Accueil Hyundai Essai Hyundai Kona Hybrid de 141 chevaux

Essai Hyundai Kona Hybrid de 141 chevaux

4283
30
PARTAGER
Essai Hyundai Konda Hybri (2019)

Le Kona, le récent crossover mis sur le marché par Hyundai entend convaincre un plus large public. Comment ? Après avoir été lancé en thermique, puis en électrique, il arrive maintenant dans une version hybride. Nous avons pris le volant de ce dernier dans les environs d’Amsterdam aux Pays-Bas.

Design atypique

Le Hyundai Kona se fait remarquer en premier lieu par son design atypique. Il réinterprète dans un style différent le regard avec des feux sur deux niveaux. Les principaux dans le bouclier se trouvent de part et d’autre d’une calandre hexagonale. Il en ressort une certaine agressivité.

En outre, ce crossover affiche une personnalité forte, voire de baroudeur avec ses arches de roues habillées d’imposantes protections de plastique noir. L’arrière, pas en reste, affiche le même type de traitement qu’à l’avant, lui donnant là aussi des airs d’aventurier. Et pourtant, peu de chances de le voir escalader autre chose qu’un trottoir.

Un nouveau grand écran tactile

A bord, le Kona s’est modernisé, avec notamment une sérieuse mis à jour en termes d’équipements. Trône sur la planche de bord, un très large écran tactile de 10,5 pouces. On regrettera cependant la présence de compteur encore en partie analogique. En effet, le tout numérique commence à se démocratiser, même sur ce marché.

La présentation apparaît correcte, avec une finition de bon niveau pour le segment. On ne manque pas de place à l’avant comme à l’arrière, et on note la présence d’une connectivité qui satisfera tout le monde. Coté coffre, sa capacité se montre plutôt moyenne avec 361 litres. En outre le réservoir ne culmine lui qu’à 38 litres.

Une hybride sans CVT

Ce Hyundai Kona affiche une puissance confortable dans son contexte de concurrence, avec 141 chevaux (puissance cumulée). Le moteur essence 1.5 de 105 chevaux cohabite avec un bloc électrique qui en développe 44. Mais point de CVT, ici on a une transmission à double embrayage. Et cela fait une très grande différence. En effet, on la conduit comme une voiture conventionnelle.

Entendez par là que dans d’autres véhicules hybrides avec des boites à convertisseur, on doit « manuellement » apprendre à adoucir les montées en régime. Il s’agit en fait de limiter l’emballement désagréable caractéristique. Dans le Kona, ce phénomène se fait remarquer agréablement par son absence. Pas de modes éco ou EV… on appuie sur Start et on file sur la route, point. Plus simple, on ne peut pas.

Consommation maitrisée

A l’usage, on a sous la main un système plutôt mature lissant les transitions entre les phases thermiques et électriques, ces dernières n’intervenant que dans les 30 premiers km/h. La consommation se montre impressionnante, avec un chiffre en ville dans les 4 litres, peu importe le type de circulation. En complétant notre parcours de routes à travers la campagne hollandaise, on tournait autour des 5,5.

Pour le reste, il se montre facile à mener, avec un bon niveau de confort. Le pousser dans ses retranchements n’a que peu d’intérêt, mais il se montre toutefois un peu moins à l’aise qu’un Captur (bientôt remplacé) un peu mieux suspendu. Néanmoins le Français 100 % thermique n’a pas le lest d’une batterie. Dans le quotidien, on regrettera certaines aides à la conduite (débrayables) un peu trop envahissantes.

Dès 27 150 €

Avec ses 4,17m, en hybride le Kona n’a pas vraiment de concurrence. Il s’agit aujourd’hui de l’un des meilleurs compromis en agglomération. Grace à ses cotes modestes d’abord, et par sa consommation maitrisée en toutes circonstances. Si lors des grandes liaisons il ne gagne pas face aux thermiques, en revanche il n’y a pas match en ville. Ce full hybride sur ce très dynamique segment, on se demande pourquoi d’autres n’y ont pas pensé avant. À 27 150 €, en plus il n’est pas chiche en équipements.

