Accueil Dépêches PSA lance sa production de moteurs électriques près de Metz

PSA lance sa production de moteurs électriques près de Metz

1196
23
PARTAGER

Le constructeur automobile PSA a inauguré mercredi sa première ligne de montage de moteurs électriques, implantée dans son usine de Trémery près de Metz (Moselle), pour équiper trois premiers modèles, a constaté un journaliste de l’AFP.

Cette « ligne d’assemblage de chaîne de traction 100% électrique » fournira les versions électriques de la Peugeot 208, de la DS3 Crossback et de l’Opel Corsa qui seront commercialisées à partir de début 2020, a expliqué Yann Vincent, directeur industriel de PSA.

Sa capacité de production, de 120.000 moteurs par an aujourd’hui, montera à 180.000 au second semestre de 2020, avec un effectif qui passera dans le même temps de 50 à 150 salariés, a précisé Marc Bauden, directeur de l’usine de Trémery.

A partir de 2022, la cadence montera fortement, à 900.000 unités annuelles, grâce à la création à Trémery d’une coentreprise avec l’industriel japonais Nidec, a-t-il ajouté.

L’usine a produit 1,8 million de moteurs thermiques (essence et diesel) l’an dernier avec un effectif de 2.500 salariés, mais ce volume diminuera à 1,6 million d’unités dès cette année, du fait de la baisse des motorisations diesel, ont rappelé les dirigeants de PSA.

L’installation de la nouvelle ligne, qui a représenté un investissement de 10 millions d’euros, marque un « tournant » pour l’usine qui a longtemps été la plus importante de moteurs diesel au monde, tous constructeurs confondus, a souligné M. Bauden.

Elle rend aussi « le site emblématique de la transformation du groupe pour répondre à l’immense défi, environnemental et réglementaire, de la transition énergétique » de l’industrie automobile, a déclaré M. Vincent lors de l’inauguration. PSA prévoit de « proposer une version électrifiée pour 100% de sa gamme +de véhicules+ en 2025 », a-t-il rappelé.

Trémery sera l’unique site de fabrication de moteurs électriques du constructeur, ses capacités permettant de faire face aux besoins de volumes attendus « pendant de nombreuses années », a dit M. Vincent au cours d’un point de presse.

Jusqu’en 2022, les principaux composants seront achetés à des fournisseurs, puis l’usine produira les moteurs complets dans le cadre de la coentreprise avec Nidec, ont indiqué les dirigeants de PSA.

Selon M. Vincent, la conversion à l’électrique n’aura « aucun impact sur l’emploi dans les cinq ans » à Trémery, bien que la fabrication d’un moteur électrique requiert « 30% de volume de travail en moins » qu’un essence ou un diesel. « C’est un point que nous surveillons de près, avec les organisations syndicales », a-t-il souligné.

Par AFP

Poster un Commentaire

23 Commentaires sur "PSA lance sa production de moteurs électriques près de Metz"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
lym
Invité
Et pendant ce temps, on commence à annoncer des ruptures possibles d’alimentation électrique résultant de l’arrêt de la centrale nucléaire de Fesseinheim et de celle à charbon (la plus grosse de France… mais 4x moins que ce qui se trouve en Chine/Pologne) de Cordemais (promise à une reconversion « biomasse »), à partir de 2022! Probable que pour la première ce ne soit pas remis en cause… Pour la seconde ce serait sans doute plus facile, vu qu’il n’y aura pas les allemands pour hurler en face et des brûleurs de houille mal placés pour nous donner des leçons! On aura donc… Lire la suite >>
SGL
Invité

@lym
Oui et non.
Sauf que la VE + EnR +Smart Grid font un excellent ménage pour le futur.
Donc les perspectives d’avenir font tous vers le mieux.
Mais oui, l’état de la production électrique en 2019 n’est pas satisfaisant… Surtout en Allemagne et en Pologne.

lym
Invité
La seule EnR qui vaille, c’est l’hydroélectrique qui est déjà au taquet (et scandaleuse braderie à venir avec autoroutes et FDJ hier) chez nous. Le photovoltaïque n’a pas atteint un rendement/longévité qui lui permette de largement rentabiliser ses coûts de production et aurait dû rester logiquement cantonné, comme ce fut historiquement le cas, aux sites non raccordables au réseau. L’éolien peine à atteindre 20% de rendement vs les puissances installées, aux prix d’impacts non négligeables qui commencent à faire gueuler sévère et avec des projets escamotés aux riverains jusqu’au commencement des travaux par les préfectures, ce qui les envoie probablement… Lire la suite >>
SGL
Invité
SGL
Invité
Produire de l’électricité en France, combien ça coûte ? Nucléaire : entre 59,8€ et 109€ /MWh, tendance à la hausse Éolienne : entre 90€ (pour l’éolien terrestre) et 200 € /MWh (pour l’éolien offshore – estimation -) en baisse constante Hydraulique : entre 15€ et 20€ /MWh Photovoltaïque : 142€/MWh, en baisse constante Gaz : 70 et 100 €/MWh, tendance à la hausse https://www.happ-e.fr/actualites-electricite/univers-electricite/news-electricite/cout-production-electricite-france Ce qui est terrible en France, est que notre territoire est remarquablement adapté pour les différentes type d’EnR et que nous en avons moins que tous nos voisins voire même sur le reste du monde. Bref… Lire la suite >>
lym
Invité

A s’en demander pourquoi le pays désormais le plus énergivore de la planète, la Chine, construit des centrales nucléaires à tour de bras… Côté renouvelable, je n’ai que le gigantesque barrage des 3 gorges en tête, mais je ne crois pas avoir dénigré l’hydro au contraire.

