Accueil Le Mans 24H du Mans 2019 : Entrez en immersion chez Alpine ! 1/3

24H du Mans 2019 : Entrez en immersion chez Alpine ! 1/3

1374
1
PARTAGER

Pour les 24 heures du Mans 2019, notre fil rouge sera l’écurie Signatech-Alpine-Matmut qui nous accueille en son sein durant la préparation mais aussi durant la course. Pour entamer cette série, place au patron, Philippe Sinault.

Philippe Sinault, manager général

Même si les types de voitures engagées (LM P1 Hybrides ou non, LM P2, GTE Pro ou Am) peuvent être différents, la participation aux 24 heures du Mans revêt pour chaque écurie une importance particulière. La durée de la course, le mythe qui l’entoure, le succès populaire qu’elle connait, les retombées médiatiques qu’elle entraîne et l’organisation spécifique qu’elle requiert, sont autant de facteurs explicatifs de cette notoriété exceptionnelle.

Renaissance par la compétition

Tous les constructeurs l’ont bien compris. Ainsi, lorsque Alpine relança son projet de production d’une voiture de sport, elle accompagna rapidement l’opération par une collaboration en compétition avec l’écurie Signatech. Nous étions en 2013. Ainsi, dans le cadre de l’European Le Mans Series (ELMS), l’on retrouvait pour la course des 24 heures, une Alpine A 450, dans la catégorie LM P2.

La grande aventure Alpine repartait -sans traîner- avec deux titres européens en 2013 et 2014. Chaque année, les 24 heures figurent au programme. La victoire sera nette en 2016, alors qu’il faudra attendre le verdict du tapis vert de la FIA pour confirmer celle de 2018 -tout aussi indéniable-, à cause de la triche manifeste du team G-Drive Racing concernant le « bidouillage » du restricteur du ravitaillement d’essence.

L’an dernier donc, comme chaque année depuis 2013, alors que je m’étais rendu dans le stand Signatech-Alpine pour recueillir quelques informations sur la course, j’avais été surpris par l’analyse de Philippe Sinault (le responsable du team). Il avait comparé à la seconde près les temps de ravitaillement de ses concurrents directs, expliquant ainsi que, faisant au moins jeu égal voire un poil plus rapide en piste, leur Alpine se retrouvait toujours derrière après le ravitaillement, pourtant effectué sans aucune perte de temps.

Après la course et le déclassement de G Drive, je m’étais promis de tenter une immersion complète dans cette écurie -décidément particulièrement perspicace et efficace-, pour faire vivre de l’intérieur à nos fidèles lecteurs passionnés tout ce qui concerne la préparation, l’organisation et le déroulement de la course.

Entretien au sommet

Aujourd’hui, nous débutons l’acte 1 de cette collaboration avec toutes les parties prenantes de cette sympathique équipe, en nous rendant au siège historique Signatech-Alpine-Matmut, à Bourges.

Afin de planter le décor de cette participation aux 24 heures du Mans il nous semblait intéressant de soumettre à la question, Philippe Sinault, le boss.

Pour vous Philippe, que représentent les 24 h du Mans, à titre personnel d’abord, puis professionnellement ?

« D’abord, j’ai du mal à dissocier les deux quand on parle du Mans. Tant c’est une épreuve qui est chargée, chargée d’émotion, de pression… Le simple fait de participer ne serait-ce qu’une fois au Mans pourrait être l’enjeu d’une vie. Or la vie a été généreuse et plutôt bienveillante avec moi, puisque je vais en être à ma onzième participation. J’ai eu cette chance-là. Je symboliserai cela en disant, qu’à chaque fois que je franchis la porte de l’entrée principale au Mans, il se passe un truc. Tant qu’il se passera ce truc là, ça veut dire que la magie opérera. Pour moi ça représente tout : 29 ans d’investissement en tant qu’entrepreneur, 43 ans pour le sport automobile (j’en ai 53). On peut mettre tous les noms que l’on veut derrière, comme l’aboutissement d’un rêve, le partage, tout ça … »

Après combien de participations, avez-vous pu arrêter une vraie méthodologie de préparation de cette épreuve ?

« C’est un travail au long cours. On n’a rien défini vraiment. La force de cette course-là, c’est que l’on apprend chaque année. Moi aussi comme pour vos notes j’ai mon petit carnet. Tous les soirs je note les sujets d’amélioration, parce que cette course est la forme la plus aboutie de l’expression de notre sport. »

Avant d’aller plus dans le détail, pouvez-vous nous indiquer les grands principes régissant cette préparation ?

