Accueil Citroën Citroën mise sur l’Inde pour son développement mondial

Citroën mise sur l’Inde pour son développement mondial

586
16
PARTAGER
Inde C5

Carlos Tavares veut amplifier et accélérer la stratégie de reconquête du groupe PSA, impulsée en 2016 avec le plan Push to Pass qui entre désormais dans sa seconde phase. Alors que Peugeot ambitionne de revenir aux États-Unis mais cherche un partenaire après avoir été éconduit par FCA, Citroën se voit confier comme mission d’investir le marché indien.

L’Orient compliqué

Trop dépendant du marché Européen, PSA se doit de prendre de l’envergure sur les autres marchés internationaux. Or, force est de constater que la stratégie de développement en Chine a été un échec. Les ventes ont reculé de 33%, certes sur un marché en contraction, mais dans des proportions bien plus fortes que la tendance générale. PSA tente de réagir, en investissant le marché de l’occasion chinois car 2018 fut l’annus horribilis.

En termes de ventes, l’Inde représente par contre un levier de croissance intéressant pour le groupe qui, à ce jour, en est absent :  le marché indien a terminé 2018 avec une hausse de 4,3% et 3,33 millions de voitures vendues, ce qui en fait à présent le 5ème marché mondial en matière de voitures particulières. Le communiqué de presse officiel de Citroën vante d’ailleurs les mérites d’un pays émergent plein de promesses, qui, avec un taux d’équipement actuel de seulement 40 voitures pour 1 000 habitants mais une classe moyenne qui devrait croitre de 75% d’ici 2025 (passant de 63 à 110 millions d’Indiens), offrira des perspectives de croissance majeures. A condition que la croissance soit durable.

Push to pass, mais Step by step

L’arrivée officielle de Citroën en Inde a été confirmée aujourd’hui lors d’une conférence qui s’est tenue à Chennai en présence de Carlos Tavares, Linda Jackson, Emmanuel Delay, Directeur de la région Inde-Pacifique du Groupe PSA et Roland Bouchara, Directeur Vente et Marketing de Citroën Inde.

Pour Linda Jackson, Directrice Générale de Citroën :
« Lancer une marque sur un nouveau marché aussi important que l’Inde est une expérience unique et passionnante. Par son audace et sa capacité à s’inspirer des modes de vie de ses clients, je suis convaincue que Citroën a tous les atouts pour séduire la clientèle indienne. Nous nous en donnons les moyens avec l’ambition d’être ‘Indien en Inde, tant sur le volet industriel avec les deux JV locales, que sur la nouvelle offre produit que nous inaugurerons dans le pays, en capitalisant sur les recettes qui font notre succès en Europe. »

En effet, l’implantation va se faire à travers deux joint-ventures conclues avec les sociétés du Groupe CK Birla (assemblage & distribution des voitures, et fabrication de groupes motopropulseurs). A l’horizon 2021, l’Inde deviendra ainsi le fer de lance d’une nouvelle gamme de modèles à vocation internationale qui s’inscrit dans un programme baptisé « C Cubed » (C au cube) par les chevrons, avec trois C pou Cool (design et identité forte des modèles), Comfort (pour mettre en valeur l’ADN de la marque basé sur le bien-être à bord) et Clever (simply, comme Skoda ?), en référence à l’intelligence de conception et au haut niveau d’intégration locale. En attendant ces nouveaux modèles et les « made in India », qui seront lancés au rythme d’un par an, l’offensive indienne débutera dès 2020 avec le Nouveau SUV C5 Aircross.

Histoire de nuancer un peu le ton dithyrambique du communiqué, les objectifs demeurent modestes pour l’instant, à hauteur de 60 000 véhicules annuels. A Genève, Carlos Tavares rappelait que les ressources encore « limitées » induisaient que PSA « commence petit ».

L’avis de leblogauto.com

PSA doit nécessairement s’internationaliser. L’Inde pourrait constituer à terme un nouvel eldorado automobile, même si de nombreux facteurs freinent encore la capacité de ce marché émergent à décoller réellement. Contrairement à la Chine, peu de gros constructeurs étrangers ont vraiment réussi à y percer, ce qui donne une opportunité à PSA. Mais rien ne sert de courir, il faut arriver à point. Il faudra retenir les leçons de la Chine, où Citroën était pourtant l’un des pionniers…

 

Source et image : Citroën

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Citroën mise sur l’Inde pour son développement mondial"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Invité

c’est moi où le marché indien est peut être encore plus compliqué que le marché chinois ?

