Accueil Honda Super GT 2020 : Les annonces du Tokyo Auto Salon

Super GT 2020 : Les annonces du Tokyo Auto Salon

344
0
PARTAGER
Super GT Tokyo Auto Salon 2020

Le Tokyo Auto Salon est le toujours le lieu des premières annonces officielles en vue de la saison de Super GT qui suit. Cette année, en plus de Honda, Nissan a également choisi d’y révéler ses équipages.

GT500

Honda annonce son programme au TAS depuis quelques années. Cette fois, Nissan s’est également décidé à faire de même, ce qui nous permet de connaître une bonne partie du plateau 2020.

Honda

Commençons par Honda. Le constructeur repart avec les mêmes écuries et les mêmes fournisseurs de pneumatiques. Ce sont les équipages qui bougent en partie.

No8 ARTA – Bridgestone : Tomoki Nojiri – Nirei Fukuzumi

Le jeune Nirei Fukuzumi, fraîchement couronné champion en GT300 avec ARTA, accède logiquement à la catégorie supérieure où il fera la paire avec Tomoki Nojiri, pilote de référence dans l’écurie dirigée par Aguri Suzuki.

 

No16 Mugen – Yokohama :  Hideki Mutoh – Ukyo Sasahara

La nomination de Ukyo Sasahara aux côtés du vétéran Hideki Mutoh est la surprise de cette série d’annonces. Après avoir été écarté de la filière Honda, le jeune pilote (23 ans) est allé faire ses classes en dehors du cursus standard, mais ses solides résultats l’ont ramené dans le giron de la marque : champion de F3 Asia FIA et dominateur en Porsche Carrera Cup Japan 2019.  De façon inhabituelle, il passe directement à la case GT500, et sera un des pilotes à suivre cette saison.

No17 Real Racing – Bridgestone : Koudai Tsukakoshi – Bertrand Baguette

La paire constituée de Koudai Tsukakoshi et Bertrand Baguette a montré de belles choses la saison dernière et il s’en est fallu de peu qu’elle n’accroche la victoire. Logiquement, l’équipage est prolongé à l’identique cette saison. Une interrogation demeure pour l’équipe : le sponsor historique, l’équipementier Keihin, a été absorbé à l’intérieur d’un groupe sous la houlette de Hitachi. Du coup, les couleurs de l’auto sont encore inconnues pour l’instant.

No64 Nakajima Racing – Dunlop : Takuya Izawa – Hiroki Otsu

Le Nakajima Racing change ses deux pilotes. Narain Karthikeyan, vainqueur de la joute avec le DTM, préfère finalement mettre un terme à sa carrière japonaise même si l’équipe souhaitait le voir poursuivre, et Tadasuke Makino change d’écurie. Du coup Takuya Izawa est transféré depuis ARTA pour prendre la barre. Il sera secondé par le troisième rookie dans la catégorie de l’effectif Honda, Hiroki Otsu qui a fait une saison décente, même si discrète, sur la NSX GT300 Drago Corse l’année dernière.

No100 Team Kunimitsu – Bridgestone : Naoki Yamamoto – Tadasuke Makino

Pour pallier au départ de Jenson Button, le solide Tadasuke Makino prend place aux côtés de Naoki Yamamoto pour ce qui est sur le papier la paire la plus performante du constructeur.

Nissan

Chez Nissan, après les grands changements de 2019, c’est un certain besoin de stabilité qui a guidé les choix pour la saison à venir. Les quatre équipes de la saison dernière reviennent en 2020, avec les mêmes manufacturiers.

No3 Craftsports – Michelin : Kohei Hirate – Katsumata Chiyo

Kohei Hirate et Frédéric Makowiecki ont fait du bon travail en 2019 mais le pilote français a choisi de privilégier sa carrière avec Porsche. C’est Katsumata Chiyo qui revient donc pour épauler Hirate, après une saison off avec juste un remplacement ponctuel chez Impul l’année dernière.

No12 Impul – Bridgestone : Daiki Sasaki – Kazuki Hiramine

La greffe de James Rossiter la saison dernière n’a pas pris, la faute à des problèmes mécaniques récurrents. Le pilote britannique ne revient pas, et laisse sa place aux côtés de Daiki Sasaki à un pilote que l’on attendait plus en GT500, Kazuki Hiramine.