« C’est d’essayer tous les cas de figure qui pourraient se présenter lors de cette course-là. Certains sont assez faciles à imaginer comme ce qui tourne autour de la voiture, comme les incidents mécaniques. Je suis suffisamment bien entouré pour qu’il soit possible que l’on puisse inventorier le pannes ou petits soucis potentiels à risque et l’on s’y prépare, en essayant d’anticiper au mieux. Ensuite, il faut compter avec tous les facteurs, qui tiennent plus à la spécificité de cette épreuve et qui tournent autour de l’aspect humain. »

A votre avis, avec le recul qu’est ce qui aura été déterminant dans vos victoires précédentes au Mans?

« C’est la cohésion de l’équipe et notre niveau d’exigence dans la préparation. »

Maintenant, au regard de vos récents essais en Espagne, de votre course à Spa, vous avez sans doute défini la configuration de l’Alpine Le Mans 2019 alors, pouvez-vous nous indiquer dans le rétro planning ce qui a déjà été engagé en vue de la préparation de l’auto et ce qu’il convient de réaliser jusqu’au départ de la course ?

« Le Mans se prépare tout au long de l’année, c’est un comme si on avait deux programmes. Un programme WEC, hors le Mans et les 24 heures du Mans. Il est clair que nous sommes sur Le Mans depuis le début de l’année et plus intensément depuis début avril. Nous menons ces deux sujets en parallèle tant les spécificités et les exigences des courses sont différentes. Là nous sommes rentrés dans le vif du sujet dans la préparation de l’auto du Mans. Tout ce qui est définition, programme, process tout est déjà établi de longue date.

Là, nous avons attaqué le montage de la voiture du Mans à l’issue de la course de Spa. Nous avons deux coques, alors on switche entre les deux. Tous les éléments ont été déjà préparés avant la course de Spa pour le Mans. On va faire une séance de déverminage fin mai, pour vérifier que tout est fonctionnel. On aura monté les éléments de secours et vérifié qu’ils soient opérationnels. A l’issue de cette vérification, c’est-à-dire fin mai, on va aller s’installer au Mans pour être prêt pour les pré-qualifs, dont le programme a déjà été arrêté. »

On en vient tout naturellement à la question de votre organisation générale et particulière pour les 24 heures. En temps normal, pouvez-vous nous indiquer votre organigramme avec le nombre de personnes concernées à l’atelier et en course. Ensuite, quels seront les besoins complémentaires au Mans, en distinguant ce qui a trait à la course directement, mais aussi la partie événementielle toujours importante au Mans.

« Pour ce qui concerne l’organigramme vous pourrez voir cette question avec David Vincent. On distingue d’abord le personnel ‘’touchant’’ la voiture (mécaniciens ou techniciens) et là, si en temps normal ils sont une douzaine, l’effectif va augmenter de 3 ou 4 personnes pour faire face à cette spécificité d’une course de 24 heures. Sur la partie ingénieurs, on va rester sur une équipe de 5 personnes. Après, il faut aussi considérer la partie événementielle, dont vous reparlerez sans doute et pour laquelle nous aurons un gros dispositif. »

En termes de coûts, peut-on dire que les 24 heures équivalent à 4 courses de 6 heures ou posée autrement la question est : à combien revient un engagement aux Mans ?

« Un budget pour une saison WEC s’élève à 3,5 millions / 3,6 millions d’euros. Pour l’épreuve des 24 heures, la fourchette de prix se situe entre 1 million et 1 200 000 euros. Encore une fois, il est très difficile d’isoler les coûts pour une course mais il faut bien se dire, que les 24 heures consomment un bon tiers du budget de la saison. »

Revenons à l’auto elle-même. Pour les 24 heures, en quoi diffère-t-elle de celle d’une course de 6 heures ? Pouvez-vous nous la présenter de manière précise avec également les performances attendues.

« Vous verrez dans le détail cette question avec Thomas Tribotté. La voiture va répondre aux spécificités du Mans avec une faible charge aérodynamique. On se rend compte que ce paramètre est également important dans les parties sinueuses, notamment au niveau de l’usure des pneus. Le set-up a déjà été clairement identifié. Après, pour ce qui concerne les éléments mécaniques, la chose est simple puisque c’est une voiture toute neuve, qui va se présenter au Mans. »

Vous courez en LMP2, une catégorie fort disputée avec bon nombre de voitures identiques en termes de conception et de moteur et des pilotes de haut niveau partout, sur quoi l’écurie Signatech-Alpine intervient-elle surtout pour faire la différence ? N’est- ce pas toute votre expérience et la stratégie de course qui s’avèrent essentielles ?

