Accueil Droit routier Le périphérique parisien à 50 km/h ? Anne Hidalgo n’est pas contre

Le périphérique parisien à 50 km/h ? Anne Hidalgo n’est pas contre

694
31
PARTAGER

Après un rapport d’élus parisiens, c’est au tour de la Maire de Paris, madame Anne Hidalgo, d’embrayer sur un passage à 50 km/h des 35 km de ceinture de Paris intra-muros.

Lors d’une réunion publique porte des Lilas, la Maire a officiellement reçu le fameux rapport avec 40 préconisations pour l’avenir du boulevard. « L’idée, à terme, de transformer cette autoroute urbaine en boulevard urbain apaisé, c’est une idée que nous partageons » indique-t-elle selon des propos rapportés par Le Parisien.

Un certain nombre des propositions faites dans ce rapport seront soumise au vote du Conseil de Paris lors de la prochaine séance, le 11 juin 2019. Ce que désire la Maire, c’est d’impliquer les communes de banlieue limitrophes et donc concernées elles-aussi par le périphérique même si la route fait partie de la commune de Paris. « Il est clair que l’abaissement de la vitesse à 50 km/h est une proposition que je prends, et pas à un horizon 2024 ».

Cet abaissement risque bien de devenir l’une des propositions de la prochaine campagne des municipales en 2020. Selon le premier édile, « En 2014, on a abaissé la vitesse à 70 km/h, sous le feu des polémiques, et aujourd’hui tout le monde est content. Parce que finalement, ça a plutôt fluidifié la circulation ». Avis qui n’est pas forcément partagé par tout le monde.

Des résultats contrastés et contestés

Si la baisse de la vitesse à 70 km/h contribue à faire baisser les bruits de roulement (-0,6 db selon des chiffres officiels), côté pollution et vitesse moyenne, soit il n’y a pas de chiffre, soit ils ne sont pas bons et sont donc vite évacués. La vitesse moyenne de 38 km/h en 2013 est ainsi passée à 35,8 km/h (de 7 à 21h) en 2016 selon la mairie. En soit, cela ne représente que quelques secondes sur un tour complet du « périphe » mais de là à dire que « tout le monde est content », il y a une marge que la Maire de Paris franchit sans sourciller.

Outre l’abaissement de la vitesse, le rapport préconise une voie réservée au covoiturage et aux transports en commun, ainsi que l’interdiction des poids-lourds en transit. Sur ce point, c’est carrément le « grand-paris » qui pourrait être concerné et donc avoir un trafic de poids-lourds reporté sur la banlieue lointaine, A86 ou N104.

Ce qui se verra finalement peut-être le plus (et le plus rapidement) des usagers, c’est la « végétalisation » du boulevard circulaire. Parois, murs antibruit, terre-pleins, etc. Déjà très végétalisé depuis sa construction et encore plus depuis sa couverture partielle, il devrait y avoir bientôt un périph plus vert. Mais, pas forcément moins pollué ni moins bruyant pour les riverains.

A mort le périphérique !

Construit entre 1956 et 1973, le boulevard périphérique de Paris a été inauguré par Pierre Messmer (Premier Ministre sous la Présidence Pompidou) en avril 1973. Ouvrage communal, il déroge au code de la route et sa vitesse limite est fixée à 90 km/h. Partout ailleurs dans la ville, c’est 60 km/h comme fixé depuis 1972.

Au début des années 1990, les dirigeants décident de baisser la vitesse en agglomération à 50 km/h et de créer la possibilité de zone à 30 km/h. Le périphérique, lui, connait toujours un régime dérogatoire mais sa vitesse passe (déjà dans une certaine contestation) à 80 km/h en 1993. Le dernier abaissement de vitesse a donc lieu en 2014 avec le passage à 70 km/h.

D’ici quelques années (peut-être plus rapidement que cela) il en sera finit du régime dérogatoire du périphe qui passera à 50 km/h. A quand la création de zones 30 sur certains tronçons ?

Très souvent congestionné, le périphérique vit un désamour depuis plusieurs années et ne représente plus que 2% environ des déplacements franciliens quotidiens. Le trafic se reporte sur les autres axes. Avec le passage à 50 km/h ce devrait être encore plus vrai.

