Accueil Livre On a lu : Supercar Revolution, de John Lamm (ETAI)

On a lu : Supercar Revolution, de John Lamm (ETAI)

1426
1
PARTAGER
f40

Alors que nous assistons à l’émergence des Hypercars hybrides et électriques, voici un livre qui rend hommage aux bestiales supercars, celles qui ont fait rêver plusieurs générations d’amateurs d’automobile des années 60 jusqu’à nos jours, avec leurs gros V8, V12 et même W16. Une espèce en voie de disparition…

John Lamm est une véritable institution aux États-Unis. Happé tout jeune par le virus de l’automobile en assistant à une course sur le circuit de Road America, il commence sa carrière comme rédacteur en chef du magazine Motor Trend. Mais il a surtout collaboré pendant près de 40 ans, comme journaliste et photographe, à la revue Road and Track, ayant eu l’occasion d’essayer et de photographier sous toutes les coutures des dizaines de voitures plus fabuleuses les unes que les autres.

Supercar Révolution propose de retracer l’histoire et l’évolution des supercars, des voitures à la fois extrêmes et fascinantes, ou « exotiques » pour reprendre les mots de l’auteur. Ce dernier divise son propos en trois périodes distinctes : les prémices de la fin des années 60 et du début des années 70, amorcés par les Lamborghini Miura, Countach et Ferrari Daytona, puis les années 80 marquées par l’ère des turbos et le phénomène Groupe B, et enfin, à partir de 1992, l’ère moderne inaugurée par l’intemporelle McLaren F1.

Agrémenté comme il se doit de belles photographies, le livre vaut le détour aussi pour la qualité des textes, qui entrecroisent habilement le contexte de création des modèles, les caractéristiques techniques et l’expérience de l’auteur, qui fourmille d’anecdotes. Le texte donne aussi la parole à la star de la télé US Jay Leno, grand amateur et collectionneur de belles carrosseries, et à d’autres personnalités intéressantes, comme Ken Okuyama, le designer de la controversée Ferrari Enzo.

De la Lamborghini Diablo à la Ferrari F40, de la Ford GT à la Bugatti Veyron, de la BMW M1 à la Porsche Carrera GT, sans oublier quelques modèles atypiques tels que la Vector , 36 voitures emblématiques sont ainsi passés en revue. Le livre n’est pas exhaustif – ce n’est pas une encyclopédie – mais on peut regretter l’absence de quelques modèles incontournables tels que la Ferrari LaFerrari ou McLaren P1, qui sont pourtant en couverture. Mais l’auteur, qui injecte une grande part de sensibilité et de vécu dans son ouvrage, met en avant sans nul doute son panthéon personnel.

Le livre est disponible à 49 euros.

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "On a lu : Supercar Revolution, de John Lamm (ETAI)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
panama
Invité

Tiens ça me rappelle Bouvard et sa F40 à Cannes essayant désespérément de tourner le volant de ses petits bras. On a dit qu’il n’avait jamais passé la 3ème vitesse de la voiture !

wpDiscuz