Accueil Super GT Super GT 2019-5 : Coup de poker gagnant pour Lexus aux 500...

Super GT 2019-5 : Coup de poker gagnant pour Lexus aux 500 Miles de Fuji

253
0
PARTAGER
Super GT 2019 Fuji 500 miles

Les 500 miles (800 km) de Fuji ont été émaillés de péripéties et il fallait une stratégie inspirée pour naviguer entre les embûches. Ce petit jeu, c’est le team LeMans qui l’a joué le mieux pour remporter l’épreuve en GT500 et en GT300 le team JLOC n’était pas en reste pour imposer une Huracan GT3 sous le drapeau à damiers.

Echos

Calendrier 2020

Le calendrier provisoire 2020 du Super GT est désormais connu. La grande nouveauté est le retour de Sepang, alors que la manche de de Buriram est maintenue, ce qui porte à deux le nombre d’épreuves en dehors du Japon. Le nombre de manches total reste à huit, l’épreuve estivale à Fuji laissant place aux Jeux Olympiques.

  • 11-12 avril : Okayama
  • 3-4 mai : Fuji 500 km
  • 30-31 mai : Suzuka
  • TBA : Chang International (Buriram, Thaïland)
  • TBA : Sepang (Malaisie)
  • 12-13 septembre : Sugo
  • 24-25 octobre : Autopolis
  • 7-8 novembre : Twin Ring Motegi

Premières rumeurs 2020

Un certain nombre de conflits de dates avec le WEC font que la présence de Kazuki Nakajima et Kenta Yamashita dans l’effectif Toyota en GT500 semble devenue compliquée, de quoi lancer la silly season avec un peu d’avance, d’autant que l’on évoque également la retraite d’autres pilotes de GT500 à la fin de la saison. Du coup circule déjà la montée possible de Sacha Fenestraz et Ritomo Miyata en GT500.

Par ailleurs, selon Autosport Japon, 2020 verra l’arrivée de l’écurie KCMG en GT500 avec Toyota, avec comme conséquence le retrait d’une des équipes actuelles du constructeur, sans que l’on sache pour l’instant de laquelle il s’agit.

Course commune Super GT – DTM

La course de Fuji a également été l’occasion d’en savoir plus sur l’épreuve de novembre prochain hors championnat qui réunira pour la première fois en compétition les GT500 du Super GT et les voitures du DTM les 23 et 24 novembre prochains à Fuji. Gerhard Berger était présent à Fuji ce week-end pour une conférence de presse conjointe avec la GT Association.

Super GT x DTM Dream Race

Les choix dévoilés pour l’épreuve, baptisée [Autobacs 45th Anniversary SUPER GT x DTM Dream Race], sont proches de ce qui était attendu.

Il y aura 2 courses de 55 minutes plus un tour, avec un arrêt obligatoire pour changer les quatre roues mais ni ravitaillement ni changement de pilote. Tous les participants seront équipés en gommes Hankook comme en DTM, et les dispositifs de DRS et de Push to Pass utilisés par le DTM ne seront pas autorisés.

Pour des raisons de logistique, tout le plateau du DTM ne sera pas présent et Gerhard Berger a indiqué que de six à dix voitures de la série allemande feront le voyage.

Trois voitures du Super GT participeront en contrepartie à la finale du DTM à Hockenheim, à l’occasion de laquelle une balance de performance sera établie. Les organisateurs se réservent la possibilité d’un ajustement supplémentaire de la BoP en cas de besoin durant le week-end de Fuji. La solution n’est pas idéale, mais paraît inévitable pour cette première fois.

Les GT300, qui ne courront pas avec les GT500 et les voitures du DTM, seront néanmoins de la partie avec deux courses de sprint pendant l’évènement, sous le patronage d’Autosport.

 

Qualifications

GT500

Les qualifications ont été perturbées par un gros accident de Koudai Tsukakoshi sur la NSX GT du Real Racing à cause d’un problème de frein, sans dommage pour le pilote, mais le drapeau rouge a abrégé très tôt la séance. Les bénéficiaires en ont été les deux Nissan GT-R officielles chaussées en Michelin, la no23 de Ronnie Quintarelli devant la no12 de Frédéric Makowiecki, formant la première ligne devant les Lexus WedsSport no19 et Zent Cerumo no38.

