Accueil BMW La BMW Série 3 berline & break musclée par Schnitzer

La BMW Série 3 berline & break musclée par Schnitzer

4144
6
PARTAGER

Quelques temps après avoir travaillé sur la Z4, AC Schnitzer, un des préparateurs historiques de BMW (mais séparé du Schnitzer Motorsport), s’attaque à la nouvelle série 3 dans ses versions berline et break. Une fois n’est pas coutume, c’est le diesel qui a les honneurs.

En attendant l’optimisation des modèles essence 320i, 330i et M340i xDrive actuellement en préparation (une 330i revue et corrigée a déjà été présentée en septembre, mais sans retouche mécanique), c’est sur la version diesel 330d xDrive que Schnitzer a jeté son dévolu pour faire une révision complète. Avec la reprogrammation, le moteur d’origine de 265 chevaux et 580 Nm de couple passe ici à 315 CV et 660 Nm de couple. Un joli gain de puissance qui rapproche la 330d de la précédente 335d, mais pas de chiffres de performances communiqués.

Plusieurs choix de jantes en alliage léger de 19 ou 20 pouces sont proposés, en deux tons ou anthracite, pour compléter le kit de carrosserie plutôt expressif. Plus agressif, il arbore un spoiler avant retravaillé avec une lame type compétition et des inserts noirs sur les haricots et les prises d’air, un séparateur avant, des jupes latérales aux francs plus prononcés (pour tous les modèles avec Pack M), un diffuseur arrière intégrant quatre sorties d’échappement et un béquet de toit arrière. Du tuning classique mais efficace, dans la veine de ce que propose Abt chez Audi.

L’échappement a été revu avec un silencieux sport (2 sorties d’échappement en combinaison droite / gauche de chaque côté), avec des garnitures Sport Carbon, Sport Chrome ou Sport Black. La suspension sport, quant à elle, s’abaisse d’environ 25 mm. En ce qui concerne l’intérieur, AC Schnitzer est plus sobre. Il propose des palettes de changement de vitesse personnalisées, des pédales en aluminium, un repose-pied en aluminium ou encore un porte-clés en aluminium. Des détails donc.

Notre avis, par leblogauto.com

Pas de surprise. Nous sommes dans des préparations traditionnelles et efficaces. Néanmoins, l’esthétique, à défaut de finesse, a pris du muscle avec les années et sied très bien à la série 3.

Images : Schnitzer

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "La BMW Série 3 berline & break musclée par Schnitzer"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
AXSPORT
Invité

Sympa
👍

aimelauto
Invité

pour ceux qui ont la chance de rouler sur les autoroutes à vitesse libre !!

labradaauto
Invité
oui ! mais tous les véhicules, normes constructeurs, sont capables de vitesses élevées. Ce principalement à cause des normes de consommations, rejets mesurés. Les mécaniques ont toutes des transmissions longues en conséquence . LE TUNING de ces enseignes consiste sur l’augmentation des accélérations. parfois, on raccourcit même la démultiplication finale . ON prend plus de tours moteurs et on ne perd pas d’allure, et on atteint des allures élevées immédiatement . Les turbos, les reprogrammations moteurs, les moteurs sont revus parfois profondément tout en conservant le même bloc,avec des pièces usitées en compétition. La même cylindrée est conservée souvent. oui… Lire la suite >>
Jdg
Invité

+1 labradaauto. Et puis le tuning IS c’est surtout du m’as tu vu!

labradaauto
Invité

la voiture est élégante tout en conservant une note identitaire avec sa calandre et des appendices discrets. Bravo !. Schnitzer, Heidegger, Hartge sont à BMW ce que Nothelle est à VW Audi . Oui le tuning est vivant au Pays dont le gouvernement protège encore les constructeurs et départements qui font de la mécanique. En France on a du législateur qui ne songe qu’à taper sur l’automobiliste et pire, c’est dans des buts électoralistes. ( On est pas du bon côté ) quand on aime les moteurs.

Seb
Invité

Il y aurait presque de l’assagissement si on compare à ce que faisait AC Schnitzer dans le passé ! C’est bien plus sobre , ca n’a pas l’elegance d’Alpina mais il y a du mieux .

wpDiscuz