Accueil F1 F1 2019 Chine Debrief: les Mercedes ont-elle tué la concurrence?

F1 2019 Chine Debrief: les Mercedes ont-elle tué la concurrence?

1618
24
PARTAGER

Pour fêter la millième course de l’histoire, nous attendions des feux d’artifices, du spectacle, une fête inoubliable pour souffler les mille bougies. Pour ce debrief, malheureusement, il n’en fut rien. On a beau chercher à se rattraper aux branches, la chute du plaisir fut inévitable. Reste néanmoins un panel d’éléments à regarder. Cette domination sans partage de Mercedes est elle le présage d’une saison à sens unique?

La course: un énorme ronflement

Tellement peu de choses à se mettre sous la dent. Le départ nous a donné le vainqueur à la fin du premier virage. Il a beau être long, ce n’est que trop peu sur deux heures de course. Ah si, la petite passe d’arme, Vettel/ Verstappen et l’étude scientifique vérifiant que la circonférence d’un cercle est bien égale à 2 x Pi x r. Ceux qui avaient fait la fête le samedi soir pouvait tranquillement terminer leur nuit, ou rattraper un peu de sommeil.

Une millième qualif, au millième.

Pourtant le samedi pouvait laisser espérer tellement mieux. La première ligne qui se tient en quelques millièmes. Avec des Ferrari en embuscade et leur grosse vitesse de pointe pour dépasser les Mercedes, dans les premiers tours. Mais tout cela ne fut qu’un doux rêve.

Les Mercedes ont-elles déjà tué le championnat?

Etablir de nouveaux records l’année ou tout le monde présageait Ferrari tout en haut de la feuille. Ces derniers ont décidé de multiplier les doublés tel Jesus ou Rocky les pains.

Un meilleur choix dans les réglages, un gentleman agreement entre les pilotes s’interdisant toute attaque entre eux (comme en Australie). La performance d’ensemble fut d’une maitrise incroyable, aucune inquiétude couvrant sans difficulté les stratégies adverses. L’écart au championnat constructeur est déjà conséquent et la principale menace (Ferrari) trouve toujours le moyen de se retrouver tout ou en partie derrière Max, ce qui minimise la fonction de profit.

Hamilton, à la dérive le vendredi trouve toujours le moyen de gagner. Bottas montre qu’il est définitivement à son meilleur niveau et qu’il ne faudra pas l’oublier dès qu’il faudra mener des calculs pour le championnat.

Ferrari et l’art de s’auto-saborder.

Certes, le choix de moins charger en aéro que Mercedes n’était pas payant mais mon dieu, faites quelque chose au niveau des stratégies. Arrêtez de subir la course!

En piégeant Leclerc à travers une consigne qui nous a montré que Vettel n’avait in fine pas plus d’arguments à fournir. Un non sens pour cette consigne qui n’est pas une première, loin de là.

Sans compter la capacité de Ferrari à subir la course, en témoigne l’undercut réussit par Red Bull. De même pour la seconde vague d’arrêts qui douche définitivement les espoirs de quatrième place de Leclerc.

Ils ont mal dérivé leur fonction, et sont incapables de maximiser leurs points et de tenir la dragée à Mercedes. Résultat, après trois courses Ferrari semble à la dérive.

Red Bull à l’abordage

L’avantage d’avoir un pilote de l’accabit de Max Verstappen, c’est qu’il a un niveau d’agressivité (dans le bon sens du terme) qui permet aux stratèges d’avoir de l’imagination et de renverser la stratégie pour optimiser leur rendement. Ils étaient très clairement la troisième force ce weekend mais ont réussi à intercaler leur voiture entre les Ferrari et ce fut drolement bien joué. Ils nous ont offert par ailleurs le seul moment frisson de la course. On les remerciera pour ça.

Gasly, c’est mieux, mais la comparaison reste rude. Le point du record du tour en course lui donnera un peu de confiance. La courbe de progrès est ascendante, c’est positif. Le calcul devrait le confirmer, une petite intégrale pour prouver que la probabilité que son intégration se fera est très élevée.