D’autres zones urbaines ont annoncé l’abaissement de la vitesse sur leur rocades ou périphériques comme Lille. D’autres, comme Rennes ont testé le passage de 90 à 70 jm/h pendant une année avant de faire marche-arrière devant l’augmentation de la pollution et des bouchons.

Poster un Commentaire

31 Commentaires sur "Le périphérique parisien à 50 km/h ? Anne Hidalgo n’est pas contre"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
beniot9888
Invité

A titre personnel, je l’emprunte régulièrement, donc je n’ai pas envie que sa vitesse soit diminuée. Mais si ça peut être bénéfique, pourquoi pas.

Que ce soit en réduisant la pollution/bruit (peut être) ou en réduisant le trafic (car « y en a marre ça fait chier » ou « finalement, ça va plus vite en RER »…)

De toute façon, je ne suis pas parisien, ce n’est pas moi qui déciderai.

mps
Invité

En 1962, 60 km/h en ville, 1er juillet 1973, la vitesse maximale autorisée est fixée à 100 km/h sur l’ensemble du réseau. En mars 1974, les vitesses maximales autorisées sont fixées à 140 km/h sur autoroutes. Je suis un nostalgique, c’est doit être pour ça que je suis resté sur les anciennes limitation ; )

beniot9888
Invité

Nostalgique du bon vieux temps ? Où on pouvait en toute liberté s’encastrer bourré dans un platane, se détruire les poumons en fumant et où on était quasiment sûr de mourir sous 2 ans de son cancer 🙂

mps
Invité

Je ne vois pas le rapport… je n’ai pas parler de l’alcool au volant, ou bien même de la cigarette. Et si l’on s’éloigne du monde de l’automobile, je pense que tous ne va pas dans ce sens. Je dis juste qu’avec les voitures moderne, et les nouvelles technologie, abaisser les limitations, je trouve ça stupide. Surtout que 10km/h de plus ce n’est pas dangereux. D’ailleurs ni L’Etat et ni Chantal, n’arriverons a m’en convaincre. Pour preuve, les résultats des statistiques sur les 80kmh.

Lolo
Invité

@beniot : oui absolument. Je ne vois aucun problème que qq’un S’encastre dans un platane tout seul comme un gland. chacun fait encore ce qu’il veut de sa vie si ça ne concerne que lui. Et oui il y en a marre des lois liberticides sur fond de mauvaise foi pour ce genre de chose.
Mais bien entendu ce n’est pas toujours aussi simple, on est d’accords.

Lolo
Invité

#thibaut : oui. mais je peux aussi te rétorquer que se planter contre un platane tout seul coute beaucoup moins cher à la sécu que mourir d’un cancer 😉

SGL
Invité

http://i.imgur.com/ZQYFtRp.jpg
… Nostalgique avec + de 18 000 morts par an.

UFC Que choisir
Invité

Ca permettait de lutter contre la pollution. Plus de vies sauves, plus de population , plus de pollution.

Bizaro
Invité

Il a dit qu’il était nostalgique de certaines époques et qu’il en gardait les limitations de vitesse.

Il n’a pas dit qu’il était nostalgique des mauvaises performances de sécurité des voitures.
Il n’a pas dit qu’il était nostalgique de l’absence de contrôle technique.
Il n’a pas dit qu’il était nostalgique de l’absence de régulation des stupéfiant.
Il n’a même pas dit qu’il était nostalgique de l’absence totale de limitation de vitesse.

il parlait juste du 60km/h en ville, du 100km/h hors agglomération et 140km/h sur autoroute.

Peut-être le dira t il, mais il ne l’a pas encore fait…

Xavier
Invité

La question serait plutôt: est ce que la limitation à 50 km/h permettra de fluidifier le trafic ?
La vitesse réelle étant tellement faible et inférieur à 50km/h que çà pourrait être bénéfique.
Reste les rares fois ou le périph est fluide et dans ce cas pourquoi pas adapter la limitation de vitesse à la densité du trafic ?

