Accueil Toyota Tokyo 2019 : Toyota Mirai Concept

Tokyo 2019 : Toyota Mirai Concept

1188
28
PARTAGER
Toyota Mirai Concept

Toyota passe la seconde en matière de véhicule à pile à combustible avec la nouvelle génération de la Mirai dont le concept sera présenté au Tokyo Motor Show 2019 la semaine prochaine.

Le Futur en version hydrogène

Le Japon croit dur comme fer à la société du tout hydrogène, et le premier ministre Abe Shinzo ne manque pas de le répéter dès qu’il en a l’occasion. Toyota fait sa part avec des investissements lourds dans cette technologie, la partie la plus visible de l’iceberg étant la Mirai, voiture individuelle à pile à combustible que le constructeur construit au compte-goutte mais qui a fini par atteindre le compte de 10 000 exemplaires produits depuis sa mise sur l’asphalte il y a déjà cinq ans.

Toyota Mirai Concept

Outre sa rareté, la Mirai n’a pas un physique facile, ce qui peut se concevoir pour un prototype, puisqu’en quelque sorte c’en est un, mais cela n’a pas facilité son adoption, déjà rendue compliquée par le famélique réseau de stations service compatibles.

Qu’à cela ne tienne, Toyota travaille sur le temps long, et cinq ans après la première Mirai arrive la seconde génération sous la forme d’un concept très abouti, prêt à voir les concessions japonaises à l’automne prochain.

Grande berline élégante

On ne pourra plus reprocher à la Mirai son apparence baroque. Cette fois le constructeur a décidé de jouer la grande classe, et s’inspire du vaisseau amiral du groupe, la Lexus LS, pour les lignes générales très élégantes de la nouvelle auto.

Toyota Mirai Concept

Bâtie sur la plateforme TNGA comme cette dernière, elle adopte le format classique d’une grande berline propulsion de 4975 mm de longueur, et grâce à sa chaîne de propulsion entièrement revue, propose cette fois cinq vraies places au lieu des quatre de la Mirai actuelle.

Toyota fait grand cas dans son communiqué des capacités routières du châssis et de son agilité, histoire de tenir son rang dans le segment des autos de cette taille.

La version revue et corrigée de la pile à combustible qui équipe la nouvelle Mirai ne livre pas encore ses secrets. Tout au plus Toyota indique pour l’instant que l’autonomie augmente de 30%, ce qui permettra de palier pour partie à la maigreur du réseau de stations d’hydrogène…

Toyota Mirai Concept

Sans détails au moment de cette annonce, on ne pas se prononcer sur le degré de technologie embarquée, hormis la présence d’un écran de 12,3 pouces dans la console. A l’inverse de la culture « Beta test » de Tesla, Toyota est notoirement prudent en matière de technologies embarquées dans ses voitures de série, donc il serait étonnant que la Mirai débarque avec des capacités autonomes avancées.

On verra tout ça plus en détail la semaine prochaine lors de notre visite des halls du Tokyo Big Sight.

L’avis de leblogauto.com

Chi va piano va sano e va lontano. Toyota n’a jamais cru à l’électrique basé sur les batteries et continue patiemment de creuser son sillon dans la pile à combustible à hydrogène. Le constructeur a les épaules solides et peut se permettre du temps pour développer sa technologie.

Avec cette Mirai revue en profondeur, il y a un coup intéressant à jouer avec une alternative au moment où les poids-lourds allemands vont affronter Tesla. Il va falloir toutefois résoudre aussi le problème des volumes de production. Mais si quelqu’un s’y connaît en production c’est bien Toyota.

Crédit images : Toyota

Poster un Commentaire

28 Commentaires sur "Tokyo 2019 : Toyota Mirai Concept"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Fabi35
Invité

Comment est produit l’hydrogène au Japon ?

Kaizer Sauzée
Invité

Comme partout ailleurs.
Si la production d’hydrogène n’est pas encore très écolo, mais pas moins que le pétrole, on y gagne au niveau des gazs d’échappement, c’est déjà ça.
Rome ne s’est pas construite en une fois.
Les choses avancent, c’est déjà bien.
On ne peut pas tout changer d’un simple claquement de doigts.

