Accueil Bentley Nouvelle Bentley Flying Spur pour ceux que le Bentayga rebute

Nouvelle Bentley Flying Spur pour ceux que le Bentayga rebute

1634
28
PARTAGER
New Bentley Flying Spur

Voilà la nouvelle Bentley Flying Spur. La berline de luxe héritière d’un historique chez Bentley modernise sa ligne sans la révolutionner. Et ce n’est pas un SUV !

Esthétiquement, cette Bentley Flying Spur revoit en profondeur les traits de son prédécesseur. Oubliez les plis trop marqués et les ailes un peu trop carrées. La Flying Spur adopte une face « à la Continental GT » avec des feux extérieurs plus petits que ceux vers la calandre. On notera aussi un double bosselage des ailes en prolongement des feux. Un peu à la Jaguar d’antan. La calandre reste massive, surtout en abandonnant la grille croisée pour une grille verticale qui rappelle celle de la Bentley S1 Continental Flying Spur de 1957. On cherche la prestance chez Bentley visiblement.

Mais, c’est surtout à l’arrière que les choses bougent. La ligne du pavillon était pataude et massive, la voilà plus fluide avec un retombé plus harmonieux. Les feux restent tout de même un peu massifs mais s’étirent quand même horizontalement. Par rapport à la génération précédente, la ligne de chrome qui est le long du bas de caisse, se prolonge sur tout le bouclier arrière. Clairement, d’une berline « carrée » on est passé à quelque chose de plus travaillé dans le trait. La Flying Spur rejoint enfin le 21e siècle niveau style.

Bentley n’oublie pas pour autant la tradition

Dans les détails, on soulignera la présence de feux Matrix LED, d’un emblème Bentley retravaillé (rappelant fortement la flying lady de Rolls Royce) en cristal lumineux et qui s’escamote pour éviter la fauche ou les dégradations « gratuites » Les deux arrières avec une signature lumineuse en forme de ‘B’, des jantes de 21 pouces en série ou 2 jantes 22 pouces dans la gamme de personnalisation Mulliner, ou des stores en Alcantara de la couleur de l’intérieur. Est-il nécessaire de mentionner le cuir travaillé à la main ? Il y a même de fins cerclages de bronze. Rigoureusement inutiles donc totalement indispensables !

A l’intérieur, c’est un bond en avant, ou plutôt en arrière (dans le bon sens du terme). La planche de bord retrouve une unité qui avait été un peu perdue avec la génération actuelle. Visuellement, on a des placages de bois qui courent d’une portière à l’autre sans discontinuer. Beaucoup de boutons descendent autour du levier de vitesses ce qui « lisse » visuellement la partie haute. La partie centrale de la console pivote sur elle-même pour afficher un écran 12,3 pouces, des cadrans analogiques (température extérieure, boussole et chronomètre), ou rien que la marqueterie. A noter que s’ils sont affichés par un écran, tachymètre et compte-tours sont assez bluffants pour garder une certaine touche de classicisme.

Mais, la nouvelle Bentley Flying Spur est aussi « technologique ». Châssis aluminium et composite, électronique 48V, 4 roues directrices (!) et motrices, suspensions pneumatiques réglables, équipements de sécurité « dernier cri », etc. La Flying Spur se veut la quadrature du cercle, la berline luxueuse sportive.

Pour le luxe, il y a évidemment la finition et les matériaux employés. Il y a aussi un empattement rallongé de 130 mm au bénéfice des occupants. Bois, cuir, finitions à la main.

Gros bébé agile

Pour le sport, outre les 4 roues motrices et directrices, il y a le moteur. Sous le capot on trouve le W12 bi-turbo de 6 litres associé à une transmission double embrayage à 8 rapports. La puissance est envoyée à l’arrière en temps normal. Elle peut être en partie envoyée aux roues avant en conditions d’adhérence « précaires ». Cela change de la génération précédente qui était une 4 roues motrices permanentes 60:40 avec un train avant très paresseux. Si on rajoute les 4 roues directrices et les suspensions pneumatiques revues pour ajouter différents niveaux entre confort et sport, on doit avoir une voiture réellement plus agile que la précédente.

635 chevaux de puissance et 900 Nm de couple pour un 0 à 100 km/h en 3,8 secondes. La vitesse limite est indiquée à 333 km/h. Pas mal pour un gros bébé luxueux de 2 437 kg à vide. Il faut bien que le chauffeur s’amuse un peu pendant que les passagers arrières se font conduire dans un cocon de cuir et de boiserie. Les passagers arrière disposent d’un écran de contrôle pour piloter la climatisation et les médias.

On le sent, on le sait, vous en voulez déjà une. Il va falloir patienter. Les commandes seront ouvertes cet automne pour des livraisons début 2020. En attendant, vous pourrez vous plonger dans les 17 teintes de carrosserie officielles, les 15 couleurs de cuir, les multiples options du catalogue Mulliner. Si vous y mettez le prix, Bentley se fera une joie de vous faire une Bentley Flying Spur totalement sur-mesure.

Caractéristiques

Moteur
Configuration 6.0-litre twin-turbocharged W12 TSI
Cylindrée 5950 cc / 363 cubic inches
2x twin-scroll turbochargers, direct intercooling
Puissance 635 PS / 626 bhp / 467 kW
Couple 900 Nm / 664 lb.ft
Bore x stroke 84 mm x 89.5 mm / 3.3” x 3.52”
Vitesse max 207mph (333 kph)
0-60 mph 3.7 s
0-100 km/h 3.8 s
Caractéristiques et dimensions
Longueur 5316 mm
Largeur 1978 mm
Hauteur 1484 mm
Empattement 3194 mm
Poids 2437 kg à vide

Poster un Commentaire

28 Commentaires sur "Nouvelle Bentley Flying Spur pour ceux que le Bentayga rebute"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
4aplat
Invité

Un gros paquebot bien moche … du VAG, quoi !!
NB : les pros VAG, lachez vous, c’est cadeau 🙂

LaFontine
Invité
Si t’aimes pas cet éperon volant c’est que tu n’as même pas le droit de parler de voitures. C’est comme un type qui critiquerait un cognac Hennessy ou un morceau de Tchaïkovski. Un moment faut arrêter de faire le gamin, il faut grandir. Il faut s’ouvrir au monde raffiné et comprendre la difference avec le reste et elle est brutale. Cette nouvelle Bentley c’est la voiture de rêve. Ils ont essayé de réalisé la vraie voiture de rêve. La plus luxueuse et raffinée du monde. J’adore Bugatti mais là c’est encore mieux, beaucoup mieux. J’aimerai que Bugatti se lance aussi… Lire la suite >>
Nico
Invité

J ai eu l opportunité d entrer sur leur stand à Genève et monter à bord de la nouvelle continental gt et de la Mulsanne. La finition intérieure est impressionnante et le cachet sans commune mesure avec une 7 ou une S ( trop clinquantes et technologiques)
C est dommage l’avalanche de chrome a l’extérieur

zeboss
Invité

tu demandes, et il te le retire..
of course !

SGL
Invité

C’est quand même sacrément plus beau qu’un Bentayga !

PEMS
Invité

C’est pas difficile… 😉

Rickyspanish
Invité

C’est bien plus fluide que l’ancienne mais beaucoup trop de chromes … ça sera mieux dans une sorte de finition Black Edition.
Très bel intérieur et incroyable, il y a de vrais beaux compteurs à aiguilles ! Le monde n’est peut-être aussi perdu que je le pensais …

Gautier Bottet
Editor

Ben justement si, c’est un écran face au conducteur…

Les trois compteurs au centre sont à aiguille par contre.

Rickyspanish
Invité

Les photos étaient trompeuses … Le monde est bel et bien perdu alors ? …

gigi4lm
Membre

« Tout à fait » ça veut dire quoi ? Que les photos étaient trompeuses ou que le monde est perdu ? 😀

PEMS
Invité

Ils se tirent la bourre avec BMW pour savoir qui aura la calandre la plus énorme et la plus immonde??

wpDiscuz