Accueil Finance Emboutisseur Steva (Haute-Vienne): un ex-Fonderie du Poitou intéressé

Emboutisseur Steva (Haute-Vienne): un ex-Fonderie du Poitou intéressé

691
7
PARTAGER
Steva_Limousin

Selon une source syndicale, il y aurait deux candidats à la reprise de Steva Limousin à Bessines-sur-Gartempe. L’un deux est un ancien patron de Fonderie du Poitou, elle aussi en redressement judiciaire.

C’est à Lyon, au Tribunal de Commerce, qu’est placé le dossier du redressement judiciaire de Steva Limousin. L’usine de 110 salariés à Bessines-sur-Gartempe (Haute-Vienne) est en redressement judiciaire depuis près d’une année. Comme bon nombre de sous-traitants automobile, Steva Limousin (entité du groupe Steva) connait des jours sombres.

Pourtant Steva fait un travail très apprécié par ses clients dont PSA par exemple ou les Automobiles Chatenet dont le siège, situé à Pierre-Buffière ne se trouve qu’à 52 km de l’usine Steva. Surtout, comme pratiquement toutes ces usines, c’est la survie d’une région qui est en jeu. 110 emplois directs et beaucoup plus d’indirects.

Le monde industriel est relativement petit et on a donc l’ancien Président de Fonderie du Poitou qui présente un dossier de reprise.

Force Ouvrière a une préférence

Selon Bruno Grimaux, secrétaire du comité d’entreprise et délégué FO de Steva, l’un des deux candidats est la société « F2J Reman Chaumont », fabricant de moteurs et de turbines présidé par Jérôme Rubinstein, qui présidait Fonderie du Poitou Fonte (FPF).

FPF, sous-traitant automobile basé dans la Vienne, fait actuellement l’objet de trois offres de reprise, conjointement avec l’usine mitoyenne de Saint-Jean Industries Alu, dont une du géant britannique Liberty House.

Selon Bruno Grimaux (FO), ces repreneurs potentiels ont fait « bonne impression » à l’administratrice judiciaire ainsi qu’au directeur et aux élus de Steva. Leur offre porte sur la conservation de 80 emplois mais elle est « améliorable à 90 personnes ».

AFP

Une décision avant le 5 juillet

Visiblement, la préférence de FO va vers ce repreneur puisque Bruno Grimaux considère que MDI Technologies, société d’ingénierie de Rouen, qui a présenté un autre dossier de reprise avec conservation de 100 emplois, a un projet « pas très sérieux ». Quant à l’actuel PDG, Philippe Lassablière, qui a aussi présenté un projet de reprise a vu sa proposition refusée par le Tribunal de Commerce de Lyon.

Désormais rendez-vous le 24 avril avec la présentation des garanties financières des dossiers. La reprise, si reprise il y a, devra intervenir avant le 5 juillet selon la décision du Tribunal de Commerce de Lyon.

En France, il existe des centaines de sites industriels comme Steva ou Fonderie du Poitou qui sont en grandes difficultés. Beaucoup sont issus de la désindustrialisation progressive de la France. Certains réussissent à se sortir d’une trop grande dépendance à un gros client ou un secteur particulier, d’autres non. De plus en plus, ces conflits ou redressements judiciaires sont médiatisés comme l’a par exemple été le cas GM&S dans la Creuse.

Bessines-sur-Gartempe, La Souterraine, destins croisés

D’ailleurs, GM&S, devenu LSI (La Souterraine Industrie) depuis la reprise par GMD continue son bonhomme de chemin. La cellule de reclassement s’est terminée le 27 mars dernier avec sur les 156 personnes non reprises par GMD, 67 qui ont trouvé un nouvel emploi, mais 50 qui restent sans solution et vont désormais être suivis par Pôle Emploi.

Steva Limousin et GM&S ont des destins croisés. Au début des années 90, le site de Bessines sur Gartempe est choisi pour créer une usine d’emboutissage et pallier la fermeture des mines d’uranium de la Cogéma. Le site de Bessines comme celui de La Souterraine appartiennent alors à la SER. Les deux sites changent de mains Aries Industries puis Wagon Automotive puis Sonas (créée par un ancien de Wagon). Déjà les plans se succèdent. On est en 2006.

2 ans plus tard Sonas est placé en redressement et les sites changent encore de propriétaire pour le groupe Halberg qui devient Altia peu après. En fait, tous ces propriétaires successifs épuisent la trésorerie des sites. En 2014, la destinée des deux sites se sépare. GM&S rachète la Souterraine, et Steva rachète Bessines.

Illustration : Google

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Emboutisseur Steva (Haute-Vienne): un ex-Fonderie du Poitou intéressé"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
pat d pau
Invité

Liberty House, Altia.. tout ce ptit monde magnifique..
https://www.usinenouvelle.com/article/altia-le-fiasco-qui-embarrasse-la-bpi.N283363

Alex
Invité

Je n’y connais rien en reprise d’entreprise mais peut-on faire confiance en la reprise de cette entreprise par une personne dont sa precedente entreprise est en redressement ?

Ozzzzz14
Invité

F2J Reman Chaumont est une filiale de CATERPILLAR, c’est donc un candidat sérieux je pense (du moins avec les reins solides normalement).
Leur secteur de la rénovation (échange standard) est dans l’air du temps. Ca peut être un beau projet…espérons-le pour eux (et pour nous).

wpDiscuz