique : mais vous savez, ce sont les actionnaires qui décident, tant que cela rapporte…. je ne change rien à ma politique, on continue d’investir dans le pétrole. C’est consternant.

r.burns
Invité

Facile de sélectionner les citations quand ça vous arrange. Total investit et depuis longtemps dans les énergies renouvelables. Ne vous en déplaise.

wpDiscuz