Accueil Dépêches Ecologie: vers de nouvelles obligations pour les sociétés autoroutières

Ecologie: vers de nouvelles obligations pour les sociétés autoroutières

672
27
PARTAGER
Autoroute A4 - camions sur autoroute
©SANEF

Les députés ont prévu dans la nuit de mercredi à jeudi en commission d’imposer de nouvelles obligations aux sociétés concessionnaires d’autoroutes afin d’accélérer le déploiement de véhicules « propres » et de développer le covoiturage.

La proposition du groupe LREM, adoptée lors de l’examen du projet de loi sur les mobilités, prévoit la mise à disposition « d’un nombre minimum de places de parkings de covoiturage ou de bus express », l’augmentation de « stations d’avitaillement en carburants alternatifs » et « une tarification différenciée selon les niveaux d’émissions des véhicules » pour les nouveaux contrats.

Cette dernière disposition revient à appliquer des « tarifs réduits pour les véhicules propres », a tweeté le député des Bouches-du-Rhône Jean-Marc Zulesi (LREM), qui défendait cette proposition.

« Toute nouvelle convention de délégation peut également prévoir la mise en place d’une tarification solidaire adaptée pour les publics fragile », ajoute le texte de l’amendement.

Les conditions d’application de ces dispositions seront définies par voie réglementaire après avis de l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières, précise le texte.

Avant d’achever l’examen du projet de loi en commission, les députés ont par ailleurs précisé le cadre du transfert des personnels du réseau de bus de région parisienne, dans le cadre de l’ouverture à la concurrence qui s’effectuera en plusieurs étapes jusqu’à fin 2024.

Un amendement du gouvernement, notamment, a instauré une procédure de transfert automatique des contrats de travail, en cas de changement d’exploitants, pour ce qui concerne le réseau de grande couronne.

L’examen du projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) dans l’hémicycle débutera le 3 juin et doit durer deux semaines.

Par AFP

Poster un Commentaire

27 Commentaires sur "Ecologie: vers de nouvelles obligations pour les sociétés autoroutières"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Phil
Invité

Obligation d’une installation de bornes rapides au moins équivalente au nombre de pompe à essence me semble la base de la base.
un fantasme : au moins 50% des places de parking équipées d’une prise AC 11kW pour ceux qui font une pause longue à mi parcours.
le sur-fantasme : goudron à faible résistance au roulement et faible bruit obligatoire sur tous les axes payants du pays

Fonzie
Invité

Bonjour, je ne m’y connais pas, mais innfoudron à faible résistance au roulement est-il un goudron très glissant? Parce que les pneumatiques de ce genre sont particulièrement mauvaises (surtout sous la pluie). Bonne journée!

Phil
Invité
Très bonne remarque, c’est pas simple du tout ( voir cet article détaillé : https://www.eurobitume.eu/fr/dossier-lefficacite-energetique/ ) mais on y arrive : « Le projet COOEE au Danemark est un exemple particulièrement intéressant, qui a réussi à développer un revêtement routier spécial silencieux qui offre une résistance élevée au dérapage en conditions humides ET une faible résistance au roulement avec, pendant les essais, une consommation moyenne de carburant en baisse de 4%. » et pour le bruit on est très bon : http://www.noiseineu.eu/en/3431-a/homeindex/file?objectid=2872&objecttypeid=0 Vu qu’on paye ces routes, au prix fort, l’état devrait exiger ce genre de contrepartie : ce ne sont pas… Lire la suite >>
SGL
Invité

Sur le principe, pour le futur :
il faudrait avoir à toutes les aires de repos des autoroutes (20 km) 5 prises de recharge rapides (50 kW minimums) 10 à terme, avec indication des prises disponibles 2 km avant, et 50 prises par station services, 100 à terme.
Blinder les abords des autoroutes de PV et rendre obligatoires les ombrières photovoltaïques sur les parkings.

amiral_sub
Invité

sachant qu’un pic de l’été 2018 les bornes du réseau corridor n’ont été utilisées en moyenne qu’une fois par jour, on peut douter de la rentabilité de 5 bornes par aires…
Par contre 2 sont à mes yeux un minimum pour la redondance et la disponibilité.

pat d pau
Invité

Contrairement a Tesla qui met « des frais d’occupation injustifié » pour que des places se libèrent, pour que ca tourne comme on dit. Je pense que Inonity va aussi tres bien marché.

SGL
Invité

OK messieurs, mais avec 15 millions de VE supplémentaires ? 😉

Bizaro
Invité

Selon toi il faudrait :
Aire autoroutes : 5 prises de recharge rapides, 10 à terme.
Station service : 50 prises , 100 à terme.

C’est quand à terme? Dans 5 ans , Dans 10 ans ? Quand il n’y aura plus que des véhicule branchables en 2050?

5,10,50,100 … Sur quoi te bases tu pour avancer de tel chiffres ?

Un jour sur une aire de repos urbaine tu as voulu brancher ta voiture diesel et il y avait déjà 4 voitures électriques en attentes?

