Accueil Lincoln New York Auto Show : Lincoln Corsair

New York Auto Show : Lincoln Corsair

782
13
PARTAGER

La marque de luxe du groupe Ford affiche de grandes ambitions, notamment à l’international, avec ce nouveau SUV qui se positionne dans l’entrée de gamme Lincoln.

Ne l’appelez plus MKC

Basé sur la même plateforme que le SUV Escape de sa maison-mère, ce SUV « compact » (4,55 m tout de même) incarne la volonté de développement sur le marché mondial du label luxe de Ford, avec dans le viseur évidemment le marché chinois. Lincoln poursuit également le renouvellement de sa gamme avec l’adoption de noms plus évocateurs et symboliques que les appellations constituées de 3 lettres, qui singeaient les appellations des marques japonaises. Ainsi, après le MKX devenu Nautilus, Lincoln continue d’évoquer l’univers marin. Corsair, pour aller à l’assaut de nouveaux marchés plus porteurs ?

Alors que Ford a souffert en 2018 dans l’Empire du milieu avec un effondrement des ventes de 36%, celles de Lincoln ont connu une hausse de 2,2 %. Une opportunité chinoise donc pour contrebalancer les performances médiocres de Lincoln sur le marché national, dépassant légèrement la barre des 100 000 ventes, avec une chute de presque 7% en 2018. Ce modèle « Corsair » sera assemblé aux États-Unis mais également en Chine via une joint-venture. Le Corsair accompagne donc le développement de la production chinoise du constructeur américain, qui va s’intensifier d’ici 2022, alors que jusqu’à présent, les modèles étaient importés. La guerre commerciale USA-Chine et les tarifs douaniers sont passés par là…

Luxe et volupté

L’identité voulue par la marque correspond à des véhicules stylés, spacieux et silencieux. Il fut un temps où Lincoln voulait rivaliser avec les références germaniques, mais ce choix stratégique ne s’est pas révélé payant. Désormais, c’est la douceur et le calme à l’intérieur des véhicules qui sont prioritaires, bien davantage que la puissance et la sportivité, pour s’adapter aux exigences de son public cible. Côté style, le Corsair reprend évidemment la nouvelle identité de la marque et apparaît même comme un « baby Aviator ». Statutaire, sobre et élégant, plutôt dynamique avec son toit en pente, il confirme cette ambition « mondiale » et évite le décalage trop baroque (l’arrière fait quand même très German style)

Le Corsair bénéficie des dernières nouveautés technologiques maison, dont un système de suspension adaptatif avec prévisualisation de la route et prise en compte des conditions météorologiques. Les passagers bénéficieront aussi de sièges réglables dans 24 directions et massants, avec éclairages ambiants évolutifs (!) Ce soin apporté au confort intérieur passe aussi par la lutte contre le bruit, avec une isolation sonore renforcée entre l’habitacle et le compartiment moteur. A ce titre, les habituels « bips » des différents avertisseurs de sécurité ont été remplacés par des…mélodies enregistrés par l’orchestre symphonique de Détroit !

Bourré de technologie (avec une tablette tactile centrale de 8 pouces en version standard et 12,3 pouces en option) le Corsair lance dispose aussi la technologie « Phone as key », qui doit permettre aux utilisateurs d’accéder au véhicule sans utiliser de clé ou d’avoir la clé n’importe où à proximité du véhicule. Via une application mobile, le véhicule est capable de détecter un téléphone dans une poche ou un sac et de laisser le conducteur et les passagers monter à bord du véhicule.

Et dans le ventre ?

La puissance et les performances ne sont pas du tout une priorité. Le Corsair sera proposé au départ dans deux versions essence classiques, avec une 4 cylindres turbocompressé de 2,0 litres développant 250 chevaux et une autre de 2,3 litres délivrant 280 ch. Les deux moteurs sont livrés avec une transmission automatique à 8 vitesses. L’hybridation devrait être proposée d’ici un an en plug-in, mais aucune information plus précise n’a filtré. Quant au tout électrique, rien de concret n’a été annoncé.

Le Corsair se positionne en rival des Mercedes-Benz GLC, Acura RDX et Lexus NX.

Images : Lincoln

 

Poster un Commentaire

13 Commentaires sur "New York Auto Show : Lincoln Corsair"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
SAM
Invité

Il y a du Range Rover Sport dans son profil bodybuildé!
Lincoln doit sa survie à son offensive SUV …
abandonnant les berlines qui ont fait sa gloire!

Guill
Invité

Ce sont plutôt les clients qui les abandonnent car la Continental est bien là.

lataupe2B
Invité

D’accord avec SAM . C’est la première chose qui marque. Je suis pas très SUV mais celui-ci peut avoir sa place en Europe. Manque sans doute des motorisations adaptées.

SGL
Invité

Un Diesel !?

wizz
Membre

à noter que pour un SUV de ce gabarit, sur le marché US, Ford n’a pas jugé nécessaire d’y mettre un moteur plus gros : un 4 pattes suffit…

SGL
Invité

Décidément, la perte des grosses cylindrées (et de puissance accessoirement) toucherait déjà les USA !?
6 et 8 cylindres finasseront par se faire rare même aux USA !

pat d pau
Invité

ca fait deja un bout de temps, plsuieurs années.

koko
Invité

Arretez de vous enfoncer…
C’est quand même un véhicule taillé pour l’international et produit entre autre en Chine.
Son cousin est le ford escape (kuga chez nous). Ça reste un « petit » modèle dans l’offre suv du groupe ford.

Hotil
Invité

J’ai toujours eu un faible pour Lincoln
C’est luxueux et original sans être torturé comme dans le genre Lexus
Mais il manque un brin de personnalité: la continental pompe trop sur Bentley, l’aviator sur le range rover et ici l’arrière fait très Audi ou même ds7
Ça n’enlève rien à la qualité des voitures mais c’est dommage

Et je suis d’accord sur es moteurs: on critique DS et Psa sur l’absence de moteurs à forte cylindrée, mais finalement presque personne ne vend de v6 ou v8 aujourd’hui , c’est de la niche

Francois
Invité

Compte tenu de la popularité des pick-ups pleine grandeur aux USA, qualifier les ventes de V6 ou V8 de « niche’ Est un brin exagéré. Pour les berlines jusqu’au segment D et les petits SUV, la tendance est à la baisse il est vrai.

Hotil
Invité

Ca reste une niche nord américaine
Les autres pays achètent mais pas avec les mêmes moteurs
Quand on croise’ une Audi ou Mercedes dans la rue, c’est 90% du temps une 4 cyl
Les v6 et v8 sont excellents pour l’image, mais ça ne fait pas du volume

gigi4lm
Membre

A noter qu’il a déjà existé une Ford Corsair dans les années 60 ou 70 (Anglaise il me semble)

wpDiscuz