Super GT 2019 Fuji 500 miles

GT300

Pas d’interruption pour les qualification en GT300, mais une configuration inhabituelle avec deux Mother Chassis en première ligne, dont la première pole position pour la Toyota Mark X MC Saitama Toyopet no52

de Hiroyuki Yoshida, devant le toujours rapide Takamitsu Matsui sur la Toyota 86 MC no25. Très belle performance pour Tomei Sports qui a placé sa Nissan GT-R GT300 RunUp Rivaux no360 en troisième position devant la Subaru BR-Z no62.

Super GT 2019 Fuji 500 miles

Course

GT500

La course, disputée sous la chaleur, a commencé par une première période dominée par la paire des GT-R officielles de Ronnie Quintarelli et Fred Makowiecki, harassées par un excellent Sho Tsuboi sur la Lexus WedsSport no19 dont les gommes Yokohama se comportaient parfaitement, aussi bien que les Michelin des deux Nissan très à l’aise malgré les hautes températures de ce début d’après-midi.

Cette configuration de turbulent ménage à trois durait jusqu’à l’approche de la mi-course, quand le premier incident bouleversait la course. A peine sorti de son arrêt, Yuji Tachikawa perdait une roue avant mal fixée dans le très rapide virage 100R et tapait fort dans le mur de pneus, déclenchant l’arrivée en piste d’un premier safety car.

Cette intervention resserrait les effectifs et peu de temps après le redépart, Fred Makowiecki, alors second, était envoyé en tête à queue par la Lexus WedsSport et dégringolait dans le classement.

La prochaine phase de la course était animée par une furieuse bagarre entre Kenta Yamashita, bien revenu sur la Lexus no6 à la faveur des arrêts et du safety car, et la Lexus no36 de Kazuki Nakajima pour la seconde position derrière la GT-R no23 toujours en tête. Pendant ce temps, « Mako » remontait furieusement sur la GT-R no3 très rapide, et passait le volant à son coéquipier Hirate en cinquième position.

Le champion en titre WEC et double vainqueur des 24 heures du Mans, tout à sa lutte avec Yamashita, faisait alors une erreur fatale en s’accrochant avec une GT300 et détruisait sa suspension.

Alors que l’on se dirigeait vers la période du troisième arrêt, le fait décisif de la course se produisait. Jann Mardenborough, excellent sur la Nissan GT-R no24, explosait son moteur dans un grand panache de fumée blanche devant l’entrée de la voie des stands. C’est alors que le team LeMans faisait preuve de génie. Voyant le panache du moteur expirant de la Nissan, l’ingénieur de la voiture no6 rappelait immédiatement la voiture pour son arrêt, pariant sur un safety car.

Quelques secondes plus tard, alors que Mardenborough combattait un début d’incendie sur sa voiture arrêtée, le panneau du safety car sortait bel et bien, et avec lui la fermeture de la voie des stands. Quintarelli sur la GT-R de tête, n’ayant pas encore effectué son arrêt, devait attendre que le feu soit vert à nouveau.

A ce moment là, il était trop tard, et la Lexus no6 était passée, tout comme la Honda no1 de Naoki Yamamoto que le pilote italien ne réussissait pas à repasser.

La Lexus no6 du team LeMans aux couleurs de Wako’s remportait donc sa seconde victoire consécutive après celle de Buriram, devant la Honda no1 et la GT-R no23. Partis de la quatorzième position, Nick Cassidy et Ryo Hirakawa sur la Lexus TOM’S no36 terminaient à une très belle quatrième position.

Super GT 2019 Fuji 500 miles

GT300

La Nissan GT-R du team Tomei Sports no360 prenait la tête dès le départ, une première pour ce team privé plus habitué aux fonds de grille mais qui fait des miracles depuis le début de la saison. Le vétéran Aoki aux commandes devait cependant laisser la tête après quelques tours à Matsui sur la Toyota 86 PC Hoppy no25.

Au premier tiers de l’épreuve, c’est la Toyota Mark X MC Saitama Toyopet no52 qui passait à son tour au commandement et y restait pour un long moment.

