Accueil Actualités Entreprise Peugeot vend la totalité de Peugeot Motocycles à Mahindra

Peugeot vend la totalité de Peugeot Motocycles à Mahindra

4246
45
PARTAGER

Peugeot avait déjà vendu 51% de sa filiale Peugeot Motocycles (PMTC) à Mahindra en 2014. Cinq années plus tard, la marque au lion se désengage totalement de PMTC.

Les motocycles chez Peugeot, c’est une histoire qui datait de 1898. Armand Peugeot (celui des deux cousins qui croyait à l’automobile et à la motocyclette), tente de diversifier une entreprise naissante. A la mort de son cousin Eugène (celui qui n’y croyait pas), il est rejoint par les fils d’Eugène. Pierre Ier, Robert Ier et Jules II Peugeot reprendront l’affaire à la mort d’Armand, décédé sans enfant.

Basée dans le Doubs à Valentigney/Mandeure, un des fiefs historiques de la famille Peugeot, l’entreprise a du mal à négocier l’arrivée des géants asiatiques du scooter. PSA décide de vendre 51% de PTMC à Mahindra en octobre 2014. Cette vente s’accompagne d’une licence d’utilisation de la marque Peugeot pour 50 ans. Cela permet à Mahindra de continuer de vendre des scooters au lion.

Peugeot reste attentif à l’utilisation de la marque

Aujourd’hui, c’est donc une page qui se referme dans le grand livre Peugeot avec la vente des 49% que PSA détenait encore. « Mahindra Two Wheelers Europe » a pour objectif de lancer 7 nouveaux modèles entre 2019 et 2021. Il reste visiblement encore des marchés à conquérir en Europe, mais Mahindra parle également de l’Asie. PSA continuera d’être impliqué sur des questions de design via son studio. Par exemple, le i-Connect du Peugeot Pulsion est dérivé du i-Cockpit® de Peugeot automobiles. L’entreprise reste basée à Mandeure.

Rajesh Jejurikar, Président des divisions FES & Two Wheelers, et membre du Comité Exécutif du Groupe Mahindra & Mahindra Ltd. : « Nous constatons une dynamique positive chez Peugeot Motocycles, qui progresse plus que le marché. Kisbee devient le véhicule 50cc le plus vendu en Europe, Peugeot Metropolis se renforce en Europe et en Chine, la réponse positive du marché au nouveau lancement de l’Urban GT connecté Pulsion en sont quelques exemples. Nous soutenons pleinement le projet Performance 2020 de PMTC et sommes très optimistes pour l’avenir ».

Si Peugeot lâche les rênes de Peugeot Motocycles, le groupe n’en demeure pas moins attentif à l’utilisation qui est faite de sa marque par Mahindra. Utilisation qui fait que beaucoup de monde ne savent même pas que Peugeot a vendu sa division scooter.

Illustration : Peugeot

Poster un Commentaire

45 Commentaires sur "Peugeot vend la totalité de Peugeot Motocycles à Mahindra"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
gabriel
Invité

savez vous ce qu’il en est des bicyclettes?

lelillois
Invité

Je me posais la même question.

SGL
Invité

Attristant !

Le bougre
Invité

Ils cedent les bijoux de famille ..!

PSA ne va pas bien,
ils se rendent compte (un peu tardivement…) que l’Asie est le maitre des 2 roues (tant motos que cycles…), avec surtout une qualité inconnue en France et une vivacité industrielle à creer des modeles differents dans leurs gammes🛵

Sylvain
Invité

Tant qu’il continue à faire dès poivrière…

bzep
Invité

Ah, oui ! Autant, je suis Renaultiste pour les déplaçoires, mais pour les poivrières et salières, je suis carrément Peugeot.

Stabak
Invité
Ca y est, PSA se sépare définitivement de sa dernière division «non voiture». Après les cycles, l’outillage et le FCSM, c’est au tour de la branche motocycles de dire adieu au groupe. Ce n’est pas la première fois qu’un grand groupe automobile se débarrasse de ses divisions annexes. On peut penser à Renault par exemple qui il y a 10-15 ans revendait les Poids lourds à Volvo Group qui lui même avait revendu Volvo Cars à Ford. Puis Renault Bus à Iveco et enfin Renault Agriculture à Class. Tout ça dans le but d’accroître la puissance de la branche automobile… Lire la suite >>
Stabak
Invité

Erreur de ma part. Mahindra ne possède pas d’autres marques de motos. Je confond avec d’autres marques.

Thomas
Invité

Mahindra a aussi récemment racheté la marque anglaise mythique BSA pour concurrencer Royal Enfield(ex Enfield India)déjà bien implanté en Inde(et pas mal ailleurs aussi) 😉

bzep
Invité

Oui, c’est vrai que Renault a fait de même avec les camions, les engins agricoles et les bus. J’ai toujours le regret que le Losange n’est pas conclu avec Volvo (voitures) il y a 20/30 ans, à l’époque les actionnaires avaient peur de la Régie Nationale Renault (à mon avis c’était me semble-t-il davantage l’état actionnaire qui les hantait !): finalement ils ont préféré Ford puis après les chinois ! … Bref.

033x
Invité

l’histoire de renault trucks est, me semble t-il plus complexe ! Suite à l’échec de la fusion renault / volvo, Renault a cédé à Volvo 100% de la branche « renault trucks » moyen 15% du groupe Volvo, maison mère de Volvo, marque automobile, présente dans l’industrie pharmaceutique ou l’armement..

wizz
Membre

La vente de Renault bus à Iveco était une décision de Bruxelles, suite à la demande de fusion Renault Truck-Volvo Truck.

Iribus était un co-entreprise de Renault et Iveco à 50-50%. Renault souhaitait reprendre cette activité et avoir plus de poids dans la fusion avec Volvo Truck. Bruxelles avait alors refusé, craignant une domination excessive de l’ensemble (faut aussi dire que le lobbying avait bien fonctionné à Bruxelles, de la part de certains concurrents du secteur poids lourds)

Greg
Invité

Cela me rappelle BMW , et dans une moindre mesure l’ ancien Daimler-Benz qui ont complètement abandonné leurs activités de motoristes en dehors de l’ automobile.
BMW produisait des moteurs d’ avions et turbines jusque dans les années 90.
DB produisait moteurs d’ avion, bateau, et même Panzer (via Maybach). Contrairement à BMW ils n’ ont pas repris ces activités dans les années 50
Le seul à avoir fait l’ inverse, mais pour des raisons irrationelles, c’ est VW: acquisition de Scania (OK, ça je comprend), puis MAN (là non) et Ducati (enorme connerie).

Greg
Invité

Motoriste en dehors des véhicules a moteur je voulais dire….
Il a abandonné ce qui etait avant son coeur de métier pour se recentrer sur le business le plus risqué.

Greg
Invité

En fait le logo n’ évoque pas une hélice contrairement à une légende tenace et une affiche très styllisee. BMW le reconnait lui-même😉
Non pas de problèmes avec l’ antitrust en raison de la nature fondamentalement differente des activités. C’ etait juste une decision strategique que je deplore. BMW a privilégié la licence rolls Royce pour ses voitures plutot que de maintenir la co-entreprise

labradaauto
Invité

lu…
sauf , et il suffit d’interroger plusieurs motocylistes qui roulent Ducati, Guzzy et BMW . Oui la BM est une moto de gros rouleurs, mais les italiennes on tourne à 4 litres au 100 4,5 – Une grosse BMW paie ses pneus larges, sa prise au vent , on passe 6 litres – ( renseignements pris chez des gros rouleurs motards ).

wpDiscuz