Accueil Historique Les archives de Heuliez léguées au département

Les archives de Heuliez léguées au département

1063
10
PARTAGER

Si le groupe Heuliez a officiellement disparu en 2009, il survit encore grâce à ses archives. Celles-ci viennent d’être léguées au Département des Deux-Sèvres.

8 tonnes d’archives dans 170 cantines métalliques ! C’est ce que Gérard Quéveau, l’ancien PDG de Heuliez, a légué au Département des Deux-Sèvres (79). Selon la Nouvelle République, ce fonds industriel historique sera accessible au public à la fin de cette année 2020, aux archives départementales, à Niort.

Pour l’ancien PDG, « Ces documents ne concernent pas que l’usine Heuliez de Cerizay mais aussi toutes les filiales, avec la date de création et la date à laquelle elles ont été revendues ». Le plan de la carriole originale de 1920 – qui a donné le logo de l’entreprise – fait parti de la masse de documents.

La fin de Heuliez pas encore digérée à Cerizay

Les archives de l’entreprise deux-sévrienne constituent un patrimoine industriel important qui déroule 89 ans d’évolution d’un métier et d’une industrie. Le beau-père de Gérard Quéveau, Henri Heuliez, le fondateur de la société a débuté par la fabrication de roues de charrette avant de basculer sur la carrosserie industrielle. La plus belle époque de Heuliez viendra d’un partenariat avec PSA Peugeot Citroën.

Au total, Heuliez fabriquera un peu moins de 500 000 véhicules, beaucoup de carrosseries spéciales de véhicules PSA, de nombreux concepts, et « inventera » (ou modernisera) des éléments importants comme le toit rétractable de la Peugeot 206 CC et d’autres voitures, des intérieurs de voitures populaires, etc. Heuliez, c’est aussi une participation à la WM P88 (Gérard WelterMichel Meunier Peugeot 88) qui atteindra 407 km/h dans la ligne droite des Hunaudières lors de 24 Heures du Mans 1988. C’est la photo d’illustration.

La fin du partenariat quinquagénaire avec PSA Peugeot Citroën, accentuée par la crise économique de 2008/2009 précipitera la chute de Heuliez. Le groupe sera scindé en deux à partir de 2010. Heuliez devenant un sous-traitant alors que la Heuliez Frienly deviendra la MIA, avec l’insuccès que l’on connait. Le nom Heuliez survit désormais avec Heuliez Bus filiale de CNH.

A Cerizay, l’aventure Heuliez est encore une grosse cicatrice industrielle et humaine. Espérons que la création de ce fonds Heuliez aux archives départementales – et qui sait des expositions organisées autour – aura un effet cathartique.

Illustration : ACO

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Les archives de Heuliez léguées au département"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
beniot9888
Invité

Ils vont être bien contents au département avec ça ! Ils sont censés en faire quoi ! Le département n’a pas pour mission de faire du stockage pour des entreprises privées !

Ou alors, l’ancien PDG espère qu’on va ouvrir un musée ? Un musée déficitaire ne survivant que grâce aux subsides de l’état, ce serait en effet un bel hommage…

Bernardo
Invité

parce que le début du monde ne date pas du jour de ta naissance . . .

Straton
Invité

Il faut vraiment avoir le front bas pour ne pas comprendre l’intérêt des archives pour l’histoire d’une société !

r.burns
Invité

Et merci pour tout Ségolène

Arapao
Invité

Pour moi, Heuliez et son logo me rappellent la Renault 25 Limousine.

marty
Invité

Une bonne chose mais c’est un peu à l’image de l’industrie française
On aura bientot plus de musées que d’usines

Straton
Invité

Petite leçon d’orthographe :
On écrit « fond » pour désigner la partie la plus basse, la plus éloignée d’une chose. S’il s’agit en revanche d’un capital, au propre (argent, immobilier, financier) ou au figuré (archives), c’est « fonds » qu’il faut écrire, avec un « s » au singulier comme au pluriel.
Exemples : un fonds de commerce, un fonds industriel, etc.

wpDiscuz