Accueil Dépêches Daimler supprime des postes pour digérer le coût des plafonds d’émissions

Daimler supprime des postes pour digérer le coût des plafonds d’émissions

386
16
PARTAGER

Le constructeur allemand Daimler a annoncé jeudi un vaste programme d’économies incluant des suppressions de postes, pour faire face à la coûteuse réduction des émissions de CO2 des voitures exigée l’an prochain par les normes européennes.

Dans sa branche automobile, Daimler « veut économiser plus d’un milliard d’euros d’ici fin 2022 » en coûts du personnel, moyennant des « suppressions de postes », a détaillé le groupe dans un communiqué.

L’entreprise n’a pas précisé le nombre de postes menacés. Daimler a simplement indiqué que 10% des cadres étaient concernés en plus d’un nombre indéterminé d’employés administratifs.

La presse allemande avait évoqué vendredi un projet de 1.100 suppressions de postes d’encadrement, alors que Daimler compte actuellement quelque 304.000 employés, tout type confondus, dans le monde.

Le fabriquant des Mercedes Benz fait face à des « charges financières pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de CO2 » en vigueur dès 2020 qui « demandent des mesures dans toutes les branches du groupes », a expliqué le patron Ola Källenius dans un communiqué.

Au sein de sa branche poids lourds uniquement, le groupe veut économiser quelque 550 millions d’euros d’ici fin 2022, dont 300 millions sur le personnel, mais n’a pas non plus précisé de chiffres.

Au total, et en prenant en compte les petits utilitaires et les poids-lourds ainsi que les « réductions des coûts du matériel », Daimler veut économiser au moins 1,65 milliard d’euros, dont 1,4 milliard en coûts du personnel.

‘Tâche herculéenne’

Dès l’an prochain, les constructeurs devront afficher sur leur flotte de voitures neuves vendues en Europe des émissions moyennes de CO2 inférieures à 95 grammes par kilomètre, sous peine de fortes amendes en cas de non respect du plafond.

Actuellement, les voitures Daimler émettent en moyenne 138 grammes par kilomètre.

La « tache semble herculéenne », a admis M. Källenius devant des analystes et investisseurs rassemblés à Londres, et Daimler n’arriver à respecter les normes que grâce aux exceptions prévues par la régulation européenne.

Le groupe profite de la pondération par poids — relevant le plafond pour Daimler à une centaines de grammes — ainsi que de la possibilité donnée par l’UE de ne pas prendre en compte les 5% des véhicules les plus polluants la première année et de compter plusieurs fois chaque véhicule électrique vendu.

« Nous pouvons arriver dans la fourchette ciblée », a promis M. Källenius, avertissant cependant: « ce que nous n’arrivons pas à contrôler complètement, c’est le choix des consommateurs. »

Face au coût de développement des nouveaux modèles électrifiés, « nous allons plus réfléchir à où nous mettons nos euros et centimes », a annoncé M. Källenius: les investissements seront maintenus au niveau de 2019 l’année prochaine et réduits sur le moyen terme, à partir de 2021.

Taxes douanières

Les économies et des ventes de modèles plus rentables doivent permettre à la branche phare « Mercedes-Benz Cars & Vans » d’atteindre une marge opérationnelle « d’au moins 4% en 2020 » et « d’au moins 6% en 2022 » contre 5% prévue en 2019.

Mais M. Källenius a précisé que des taxes douanières imposées par la Chine sur les importations de voitures fabriqués aux Etats-Unis pourraient, si elles entrent en vigueur comme prévu, encore amputer cette marge d’un point de pourcentage.

Pékin menace depuis août d’imposer des tarifs douaniers de 25% sur les automobiles américaines à compter du 15 décembre si l’administration Trump met en application ses menaces.

Avec d’importants volumes de SUV produits aux Etats-Unis pour le marché chinois, « cela nous affecte significativement », a indiqué M. Källenius.

Daimler reste par ailleurs menacé par des charges pour des rappels de voitures diesel équipées de logiciels capables de truquer le niveau d’émissions.

Le groupe de Stuttgart, qui a publié deux avertissements sur résultats cette année, s’attend pour 2019 à un bénéfice opérationnel (Ebit) « significativement inférieur » à celui de l’an dernier, soit 11,1 milliards d’euros plombé notamment par 4,2 milliards euros d’effets exceptionnels liés à des rappels.

A la Bourse de Francfort, le titre reculait de 3,01% à 51,93 euros dans un Dax en baisse de 0,33% vers 11H30 GMT.