La voiture verte tiendra la tête jusqu’au dernier arrêt ou elle sera passée par la Lamborghini Huracan JLOC no87, arrivée là un peu à la surprise générale, sauf celle de son équipage et de son écurie qui, grâce à une stratégie brillante, a utilisé au mieux les deux périodes de safety car.

Les GT3 ayant une consommation plutôt raisonnable, l’équipe de la Lamborghini rouge avait choisi d’opérer deux des arrêts obligatoires au 39ème puis au 40ème tour, ce qui grâce aux safety cars qui ont suivi leur donnait l’équivalent d’un arrêt “gratuit”.

Le pari payait et permettait à JLOC d’assurer une très belle victoire, avec une belle histoire a la clé, celle de André Couto gravement blessé au dos en 2017 et qui a retrouvé là le meilleur niveau.

Super GT 2019 Fuji 500 miles

La Toyota Mark X no52  termine seconde devant la Honda NSX Modulo no34 qui s’est payée une belle bagarre en fin de course avec l’autre NSX semi-officielle, celle du team Up Garage.

La Toyota 86 MC Hoppy no25 est encore une fois mal récompensée après une belle course terminée sur le bas-côté après un choc avec une autre auto.

Avec sa seconde victoire d’affilée le team LeMans fait le trou au championnat devant la Lexus TOM’S Keeper no37, alors qu’en GT300 l’équipage de la NSX ARTA no55 garde le commandement.

La prochaine épreuve aura lieu à Autopolis les 7 et 8 septembre.

L’avis de leblogauto.com

La beauté de l’endurance repose sur les histoires improbables. En GT500 comme en GT300, deux autos qu’on n’attendait pas ont réussi à se frayer un chemin vers la victoire grâce à une performance d’équipe, entre des pilotes faisant une course parfaite et des ingénieurs sachant lire les circonstances mieux que tout le monde.

Crédit photos : GT Association

Résultats

500 miles de Fuji, 4 août 2019

GT500

Po No Machine Driver Tire
1 6 WAKO’S 4CR LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Kazuya Oshima
Kenta Yamashita
BS
2 1 RAYBRIG NSX-GT
Honda NSX-GT / HR-417E
Naoki Yamamoto
Jenson Button
BS
3 23 MOTUL AUTECH GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Tsugio Matsuda
Ronnie Quintarelli
MI
4 37 KeePer TOM’S LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Ryo Hirakawa
Nick Cassidy
BS
5 12 CALSONIC IMPUL GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Daiki Sasaki
James Rossiter
BS
6 16 MOTUL MUGEN NSX-GT
Honda NSX-GT / HR-417E
Hideki Mutoh
Daisuke Nakajima
YH
7 8 ARTA NSX-GT
Honda NSX-GT / HR-417E
Tomoki Nojiri
Takuya Izawa
BS
8 17 KEIHIN NSX-GT
Honda NSX-GT / HR-417E
Koudai Tsukakoshi
Bertrand Baguette
BS
9 19 WedsSport ADVAN LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Yuji Kunimoto
Sho Tsuboi
YH
10 64 Modulo Epson NSX-GT
Honda NSX-GT / HR-417E
Narain Karthikeyan
Tadasuke Makino
DL
11 3 CRAFTSPORTS MOTUL GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Kohei Hirate
Frederic Makowiecki
MI
24 Realize corporation ADVAN GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT500 / NR20A
Mitsunori Takaboshi
Jann Mardenborough
YH
36 au TOM’S LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Kazuki Nakajima
Yuhi Sekiguchi
BS
39 DENSO KOBELCO SARD LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Heikki Kovalainen
Yuichi Nakayama
BS
38 ZENT CERUMO LC500
LEXUS LC500 / RI4AG
Yuji Tachikawa
Hiroaki Ishiura
BS