Yorgle
Invité

Un peu à l’allemande, avec des panneaux montrant une vitesse max différente selon le traffic, la météo.

greg
Invité

Blague à part cela fonctionne, les limitations adaptées au traffic…C’est juste qu’en Allemagne personne ne les respect. 🙁

Yorgle
Invité

Ce n’était pas une blague de ma part, je pense que ce serait en effet une bonne chose.
Et je pense qu’en Allemagne les limitations sont respectées, avec en effet un peu de tolérance… En général +20 km/h (+10 pour la marge d’erreur du radar, et encore +10 parce que l’amende n’est pas chère au début).

greg
Invité

Oui mais justement, ces 20km/h cela fait toute la différence. Si on passe de l’illimité à 100 ou de 120 à 80, c’est justement pour éviter les risques de bouchons.

Bizaro
Invité
Les zébras je comprends, mais je ne vois pas le problème à utiliser toute l’infrastructure lorsque cela est autorisé. Si je m’insère sur le périph bouchonné via une voie d’accélération de 300m, qu’est ce que cela peut faire au gens que je m’insère 200m avant la fin ou pile poil à la fin? Au final si c’est une question de place gagnée sur un « podium », il faut se dire qu’il y aura toujours des dizaines/centaines de gens « lésés » derrière. Par contre si je m’arrête 200m avant la fin de la voie cela suppose que potentiellement je ramène le bouchon 200m… Lire la suite >>
Bizaro
Invité
« La fluidité…rien que la fluidité. » : Entendons nous bien je parle d’une situation d’embouteillage pas de route avec forte circulation et ralentissement. :  » périph bouchonné ». Ce n’est pas la voie d’insertion qui va fluidifié le trafic déjà bouchonné mais le comportement de ceux qui y sont déjà. « Non. Dans les faits (vécu dans plusieurs régions, ou à l’étranger) cela incite les autres usagers à user de la courtoisie dont vous parlez. Ils créent un espace et vous n’avez pas à forcer le passage. » Oui et? En réalité ton problème n’est pas que les gens utilisent entièrement la voie d’insertion… Lire la suite >>
Bizaro
Invité
Comment limiter la vitesse à 50km/h peut fluidifier le trafic, si la vitesse réelle est déjà inférieure à 50km/h. Ce n’est pas logique. Soit par endroit et par moment on roule très bien sur le périph’ et alors le truc de dire : « de toute façon on s’en fout de cette limitation puisque qu’on y roule même pas à 50 » et un mensonge pour faire passer la pilule. Mais effectivement cela pourrait éventuellement fluidifier le trafic contrairement aux essais fait à Rennes et à la baisse continuelle de limitation sur celui de Paris. Soit on y roule très mal, alors… Lire la suite >>
wizz
Membre
pas forcement bizaro -si on est sur une route ou autoroute « étanche », alors oui -si on est sur une route ou autoroute, avec des croisements, avec des gens qui veulent entrer, avec des gens qui veulent sortir, avec des gens qui veulent changer de lignes (pour une prochaine sortie), alors ce n’est plus le cas A ces intersections très empruntées, la circulation est plus difficile, plus complexe. La circulation est forcement un peu ralentie: -on laisse faire les gens librement depuis amont. Tout le monde va rouler vite. Il y aura davantage de gens qui vont arriver en même temps… Lire la suite >>
Bizaro
Invité
Tout à fait, En plus des interceptions il y a les voies bloquées par des pannes et des accidents qui engendre le même phénomène, pour le même cause de changement de voie. C’est pourquoi je disais que la limitation à 50km/h n’est pas utile quand on est déjà a 10km/h. Or « on » nous bassine avec le périph qui est toujours bouché qu’il est impossible de dépasser les 30km/h où que cela soit. Et donc il s’agirait d’un argument pour les instaurer : « les 50 ne vous limiterons pas plus que vous ne l’êtes déjà, donc acceptez le! » Si c’était vrai… Lire la suite >>
Béret vert
Invité

J’espère que les constructeurs vont nous sortir de belle voiturettes sans permis (et des tramways hippomobiles, il y a déjà du gazon).

greg
Invité

Bon, le problème, c’est que la plage de vitesse dans laquelle un moteur à combustion atteint son efficacité maximum au niveau de la consommation, c’est entre 70 et 90 km/h.
Autrement dit, en rabaissant à 50 km/h, l’âne Hidalgo va augmenter la pollution…
Le seul élément positif qui pourrait ressortir de cette mesure, c’est une potentielle baisse des émissions sonores. Mais bon cela reste à prouver.

wpDiscuz