Accueil Nissan Saikawa demeure opposé à une fusion Renault-Nissan

Saikawa demeure opposé à une fusion Renault-Nissan

1052
11
PARTAGER

Non, c’est non ! Dans un contexte très défavorable à Nissan – le constructeur japonais affichant de très mauvais résultats pour le 4ème trimestre de la période 2018-2019 – son directeur général, Hiroto Saikawa a réitéré son opposition à toute opération de fusion entre Renault et Nissan, les deux partenaires de l’Alliance, également associés à Mitusbishi.

Divergence d’opinions sur la participation au capital

S’exprimant sur cet épineux dossier, Hiroto Saikawa a déclaré mardi qu’il y avait divergence d’opinions entre Renault et Nissan sur les niveaux de participation au capital. Cette question constitue un élément majeur à l’origine des tensions entre les deux constructeurs.

Une forme capitalistique déséquilibrée selon Nissan

Pour rappel, l’Etat français est le premier actionnaire de Renault, détenant 15,01 % du capital. Nissan détient quant à lui 15 % du constructeur français, sans disposer toutefois de droits de vote.

Renault contrôle pour sa part 43 % de Nissan, constructeur qu’il a sauvé de la faillite il y a près de 20 ans. Nissan possède par ailleurs 34 % de Mitsubishi Motors, troisième partenaire de l’Alliance.

Priorité au redressement de Nissan

Renault et Nissan s’accordent toutefois sur un point : ils estiment tous deux que l’heure n’est pas de discuter de participations, mais que la priorité actuelle est d’aboutir à un redressement de Nissan. Lequel se trouve dans une bien mauvaise posture, son bénéfice se trouvant réduit de moitié en l’espace d’une année.

Nissan opposé à une fusion complète

Le directeur général de Nissan maintient ainsi sa position : il demeure opposé une fusion complète entre Renault et Nissan.

Jean-Dominique Senard, président de Renault considère pour sa part qu’une fusion constitue la voie à suivre pour les deux constructeurs. Il se dit toutefois prêt à réfléchir à d’autres directions.

Quand Ghosn faisait état de la pression du gouvernement pour un tel projet

Le 16 février 2018  Carlos Ghosn indiquait pour sa part  qu’il fallait « réfléchir au type d’organisation ». Ajoutant avoir accepté d’apporter une réponse et que cela faisait partie de la feuille de  route de son nouveau mandat chez Renault.

Une source de Bercy avait parallèlement assuré que lors d’un entretien téléphonique avec Carlos Ghosn le 9 février 2018, le ministre de l’Economie,  Bruno Le Maire,   avait clairement demandé au patron de l’Alliance une « feuille de route » en vue d’une « intégration plus forte entre Renault et Nissan ».

« Nous souhaitons un engagement de Carlos Ghosn à nous présenter un plan stratégique à l’Assemblée des actionnaires (de Renault) mi-juin 2018« , soulignait alors le gouvernement français.

Sources : Nissan, Reuters

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "Saikawa demeure opposé à une fusion Renault-Nissan"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Thomas
Invité

Conclusion: faire HYPER attention lorsque l’on s’associe avec un constructeur japonais 😮

zafira500
Invité

Rectification. Faire hyper attention lorsque l’on SAUVE un constructeur japonais.

Fabi35
Invité

Qui aurait le plus à perdre si l alliance capote ? (Bercy ?)

SAM
Invité

@Fabi35. Fiat a le plus à gagner sur Renault
revend ses billes de Nissan et rachète FCA …

wizz
Membre

….ou sinon, Renault revend ses parts dans Nissan, et achète des actions de Mercedes.

Thomas
Invité

Si ça devait arriver, PSA revend ses billes dans Sevelsud et fait cavalier seul immédiatement dans les gros utilitaires 😉

wizz
Membre

ce n’est pas parce que BBB vient de s’allier avec CCC que le partenariat entre AAA et BBB doit s’arrêter immédiatement…

Invité

Ah bon, c’est vrai ? On n’avait pas deviné ptdr

SAM
Invité

C’est qui qui décide chez Nissan? L’actionnaire qui a plus de billes ou le PDG qui mène le label dans une crise commerciale et stratégique hasardeuse!

A qui appartient Nissan au final?

zafira500
Invité

Le problème est là, Renault n’est pas propriétaire de Nissan. Actionnaire majoritaire, certes, mais pas propriétaire. Je sais c’est paradoxal, d’autant que le français s’est tapé tout le boulot pour sauver le japonais. Quand à l’Alliance en elle même, n’oublions pas qu’elle est propriété des deux groupes à 50/50.

Finalement, pour être tranquille, Renault aurait mieux fait de racheter COMPLÈTEMENT Nissan.

@wizz
L’idée de voir Renault racheter Mercedes est loin d’être idiote.

zeboss
Invité

Mercedes est difficilement achetable : actionnariat très morcelé…
Pour racheter il faut au moins la majorité de blocage, ça va être du sport…

wpDiscuz