Les deux Renault verront-elles un jour ensemble les damiers?

Daniel retrouve un beau sourire, on est certes très loin du « shoey » mais il se retrouve dans la position du meilleur des autres et on en attend pas moins de lui. Mais comme toujours, la courbe est sinusoïdale, lorsqu’un côté du garage est en haut, l’autre est en bas, Hulkenberg ne voit pas la fin. Quatre abandons en trois courses, c’est beaucoup trop. Pour ce qui est du rythme, l’impression que l’écart s’est creusé avec ceux de devant est effrayant.

Haas, toujours des problèmes en course.

En qualifications, ça fanfaronne, mais en course, que c’est dur. Malgré les deux arrêts, ils ont été incapables de suivre les rythmes des monoplaces à un seul arrêt. C’est décevant surtout au vu du rythme potentiel. A l’arrivée, c’est peu de points.

Kimi, le plus régulier des autres.

Certains se réjouissent de la nouvelle saison de Game of Thrones, les suiveurs avisés de la F1 savent que l’hiver est déjà là. « Kimi is coming » et prends les points au passage.

Mclaren et l’affaire Skripal 2.0

En envoyant le missile russe Kvyat sur les sujets de sa majesté. Vladimir Poutine a empêché les Mclaren de signer un résultat. Que la géopolitique est cruelle! A moins de ne sombrer moi-même dans une forme de complotisme…

Après cela, rien n’était possible pour les bolides orange. Ils semblaient moins à l’aise qu’il y a deux semaines. Attention au syndrome de l’an dernier ou les performances ont décliné.

Les remontants

Perez et son départ canon lui a permis de gagner quatre places, son rythme lui a permis d’y rester. C’est solide et c’est du Perez comme on l’aime.

Albon, ce fut très bon. En partant de la ligne des stands en gérant ses gommes de bien belle façon. Sans oublier sa gestion des drapeaux bleus lui permettant de se protéger de Grosjean dans les derniers tours. Une méthode de vieux briscard pour le rookie et ça rapporte un très beau point. Une belle « Ralbontada » en somme.

Et Williams

A part jouer dans leur coin, pas grand-chose à ajouter. Leur meilleur résultat sera conditionné par le nombre d’abandon. Kubica semble se rapprocher de son équipier en performance pure. Mais c’est toujours derrière. En mathématique, leur fonction serait au minimum d’une parabole. Reste à définir le moment ou la courbe commencera à remonter.

Conclusion.

Un contenu pas folichon, pas de suspense, pas de drame. C’était une millième triste. Surtout lorsque l’on voit les spectacles du 900ème grand prix par exemple. Entre Mercedes et sa précision chirurgicale et le sabordage de Ferrari. Voilà, un début de saison qui aura le mérite de nous surprendre. Quant au milieu de peloton, l’indécision semble toujours de mise. Ceux qui semblent les plus performants ne confirment pas l’essai.

Dans quinze jours, la F1 pose ses valises à Baku ou nous avons toujours eu droit à du spectacle. La victoire de Ricciardo, le podium de Stroll, le contact Vettel/ Hamilton, la crevaison du leader Bottas. Prions tous ensemble pour du spectacle!

Poster un Commentaire

24 Commentaires sur "F1 2019 Chine Debrief: les Mercedes ont-elle tué la concurrence?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
zak
Invité

C’est une analyse intéressante et pertinente. Merci. J’espère vraiment que Ferrari et Red Bull seront capables de contrer un peu Mercédès durant le championnat.

