Accueil 4x4 Los Angeles 2019 : Bollinger B2, 4×4 au cube

Los Angeles 2019 : Bollinger B2, 4×4 au cube

945
17
PARTAGER
bollinger b2

« Rien de frivole, rien d’inutile ». Voici la philosophie de Bollinger Motors, la start-up implantée à Détroit, qui essaie de réinventer le 4×4 et le pick-up, en version électrique cette fois-ci. A sa façon, l’entreprise propose des véhicules décalés.

L’électrification nous a donné à voir ces derniers mois de très nombreux projets d’hypercars et des SUV de luxe, mais le segment des « trucks » et des vrais 4×4 n’échappe pas à la tendance. Tesla cherche également réinventer ce type de véhicule, comme en témoigne son sensationnel et atypique Cybertruck aux lignes anguleuses, tout droit sorti d’un film de SF des années 80. Mais là où la firme d’Elon Musk fait dans le retro-futuriste, Bollinger fait plutôt dans le « country », sobre et rustique. Un retour aux sources, à l’image de sa ville, Détroit, qui cherche la résurrection ? Encore jeune, l’entreprise Bollinger a déjà présenté il y a deux ans le prototype de son premier modèle, le 4×4 B1, puis l’année dernière celui du pick-up B2. Depuis, les spécifications ont encore évolué.

Des 365 chevaux et 640 Nm de couple annoncés à l’origine, nous sommes désormais passés à deux moteurs fournissant au total 620 chevaux mais avec un couple en baisse à 500 Nm. Les monstres seraient capables d’abattre le 0 à 100 Km/h en 4,5 secondes mais avec une vitesse max de seulement 160 km/h pour le B2. Or, l’ambition n’est pas là. Le Bollinger B2 ne lorgne pas du côté d’un Urus voyez-vous. Il veut proposer un pick-up sobre, simple d’utilisation, fait pour durer et pratique. L’entreprise met davantage en avant la capacité de tractage (3400 kilos) et son astucieux système de trappe, qui permet de transporter des objets très longs en les positionnant longitudinalement de part en part du véhicule. Pour les capacités de franchissement, une boîte de transfert à deux vitesses est proposée sur les deux modèles, la hauteur de caisse est de 38 centimètres et le débattement des suspensions de plus de 24 centimètres. Un vrai baroudeur des pistes, ce qui n’est pas la vocation de la plupart des 4×4 branchés.

Reste qu’il faut de l’énergie pour abattre une telle besogne…et mouvoir les 2,2 tonnes de l’engin ! (4,5 tonnes en charge maximale) Les véhicules électriques ne vont-ils pas rentrer dans un cercle vicieux entre besoin de puissance et poids des batteries ? Alors que le concept B1 de 2017 tablait sur une batterie de seulement 60 ou 100 KwH, c’est désormais une batterie de 120 kWh qui est prévue avec une autonomie affichée de 320 kilomètres, mais dans quelles conditions d’utilisation ? On imagine qu’avec le poids de l’engin, c’est difficile à estimer. Sans oublier aussi son profil d’enclume.

Esthétiquement, c’est sûr, le Cx n’a pas été une préoccupation majeure lors de la conception du véhicule. Avec un physique de boîte à chaussures, l’aérodynamisme est un terme abstrait pour ce colosse, sorte de croisement entre un Hummer, un Land Rover Defender et un truck des années 30. Le Bollinger B2, qui donne cependant la part belle à l’aluminium, ne fait pas dans le galbe. Après tout, ses lignes reflètent la philosophie du projet. A l’intérieur aussi, ambiance minimaliste et spartiate, digne d’une Jeep Willys du débarquement. Même les airbags sont absents !

L’avis de Leblogauto.com

Ce n’est pas le même monde, mais entre le Cybertruck et le Bollinger, vous faites le grand écart. Le parti pris es clairement assumé.

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "Los Angeles 2019 : Bollinger B2, 4×4 au cube"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Mwouais
Invité

Un Tesla Cybertruck black et d’équerre

Invité

oua, élue punchline of the year

Nithael70
Invité

Des triangles, des carrés, il faut arreter d’embaucher des débutants sur CATIA

versdemain
Invité

Le 4×4 de Bolinger m’inspire plus confiance que le Cybertruck pour une utilisation véhicule tout terrain. On sent que c’est vraiment prévu pour et pas une sorte de mixte entre plusieurs genre pour faire le buz comme le Tesla.

Sinon, le surpoids ne sera pas un problème, on rappellera que les paysans ajoutent de l’eau dans les pneus de leur tracteur pour augmenter le poids et l’adhérence en tout terrain.

nouh
Invité

Une 2Cv passe très bien en tout terrain avec des pneus étroits et sans surpoids….

versdemain
Invité

Pour le loisir tu as raison…

Mais pour une entreprise, le tracteur va tirer une charrue, le 4×4 en carrière déplacer un rocher, en forêt tirer un tronc d’arbre, ou encore tracter une remorque rempli et charger à bloc.

SGL
Invité

Lors d’un essai Jeep Willys 4RM VS Kubelwagen 2RM, mais plus léger, suivant les terrains, je crois que la Kubelwagen était plus efficace que la mythique Jeep.

Miké
Invité

Ça va surtout tracter Karen, son sac chanel en leasing et son chihuahua

SGL
Invité

Auto beaucoup plus rationnelle dans la recherche de l’efficacité pure tout en simplifiant au maximum… Un gage de fiabilité à terme !
Esprit très militaire, là où tout superflu n’a pas sa place…

SGL
Invité
wpDiscuz