Accueil Politique Trump menace le Mexique de taxes sur l’automobile

Trump menace le Mexique de taxes sur l’automobile

707
19
PARTAGER

Donald Trump brandit désormais l’arme économique pour faire fléchir Mexico.
Si le Président américain a certes mis de l’eau dans son vin, mettant de côté pour l’instant sa menace de fermer la frontière avec le Mexique, il souhaite s’attaquer désormais au secteur automobile mexicain.

Menace de hausse des tarifs douaniers

Quelques heures avant son déplacement à Calexico, petite ville frontalière du Mexique, Donald Trump s’est montré moins radical sur le sujet migratoire, estimant que le pays voisin avait fait des efforts ces derniers jours contre l’immigration clandestine. Tout en attaquant néanmoins via un autre biais.

« Nous avons besoin du mur, mais nous avons besoin de beaucoup d’autres choses », a-t-il ainsi mis en garde. Ajoutant que si le Mexique ne voulait « pas aider », les Etats-Unis imposeraient des tarifs douaniers sur les voitures produites dans les usines mexicaines entrant sur le territoire américain. « Je le ferai, ce n’est pas un jeu, je le ferai », a-t-il même menacé.

Selon lui, cette arme économique est assez dissuasive pour éviter « d’avoir un jour à fermer la frontière ». D’autant plus que, selon lui, la pénalité pouvant à terme s’appliquer sur les tarifs douaniers devrait être « massive « .

Trump brandit ainsi une nouvelle fois sa menace d’une hausse de droit de douane de 25% sur les véhicules, dans le but cette fois-ci de forcer le Mexique à mettre un terme à l’immigration clandestine et au trafic de drogues.

Mexico veut distinguer les dossiers immigration et économie

Les menaces proférées par Donald Trump ont vivement fait réagir le gouvernement mexicain, lequel a déploré que le Président américain mêle les deux sujets.

« Pour le gouvernement mexicain, il est très important de maintenir séparés les thèmes migratoires et commerciaux », a ainsi déclaré la ministre mexicaine de l’Economie Graciela Marquez Colin lors d’une conférence de presse.

Fret aérien  … pour alimenter l’industrie automobile US ?

Les exportateurs mexicains envisagent quant à eux d’expédier leurs marchandises aux États-Unis par fret aérien afin d’éviter une file de camions de 8 km à la frontière causée par le transfert des agents fédéraux US du contrôle de douane aux services de l’immigration.
Luis Aguirre, président de la chambre de commerce mexicaine a ainsi indiqué mardi dernier que parmi les entreprises mexicaines concernées , les fabricants de pièces automobiles et d’équipements médicaux envisageaient le fret aérien, plus coûteux, pour éviter des pénalités pour livraison tardive à des clients américains ou fermeture d’usines.

Rappelons en effet que les constructeurs automobiles et leurs fournisseurs utilisent généralement le fret aérien en dernier recours pour maintenir les chaînes de montage ouvertes en cas de pénurie de pièces.

L’avis de Leblogauto.com

Donald Trump aurait dû peut-être étudier l’impact de telles mesures avant de proférer de telles menaces et d’ »organiser » en quelque sorte un simili blocage de la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis en limitant le nombre d’agents disponibles pour effectuer le contrôle. Car au final, l’industrie automobile US pourrait être la grande perdante …. faute de pièces ou compte-tenu de la hausse des prix fournisseurs que cela pourrait engendrer.

Sans parler des sites mexicains de constructeurs US  … tel notamment Ford  et General Motors …

Les big three US – les trois grands groupes automobiles américains que sont GM, Ford et Fiat Chrysler –  motivent leur décision de produire certains de leurs modèles au Mexique en arguant que cela leur permet d’avoir recours à une main d’oeuvre bon marché. Selon eux, la réduction de charges ainsi générée leur permet de demeurer compétitifs au niveau prix face aux concurrences asiatique et européenne. Concurrences que Donald Trump affirme vouloir combattre ….