Gautier Bottet
Editor

En effet, le marché indien est très compliqué, avec des besoins très spécifiques, dont beaucoup de petites voitures spécifiques en raison de la limite fiscale à 4 mètres.

mko
Invité

Je pense oui en Chine SUV et électrique en Inde… petite voiture très techno pas chère ? Bref les français se cassent les dents sur ces eux marches pourtant énormes

hemgeb
Invité

Dans mon imaginaire, j’aurai plus pensé à la C1 et la C3 pour pénétrer le marché indiens.

Gautier Bottet
Editor

En théorie, avec ses 3996 mm, la C3 aurait convenu. Mais la C1 serait en revanche sans doute encore trop chère sur ce marché par rapport à sa taille. En outre, PSA n’a sans doute pas le droit de produire seul la C1 dans une autre usine que celle partagée avec Toyota… Citroën préfère attaquer le marché par le haut, ce qui peut aussi être une bonne stratégie, Cf les bonnes ventes de Jeep et Toyota.

greg
Invité
La C1 serait une très mauvaise idée… La voiture est très compacte certes, mais peu habitable, avec quasi aucun espace de rangement, et une finition qui reste en-deçà des stars du segment rien qu’en Europe. Si l’on compare avec une des stars du segment, la Grand i10, on un grand coffre (2x plus de place), beaucoup d’espaces de rangement (on peut mettre une bouteille d’eau dans chaque porte, tout sauf anodin vu que peu de clients achètent la clim), 4 vitres descendantes (sur la C1 il n’y en a que deux…), aucune tôle visible, des sièges confortables, une bien meilleure… Lire la suite >>
SGL
Invité

Je crois que pour « être bien » en Inde et faut soit faire du low-cost sous les 4 m, la Logan fut un échec là-bas à cause de sa taille, soit faire du haut de gamme branchée pour la nouvelle classe moyenne.
La C1 et la C3 sont soit trop chères et sophistiqué soit pas assez haut de gamme et trop basique pour être intéressant.

Seb
Invité

Dans 1 ans on aprend que ces clowns ferment une autre usine en France pour construire sur place et payer les ouvriers locaux une misère ….

Gautier Bottet
Editor

Jusqu’à présent, tous les constructeurs qui avaient tenté de produire en Inde pour importer en Europe ont rapatrié leur production en Europe (ou Turquie). Les usines indiennes alimentent le marché local, et tout le pourtour de l’océan indien.

Yorgle
Invité

Sauf Ford et la Ka+ 😉

wizz
Membre
produire en Grande Bretagne post-brexit ou produire en Inde, c’est pareil : standard OMC, 10% de taxe d’importation. Ce n’est pas pour rien si les Anglais essaient d’avoir le beurre et l’argent du beurre (je me casse de l’UE, tout en conservant l’accès libre au marché européen) afin de ne pas fragiliser son industrie automobile, afin de ne pas être pénalisé par cette taxe d’importation. Il en est donc de même pour l’Inde. Tout ce qu’on gagne, c’est sur le plan cout main d’oeuvre et norme laxiste de l’usine, mais en contre partie un gros cout de transport et d’argent… Lire la suite >>
Thomas
Invité

C’est plutôt toi le clown Seb 😀

Stabak
Invité

Au final on n’en sait toujours pas plus à propos du rachat de la marque Ambassador il y a deux ans?

La nouvelle gamme qui doit être conçue spécifiquement pour le marché Indien est peut être en rapport?

Une berline Ambassador by Citroën, pas chère, rustique, mais sans renier sur la technologie Est peut-être dans les cartons?

Thomas
Invité

J’ai lu en rumeur qu’Ambassador pourrait se concentrer exclusivement sur des véhicules à moteurs d’aspirateur(finie la voiture style fifties/sixties sympathique conduite par des taxis entr’autres) 🙁

wpDiscuz