Par AFP

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Daimler supprime des postes pour digérer le coût des plafonds d’émissions"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
xavier
Invité

Les économies d’énergie et/ou réduction de pollution ne créent pas toujours des emplois.
Chutttttttt 😉

Invité

Niveau bac +2 voire Terminal, la « Destruction créatrice », expliquant en quoi cela créé des emplois.
Même sans étude, il n’y a pourtant pas à chercher très loin pour comprendre que des économies en vue d’investir massivement dans la R&D est probablement créateur d’emploi. M’enfin bon…

zafira500
Invité

@lolman77
« Même sans étude, il n’y a pourtant pas à chercher très loin pour comprendre que des économies en vue d’investir massivement dans la R&D est probablement créateur d’emploi. »
Si c’est pour investir dans la R&D, certes, mais si c’est pour redistribuer sous forme de dividendes aux actionnaires,… Or la tendance est plutôt à la deuxième solution.

pat d pau
Invité

oui c’est la difference entre ceux qui font principelement de l’industrie et ceux qui font principalement de la finance… les chinois c’est MadeinChina2025 et eux savent construire un EPR..
Allez mercedes… meme avec 20 ans de retard sur Toy (HSD) et 10 sur Tesla (VE) vous pouvez le faire !

xavier
Invité

@lolman77
Je n’est probablement pas ton niveau qui doit être très élevé mais le niveau BEPC est suffisant pour savoir compter.
Tu peux penser ce que tu veux et croire qu’il va y avoir pleins d’emplois crées partout, partout dans l’industrie automobile.
Et s’agissant des gens qui croient , nul besoin d’aller à l’école ou à l’université.

Invité

par contre, xavier aurait pu nous faire l’économie d’un commentaire, car là, celui-là n’est pas créateur de pertinence !
Mais chuuuuuuuuuutttttttt 😉

xavier
Invité

@shobby et réciproquement 🙂

nouh
Invité
Daimler supprime des postes pour préserver les dividendes à ses actionnaires…. Voilà la réalité actuelle d’un monde économique en régression, toujours basé sur la croissance alors que ce modèle ne peut plus fonctionner car il ne profite qu’aux pays les plus riches, dont nous faisons parti, les ressources naturelles ne suffisent plus et en parallèle, l’écart entres les riches et les pauvres s’accroit avec toutes les conséquences sur les populations dont la montée des extrêmes, les migrations et les tentations de repli sur soi(mur aux frontières) qui fragilise l’économie mondiale. Et par dessus tout cela, le dérèglement climatique qui se… Lire la suite >>
Dom
Invité

Daimler supprime des postes pour préserver les dividendes à ses actionnaires….

Principaux actionnaires de Daimler AG: 1er Geely (Shu Fu Li), 2eme le Koweït, 3eme l’état chinois ( SASAC )
Pékin menace depuis août d’imposer des tarifs douaniers de 25%, c’est pas bon pour la Chine ce plan taxe…..

r.burns
Invité

Les pertes d’emplois sont des conséquences directes des normes écologiques absurdes. Merci la gauche.

Invité

… gné ?!
Attendez, donc, selon vous, toute l’Europe, et finalement la moitié de la planète, est de gauche…?
Donc en fait, selon vous, le besoin de réduire les émissions et les modes de consommation sont une invention de la gauche?

Vous étiez où ces 20 dernières années…?

pat d pau
Invité

surement en train de critiquer toyota et ses hybrides ou bien tesla et les supercharger… la facilité quoi

pat d pau
Invité

Toyota france embauche…et continue a investir dans son usines… car toyota a le bon produit.. en meme temps ils font de l’hybirde en 400Volts depuis 1997…
donc aucun rapport a ton truc..

Invité

Pas très étonnant. Une longue période de gras s’ensuit souvent d’une période d’amincissement.
Avec des besoins de R&D titanesques, il faut faire des économies.

On peut en revanche regretter l’idée de vouloir ABSOLUMENT conserver la rentabilité actuelle. Après tout, les caisses sont assez remplies, et la rentabilité unitaire est excellente. Il y a de la marge, qui, en toute logique, devrait servir pour ces moments là.
A la place, on coupe dans le personnel et d’autres projets, pour garder le gras.
Curieux, dommage, mais hélas la réalité de toute industrie.

Espérons que ça ne sera pas toujours comme ça.

amiral_sub
Invité

ça me rappelle la crise des fabricants de carrioles hypotractées lors de l’arrivée des premières automobiles. Et les manifs des maréchals ferrands

wpDiscuz