Accueil Dépêches Renault: Macron ne voit pas de raison de changer la participation de...

Renault: Macron ne voit pas de raison de changer la participation de l’Etat

550
18
PARTAGER
Emmanuel Macron - Carlos Ghosn - Bruno Le Maire

En déplacement à Tokyo, le président Emmanuel Macron a rejeté l’idée d’une baisse de la participation de l’Etat dans Renault, estimant que cela n’avait rien à voir avec la crise que traverse actuellement l’alliance avec son partenaire japonais Nissan.

« Rien ne justifie qu’on vienne changer les participations croisées, les règles de gouvernance et, a fortiori, la participation de l’Etat dans Renault qui n’a rien à voir avec Nissan », a-t-il déclaré jeudi aux journalistes, en marge d’une conférence sur les technologies à Tokyo. M. Macron est ainsi revenu sur les propos de son ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, qui s’était dit prêt début juin à abaisser la part de l’Etat dans le groupe au Losange, actuellement de 15%, pour tenter d’apaiser les tensions avec Nissan, très rétif aux interférences du gouvernement français.

En refusant d’envisager une modification du schéma capitalistique actuel, le chef de l’Etat français a aussi envoyé un message clair au patron de Nissan, Hiroto Saikawa. Ce dernier avait ouvert la porte mardi, devant les actionnaires, à une remise à plat de cette alliance de 20 ans, jugée déséquilibrée par les Japonais. Renault détient 43% de Nissan, mais ce dernier ne possède que 15% du groupe au Losange et pas de droit de vote. Mais Emmnuel Macron s’est montré catégorique: « c’est le résultat de l’histoire, on ne va pas le revisiter maintenant, ce n’est pas ça le sujet, ce n’est pas en changeant les participations que Nissan ira mieux », a-t-il affirmé. Et d’insister: « les résultats qu’on a eus récemment, ils ne sont pas liés aux participations, ils sont industriels. Qu’on fasse moins de politique et moins de finance et plus d’industrie, plus d’innovation technologique ». L’alliance automobile franco-japonaise a été fortement secouée par l’arrestation de son bâtisseur Carlos Ghosn, inculpé au Japon pour des malversations financières présumées.

Par AFP

Poster un Commentaire

18 Commentaires sur "Renault: Macron ne voit pas de raison de changer la participation de l’Etat"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
le lorrain
Invité

Enfin un discours censé… ça change de Lemaire qui veut saborder la participation de l’Etat. Renault a sauvé Nissan de la faillite et à l’époque la participation de l’Etat était encore plus élevée… Et à ce moment, ça ne posait pas de problème côté japonais!

sergei
Invité

Macron, en 2015, alors ministre de l’économie, a fait monter la part de l’Etat dans Renault sans consulter qui que ce soit.
Et quand les Pays-Bas ont fait la même chose avec Air France-KLM, Macron et sa clique ont commencé à pleurnicher.

https://www.boursier.com/actualites/reuters/le-raid-macron-de-2015-germe-de-la-crise-renault-nissan-227672.html

greg
Invité

Heu tu sais, dans la Vème république, un ministre exécute les décisions du président de la république….Je ne comprend pas trop pourquoi à chaque fois qu’on sort cet exemple, on oublie qu’il a avant tout agit sur ordre de François Hollande….
Et je ne suis pas du tout un fana de l’actuel chef de l’Etat.

sergei
Invité

C’est supposer qu’Hollande passait du temps à prendre des décisions au lieu de penser à son image et péparer les blagues qu’il allait faire aux journalistes.
Je n’incrimine aucune personne en particulier. Simplement, les fonctionnaires ne devraient pas avoir le droit de se présenter à des élections.
Et les financiers sont devenus destructeurs de l’économie.