Sources : AFP, Automotive News

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "Trump menace le Mexique de taxes sur l’automobile"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
zeboss
Invité

Trump comme d’hab mélange absolument tout, histoire de noyer tous les poissons en même temps.
Pour fédérer sa base électorale (les red neck et les ultras conservateurs) il fait semblant de s’occuper des problèmes.
Au final personne ne sait qui gagnera quoi, toujours est il que les Ford, Gm et Chrysler perdent des plumes un peu partout dans le monde en ne vendant au final plus que des produits spécifiques au marché local US…

Invité

c’est surtout que plus Trump voit que sa stratégie du pitbull ne fonctionne pas, plus il surjoue le pitbull, croyant que ça finira bien par marcher ! Bref, il est en plein en train de se trumper !

beniot9888
Invité

Taxer ce qui est produit à l’extérieur semble être la seule solution que Trump connait pour redonner de la compétitivité aux entreprises américaines.

Pourquoi pas. Si je ne suis pas capable de faire mieux, je peux quand même te mettre des bâtons dans les roues ! Ça ne me rend pas meilleur, mais pendant un temps, ça marchera.

Faudra pas espérer exporter, par contre…

wizz
Membre
L’Union Européenne avait commencé avec des pays à peu près semblables sur le plan de l’économie. Par la suite, on a élargie l’UE aux pays de l’Europe de l’Est, avec des couts bien moindres. Les conséquences ont été très vite: les industriels se sont rapidement installés, non pas pour se développer, produire des biens de consommation adaptés au niveau de ces pays mais pour profiter de cette main d’oeuvre pas chère, tout en étant exempt de taxe d’importation puisque dans UE. Hongrie, Roumanie, Tchéquie…. Dans de telles conditions, élargir l’UE à la Turquie, au Maroc, avec une main d’oeuvre encore… Lire la suite >>
zafira500
Invité

« Quant à la Chine, personne ne souhaite son adhésion à l’UE »
Logique, la Chine n’est pas européenne, comme le Maroc d’ailleurs et, partiellement, la Turquie.
« Accordons un traité de libre échange avec la Chine, et on verra dans 10 ans s’il n’y aurait pas un ou plusieurs Trump en Europe…. »
Il y a quand même une très grosse différence entre le Mexique et la Chine, le Mexique ne risquera pas d’envahir les USA de produits high-tech pas cher avec l’appui de l’Etat.

Thibaut Emme
Admin
Un accord de libre échange revient pour les industriels peu ou prou au même 🙂 Avec en plus l’avantage de ne pas avoir à craindre pour le statut de travailleur détaché. On a d’immenses ligne de trains « directes » (22 jours entre la Chine et l’Espagne tout de même) qui remplacent l’avion, le bateau ou la route pour le fret. De quoi avoir l’impression d’avoir la Chine dans l’UE. Le « libre-échange » c’est bien quand il est à double sens, ou qu’il est limité à certains éléments. En France (plus largement dans les pays limitrophes) on faisait du textile, de l’acier, de… Lire la suite >>
wizz
Membre
zafira ne prends pas les mots à leur sens primaire mais considérer le sens, considérer le but du message le but du message est de comprendre comment se passent les choses lorsqu’il y a une énorme différence dans un pays, dans une zone économique. Comment vont se comporter les consommateurs face à une avalanche de produits pas cher? Comment vont se comporter les employeurs face à un afflux de travailleurs moins exigeant provenant d’un pays pauvre (ps: genre la peur de la concurrence déloyale du plombier polonais, ou plus réel, celle des routiers roumains/bulgares….)? Comment vont se comporter les entreprises… Lire la suite >>
wizz
Membre
https://www.francetvinfo.fr/monde/ameriques/etats-unis-quand-les-usines-partent-au-mexique_1391853.html article effrayant L’ouvrier chez Oreo gagnait 22€ l’heure. Les charges sociales et taxes sont faibles aux USA, et donc les prestations sociales aussi. Il y a beaucoup de choses qui sont gratuits ou presque pour un Français, mais dont l’Américain doit payer tout le cout réel de sa poche Le SMIC français est à 10€, avec beaucoup de charges et de taxes. En contre partie, c’est l’Etat providence. Et donc comme ordre de grandeur, en ayant un salaire de 22€, ces ouvriers vivraient à peu près comme un smicard français, chose dont tout le monde ici sur LBA et… Lire la suite >>
wizz
Membre
suite On a vu ci-dessus que gagner 22€ l’heure aux USA, ça ne permet pas de rouler sur l’or, pas beaucoup mieux que le smicard français. Et eux ne sont pas les plus à plaindre… https://inequality.org/great-divide/workers-highly-rewarded-ignore/  » Seven of the ten most common occupations in the U.S. have an average median wage below $15 an hour  » Dans 7 sur 10 activités les plus courantes aux USA, la moitié des gens y gagnent moins de 15$ .  » One in three workers earns less than $12 an hour, according to the report.  » 1/3 des travailleurs gagnent en dessous de… Lire la suite >>
zafira500
Invité
« Comment vont se comporter les consommateurs face à une avalanche de produits pas cher?  » Pas besoin d’être devin pour connaitre la réponse. « Comment vont se comporter les employeurs face à un afflux de travailleurs moins exigeant provenant d’un pays pauvre (ps: genre la peur de la concurrence déloyale du plombier polonais, ou plus réel, celle des routiers roumains/bulgares….) ». Pour les routiers, ajoutes les polonais et les lituaniens. Après, c’est l’UE – avec l’aval de nos politiques – qui l’a voulue, les ex-pays de l’Est ne sont pas les grands responsables de ce bazar. « Comment vont se comporter les entreprises… Lire la suite >>
labradaauto
Invité
c’est vogue sur la rengaine des infos tv courant majorité présidentielle made in France de taper sur la tête de Trump dès qu’il annonce la couleur. Où est la ligne blanche des « avec ou sans droits de douanes » ? et pareil pour Nous en Europe où nos Politiciens appointés eux, avec de l’argent public donnent des leçons de morale à qui est hostile à la ligne Lux/Belgium ? Si j’étais citoyen américain , je me poserais les mêmes questions que lambda ici en France. On s’étonne du Brexit ? Pour l’instant la GBP = 1,1655 € Demain non plus, on… Lire la suite >>
zeboss
Invité
ton raisonnement enchaine les logiques trump : c’est à cause des moins chers qu’on est moins compétitifs.. sauf que par exemple les allemands ou les hollandais aux couts bien supérieurs s’en sortent parfaitement en s’adaptant plus vite que nous… Les vilains canards ne sont pas toujours là où les croit sauf que pour ça faut ouvrir non pas ses chakras mais ses yeux… Évidemment des qu’un pays ne veut pas jouer aux mêmes règles que les autres ça fout un bordel monstre, cf l’Irlande qui triche sur la fiscalité des entreprises, le Portugal qui défiscalise les retraités, les Hongrois qui… Lire la suite >>
labradaauto
Invité

…. »ton raisonnement enchaine les logiques trump : c’est à cause des moins chers qu’on est moins compétitifs..  »
oui ! dans certaines régions qui prennent plus l’espace, on achète qu’un bas prix ! alors , oui c’est la course au bas prix. Meilleurs voeux à qui va garantir de la M….

Pauloshon
Invité

Normal, leur monnaie s’est dévaluée avec le passage à l’euro pendant que le Franc n’a cessé d’augmenter.

Un think tank allemand a montré le mois dernier que le l’adoption d’une monnaie commune coûte à chaque français rien de moins que 300 euros par mois.

wizz
Membre

le franc (français) n’a cessé de….couler, et ce jusqu’au passage à l’euro

http://ordrespontane.blogspot.com/2013/05/le-franc-de-1945-1998-le-serpent-et-le.html

greg
Invité

C’est oublier un petit détail : le franc était très vulnérable aux attaques de spéculateurs, et aurait succombé en 1992 sans l’intervention des allemands :
https://www.lexpress.fr/informations/comment-le-franc-fut-sauve_594678.html
L’Euro par contre n’a jamais eu ce problème.

zafira500
Invité

Décidément, Trump fait une vraie fixette sur le Mexique. En attendant, il doit être bien content d’avoir Maria et Conchita pour nettoyer son palace. Pathétique ce type.

wpDiscuz