+ ON AIME
  •  Consommation
  • Hybride avec boite à double embrayage
  • Equipements
ON AIME MOINS
  •  Réservoir de seulement 38 litres
  • Coffre modeste
  • Pas de mode 100% EV

 

Hyundai Kona Hybrid
Prix (à partir de) 27 150 €
Prix du modèle essayé 32 550 €
Moteur
Type et implantation 4 cylindres en ligne hybride ess.
Cylindrée (cm3) 1 480
Puissance (kW/ch) 103 / 141
Couple (Nm) 170
Transmission
Roues motrices Traction
Boîte de vitesses Auto double embrayage
Châssis
Suspension avant  McPherson
Suspension arrière  Multibras
Freins à disques
Jantes et pneus  225/45 R18
Performances
Vitesse maximale (km/h)  160
0 à 100 km/h (s)  11,6
Consommation (jantes 18 pouces)
Cycle urbain (l/100 km)  –
Cycle extra-urbain (l/100 km)  –
Cycle mixte (l/100 km) 4,3
CO2 (g/km) 99
Dimensions
Longueur (mm) 4 165
Largeur (mm) 1 800
Hauteur (mm)  1 550
Empattement (mm) 2 600
Volume de coffre (l)  361
Réservoir (l)  38
Masse à vide (kg) 1 376

Illustrations : Le Blog Auto

Poster un Commentaire

30 Commentaires sur "Essai Hyundai Kona Hybrid de 141 chevaux"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Yop
Invité

11.6s au 0-100km/h avec 141ch. Pas fameux….
Après, ça semble consommer peu en usage réel. Reste à comparer avec la version thermique normale pour voir combien on gagne.

Donatello
Invité

C’est un moteur à cycle d’Atkinson (voir http://www.abengine.com/AB_Engine_advantages.htm), il a une plage d’utilisation plus réduite, il est normalement accouplé à une boîte CVT pour l’exploiter plus efficacement.

versdemain
Invité

Le marketing fait des miracles …

plus loin…

Donc à partir de 30km/h il ne fonctionnerait quand thermique, d’ou le peu de reprise ?

versdemain
Invité

Mince ma citation n’est pas passé?
« 141 chevaux (puissance cumulée). Le moteur essence 1.5 de 105 chevaux cohabite avec un bloc électrique qui en développe 44 »
plus loin…
« phases thermiques et électriques, ces dernières n’intervenant que dans les 30 premiers km/h »
Donc à partir de 30km/h il ne fonctionnerait quand thermique, d’ou le peu de reprise ?

Akouel
Invité

Rassure toi, il peut être en tout EV bien au delà des 30, comme un 50 kmh. tout dépend du niveau de charge de la batterie et de la sollicitation à l’accélérateur.
Je n’ai pas compris cette remarque non plus alors que la mécanique est connue depuis la Ioniq.

lym
Invité

Et Vmax = 160km/h, c’est parce qu’a cette allure il ne reste que les 105 poneys du thermique pour trainer ce sabot, potentiellement amputés d’une charge résiduelle en prime car même ainsi on tablerait sur 10 à 20km/h de mieux!

Après la triche sur les émissions, celle sur les puissances réellement disponibles!

amiral_sub
Invité

dans le dernier essai du captur vous aviez consommé 7l/100. Techniquement les pures thermiques sont des dinosaures qui consomment trop le précieux pétrole

AXSPORT
Invité

Ç’est moins « affreux » à conduire que la Prius…..
Le moteur thermique manque quand même de couple

AXSPORT
Invité

Pas eu l’occasion de tester sur l’autoroute

labradaauto
Invité

« KONA » !
Rien que ça prononcé sur la parte du break en dit long .

AQW
Invité

On attend surtout la version Sport ou Racing…

lym
Invité

C’est ce que je me suis dit: Caissr de Kona…rd!
Ou Kon de client. Pour la ville, seul endroit ou il sera à l’aise, il y a mieux plus simple et 2x moins cher.

Rikiki
Invité

C’est une nouvelle version ?
Moteur 1.5L? 170nm de couple ??

Le Kona était équipé de moteur 1.6 GDI de 105ch avec un couple combiné de 265nm et une puissance de 141ch

wpDiscuz