S’il font ainsi, c’est sans doute car les camarades faisant les plans quinquennaux sont des ânes, ce serait aussi pourquoi leur pays a tout loupé depuis 25/30 ans, tandis que de notre côté nous raflions tout, bien aidés par les décideurs les plus avisés du monde!

wizz
Membre
SGL Encore une fois de plus, tu compares ces solutions dans UN SEUL contexte: quand ça produit. Il faut comparer tous ces approvisionnements à SERVICE RENDU EGAL. Et là, ça change tout -une centrale nucléaire, ou gaz, ou charbon, ça produit 24/24h quelle que soit la météo, la saison, le moment. Sa production a un cout de revient constant -une éolienne ou PV, ça ne produit que s’il y a du soleil ou du vent. Et dans ces conditions, ça a un certain cout. Pas cher. MAIS lorsqu’il n’y a pas de vent, on fait comment? Il faut donc un… Lire la suite >>
wizz
Membre
Gaz : 70 et 100 €/MWh, tendance à la hausse soit 7 à 10cts le kWh Essayons d’estimer la part de la matière première (gaz naturel) et le reste, c’est à dire les couts fixes 1 m3 de gaz naturel contient environ 10kWh d’énergie brute. En bourse, on utilise le BTU. 1 million de BTU vaut 27.8m3 de gaz Hier, 1 million de BTU coutait 2.7$ http://edito-matieres-premieres.fr/bourse-cours/energies/gaz/ 1 m3 de gaz vaut donc 0.10$ Supposons que le rendement d’une centrale de gaz est de 50% A partir de 1m3 de gaz, soit 10kWh brut d’énergie, on va produire 5kWh d’électricité.… Lire la suite >>
lym
Invité
Le problème (faut lire), c’est que pour l’éolien il faut multiplier les capacités installées (flatteuses) par 0.2 (ce qui l’est moins!) avant de comparer les capacités réelles de production. Et cela, la FFE juge et partie évite de l’évoquer dans ses petites comparaisons. Jouant sur le présupposé (jusqu’alors vrai) « capacité installée = capacité disponible », encore ancré dans la tête des gens. La réalité c’est que c’est un scandale en devenir et qu’une fois que l’on aura sabordé le reste ils nous expliqueront qu’il faut leur en acheter 5x plus! Enfin si on a la place de les caser, surtout qu’il… Lire la suite >>
wizz
Membre
http://www.leparisien.fr/resizer/RspCfQryfr05uuZnZVDqR84a5Y8=/1280×800/arc-anglerfish-eu-central-1-prod-leparisien.s3.amazonaws.com/public/E5OD4NPZQRHVVQCGM6PFJ5UJ4Q.jpg C’est la fin de l’après midi. Il y a un pic de production des ENR. Mais pas de bol, ils sont des millions de Français encore sur les routes, en pouvant pas brancher leur voitures pour stocker ce surplus d’énergie… Puis un peu plus tard, tout ce beau monde arrive chez eux, avec des batteries plutôt vide que pleine. Le pic de consommation des ménages commence, et pas de bol, il n’y a ni vent ni soleil, et des batteries des VE plutôt vides… bref, faut pas trop compter sur les VE, ENR et smartgrid, lorsqu’on possède un très… Lire la suite >>
SGL
Invité

Euh le smart-grid est fait justement pour les EnR qui produisent d’une façon aléatoire !!!

wizz
Membre
le smartgrid ne fonctionne que si à tout moment, le bilan est équilibré. Cela veut dire que si à l’instant T on a un pic de production, alors il faut qu’à l’autre bout, on ait les moyens d’absorber ce pic de production Et inversement, lorsqu’il y a un pic de consommation, il faut que les stockages puissent fournir le nécessaire pour satisfaire ce pic de conso -> tu rentres chez toi à 18h. La voiture élect est vide. Tu fais quoi pour affronter les pics de conso? -> il y a un pic de production pendant la journée, et que… Lire la suite >>
SGL
Invité

Manifestement, les groupes VW et PSA organisent leur production pour fournir vers 2022-23 1/3 de voitures 100 % électrique.
+ ou – 33 % de PdM par rapport au 1 % de PdM en 2018 en moins de 5 ans !!! 😯

SGL
Invité

J’aurais mal lu ?
Suivant les constructeurs, le mix des VE vers 2023 tournes entre 20 et 40 %
… Si vous avez d’autres chiffres précis, je suis preneur.

lym
Invité

Ça compte les VE (vélos électriques!) du plan Pécresse sans doute?!

SGL
Invité

« Comment l’automobile européenne fait face au défi de l’électrique »
https://www.usinenouvelle.com/article/comment-l-automobile-europeenne-fait-face-au-defi-de-l-electrique.N882255

SGL
Invité
lym
Invité

Gare à la bulle…

SGL
Invité

…et donc le Diesel qui faisait 77 % des ventes n’était pas une bulle !?
Mais la VE à 20 % sera une bulle !?

Ddd
Invité

Les moteurs seront envoyés pour montage final sur véhicule au Maroc ou un autre pays?

Stabak
Invité

Ca restera en France pour ce qui concerne la DS3CB. Espagne pour la Corsa et Slovaquie pour la 208. Le Maroc assemble les version bas de gamme me semble t-il.

Bizaro
Invité

Pour balais d’essuie glace 🙂

wpDiscuz