Après plusieurs saisons en GT300 dans divers teams, Hiramine a fait une saison convaincante aux côtés de Sasha Fenestraz chez Kondo Racing. Le Franco-argentin prenant le chemin de Toyota, Nissan a décidé de promouvoir Hiramine après un test réussi.

No23 Nismo – Michelin : Ronnie Quintarelli – Tsugio Matsuda

Malgré des rumeurs plus nombreuses que d’habitude à l’intersaison prédisant la séparation de l’équipage iconique du clan Nismo, Ronnie Quintarelli et Tsugio Matsuda rempilent une nouvelle fois sur la GT-R rouge et noire.

No24 Kondo Racing – Yokohama : Mitsunori Takaboshi – Jann Mardenborough

Takaboshi et Mardenborough reviennent pour une seconde saison ensemble chez Kondo Racing. Les pneus Yokohama sont toujours un point d’interrogation mais s’ils fonctionnent, les deux hommes seront là pour en profiter.

Toyota n’a pas annoncé officiellement ses équipages, préférant le faire un peu plus tard lors d’un événement spécifique.

GT300

Le Tokyo Auto Salon a également été le théâtre de plusieurs annonces importantes concernant la catégorie GT300, à commencer par la présentation officielle de la Toyota GR Supra GT300 du team Saitama Toyopet – Green Brave répondant au règlement JAF-GT. Contrairement à ce que nous supposions il y a quelques jours à la suite du premier roulage à Fuji, la voiture a été conçue et développée en interne par l’écurie, sans aide de Toyota au-delà de l’autorisation donnée pour l’utilisation de la marque. Vu la sophistication apparente de cette voiture, cela en dit long sur les moyens mis en oeuvre par Saitama Toyopet.

Les pilotes en seront Hiroki Yoshida, déjà dans le team en 2019, et le jeune Kohta Kawaai, issu de la F4. La voiture, équipée en Bridgestone, n’a pas encore reçu sa livrée définitive et est apparue sur le stand en tenue camouflée.

L’autre grosse annonce pour le GT300 est le retour de Masataka Yanagida en Super GT. L’ex-pilote Nissan en GT500, champion en 2011 et 2012, s’était consacré l’année dernière à un rôle de développement pour Nissan et un baquet dans le championnat Silhouette coréen. Il revient en Super GT sur la Lotus Evora MC de Car Tokai Dream 28, en remplacement du propriétaire du team Kazuho Takahashi qui à 63 ans a décidé de raccrocher le casque en Super GT. Il continuera en Super Taikyu cependant.

Yanagida fera équipe avec Hiroki Katoh. La Lotus a toujours été rapide, et avec Yanagida et Katoh pourrait cette année réellement faire parler la poudre.

L’équipe la plus populaire du plateau, Goodsmile Racing, a montré sa nouvelle livrée sur le stand de Mercedes AMG. Chaque année le graphique représentant Hatsune Miku est renouvelé, et la nouvelle AMG GT3 Evo de cette année ne fait pas exception. L’équipage constitué de Nobuteru Taniguchi et Tatsuya Kataoka est également fidèle au poste.

Même continuité chez STI R&D Sport, avec la BRZ chaussée en Dunlop aux mains de Takuto Iguchi et Hideki Yamauchi. Souvent à la pointe du combat, la Subaru semble toujours faillir pour des problèmes techniques mineurs. Cette année sera-t-elle la bonne ?

En même temps que les équipages GT500, Honda a également confirmé les pilotes des NSX engagées en GT300. Chez ARTA, les champions en titre chaussés en Bridgestone, Shinichi Takagi aura la tâche de servir de mentor à un jeune pilote de la filière du constructeur, Yoshiki Oyu.

Chez Drago Corse également un baquet s’est libéré avec la montée en GT500 de Hiroki Otsu. C’est le pilote originaire de Melbourne Jake Parsons qui prend place aux côtés du patron du team Ryo Michigami.

Enfin chez Up Garage, la NSX jaune et noire sera comme en 2019 aux mains de Takashi Kobayashi et Kosuke Matsuura, toujours équipée par Yokohama.

Le reste du puzzle se remplira petit à petit d’ici le premier test officiel d’avant-saison à la mi-mars à Okayama.

Crédit photos : PLR/leblogauto.com

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz