Accueil Actualités Entreprise VE : l’Indonésie veut attirer Renault et Volvo pour produire localement

VE : l’Indonésie veut attirer Renault et Volvo pour produire localement

1031
5
PARTAGER

L’Indonésie  souhaite attirer sur son territoire les constructeurs automobiles tels que Volvo et Renault afin qu’ils investissent dans le secteur des véhicules électriques. Le pays estime en effet que d’ici 2030 ce type de motorisation devrait représenter un quart de sa production totale.

L’Indonésie est en effet l’un des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre dans le monde, détenant la cinquième place au « palmarès ». L’une des causes principales est la déforestation sauvage pratiquée en faveur des cultures telles que celles des palmiers à huile. En 2015, Le pays s’est engagé à réduire ses émissions de dioxyde de carbone (CO2) de 29 % d’ici 2030 en protégeant ses forêts, et en développant les capacités du secteur de l’énergie durable. 

L’Indonésie demande à Renault et Volvo d’investir localement pour les véhicules électriques

C’est dans un tel contexte, que le gouvernement indonésien a ainsi exhorté Renault et Volvo à investir dans la production locale de véhicules électriques.

Le ministre délégué à l’Industrie, les Transports et l’électronique, Harjanto, a déclaré que le gouvernement avait demandé aux deux groupes automobiles d’envisager la construction d’usines ou d’unités d’assemblage sur le plus grand marché automobile d’Asie du Sud-Est. Selon lui, la production automobile totale du pays devrait plus que doubler d’ici 10 ans, pour atteindre 3 millions d’unités d’ici 2030, dont 730 000 véhicules électriques.

Incitations fiscales

Le président Joko Widodo a promis des incitations fiscales seraient mises en œuvre pour attirer les investissements étrangers dans les véhicules électriques, tout en rendant coûteuse la possession d’automobiles nécessitant de recourir aux énergies fossiles. Objectif : permettre à l’Indonésie d’économiser 798 milliards de roupies (56 milliards de dollars) en réduisant sa dépendance énergétique et ses importations de pétrole brut.

Attirer via des usines de batterie

Alors que Hyundai et Volkswagen ont manifesté leur intérêt pour fabriquer sur place des véhicules électriques, un consortium de sociétés chinoises et indonésiennes est déjà en train de construire une usine de batteries, a quant à lui déclaré la ministre de l’Industrie, Airlangga Hartato. Faisant jouer la concurrence tout en précisant qu’une production locale de batteries – le nerf de la guerre dans le domaine de s véhicules électriques – leur offrait un approvisionnement sécurisé.

Partenariat Renault / Nusantara Maxindo début 2019

Le 21 janvier 2019, Renault Asie Pacifique a établi un partenariat avec le groupe Nusantara Maxindo pour commercialiser et développer ses activités en Indonésie à partir du 24 février.

Renault Asia Pacific, par l’intermédiaire de sa filiale PT Maxindo Renault Indonesia, assurera les droits d’importation, de commercialisation, de distribution et de gestion des produits, ainsi que le service après-vente de la marque dans le pays.

Maxindo Renault Indonésie inaugurera prochainement les locaux de son distributeur exclusif à Jakarta et à Tangerang, chargé de fournir des services de vente et après-vente à ses clients. Les Renault Duster, Koleos, Kwid et Megane figurent parmi les voitures de la marque actuellement vendues en Indonésie.

Etude de faisabilité préalable pour Renault

S’agissant de la production locale de véhicules électriques, le directeur général de PT Maxindo Renault Indonesia, Davy J. Tuilan, a déclaré que le constructeur français devra d’abord réaliser une étude de faisabilité avant de décider d’investir en Indonésie.

Kina Wileke, une porte-parole de Volvo, n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires. Reste que le constructeur compte réaliser 50% de ses ventes avec des véhicules électriques en 2025. Le premier de ce type doit arriver en 2019. Au final, il ne s’agira pas d’un modèle spécifique mais basé sur le Volvo XC40. La plateforme CMA qu’il utilise a été pensée dès sa conception pour ce type de motorisation.

L’Indonésie : un pays riche en nickel nécessaire aux batteries

Les réserves abondantes de minerai de nickel, une matière première essentielle pour la fabrication de batteries électriques sont autant d’avantages que l’Indonésie souhaite exploiter pour développer son industrie de véhicules électriques.