SGL
Invité
C’est une pure réflexion spéculative pour trouver une réponse au problème futur que posent actuellement énormément de gens qui n’achètent pas une VE uniquement pour un problème d’autonomie et de possibilité de recharge rapide. 70 % des gens passeraient à l’électrique si ses deux problèmes n’existent pas ! Je pars du principe qu’un point de recharge, même rapide, tous les 15-20 km sont ridicules, même en 2019… ça n’encourage pas les gens de passer à l’électrique. 5 points de recharges dans un premier temps, me semblent suffisamment encourageant pour que la moitié des gens qui hésitent saute le pas vers… Lire la suite >>
LeBougre
Invité

Tres interessante proposition de baisser le tarif pour vehicules propres.
C’est un des facteurs qui en Norvege a fait les chiffres qu’on connait (avec des stationnements gratuits et autres facilités aux utilisateurs de modeles propres), et qui pourra etre positif pour se tourner en France vers une alternative aux tout-thermiques.

Michel
Invité

C’est en effet très logique, de diminuer le coût de passage des véhicules électriques, qui pèsent plus lourds et de ce fait dégradent plus rapidement la chaussée (cherchez l’erreur!)
Autre pb, comment reconnaître une auto avec un moteur thermique et son clone en version électricité (voir la nouvelle 208 ou Golf) ou les hybrides (gamme Toyota,…)

Cocorico
Invité

Il suffirait de changer les plaques d’immatriculation qui permettront de faire la différence entre une thermique et une électrique : en Norvège avec EL au début des plaques ou en Allemagne avec E à la fin. Pas compliqué mais encore une fois pas anticipé par nos géniaux énarques…

zeboss
Invité

Nos géniaux énarques, on s’en fout (commentaire hors de propos, si ce n’est pour se la jouer rebelle), un biper façon pass autoroute peut largement suffire à détecter le véhicule à la pompe spécifique….
CA marche tout seul aux péages…
Réfléchir n’est semble t’il pas donner à tous..

seb
Invité

@zeboss, ça ne marche pas tout seul puisqu’il faut que le propriétaire du véhicule ait le badge.
Les péages ont déjà des lecteurs de plaques d’immatriculation, une petite liaison avec le fichier des cartes grises (C’est déjà prévu pour les péages sans barrière) et on connaît les émissions de CO2 du véhicule, l’État pourrait même s’amuser à changer la réduction comme ils le font avec le malus.

zeboss
Invité
@seb : on peut aussi en effet lire la plaque… sauf que la fiabilité du badge en terme de service est plus élevée que la lecture de la plaque qui demande à interroger un serveur informatique distant. Le badge lui est immédiat, sauf panne propre… Le débat peut s’ouvrir sur le sujet, après en effet le badge pourrait être interchangé sur un véhicule ne pouvant pas bénéficier de la ristourne, là la plaque est imbattable… Reste le problème du fichage des trajets, avec la plaque tout le monde peut savoir où était le véhicule, le badge est un peu plus… Lire la suite >>
Lecoqsportif
Invité

Sauf que le biper tu peux le déplacer dans n’importe quelle voiture (sauf s’il est intégré dans la voiture), y compris celui qui n’est pas électrique….Il faudrait donc doubler cela d’une lecture des plaques pour être sûr qu’il ne s’agit pas d’une utilisation frauduleuse, très utile ta solution!

Bizaro
Invité
Donc on est passé au format de plaque de police européen mais on a quand même chaque pays qui fait sa petite réglementation dans son coin. Je ne vois pas où est la fautes des énarques sur ce coup qui n’ont suivis que les obligation européennes. Cela dit d’une part les autos et leur plaque sont enregistrées dans le fichier national des immatriculations, qui lui aussi pourrait très bien être européanisé. Donc une seule lecture de la plaque suffirait. D’autre part il sera lancer une expérimentation d’autoroute payante sans péage. C’est à dire que des portiques vous factureront vos passages,… Lire la suite >>
wizz
Membre
avant de vouloir faire payer plus cher le passage des voitures électriques à cause de leur surpoids dégradant davantage les routes, pense d’abord à en faire de même avec….les camions la dégradation des routes varie à la puissance 4 du poids à l’essieu un véhicule thermique 1600kg aura 800kg par essieu la surcharge des voitures électrique, c’est +20%? +30%? 2 tonnes équivalent en version électrique? ça ferait 1000kg par essieu ce véhicule abimera la route 2.5x plus que la berline thermique un poids lourds 40 tonnes 5 essieux, c’est donc 8000kg par essieu chaque essieu abimera les routes 10000x fois… Lire la suite >>
Bizaro
Invité

Et bien c’est le cas sur les autoroutes, les camions ont une tarification plus élevée, ainsi que les caravanes etc…

et cela fait bien longtemps.

wizz
Membre

les camions paient ils 2 fois plus cher? 5 fois plus cher? 10 fois plus cher? 10000 fois plus cher?

Fabi35
Invité

Les sociétés d autoroute vont encore (obtenir) un allongement de concession en contrepartie c’est tout vu

AVENUE
Invité

Je pense que tout le monde a compris que c’est un coup de pouce pour encore une fois nous faire passer la pilule …
Une nouvelle fois les députés nous engagent dans le mur.

wpDiscuz