SGL
Invité

@ Kaizer Sauzée, a raison, je me demande ce qu’il a dans la tête qui dislike d’office ? 😯
La fourniture d’énergie au Japon a toujours été historiquement une chose délicate, l’entrée en guerre contre les USA n’y était pas étrangère en 1941.
La construction des centrales nucléaire aussi, malgré le syndrome des bombes atomiques.
Les EnR et l’efficience des consommations des produits, ont un bel avenir chez eux, mais comme dit @Kaizer Sauzée, les miracles ne se font pas avec un claquement de doigts.

sylver
Invité

Avec l’essort des ENR, la production d’hydrogène devient un non-problème. Le rendement est un peu pourri mais on s’en fout parce que l’énergie est quasiment gratuite et en plus quelques grosses unités de production d’hydrogène réversibles pourraient faire des miracles pour la stabilisation du réseaux.

Kaizer Sauzée
Invité

On en est pour l’hydrogène aujourd’hui au même point que l’essence et le diesel à leurs débuts. Tout cela va évoluer plus ou moins rapidement suivant l’engagement des constructeurs et des gouvernements.
Je suis personnellement convaincu de l’avenir de cette solution, contrairement au tout électrique.

amiral_sub
Invité

mais pourquoi perdre 80% de l’électricité produire par les ENR pour produire de l’hydrogène plutôt que de l’injecter dans le réseau ?

Thibaut Emme
Admin
@amiral_sub : le principe ne serait pas de consommer les EnR pour faire du H2 plutôt que de les injecter dans le réseau. Le principe est de prendre le surplus des EnR qui sont en fait un déchet. En gros la cascade de consommation c’est : – injection dans le réseau pour répondre à la demande intérieure – export vers des pays demandeurs si le prix est intéressant – sinon utilisation pour remonter de l’eau dans les barrages (réserves d’élec), etc. – sinon……ben….on ne sait pas quoi en faire et c’est gênant. Le souci des EnR c’est qu’ils produisent « quand… Lire la suite >>
sylver
Invité

@amiral_sub, on est quand meme a des rendement bien meilleurs que 20% pour l’electrolyse en PMB…

Bizaro
Invité

Sûrement de la même manière que chez nous, en dans certains cas en profitant de l’industrie de la fabrication d’oxygène. Mais la science et l’ingénierie avance. Évidemment c’est pour l’instant une technologie qui ne peut être mis entre les mains de n’importe qui.

Rickyspanish
Invité

Sur le point du design, c’est largement mieux que l’actuelle (pas très dur en même temps…). L’intérieur est plus bizarre avec la console centrale qui part de traviole vers le passager et la prolongation factice de l’écran qui intègre l’aérateur latéral conducteur.
Sur l’histoire de l’hydrogène, la question est toujours celle de l’empreinte environnementale de sa fabrication. Je ne sais pas trop où cela en est…

panama
Invité

Je veux bien qu’in discute de l’empreinte carbone de la fabrication de l’hydrogène si parallèlement on parle de celle de l’électricité : charbon, nucléaire !

beniot9888
Invité

Et celle du pétrole, aussi ?

amiral_sub
Invité

bizarrement j’ai eu beaucoup de mal à trouver le bilan carbone de l’exploration/extraction/transport/raffinage/distribution du pétrole. C’est tout de même étonnant que cette industrie si propre et exemplaire ne publie pas plus sur ce sujet

TNZ
Invité

Perso, je trouve qu’elle ressemble plus à l’ES qu’à la LS.

panama
Invité

Magnifique voiture. Est-ce que quelqu’un sait où elle a été dessinée : Japon, US ou à Sophia-Antipolis ?
Ca faisait longtemps que Toyota n’avait pas proposé une voiture aussi belle.
Le prix va être stratosphérique mais peut-être pas plus cher que celui s’une Tesla. A voir !

JC Juncker
Invité

elle a des faux air de Kia Stinger

SGL
Invité

Bravo Toyota !

SGL
Invité

Je pense que Toyota prépare bien l’après 2025-30 pour l’automobile.

amiral_sub
Invité

toyota prépare surtout très bien la pêche aux subventions:
https://www.connaissancedesenergies.org/la-strategie-hydrogene-du-japon-181009
« Le gouvernement japonais a déjà consacré environ 1,5 milliard de dollars à la R&D et aux subventions en faveur de l’hydrogène au cours des 6 dernières années »
Pour tout achat d’une voiture électrique à hydrogène, le gouvernement japonais va offrir une subvention de 2 millions de yens, soit près de 14 600 euros au cours actuel.
« Pour tout achat d’une voiture électrique à hydrogène, le gouvernement japonais va offrir une subvention de 2 millions de yens, soit près de 14 600 euros au cours actuel. « 

SGL
Invité

Je ne critique pas les subventions.
Elles ne sont pas là que pour faire joli ou pour le copinage. (là, c’est grave)
Mais quand c’est pour l’intérêt général, elles ne sont jamais trop élevées !

wpDiscuz