Harjanto n’a pas manqué de préciser qu’une compagnie avait d’ores et déjà débuté l’exploitation de matières premières pour les batteries électriques. « Une fois qu’un site de production de batteries sera installé, il serait facile de faire appel aux constructeurs de véhicules », a-t-il ajouté.

L’Indonésie veut développer la production locale de batteries

« Assembler est facile, nous devons donc nous emparer de l’industrie en amont », a déclaré Harjanto. «Nous voulons fabriquer les composants ici. C’est pourquoi nous recherchons maintenant un fabricant de batteries, car nous disposons des matières premières » a-t-il précisé.

Pertamina, la compagnie énergétique nationale indonésienne a annoncé son intention de commencer à produire des batteries électriques, tandis que PT Blue Bird commencera à ajouter des voitures électriques à son parc de taxis à partir de cette année.

De nouvelles règles en cours d’élaboration

Le gouvernement élabore actuellement un ensemble de nouvelles règles visant à promouvoir les véhicules électriques, susceptibles de réduire les taxes sur le luxe et d’augmenter progressivement les taxes sur les véhicules produisant davantage d’émissions. Les constructeurs automobiles pourraient bénéficier d’un délai de grâce de deux ans pour se conformer à la nouvelle réglementation, a déclaré le ministre.

L’Indonésie s’attend à ce que la mise en place d’une industrie du véhicule électrique renforce ses exportations, qui sont en décroissance à l’heure actuelle. La signature en mars 2019 d’un accord de libre-échange avec l’Australie permettra au pays d’exporter ses véhicules en franchise de droits, a par déclaré le ministre.

Hynduai investit pour produire localement des véhicules électriques

En décembre 2018, Harjanto, avait d’ores et déjà annoncé que Hyundai Motor prévoyait d’investir environ 880 millions de dollars (768 millions d’euros) en Indonésie pour produire notamment des véhicules électriques.

Le groupe sud-coréen, cinquième constructeur automobile mondial avec son affilié Kia Motors, prévoit de construire une usine en Indonésie d’une capacité d’environ 250.000 unités dont 53% de la production sera exportée, essentiellement vers l’Asie du Sud-Est et l’Australie.

En novembre 2018, Hyundai a annoncé un plan d’investissement de 250 millions de dollars dans Grab, société de Singapour spécialisé dans les services de voitures de tourisme avec chauffeur (VTC). Objectif : proposer des véhicules électriques en Asie du Sud-Est.

Sources : Bloomberg, tempo.co, Reuters

 

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "VE : l’Indonésie veut attirer Renault et Volvo pour produire localement"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Fabi35
Invité

Il y a un peu d incohérences dans le discours de l Indonésie. Elle veut protéger (se qui reste de) sa forêt pour faire baisser sont taux de CO2 mais
1) veut exploiter le nickel qui se trouve dans le sol sûrement sous la forêt !
2) construire ou faire construire des tas d’usine de fabrication de batteries et de voitures … ça sens encore le défrichage de forêts
3) augmenter ses exportations…donc via plus de bateauxxxx qui tournent au fioul lourd (et qui finissent par couler avec la cargaison)
Bref je les vois mal quitter la 5 ème place du « palmarès »

Thomas
Invité

Et c’est l’Inde ou la Chine qui voudra attirer PSA pour y produire localement des véhicules à moteurs d’aspirateurs ??? 😀

wizz
Membre
C’est relativement cohérent…(mais le but primaire n’est pas la réduction des émissions de CO2, qui ne sera qu’une conséquence) L’Indonésie est un pays producteur de pétrole, mais qui a passé son pic de production, actuellement proche de la moitié de la belle époque. Entre temps, la population a fortement augmenté. 100 millions en 1965, 200 millions en 1995, bien parti pour atteindre 300 millions bientôt. De ce fait, pour faire tourner son économie, le pays importe du pétrole. Pas de pétrole = pas de transport = pas de mouvement des personnes et biens de consommation = pas de relation physique… Lire la suite >>
Fabi35
Invité

Bien sûr @wizz cette cohérence là est cohérente …et puis l huile de palme sera produite en Afrique où tout est permis et autorisé 🤫 ce sera aussi cohérent pour le PIB tout ça tout ça

Invité

Donc il faudra attendre qu’il n’y ai plus une seule goutte de pétrole pour faire des « moteurs d’aspirateurs » ?

wpDiscuz