« Indéniablement, encore une fois ce sont les hommes qui font la différence. Techniquement, les différences sont dans l’épaisseur du trait. Comme vous le dites ; les pilotes sont d’un tel niveau que tous les teams se présentant au départ en LMP2 disposent d’équipes très performantes, même si le diable va se cacher dans les détails sur la qualité des hommes et la qualité à prendre les bonnes décisions au bon moment, voire anticiper. C’est une des forces et l’une des fiertés de mon équipe, encore à l’image de la course de Spa, où l’on a rendu une copie parfaite en termes de stratégie. Le fait d’avoir chez nous quasiment que des permanents constitue une force par rapport à d’autres, où des « free-lance » viennent se rajouter. Nos personnels ont cette culture d’entreprise, ils sont habitués à partager et à échanger ensemble. Ainsi, quand il faut prendre une décision dans l’instant, comme faire rentrer l’auto au box ou pas, j’ai la prétention de dire que nous maîtrisons assez bien. »

En dehors des faits de course qui s’imposent et sont traités en direct, pour prendre une décision particulière ayant trait à la course, vous sollicitez les avis de quelles personnes ?

« L’échange se fait à trois entre Thomas (ingénieur exploitation), Olivier (chef de projet LMP2) et moi. »

Je crois me souvenir que vous préparez spécialement les pilotes pour disputer une course de 24 heures, en quoi cela consiste-t-il : simulateur, dépannage?

« Oui le simulateur, tout le monde l’utilise mais c’est un élément clé. Nous organisons, il est vrai, des sessions mécaniques de manière à ce que le pilote puisse intervenir sur la voiture. Vous demanderez à Tom de vous montrer le petit carnet qui se trouve dans la voiture et qui récapitule les process mis en place pour pouvoir communiquer dans ces cas-là. »

Cette année l’enjeu des 24 heures est double avec le terme du championnat de la grande saison 2018-2019 et la victoire de la course elle-même. Pouvez-vous nous rappeler dans quelle équation favorable se trouve l’écurie ?

« L’objectif de cette saison était d’arriver à la finale en étant en capacité en de jouer le titre. Donc le contrat est rempli. On est dans cette position. Nous sommes leader des deux championnats : pilotes et teams. En fait, avant les 24 heures la problématique est assez simple : il faut être devant nos adversaires pour remporter cette double couronne, à savoir le Mans et le championnat. »

Est-ce que tout le monde dans l’équipe peut tenir cette forte pression psychologique ?

« Oui, parce que depuis le départ on ne se cache pas derrière notre petit doigt. Depuis le début de la super saison nous disposons de tous les éléments pour jouer le titre. Sans prétention aucune, c’est juste la norme d’arriver au Mans dans la bonne configuration. »

A propos des pilotes vous avez réussi à bâtir une équipe complémentaire et efficace, pouvez-vous nous expliquer à partir de quelles compétences individuelles et de quelle alchimie de manager ?

« C’est vraiment la clé ce choix des trois pilotes, qui sont l’expression finale d’un travail de toute l’année en se trouvant au final derrière le volant. C’est un savant mélange à trouver d’équilibre, d’expérience, d’audace, de sérénité, de décontraction et de sérieux. Bien sûr quand on choisit nos pilotes, on regarde l’aspect chronométrique mais on attache encore plus d’importance à ce que ce trio, cette famille fonctionne bien. Depuis un an demi, effectivement ça fonctionne merveilleusement bien.

Nicolas (Lapierre), on ne le présente pas. Il amène de la sérénité, cette combativité, cette remise en cause à chaque instant. C’est pour tous un excellent stimulant et booster.

André (Negrao), il a cette forme de décontraction qui fait un bien fou à toute l’équipe. Quand il est dans la voiture c’est pour toute l’équipe un moment de repos intellectuel, car même s’il doit stresser, il a cette qualité de nous renvoyer une image qui nous apaise. C’est également un merveilleux coéquipier sachant se mettre totalement au service de l’équipe.

Pierre (Thiriet) est moins expansif mais il a une certaine forme de rigueur. Il sait ce qu’il est et ce qu’il vaut et ne surjoue jamais. Il fait preuve d’une honnêteté incroyable, ce qui fait que si à un moment il a un niveau de performance un peu moindre, il nous dira clairement s’il est en cause, ce que nous évitera de rechercher de façon stérile, d’autres raisons. »

Philippe Sinault cette alchimie positive ça passe aussi par le manager ?

