Accueil Rallye Rallye : DUBERT-CORIA et Milano Racing ambassadeurs de la nouvelle catégorie R4

Rallye : DUBERT-CORIA et Milano Racing ambassadeurs de la nouvelle catégorie R4

586
0
PARTAGER
Dubert_Coria_jump

La FIA soucieuse de faire évoluer ses règlements a relancé de manière originale la catégorie R4, pour favoriser la participation des concurrents n’ayant pas les moyens de se lancer dans l’escalade financière qu’impose par exemple, les excellentes voitures classées dans la catégorie R5 crée en 2013 et ouverte aux voitures 4 roues motrices, à moteur 4 cylindres-turbo de 1 600 cm3 et pesant 1 200 kilos.

R4 : nouvelle catégorie FIA

Cette catégorie R4 était -jusque-là- alimentée par les voitures 4 roues motrices dérivées du Groupe N, comme les Mitsubishi Lancer et Subaru Impreza. Pour combler l’intervalle de coût et de performances entre les R3 2 roues motrices et les R5 4 roues motrices, la FIA a lancé un appel d’offre pour fournir un kit s’appliquant à des voitures de série produites à au moins  2 500 unités sur 12 mois consécutifs. Oreca ayant décroché la timbale, le kit fourni pour montage par les écuries comprend :

Un nouveau challenge pour Vincent et Alexandre

En France, c’est le team Milano Racing, qui a – le premier – relevé le défi de se lancer en compétition avec une auto équipée de ce kit. Il a fait confiance à un équipage que les lecteurs de Leblogauto.com connaissent bien puisqu’il s’agit de Vincent Dubert et Alexandre Coria que nous avions suivis quand ils se mettaient en valeur en roulant en catégorie Junior WRC 3 sur Citroën DS3 en 2016, puis sur deux épreuves du championnat de France en Skoda R5, avant de devoir « lever le pied », faute de finances.

Après une année blanche, alors que les deux jeunes ont repris leurs bonnes habitudes de rouler ensemble dans le cadre du championnat de France des rallyes sur terre 2019, nous avons pu interroger Vincent.

Pourquoi ce choix d’une toute nouvelle R4 et pourquoi le championnat sur terre ?

« D’abord, parce que cela constitue un nouveau challenge. Il est fort intéressant de découvrir cette nouvelle catégorie, qui a été créée pour les jeunes issus des formules de promotion et qui n’ont pas forcément les moyens de rouler en R5. En fait, c’est une catégorie beaucoup plus abordable permettant de découvrir le monde de la 4 roues motrices, pour éventuellement aborder le championnat du monde, un jour. Nous avons parlé Alex et moi avec le Milano Racing, qui avait l’intention de faire rouler cette Fiat MR 500 X. Nous avons rapidement constaté que nous partagions la même vision du projet et de la saison 2019. Pour moi, j’ai été toujours très à l’aise sur la terre et c’était intéressant de pouvoir y revenir. »

Comment avez-vous préparé votre nouvelle saison, avez-vous effectué des essais avec la Fiat du Milano Racing ?

« Effectivement, nous avons effectué des essais environ 1 mois avant le premier rallye pour prendre nos marques avec Alex ne serait-ce qu’en termes d’installation et de confort. Nous avons passé pas mal de temps à l’atelier pour apprendre un peu la mécanique, pour connaitre les différents points à vérifier en cas de soucis. Nous avons également vu les différentes étapes de construction lors du montage du deuxième exemplaire de cette MR 500X. En parallèle, avec Alex nous avons décortiqué pas mal de vidéos  pour identifier les points particuliers, les pièges des deux premiers rallyes.

Ensuite pour la préparation c’était plus le physique, me concernant. En effet Alex  est bien affûté, il a conservé le rythme des courses. Pour ma part, il a fallu que je reprenne des exercices spécifiques pour n’avoir qu’à me concentrer sur le pilotage. »

Alors comment s’est déroulé le premier rallye Terre des Causses, pas trop mal apparemment ?

« Oui, tout s’est passé pour le mieux. Tout d’abord pour ce qui concerne l’entente du team. Tout le monde était vraiment très investi. L’auto nouvelle  était le bébé de tous. Le team était fier de l’avoir mis au monde et nous, heureux de le faire rouler en compétition pour la première fois.

En termes de performance, ce fut une super épreuve. Nous avons réussi à bien faire évoluer l’auto dans des conditions extrêmes, avec beaucoup d’eau. Nous n’avons pas eu de mauvaise surprise, bien au contraire! Ce fut un rallye extraordinairement positif avec, au final, une huitième place. »

Peux-tu nous préciser ton ressenti au volant et  le niveau de l’auto face aux R5 par exemple ?