4aplat
Invité

Certains donnaient le championnat aux rouges apres les essais a Barcelone …
Les 3 premiers GP confirment que les Mercedes sont au dessus du lot et que Ferrari est a nouveau derrière , surtout en stategie .

zafira500
Invité

Les essais hivernaux ne veulent rien dire, d’autant que certaines équipes sont passées maîtresses dans l’art de l’intox.

wizz
Membre

au fait, à propos d’essais hivernaux, on n’a pas entendu azzurra, qui « chantait » beaucoup lorsque Ferrari montrait un fort potentiel, voire dominait durant ces essais…..(avant de se faire silence après quelques courses, lorsque Mercedes montrait la vraie capacité de leur voitures)

lataupe2B
Invité

Ferrari sera toujours derrière tant que cette équipe sera gérée à l’italienne. Il faudrait un Todt pour remettre Ferrari sur les rails

zafira500
Invité

Je te rappelle quand même que Jean Todt était arrivé chez Ferrari en 1993 mais que la Scuderia a de nouveau remporté le titre – constructeur – qu’en 1999 (six ans tout de même). Non, ce qui manque à Ferrari c’est un trio à la Brawn/Byrne/Schumacher.
J’adore au passage l’excuse de la « gestion à l’italienne », oubliant que l’équipe et a toujours été majoritairement constituée de transalpins, contrairement à Mercedes – entre autres – qui n’est allemande que de nom.

Lovehornby
Invité

Qu’elle va être longue encore cette saison…
Heureusement qu’il reste le moto GP !

Thibaut Emme
Admin

Avec comme suspense…est-ce que Marquez va gagner avec 1min d’avance ou tomber… 😉

Lovehornby
Invité

3 GP, trois gagnants différents. Marquez 4ème au classement. Jamais de doublé d’une écurie parce qu’elle surclasse les autres. Plus de dépassements en un GP qu’en une saison de F1. Un pilote de 40 ans qui joue aux avants postes.
Je reste nostalgique du passé des F1, mais ces dernières années dur de ne pas piquer du nez avec la digestion…

Thibaut Emme
Admin
Pour ce début d’année oui. Mais la domination de marquez n’est pas un mythe malheureusement (je suis fan du pilot de 40 ans 😀 ). Je taquinais un peu car le Moto GP fonctionne aussi par « vague » de domination, d’un pilote ou d’une marque. 😉 L’an passé en F1 on a 5 vainqueurs différents (on aurait pu avoir 6 si Bottas n’avais pas raté le coche) avec la victoire d’un pilote de 39 ans 😛 En 2017 on en a 5 différents aussi et là aussi pour 3 constructeurs différents. Ah ben comme le Moto GP en fait 😉 Sur… Lire la suite >>
zafira500
Invité

@Thibaut Emme.
Valentino Rossi? Le meilleur tout simplement (et le plus sympa).

Fred21
Invité

Moi aussi, je suis supporter du « vieux » et même quand il était jeune.

wizz
Membre

Rossi est un compétiteur. Et à ce niveau là, ils ont tous un égo démesuré. Ils sont tous plus ou moins sympa, mais aussi plus ou moins pute, sur la piste ou en dehors. A ce niveau là, pour parvenir à ce niveau là, c’est sans pitié…

Lovehornby
Invité

Alors Lorenzo devrais finir deuxième derrière Marquez quand il gagne et premier quand il tombe si c’était comme en F1 !
On en reparle en fin de championnat…😉

Thibaut Emme
Admin

😀 Bottas ou même Vettel ont-ils toujours fait 1er ou 2nd l’an dernier ou même en 2017 ? 😉

lataupe2B
Invité

Zafira500 gestion a l’italienne c’est un ensemble même si il y a des non transalpins dans l’équipe. C’est culturel. La scuderia est dirigée aussi par la presse et les tifosis. C’est plus sensible en Italie qu’ailleurs. Quand à l’impulsion que Todt a donné elle est indiscutable et correspond aussi à l’époque dont vous parlez.

zafira500
Invité

Peut-être, mais il faut néanmoins rappeler que la Scuderia a été par le passé sacrée avec une gestion « à l’italienne ». De plus, si Ferrari a loupé le coche la saison passée, alors qu’elle avait la meilleure monoplace du plateau, ce n’est pas du au seul fait de la gestion (n’est-ce pas Vettel?).
J’oubliais au passage que sans son problème à Sakhir, Leclerc empochait sa première victoire.

wpDiscuz