« Oui, il y a sûrement un état d’esprit, une âme qu’on insuffle presque sans le vouloir. La force de cette équipe c’est que je ne fais pas d’effort en termes de management. Je suis comme avec vous avec mes équipes. J’ai des valeurs personnelles qui sont devenues les valeurs de l’entreprise, qui sont les mêmes avec mon associé Lionel (Chevalier), ce qui fait que tout fonctionne merveilleusement bien. Je crois que la clé c’est qu’on ne joue pas un rôle mais on est soi. Du reste vous verrez en course, que n’ai pas besoin de beaucoup parler. Je suis là tout naturellement. J’ai une petite burette d’huile, si je sens qu’il y en a besoin, je mets une petite goutte d’huile dans les engrenages -pas plus- et tout fonctionne à nouveau très bien. Si l’on doit faire une vidange complète du système, ça n’est pas bon signe. »

En endurance et en particulier aux 24 heures les pneumatiques jouent souvent un rôle déterminant. Sur quels critères avez-vous rejoint l’an dernier Michelin alors que vous rouliez auparavant Dunlop, alors seul manufacturier en LMP2. ? Avez-vous parfaitement assimilé la gestion de cette gamme Michelin et la question de la limitation à 28 pneus pour les essais les qualifs et la warm up et 56 en course ?

« Le changement Dunlop-Michelin ça a été un choix un petit peu audacieux, qui a mon sens était absolument nécessaire. Le partenariat avec Dunlop a été fantastique. En 2014 on était passé de Michelin chez Dunlop pour des raisons de performance et on avait bien fait. On a donc collaboré extrêmement bien avec Dunlop on a remporté deux titres avec eux et beaucoup de courses. Je savais que le championnat de cette super saison allait être très serré jusqu’à la fin et je voulais un élément pour me démarquer par rapport à la concurrence et qui puisse nous amener un petit plus. On avait noté de très gros pros progrès de Michelin sur les pneumatiques LMP2, au point qu’ils avaient atteint un niveau de performance élevé. Fin 2017, début 2018 on s’est posé la question et puis on s’est rapproché d’eux. On a noté que leurs pneus pouvaient constituer le petit plus recherché, notamment pour notre pilote amateur (licence Silver) en ce sens, qu’au regard de leurs caractéristiques ils préviennent un peu plus le pilote, avec un retour au volant qui peut aider, notamment Pierre. Par ailleurs, dans des conditions difficiles on sait que Michelin peut être un atout. Pour toutes ces raisons, le choix s’est fait assez naturellement. Et puis, il faut bien le dire avec Alpine, Michelin, Elf on retrouve une sorte de partenariat historique, culturel qui apporte un supplément d’âme à notre projet. »

Au plus près de la course à venir

Avant de nous accompagner pour une visite générale des installations Signatech, où nous identifions le secteur LMP2, le département Alpine Cup et Alpine GT4, la division événementielle et les services généraux, Philippe Sinault nous précise : « pour ce que vous envisagez concernant la couverture des 24 heures du Mans, en plus de moi directement, vous disposerez de deux interlocuteurs : Thomas Tribotté ingénieur d’exploitation de notre LMP2 N°36 et David Vincent le chef d’orchestre des équipes techniques, qui interviennent sur la voiture. C’est lui qui gère à la fois les organigrammes, le plan de charge, le plan de travail, ainsi que tous les aspects logistiques ».

Au cours de cette visite nous avons été particulièrement sensibles au fait que tous les personnels croisés ou rencontrés plus particulièrement, se sont montrés polis, aimables, accueillants et disponibles pour nous répondre à nos questions ou présenter leurs activités avec le souci de la précision. Au-delà de cet accueil agréable nous avons ressenti une grande sérénité et une forte cohésion au sein de cette équipe technique pleinement engagée pour porter leur Alpine au sommet. Nous sommes fiers d’avoir été accepté à leurs côtés pour vivre cette course d’exception que représentent les 24 heures du Mans.

Comme Philippe Sinault, nous pensons vraiment que c’est l’humain qui fait la course et ce paramètre-là, chez Signatech, croyez-moi, il est très fort !

Alain Monnot texte et photos

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "24H du Mans 2019 : Entrez en immersion chez Alpine ! 1/3"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Maximus
Invité

Merci pour cette introduction ; le suivi de la course au sein de Signatech Alpine s’annonce passionnant !

wpDiscuz