« Ce ressenti est très bon. Il s’agit d’une 4 roues motrices et donc à conduire, je pense que c’est le rêve de tout pilote. Avec Alex on se sent bien dans cette auto. En termes de freins, c’est d’une efficacité incroyable. En termes de puissance alors là, par rapport à une R5, on en manque, c’est certain. Il faut rester lucide, une R4 n’est pas une R5, c’est aussi simple que cela. En termes de puissance c’est évident qu’il existe un gros delta et qu’à priori, on ne peut pas combattre, même si sur certaines spéciales, qui nous sont favorables, on réalise de très bons temps. »

Les rapports entre Milano Racing et Oreca concepteur du kit sont très bons, alors à l’issue du Terre des Causses est ce que des changements ont été apportés sur l’auto avant le Terre de Castine ?

« Oui, nous nous sommes rencontrés plusieurs fois avec le team, pour débriefer à propos du déroulement du Terre des Causses et travailler sur le peu d’acquisitions de données autorisées sur la voiture. Nous avons ainsi cerné les points sur lesquels  nous pouvions nous améliorer moi et la voiture. Ensuite, nous avons travaillé par rapport à la spécificité du rallye qui s’annonçait : plus étroit, très rapide avec beaucoup de pierres comme on a pu en être victimes (2 crevaisons). Nous avons décidé des réglages à mettre en place puis nous les avons confirmés en séance d’essai, avant le rallye. Ainsi, avant le départ de notre seconde épreuve, la voiture avait déjà beaucoup évolué par rapport au Terre des Causses. »

Peux-tu nous résumer ce second rallye : pilotage, performance, soucis, résultats…. ?

« Je pense que notre performance  a été assez impressionnante dans certaines spéciales. En effet, la plupart de nos concurrents avait déjà disputé ce rallye l’an dernier, avec à la clé, cinq passages dans certains secteurs. Ils nous surclassaient donc aisément, nous qui n’avions disposé que des vidéos pour nous familiariser avec l’épreuve. Par contre, sur des spéciales nouvelles pour tous, nous avons été très proches des premiers. Cela dans des conditions qui n’étaient pas forcément favorables à la voiture, avec de grosses vitesses de pointe et beaucoup d’accélérations  en première ou seconde, là où la puissance joue beaucoup. Le gros souci ce fut les crevaisons, sans faute de pilotage. C’est ça qui fut le plus rageant.

Au final, nous terminons à la huitième place mais sans les crevaisons nous nous battions pour le top cinq, face à des R5 et surtout des WRC, ce qui est somme toute assez incroyable, surtout avec aussi peu d’expérience avec cette toute nouvelle voiture. Au championnat nous sommes 4ème ex aequo. »

Maintenant comment vois-tu les choses au championnat et pour la prochaine saison ?

«  Pour le championnat, je pense que nous pouvons viser le podium. Je préfère toujours me fixer un objectif élevé. Ce serait également un formidable tremplin pour cette nouvelle catégorie R4. Pour la saison prochaine, nous souhaitons poursuivre avec le Milano Racing. Après avoir démontré dans le pays d’origine de l’auto, que cette Fiat MR 500X fonctionne bien et qu’elle s’avère compétitive, nous souhaiterions pouvoir aller démontrer à l’international que cette voiture offre une excellente opportunité de disputer  une saison de course, dans d’excellentes conditions de fiabilité et de coût raisonnable. »

A l’évidence, ORECA suit avec beaucoup d’intérêt et de confiance les premiers pas en compétition de leur nouveau produit. Comme les rapports entre le Milano Racing, Vincent Dubert et Alexandre Coria sont excellents, on peut parier qu’après la mise sur roues pour débuter le championnat, la mise au point va encore s’affiner, entraînant des résultats à la hausse. L’aboutissement de ce cercle vertueux devrait effectivement déboucher sur des ambitions plus grandes pour l’an prochain.

Pour l’heure, comme le prochain rallye du Haut Var n’aura lieu que le 28 juin, Vincent aura tout le loisir de se consacrer à la naissance imminente de son premier enfant. Est-ce que la fille attendue héritera des gènes de pilote que Vincent a reçus de son père Jacques, qui a écumé avec succès bon nombre de rallyes, notamment sur terre avec des performances de tout premier plan ? Comme on dit « bon sang ne saurait mentir ».

Résultats

Depuis le rallye Terre des Causses début avril où l’équipage a terminé à la 8e place au général et remporté la catégorie R4, il y a eu le rallye Castine – Terre d’Occitanie le weekend dernier. Nouvelle 8e place au général et victoire en catégorie R4.

Aux classements du championnat de France des rallyes terre, Dubert et Coria sont 4e tant chez les pilotes que les copilotes.

Alain Monnot

Crédit photographique : Bastien Roux

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz