Accueil Renault Alliance Renault Nissan : Le Maire veut briser le statu quo

Alliance Renault Nissan : Le Maire veut briser le statu quo

1774
24
PARTAGER
Emmanuel Macron - Carlos Ghosn - Bruno Le Maire

Le statu quo actuel qui prévaut au sein de l’Alliance Renault-Nissan n’est pas du goût du Ministre de l’Economie, Bruno Le Maire. Ce dernier a ainsi déclaré mercredi qu’il n’était pas possible de maintenir une telle situation. Il considère au contraire que l’alliance doit progresser et être consolidée.

« Le statu quo n’est pas possible, le statu quo fragilise l’ensemble, il faut avancer, progresser et consolider cette alliance », a déclaré ainsi Bruno Le Maire à la presse en marge d’une réunion de ministres à l’OCDE.

Cette déclaration intervient alors que l’arrestation de Carlos Ghosn en novembre dernier au Japon, et son départ forcé de la présidence de Nissan – suite à de soupçons de malversations financières – ont ravivé des tensions existantes entre le constructeur japonais et Renault.

Senard à la confiance (et la pression ? ) de l’Etat pour renforcer l’Alliance

« J’ai toute confiance dans les capacités de Jean-Dominique Senard à obtenir des résultats concrets sur le renforcement de cette alliance qui est importante pour le Japon, pour la France et pour l’industrie automobile mondiale », a par ailleurs ajouté Bruno Le Maire.

Une pression à peine voilée semble ainsi peser désormais sur les épaules du nouveau dirigeant, alors que Carlos Ghosn a été confronté à la même problématique en tant que dirigeant, l’Etat français, étant rappelons-le un important actionnaire du constructeur français.

Sous la pression du gouvernement français, Carlos Ghosn avait ainsi préconisé un rapprochement plus étroit de Nissan et Renault, évoquant notamment l’éventualité d’une fusion complète, et ce, malgré les fortes réserves exprimées par Nissan.

Précisons que Jean-Dominique Senard, l’actuel président de Renault, est également président de l’alliance Renault-Nissan. Laquelle intègre également le constructeur japonais Mitsubishi.

Macron vigilant sur le maintien des équilibres

En janvier dernier, alors que le tandem Bolloré-Senard venait d’être nommé à la tête de Renault, suite à la démission de Carlos Ghosn, Emmanuel Macron avait indiqué qu’il veillerait au maintien des équilibres entre les constructeurs Nissan et Renault au sein de l’Alliance qui les unit.

Les autorités françaises sont « vigilantes » au maintien des « équilibres » au sein de l’alliance entre Renault et Nissan deux mois après l’arrestation de Carlos Ghosn au Japon, avait alors déclaré Emmanuel Macron au Caire. S’exprimant en tant que représentant de l’Etat actionnaire du constructeur français, lors d’une rencontre avec la presse durant sa visite officielle en Égypte.

Nissan veut faire entendre sa voix

Bien que son bénéfice soit inférieur à celui de Nissan, Renault détient 43,4% du constructeur japonais, qui ne détient que 15% de son homologue français mais sans droit de vote, et 34% de Mitsubishi Motors , troisième partenaire de l’Alliance.

Alors que Carlos Ghosn constituait la clé de voûte de l’Alliance, son départ pourrait toutefois être propice à une remise à plat du partenariat. D’autant plus que Nissan ne cache pas sa ferme volonté de laisser entendre sa voix.

Sources : Reuters, AFP

Poster un Commentaire

24 Commentaires sur "Alliance Renault Nissan : Le Maire veut briser le statu quo"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Fabi35
Invité

Pourquoi il n’est jamais question d Atovaz (contrairement à Mitsubishi) dans les articles? Il ne fait pas partie de l alliance ?

Dreamer91X
Invité

Autovaz fait parti du groupe Renault… Renault et son staff ferait bien de préserver le statu-quo… L’avenir de Nissan n’est pas des plus radieux

Nissan c’est un Samsung Japonais… ( division mobile )

Gautier Bottet
Editor

Avtovaz n’est pas un partenaire de l’Alliance, mais une filiale, donc n’est pas mentionné au même titre que Mitsubishi qui n’appartient qu’en partie à Nissan.

Fabi35
Invité

@Gautier Pourtant le « logo/symbole » de l alliance a changé lorsque Mitsubishi est passé dans le giron de Nissan
Et du coup Renault a combien dans Avtovaz ?

Juju
Invité
Lors de la prise de 34% de Nissan dans Mitsubishi, Renault n’a même pas été mis au courant! Mitsubishi produisait des voiture pour Nissan et suite au scandale de chiffres truqués (uniquement sur le kei cars au Japon) , Nissan a décidé de prendre des parts! Mitsubishi – Renault il n’y a aucun lien direct a proprement parlé! Dommage pour Mitsubishi Motors que le conglomérat Mitsubishi n’ai pas voulu injecter plus de fond (surement parce que leur division auto ne représente que 7% de leur CA). Les japonais ne veulent pas d’une fusion, déjà que l’âme de Nissan a été… Lire la suite >>
wizz
Membre

intéressant…

quel est donc ce 1er diesel au monde avec calage variable de soupape?

Gautier Bottet
Editor

« Renault détient 43,4% du constructeur japonais, qui ne détient que 15% de son homologue français mais sans droit de vote, et 34% de Mitsubishi Motors »

C’est Nissan qui détient 34% de Mitsubishi, pas Renault.

Juju
Invité

Exact, les gens ont du mal a comprendre!
De plus une alliance c’est n’est pas une fusion, Renault n’est pas propriétaire de Nissan mais actionnaire majoritaire.

Invité

Il y a autre chose que monseigneur le Maire (aka celui qui disait « Emmanuel Macron, c’est l’homme sans projet parce que c’est l’homme sans conviction ! » avant de demander à Emmanuel Macron juste élu d’être dans son équipe ministérielle) est en train de nous briser là, au vu de son côté « j’parles beaucoup mais j’fous rien »

SAM
Invité

L’action Renault baisse … une montée dans le capital pour l’Etat? C’est probable si rien ne bouge.

Kaiser Sauzée
Invité

Il serait peut-être intéressant de préciser dans quelles conditions Renault est venu au secours de Nissan à l’époque. Sur le plan strictement financier, et boursier, c’est quand-même Renault qui leur a sauvé les miches.
Je pense que les dirigeants de Nissan ont monté cette affaire pour faire passer au second plan leurs mauvais chiffres et essayer de sauver leur peau.
Car, malgré ce dont on l’accuse, le bilan de Ghosn à la tête de l’Alliance est bon. Ils se seraient trouves en position fragilisée si l’affaire n’était pas sortie.

SAM
Invité

Sinon la Clio a obtenu ses 5 étoiles.

Gautier Bottet
Editor

Oui, sujet en cours de préparation…

wpDiscuz