greg
Invité
Etant donné que cette décision est en directe corrélation avec une des lois fétiches de Hollande et une de ses promesses phares de campagne, qu’il s’agit de l’une des entreprises françaises les plus connues où l’Etat a une participation, que Hollande lui-même quand il était conseiller de Mitterrand avait la responsabilité du dossier de la régie…Je pense plus qu’improbable qu’une décision aussi sensible eut été prises sans ordre direct de l’Elysée. Hollande était un roi fainéant, mais aucune décision n’a été prise sans qu’il ait en donné la consigne. Tu noteras d’ailleurs son silence étrange sur la question depuis le… Lire la suite >>
sergei
Invité
« Emmanuel Macron ne dissimulera pas son agacement de Carlos Ghosn en déclarant publiquement que celui-ci est « PDG, pas actionnaire »  » Citation de l’article Même si Macron veut garder l’option de reporter la faute sur Hollande au cas où les choses finissent mal, il est évident que ça cadre avec sa vision. Et cette citation met aussi parfaitement en évidence l’arrogance et le mépris du financier sur l’entrepreneur. Au final, encore une fois, une intervention de l’Etat (de haut fonctionnaires) dans l’économie qui déclenche un immense me*dier. Ca me fait penser à Lemaire qui veut faire un « Airbus des batteries » alors… Lire la suite >>
Le lorrain
Invité

Attention dans votre commentaire vous confondez entrepreneurs et dirigeants d’entreprise. Contrairement à la propagande du medef, la plupart des dirigeants d’entreprise ne sont pas des entrepreneurs. un entrepreneur prends un risque sur ses bien propre et c’est son entreprise. les chefs d’entreprise du medef sont pour la plupart de simples fonctionnaires d’entreprise qui n’encourent aucun risque en cas de faillite de cette dernière.

pat d pau
Invité

qu’en savez vous, vous etiez a l’elysée ? beau proces d’intention !

pat d pau
Invité

pourquoi autant de proces d’intention pour dire que c’est a cause de Hollande…

Tenez lisez, c’est le pote de Macron, Mr Hugh Bailey… mais i GE, belfort.. ca vous interesse non ?

https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/06/02/le-site-de-belfort-ne-fermera-pas-assure-son-directeur-hugh-bailey_5470362_3234.html

pat d pau
Invité

qu’est ce tu en sais ? pourquoi tu fais des proces d’intention ?

pat d pau
Invité

heu tu sais que c’est Hugh Bailey le pote de macron derriere l’affaire Alstom et GE ?
Je comprends pas qu’on essaie tjs de fair croire que Hollande dirigeait/decidait tout…

labradaauto
Invité

Macron est plus censé dans son discours que le ministre. Mais ça on est habitué: Macron excelle dans tous ses discours.

Thomas
Invité

Bon bah…Macron veut prolonger la crise avec Nissan 😮

georges
Invité

Non, il faut avoir une position et des déclarations fermes vis à vis de Nissan et du gouvernement japonnais.
Là comme cela est rapporté, Macron a raison.
Nissan est là grâce à Renault et son financement, dans le passés ils ont accepté d’être racheté par une entreprise française détenue fortement par son gouvernement. Mais avec la culture japonaise ça ne passe pas si on se montre faible.

pat d pau
Invité

il veut surtout pas perdre son fric dans renault.

Jeff
Invité
Pourquoi baisser les bras ? Le 43% de Nissan sont un pas de la prise du contrôle du japonais et on ne peut pas dire qu’un jour cela ne se fasse pas. Mais il y a aussi une autre raison pas trop avouable : empêcher la prise du contrôle de Nissan par un autre constructeur o un autre groupe. Il suffit de voir quel vautour plane autour de Renault-Nissan pour ne pas baisser la garde. Les plus naïfs en tout cas sont ceux de Renault, qui n’ont rien compris à tout cela et même ils ouvrent bien grand la porte.
Seb
Invité

Macron ferait mieux de se sortir les doigts pour s’occuper de la gestion du pays dont il à la charge plutôt que la gestion d’entreprises ….

bzep
Invité

L’Etat est actionnaire de Renault donc quand Macron s’occupe de Renault il s’occupe aussi de la gestion du pays !

wpDiscuz