Accueil Endurance 24 H du Mans 2019 – H+20 : On aurait (presque) tendance...

24 H du Mans 2019 – H+20 : On aurait (presque) tendance à s’ennuyer

703
7
PARTAGER

On pourrait penser que les choses n’ont pas vraiment changé au sein du peloton puisque les Toyota mènent toujours le bal dans l’ordre la #7 et la #8, alors que la bagarre opposant la Rébellion #3 et la SMP #11 se poursuit de plus belle, après que la Rébellion -bien revenue- a dû marquer un stop de 3 minutes pour une pénalité concernant la réglementation des pneumatiques.

Dans sa volonté de refaire le retard, Gustavo Mezenes est cependant parti à la faute dans l’enchaînement des virages Porsche et tout est à refaire mais avec cette fois, 2 tours de retard sur la #11. Selon les catégories on a pu voir évoluer les positions, augmenter  certains écarts ou enregistrer des abandons plus ou moins confirmés.

A 8 heures on avait perdu:

En LMP1, la SMP Racing #17, la Bykolles #4 et la Dragonspeed #10
En LMP2, la Dragonspeed #31, la Jackie Chan #37 et la ARC Bratislava #31
En GTE Pro, la Ferrari AF Corse #31,l’Aston Martin #95 et la Corvette #64
En GTE Am, l’Aston Martin #98 et la  Porsche Dempsey-Proton #88

En catégorie LMP2, un événement important survenait à 9h18, quand l’Aurus #26 de G Drive ne pouvait pas repartir après un ravitaillement. Poussée dans son stand le diagnostic semblait se faire attendre.

On pouvait penser que toute l’équipe Signatech Alpine respirait un peu mieux après avoir été injustement écartée de la lutte à armes égales avec cette même Aurus après que, par trois fois, l’intervention des voitures de sécurité s’intercalant entre les deux protagonistes, repoussait l’Alpine #36 à près d’un tour de la #26 du G Drive.

Après une intervention sur le démarreur (?), l’Aurus repart après 11 minutes d’arrêt, mais cette fois en septième position ! Adieu donc (à priori) la victoire….en LMP2.

A 9h35, la Rébellion N°3 avec Berthon  est signalée  au ralenti dans les Hunaudières. Elle rentre dans l’allée des stands et elle est rapidement installée dans son box pour diagnostic. C’est donc à la Rébellion #1 d’assurer maintenant la chasse à la SMP #11, qui la précède au classement de 3 tours. La #3 repart à 9h51 sans que l’on ait obtenu la certitude que l’arrêt était relatif à un problème de freins.

Rebellion dans le dur

La Rébellion #3 n’en finit pas d’agoniser, puisqu’elle vient sur le coup de 10h15 de passer pas loin de 10 minutes au box, sans que la raison ne soit communiquée.

Un peu avant 10h, un drapeau jaune général est instauré par la direction de course, après que la Ligier #32 (United Autosports) ait perdu son capot arrière. Cette restriction fut de courte durée.

On n’en est pas arrivé au bilan final mais la morosité est de mise en LMP1  avec les deux Toyota condamnées à ne pas faire de faute – ce à quoi elles s’appliquent visiblement- même si la menace constituée par la SMP #11 ne semble qu’illusoire.

En LMP2, le clou de ce dimanche matin est bien l’arrivée à la troisième place de la TDS #28 avec notre ami François Perrodo notamment, tout heureux de fréquenter les hautes sphères du pilotage constituées par les Lapierre et Richelmi occupant respectivement les  première et seconde places sur l’Alpine #36 et la Jackie Chan #38. Ce chef d’entreprise, pilote amateur de haut niveau, retrouvera la catégorie GT l’an prochain avec un certain Manu Collard, qui aura à cœur de briller pour la 24 ème participation aux 24 heures du Mans.

Il a sans doute raison car en GTE Pro les pilotes s’amusent comme des petits fous, dans un trafic un peu moins dense et délicat à gérer.

Le Team Nederland tape méchamment à Indianapolis

Au virage d’Indianapolis l’Oreca 07-Gibson #29 de Racing Team Nederland pilotée par Nyck de Vries a percuté la pile de pneus à haute vitesse. La Direction de course décide de lancer  les voitures de sécurité, alors que l’auto en piteux état regagne son stand avec une roue en croix.        Avec tous les morceaux de carbone répandus sur la piste on peut penser que le nettoyage va demander quelque temps.

Le pilote indemne déclarait: « Je vais bien même si ça a été un choc assez violent. J’ai probablement eu une crevaison ou une casse de suspension mais ce n’était assurément pas une erreur de pilotage de ma part. J’espère que l’équipe va pouvoir réparer la voiture et que nous pourrons rejoindre l’arrivée. »

Un GTE plein d’incertitudes

On trouve toujours dans le même tour et dans l’ordre: la Corvette #63,  la Ferrari #51 et la Porsche #91. Quatre autres voitures suivent elles aussi dans le même tour c ‘est dire que l’on va encore rigoler jusqu’au bout.

Même si cela va un peu moins vite en GTE Am, la confrontation n’en est pas moins rude avec pour le moment un avantage de la Ford #85 sur la Porsche #56 et la Ford #84. Dans ce concert de haut vol il faut souligner la performance des seules filles engagées  sur  la Ferrari #83 qui  tournent avec beaucoup de régularité et occupent une douzième place de leur catégorie.

Texte : Alain Monnot, Photo : T. Emme

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "24 H du Mans 2019 – H+20 : On aurait (presque) tendance à s’ennuyer"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Invité

Morale de l’histoire: mieux vaut exploser sa voiture en ligne que de faire un passage dans un bac à gravier

gigi4lm
Membre

La Corvette #63 confirme cet adage en goutant au gravier mais en effleurant le mur perd tout espoir de podium en GTE PRO

Thibaut Emme
Admin

Sauf si les 4 Ford et les 2 Porsche ont des soucis 😉

gigi4lm
Membre

La 7 au ralenti !!!

Thibaut Emme
Admin

Et une crevaison pour relancer le suspense…..on misait sur la #7 pourtant histoire de récompenser les deux équipages (la 8 ayant gagné l’an dernier) !

gigi4lm
Membre

Si le but est vraiment de faire gagner la 7 pas de problème, il suffit d’arrêter la 8 à l’entame du dernier tour
Et ça Toyota sait faire.

Daishin
Invité

Toyota au top
Le made in japan frappe une nouvelle fois. Très bon ça.

wpDiscuz