GT300

Po No Machine Driver Tire
1 87 T-DASH LAMBORGHINI GT3
Lamborghini HURACAN GT3 / DFJ
Tsubasa Takahashi
Andre Couto
Kiyoto Fujinami
YH
2 52 SAITAMATOYOPET GB MARK X MC
TOYOTA MARK X MC / GTA V8
Shigekazu Wakisaka
Hiroki Yoshida
BS
3 34 Modulo KENWOOD NSX GT3
Honda NSX GT3 / JNC1
Ryo Michigami
Hiroki Otsu
YH
4 18 UPGARAGE NSX GT3
Honda NSX GT3 / JNC1
Takashi Kobayashi
Kosuke Matsuura
Shinnosuke Yamada
YH
5 88 MANEPA LAMBORGHINI GT3
Lamborghini HURACAN GT3 / DFJ
Takashi Kogure
Yuya Motojima
YH
6 55 ARTA NSX GT3
Honda NSX GT3 / JNC1
Shinichi Takagi
Nirei Fukuzumi
BS
7 56 Realize NISSAN jidousya daigakkou GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Kazuki Hiramine
Sacha Fenestraz
YH
8 4 GOODSMILE HATSUNE MIKU AMG
Mercedes AMG GT3 / M159
Nobuteru Taniguchi
Tatsuya Kataoka
YH
9 11 GAINER TANAX GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Katsuyuki Hiranaka
Hironobu Yasuda
DL
10 61 SUBARU BRZ R&D SPORT
SUBARU BRZ GT300 / EJ20
Takuto Iguchi
Hideki Yamauchi
DL
11 7 D’station Vantage GT3
Aston Martin Vantage GT3 / 16A
Tomonobu Fujii
Joao Paulo de Oliveira
Darren Turner
YH
12 2 SYNTIUM Apple LOTUS
LOTUS EVORA MC / GTA V8
Kazuho Takahashi
Hiroki Katoh
Hiroshi Hamaguchi
YH
13 21 Hitotsuyama Audi R8 LMS
Audi R8 LMS / DAR
Richard Lyons
Ryuichiro Tomita
Alessio Picariello
YH
14 10 GAINER TANAX triple a GT-R
NISSAN GT-R NISMO GT3 / VR38DETT
Kazuki Hoshino
Keishi Ishikawa
YH
15 96 K-tunes RC F GT3
LEXUS RC F GT3 / 2UR-GSE
Morio Nitta
Sena Sakaguchi
BS

Championnat

GT500

Po No Driver Total WH
1 6 Kazuya Oshima
Kenta Yamashita
60 120
2 37 Ryo Hirakawa
Nick Cassidy
44 88
3 23 Tsugio Matsuda
Ronnie Quintarelli
38.5 77
4 38 Yuji Tachikawa
Hiroaki Ishiura
30.5 61
5 1 Naoki Yamamoto
Jenson Button
29 58
6 8 Tomoki Nojiri
Takuya Izawa
25 50
7 36 Kazuki Nakajima
Yuhi Sekiguchi
24 48
8 19 Yuji Kunimoto
Sho Tsuboi
20.5 41
9 39 Heikki Kovalainen
Yuichi Nakayama
20 40
10 12 Daiki Sasaki
James Rossiter
17.5 35
11 3 Kohei Hirate
Frederic Makowiecki
16 32
12 24 Mitsunori Takaboshi
Jann Mardenborough
14 28
13 17 Koudai Tsukakoshi
Bertrand Baguette
10 20
14 16 Hideki Mutoh
Daisuke Nakajima
8 16
15 64 Narain Karthikeyan
Tadasuke Makino
4.5 9

GT300

Po No Driver Total WH
1 55 Shinichi Takagi
Nirei Fukuzumi
36.5 73
2 56 Kazuki Hiramine
Sacha Fenestraz
32 64
3 96 Morio Nitta
Sena Sakaguchi
30 60
4 87 Tsubasa Takahashi
Andre Couto
29 58
5 11 Katsuyuki Hiranaka
Hironobu Yasuda
28 56
6 88 Takashi Kogure
Yuya Motojima
25.5 51
7 87 Kiyoto Fujinami 25 58
8 52 Shigekazu Wakisaka
Hiroki Yoshida
24.5 49
9 10 Kazuki Hoshino
Keishi Ishikawa
21 42
10 65 Haruki Kurosawa
Naoya Gamou
19.5 39
11 34 Ryo Michigami
Hiroki Otsu
19 38
12 4 Nobuteru Taniguchi
Tatsuya Kataoka
18.5 37
13 61 Takuto Iguchi
Hideki Yamauchi
17 34
14 25 Takamitsu Matsui
Kimiya Sato
16 32
15 5 Natsu Sakaguchi
Yuya Hiraki
15 30

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz