Accueil F1 L’Arabie Saoudite veut son grand prix de F1

L’Arabie Saoudite veut son grand prix de F1

421
8
PARTAGER
arabie f1

L’arrivée du Dakar, remporté par Carlos Sainz, a coincidé avec la révélation du projet de grand prix de F1 dont rêve l’Arabie Saoudite. Les gros moyens sont de sortie !

La F1 au service du soft power

Le royaume du prince héritier Mohammed Ben Salmane a très bien compris, comme d’autres régimes avant lui, l’intérêt du sport spectacle comme vecteur d’image et comme levier de croissance économique. Alors que la monarchie prépare l’après-pétrole dans son projet Vision 2030, le régime saoudien cherche aussi à soigner son image internationale, sérieusement mise à mal ces dernières années par l’affaire Khashoggi, le conflit au Yemen et les accusations d’atteintes aux droits de l’Homme. A l’image du Qatar, qui a déjà fait sien depuis longtemps le sport comme instrument du soft power,  l’Arabie Saoudite a fait des sports mécaniques l’une de ses priorités d’investissement et, après la Formule E, a franchi un nouveau pas cette année avec l’accueil du Dakar.

Mais le régime veut aller plus loin. L’Arabie Saoudite a profité de l’arrivée du rallye-raid dans le nouveau site en construction de Qiddiya pour dévoiler les contours du projet de circuit F1, qui doit se construire de concert avec un gigantesque parc d’attractions promettant de rivaliser avec le Ferrari World d’Abu Dhabi. Les rendus graphiques promettent d’en mettre plein la vue, dans un mélange de Disneyworld, Las Vegas et des jardins suspendus de Babylone, avec piste éclairée au sol, grands 8 dans tous les sens, architecture futuriste, le tout dans un décor vertigineux. Ici, pas de budgets capés ! arabie qiddiya

Des stars pour prêcher la F1 dans le désert

Aux ports de la capitale, Riyad, Qiddiya est un méga-projet de divertissement et de tourisme, d’une superficie de 334 Km², qui doit ouvrir ses portes en 2023. Une fois n’est pas coutume, ce ne sont pas les bureaux de l’architecte Hermann Tilke qui ont travaillé sur le tracé, mais l’ancien pilote Alexander Wurz, qui se trouve être le président de l’association des pilotes, le GPDA. D’ailleurs, une délégation d’anciens et actuels pilotes de F1, comprenant Romain Grosjean, Nico Hülkenberg, David Coulthard et Damon Hill, le champion du monde 1996, étaient présents à l’arrivée du Dakar pour participer à la présentation du projet.qiddiya f1

En coulisses, il se dit déjà qu’un accord serait imminent entre l’Arabie Saoudite et Liberty Media, à hauteur de 58 millions d’euros annuels. D’après le Daily Mail, l’entreprise pétroliere Saudi Aramco, n°1 mondiale par sa capitalisation boursière depuis son entrée en bourse en 2019, aurait déjà accepté d’être le sponsor-titre. Avec Bahreïn et Abu Dhabi, cela ferait 3 courses au Moyen-Orient, dans un calendrier qui promet d’être extensible à souhait. Liberty Media n’a pas caché son ambition de porter à terme le championnat à 25 voire 26 courses, avec la bénédiction de la FIA. On se rapproche du calendrier Nascar, sauf que ce dernier est exclusivement aux USA.

Notre avis, par leblogauto.com

On pouvait s’en douter, mais l’ère Liberty Media promet de transformer toujours plus la F1 en un divertissement à grande échelle, et rien n’est trop beau ni trop cher pour les pays en quête de visibilité ou d’image. Reste à savoir si tout cela peut aller de pair avec les « accréditations environnementales » et l’objectif de bilan carbone neutre pour 2030 annoncé par les autorités. Espérons néanmoins que les moteurs ne chaufferont pas trop…et que la piste ne sera pas réfrigérée !

Source : Qiddiya, Daily Mail, F1

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "L’Arabie Saoudite veut son grand prix de F1"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Thibaut Emme
Admin

De mai à octobre c’est rappé (plus de 35 voire plus de 40° dans l’air) sauf à le faire la nuit…et encore…
Mais bon avec l’objectif de faire de la F1 1 weekend sur 2 (24 ou 25 GP) la F1 va devoir débuter en février pour finir en décembre… 🙂
Un petit 25° en ce moment à Riyad.

Le soft power est une arme de publicité et de « replatrage » imparable pour ces pays.

laportino
Invité
Franchement, est-ce que le Dakar ou la Formula e vous a donné une meilleure image de l’Arabie Saoudite ? A moins d’être amnésique, je ne vois pas comment ce genre de chose peut apporter du Soft Power (idem la coupe du monde au Qatar, qui fait surtout scandale). De même, je pense que pour visiter tout le monde ce serait bien pour la F1 de faire certains GP 1 année sur 2, pour limiter le nombre d’épreuves. Liberty media ne devrait pas oublier que le suspense est aussi un vecteur d’audience, et qu’avec une saison courte on a moins de… Lire la suite >>
wizz
Membre
On peut faire un peu plus de courses, sans pour autant faire une année d’enfer. Il faudrait juste revoir la répartition géographique et temporelle https://f1i.auto-moto.com/infos/saison-f1-2020/calendrier-f1-2020-valide-22-grands-prix-programme/ Actuellement, on fait 2 séances d’essai libre en février, à Barcelone (dont il suffit de pas grande chose pour transformer en Trophée Andros) La F1 pourrait installer la base d’essai libre pendant tout le mois de février à Abu dhabi, avec 20 jours d’essai. Pour atténuer l’éloignement familial, il suffirait d’un accord avec des complexes hoteliers, à tarif compétitif. Idem avec le transport (ces pays ont tous un grand groupe aérien). Février est souvent la… Lire la suite >>
Thibaut Emme
Admin
Ah ça ! On en parle ici depuis longtemps dans les pistes de baisse des coûts (le fret cela coûte cher)… Mais les gros continueraient par exemple d’envoyer du fret chaque semaine pour les toutes dernières pièces conçues… Et les mécanos (et autres petites mains de la F1) continueraient de vivre une saison très longue. Ce n’est pas parce que l’on laisse le matos dans une région que les mécanos ne doivent pas arriver le mercredi pour repartir le lundi…toujours autant de jour loin de la maison. Sauf à déménager tout le monde comme vous le proposez, mais est-ce envisageable… Lire la suite >>
wizz
Membre
Ce que font certaines écuries en plus, on n’y pourra rien. Mais n’empêche que d’optimiser la disposition géographique des courses, ça ne peut que diminuer la logistique, tant matériel que humain. Abu dhabi, Barhein et Riyad, c’est moins de 1000km. Et regrouper ces courses, c’est toujours mieux que d’alterner avec des courses aux antipodes. Avant, avec le format une course toutes les 2 semaines, dans le meilleur des cas, le personnel revoit sa famille pendant 1 semaine environ. Pour des GP lointains, autant regrouper les courses. La suite, comme j’ai écrit, soit le personnel rentre chez lui pour 2-3 semaines,… Lire la suite >>
Invité

Non merci, ce circuit ça sera en jeu vidéo au mieux, pas besoin d’une autre daube insipide.
Pis paie l’hypocrisie du plan carbone 2030, ça va pas du tout polluer de construire ce circuit et toute la zone autour (:

nouh
Invité

Lamentable, comme le devenir de la F1, enfin ce qu’il en reste!!!

AXSPORT
Invité

On tombe bien bas……..

wpDiscuz