Accueil Personnalités Affaire Ghosn : perquisition au Japon, arrestations en Turquie

Affaire Ghosn : perquisition au Japon, arrestations en Turquie

1577
14
PARTAGER

Chaque jour nouveau apporte un nouvel épisode de la rocambolesque affaire et fuite de Carlos Ghosn, ancien patron déchu de Renault-Nissan. On apprend désormais qu’une perquisition a eu lieu jeudi au domicile provisoire de l’ancien dirigeant à Tokyo et que plusieurs personnes ont été interpellées en Turquie,  pays de « transit » de Carlos Ghosn entre le Japon  et le Liban.

Perquisition au domicile de Ghosn au Japon

Les télévisions nippones ont montré jeudi des images d’inspecteurs entrant dans la maison de Tokyo habitée jusque-là par l’ancien patron de Renault et Nissan.

Les circonstances de son départ demeurent encore très floues. Les officiers du bureau des procureurs de Tokyo vont exploiter toutes les données disponibles, dont les images de la caméra de surveillance placée à l’entrée de son domicile et celles des caméras du quartier, selon des « personnes en relation avec l’enquête ».

Interpellations et enquête ouverte en Turquie

Les autorités turques ont parallèlement interpellé jeudi sept personnes dont quatre pilotes dans le cadre d’investigations sur le transit de Carlos Ghosn via Istanbul à bord d’un jet privé, rapporte jeudi la chaîne de télévision NTV.

Une enquête a été ouverte en vue de tenter de comprendre comment Ghosn a réussi à s’enfuir au Liban en passant par la Turquie.

Ghosn aurait usé d’un deuxième passeport français

Les procureurs japonais soupçonnent l’ancien dirigeant d’avoir utilisé à son arrivée un deuxième passeport français en sa possession.

Une source proche du dossier a confirmé jeudi Ghosn avait non pas un mais deux passeports français, dont un sur lui.

Si trois passeports de l’ancien dirigeant (un français, un libanais et un brésilien) sont conservés par ses avocats dans un coffre, une autorisation exceptionnelle du tribunal lui permettait d’avoir sur lui son deuxième passeport français, enfermé dans une sorte d’étui demeurant en sa possession mais dont l’accès était conditionné par la saisie d’un code secret également détenu par ses avocats.

Ce document lui tenait lieu de visa de court séjour dans l’archipel. Si l’ancien dirigeant n’était certes pas autorisé à sortir du territoire japonais, il demeurait relativement libre de ses mouvements à l’intérieur du Japon, moyennant quelques restrictions de durée de séjour hors de la capitale.

En cas de contrôle, Ghosn devait contacter l’avocat détenteur du code pour que celui-ci se déplace vienne physiquement le saisir sur place.

Ghosn soupçonné d’avoir fait usage d’un moyen illégal pour sa sortie

Néanmoins, Ghosn n’aurait pas utilisé son deuxième passeport pour quitter le Japon. Les autorités japonaises ne disposent en effet d’aucune donnée informatique indiquant qu’il se serait présenté sous sa réelle identité aux contrôles aux frontières japonais.

De fait, l’ancien patron de Renault-Nissan est soupçonné d’avoir employé un « moyen illégal » de sortie du territoire (sous une autre identité ou en échappant aux contrôles), souligne la chaîne publique de télévision japonaise.
Les medias locaux évoquent la possibilité que Ghosn se soit trouvé dans des bagages non passés aux rayons X, ce qui est possible dans le cas d’un avion privé, ou qu’il ait bénéficié d’une aide diplomatique pour éviter les contrôles habituels.

En revanche, ce deuxième passeport français aurait pu être sorti de force de son étui et présenté à son arrivée pour pouvoir accomplir les formalités habituelles.

Jet privé à partir de l’aéroport de Kansai près d’Osaka ?

Ghosn est par ailleurs soupçonné d’avoir emprunté un jet privé parti de l’aéroport du Kansai (ouest du japon) selon l‘AFP. Cet aéroport international est construit sur une île artificielle dans la baie d’Ōsaka, au sud de la ville d’Ōsaka.

Un petit avion de ce type a décollé le 29 décembre vers 23H00 (heure locale) de cette infrastructure cogérée par les groupes français Vinci et japonais Orix, en direction d’Istanbul, ont indiqué les médias locaux.

Le site de l’Orient Le Jour précise quant à lui que « selon les informations collectées sur le site Flight Radar 24, qui suit les vols à travers le monde, un avion a décollé d’Osaka le 29 décembre à 23h10 pour atterrir à Istanbul à 5h15. L’appareil, un jet Bombardier Global Express, immatriculé TC-TSR, appartient à la compagnie turque MNG Jet, spécialisée dans la maintenance et les vols de jets privés. »

Le media franco-libanais précise encore que « quarante minutes plus tard, un jet Bombardier challenger 300 a effectué le trajet Istanbul-Beyrouth. Cette fois-ci, pas d’immatriculation ni d’indication du propriétaire. Ce qui, selon une source au fait des suivis de vols sur ce site, n’est pas suspect. En fonction de la technologie du transpondeur à bord de l’avion, ces informations peuvent ne pas apparaître. »

La chaîne de télévision turque NTV indique pour sa part qu’un jet privé a décollé dimanche soir de l’aéroport international du Kansai, dans la baie d’Osaka, à destination d’Istanbul.

Sur son site internet, le quotidien Hurriyet, citant un responsable du ministère de l’Intérieur, précise que le jet a atterri lundi à 05h30 (02h30 GMT) à l’aéroport Atatürk d’Istanbul. La police aux frontières n’a toutefois pas été informée de l’arrivée de Carlos Ghosn. Son nom ne figure pas sur la liste des entrées et des sorties du territoire turc.

Conférence de presse dans les jours à venir

Carlos Ghosn se trouve depuis lundi à Beyrouth. Il devrait y tenir une conférence de presse dans les jours à venir. La date du 8 janvier pourrait avoir été retenue mais des incertitudes subsistent. L’équipe de communication de l’ancien patron de Renault a toutefois confirmé jeudi l’organisation d’une telle réunion.

Ghosn non extradé s’il vient en France

Carlos Ghosn, qui possède trois nationalités – française, brésilienne et libanaise – ne sera pas extradé s’il vient en France a déclaré jeudi la secrétaire d’Etat française à l’Economie, Agnès Pannier-Runacher, sur la chaîne BFMTV. Argument invoqué : la France n’extrade « jamais » ses nationaux a-t-elle affirmé.

Les autorités japonaises n’ont quant à elles toujours pas commenté officiellement la fuite de l’ancien président de Nissan, qu’elles accusent de malversations financières lors qu’il était à la tête du constructeur.

Notre avis, par leblogauto.com

Affaire à suivre tant aux niveaux juridiques et financiers que politiques et diplomatiques …

Et si tout ceci était le fruit de négociations croisées entre pays ? Entre intérêts économiques du Japon et de la Turquie, soucieux de garantir leur approvisionnement en pétrole … produit en  partie dans un Moyen-Orient qu’une grave crise économique et politique au Liban pourrait déstabiliser. Et ce, alors que l’Iran qui ne peut écouler sa propre production d’hydrocarbures suite aux sanctions US est lui aussi menacé par une crise sans précédent ?

Sources : AFP, Reuters, L’Orient Le Jour

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Affaire Ghosn : perquisition au Japon, arrestations en Turquie"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Dom
Invité

Avec deux passeports Benalla, l’ami de Macron aurait fait pareil.

Carlos Ghosn, a décidé de fuir le Japon après avoir appris que son procès avait été retardé jusqu’en avril 2021 ….. et pourquoi pas en 2030.

beniot9888
Invité

Dans un cas complexe, une enquête peut prendre très longtemps, non ? Et dans un cas comme celui-ci, avec un accusé capable de se payer une multitude d’avocats, il vaut probablement mieux vraiment blinder le dossier. Ça ne se fait pas en 15 jours.

Rikiki
Invité

Vu les moyens financiers que Goshn possède pour embaucher des avocats chevronnés et préparer son procès.

Le fait qu’il s’évade me fait penser qu’il a du faire des grosses bêtises.

versdemain
Invité

Ou alors tu lis le post précédent de Dom qui explique que le Japon dans son inversion accusatoire, avait décidé de reporter encore le procès avec un an de prison gratos pour une accusation peut être sans preuve réelle?

amiral_sub
Invité

pourtant des preuves il commence à y en avoir

beniot9888
Invité

Il n’était pas en prison, mais en résidence surveillée avec interdiction de quitter le territoire. Car les autorités japonaises pensaient qu’il y avait un risque qu’il tente de fuir.
Visiblement, elles avaient raison sur ce dernier point.

Jdg
Invité

Lol un vrai feuilleton.
Mais alors à dire n’importe quoi dans tous les sens.
Il a un faux passeport ou il s’est caché dans un bagage lol .
Par contre l’avis sur le pétrole entre Turquie et Japon là c’est vraiment pas terrible. Franchement CG n’est pas un politique influent en poste alors fait arrêter avec les tensions autour de lui. C’est pas l’empereur du japon

SGL
Invité

Je n’ai pas compris non plus le rapport avec le Japon et approvisionnement en pétrole entre l’Iran et la Turquie.
La Turquie est actuellement fâchée avec les USA, cela ne les dérange pas de commercer avec l’Iran.
D’ailleurs la Turquie à du coup plus de liberté que la France vis-à-vis de PSA et l’Iran, ceci en passant.
Le Japon reste diplomatiquement parlant du côté USA qui est face à un bloc Russie, Chine, Iran, Turquie, pas trop « copain » avec les Etats-Unis.

versdemain
Invité

Pas tout à fait, javai lu que un ambassadeur du Japon était allé voir l’Iran pour négocier du pétrole juste quelques jours avant le gros incident d’un drone américain qui aurait été abattue et d’un pétrolier quittant Iran avec un trou dans sa coque.
Il y a ici des enjeux qui nous dépassent en tant que citoyen qui subissons la propagande médiatique nous expliquant sans cesse ce que nous devons penser.

labradaauto
Invité

…la propagande médiatique lorsqu’elle émane de journalistes indépendants, elle est salutaire. Mais généralement quand les services secrets « font le nécessaire » ordonné par le pouvoir; RIEN NE SE SAIT JAMAIS…. sauf que 20 , 30 ans plus tard des affaires émergent à nouveaux grâce à des recoupements d’enquêteurs, journalistes, écrivains . D’une affaire on en fait un film parfois. Oui la manipulation est à son paroxysme à l’heure actuelle, car la censure opère .

AVENUE
Invité
@ labradaauto Depuis le 31 décembre il y a de quoi rire. Les articles à sensation pleuvent, c’est à celui qui croit avoir l’analyse la plus fine en usant du conditionnel à tour de bras. Mais quelle hypocrisie !!! Des commentaires au niveau du caniveau alimentés des pseudo-journalistes en manque de crédit. Alors je dis STOP comment voulez vous que CG quitte le Japon sans que les autorités au plus haut niveau ne l’aient laisser filer. Sa fuite arrange tout le monde et il ne faut pas s’attendre à des révélations de 1er ordre la semaine prochaine de la part… Lire la suite >>
Jo.
Invité
En tout cas, à Tokyo et chez Nissan, peut être certains commencent à se faire pipi dessus… possible que la boite à caca soit bientôt ouverte. Ou pas… En tout cas, Survoler le moins d’état possible, n’ayant pas d’accord d’extradition en cas de pépin de devoir y atterrir, il pouvait y avoir que la Russie. La Turquie étant le seul verrou à faire gaffe pour sortir de la Russie par le sud. Deux passeports de la même nationalité, des personnes ayant une grosse activité internationale l’ont souvent, à utiliser l’un ou l’autre en fonction de là ils vont, genre ceux… Lire la suite >>
wpDiscuz