Accueil PSA Normes CO2 de l’UE : Tavares (PSA) redoute le pire

Normes CO2 de l’UE : Tavares (PSA) redoute le pire

1686
44
PARTAGER

Carlos Tavares, le président du directoire de PSA est clairement remonté contre l’Union européenne. S’exprimant dans le cadre d’un entretien au Figaro, le patron du groupe automobile a ouvertement critiqué la volonté de la Commission européenne de réduire les émissions de CO2 de manière drastique. Avertissant d’ores et déjà qu’une telle politique risque de fragiliser une filière automobile employant 13 millions de personnes. Chantage à l’emploi ? Que nenni affirme Tavares …

L’industrie automobile européenne mise en péril par l’UE selon Tavares

Alors qu’en décembre dernier, les élus du Parlement européen et ceux des pays membres se sont entendus après moult tergiversations sur une réduction d’ici 2030 des émissions globales de gaz à effet de serre au sein de l’UE de 37,5% pour les voitures de tourisme et de 31% pour les utilitaires, Carlos Tavares juge de telles normes très négatives.

« Le vote du Parlement européen est un vote contre l’industrie européenne   » estime ainsi Tavares. Selon lui, « le chemin qui est pris » conduit les constructeurs « dans l’impasse ». Une situation qui sera à terme « très douloureu[se] (s’)alarme-t-il.

Des propos tenus en temps que patron de PSA mais également en tant que président de l’Acea (Association des constructeurs européens d’automobiles).

Ce qui lui donne « l’occasion » d’enfoncer le clou, en affirmant que la politique européenne mettait en péril les 13 millions de personnes qui travaillent dans l’industrie automobile. Pire encore, selon lui, les orientations prises vont « très certainement  déstabiliser les sociétés européennes ». Laissant ainsi planer le spectre d‘un effet domino des difficultés économiques de l’industrie automobile sur l’économie européenne dans son ensemble.

Des Etats réellement capables de financer les innovations ?

Le patron de PSA s’interroge également sur les réelles capacités des différents Etats à financer les investissements colossaux nécessités par le passage à l’électrique. « Comment les États, exsangues, au bout de leurs capacités d’endettement, de déficit et de pression fiscale, trouveront-ils l’argent pour financer les réseaux de chargement ?« , s’interroge ainsi Carlos Tavares.

Renvoyant ainsi en quelque sorte dans leurs buts l’Union européenne – et ses exigences en matière du taux d’endettement des pays membres – et les gouvernements des différents Etats, confrontés à des déficits budgétaires colossaux. Sans oublier au passage de tacler à demi mots Emmanuel Macron, mis à mal par la fronde des Gilets jaunes dont les revendications s’avèrent de plus en plus liées à la fiscalité.  Et ce, alors même  que la France est pointée du doigt par l’UE  sur le non-respect des exigences européennes en matière de déficit public …

Une transition vers l’électrique nécessitant un « pilotage stratégique »

Sans vouloir ouvertement remettre en question la transition vers des véhicules électriques, Carlos Tavares considère toutefois que cette étape majeure nécessite « un pilotage stratégique ».

Une déclaration s’adressant directement aux gouvernements de France et d’Allemagne. Lesquels ont promis en février dernier de mener une politique industrielle volontariste dans le domaine des véhicules électriques. Laquelle prévoit en tout premier lieu la mise en place d’un « Airbus des Batteries », consortium qui serait mis en place afin de produire des batteries pour les véhicules électriques à travers un investissement commun de 1,7 milliard d’euros.

Objectif : lutter contre la concurrence chinoise qui grignote chaque jour un peu plus ce marché, poussant les constructeurs européens à être dépendants des fabricants chinois pour un élément clé de toute voiture électrique. Le prix de cette dernière étant très fortement lié au coût de sa batterie.

Un Airbus des batteries irréalisable ?

En ce qui concerne tout particulièrement le sujet lié à l’Airbus des batteries, Carlos Tavares s’avère quelque peu sceptique. Redoutant qu’il ne s’agisse que de simples promesses irréalistes …. et surtout irréalisables. Pointant du doigt l’aspect politique du dossier ainsi que le volet financier et les rivalités industrielles entre France et Allemagne notamment. « Nous avons étudié le sujet. Le capital initial nécessaire est colossal », estime ainsi le patron de PSA.

Mais selon lui, la réussite du projet – voire sa concrétisation ? – dépendra de l’attitude des autorités européennes vis-à-vis de l’application des règles concernant les aides des Etats.

« L’Union européenne sera-t-elle capable de s’élever à ce niveau de vision stratégique, au-delà des simples règles de concurrence intracommunautaires ? », s’interroge-t-il.

De longues tractations et des positions divergentes

Pendant de longs mois, le 28 membres de l’UE ont été divisés sur le niveau d’efforts qu’ils allaient exiger du secteur automobile en terme de réduction d’ici 2030 des émissions globales de gaz à effet de serre.
Début octobre, le Parlement européen s’était prononcé pour une baisse de 40% des émissions de CO2 des voitures et utilitaires de moins de 3,5 tonnes d’ici 2030. L’Acea (Association des constructeurs européens d’automobiles) plaidait quant à elle en faveur d’une réduction de 20%, tandis que la Commission européenne souhaitait l’application d’une baisse de 30%.

L’avis de Leblogauto.com

Quant on vous dit qu’il ne s’agit aucunement d’un chantage à l’emploi ! A moins que cela ne soit un retour de boomerang ? Le diesel bashing pouvant certes un temps conduire au renouvellement d’un parc automobile – contexte favorisant les ventes – mais aboutissant au final à une réduction d’emplois, les motorisations électriques nécessitant des moyens de production inférieurs à ceux des moteurs thermiques et moins de services après-vente.

A noter également que ce discours est prononcé à l’ouverture du Salon de Genève durant lequel les constructeurs vont devoir affirmer leur stratégie industrielle, fortement perturbée par le développement de nouvelles motorisations électriques et hybrides, dont l’essor est dû en grande partie à la mise en place de ces nouvelles normes.

Une contrainte qui impose des investissements majeurs et constitue pour eux un très important défi financier. Certains pourraient ne pas s’en relever ?

Sources : Reuters, Le Figaro

Poster un Commentaire

44 Commentaires sur "Normes CO2 de l’UE : Tavares (PSA) redoute le pire"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
r.burns
Invité

Le prétexte écologique est bien pratique pour camoufler la surtaxation rackettant les clients …qui n’en sont plus !
Il est donc trop tard pour sonner la tirette d’alarme, des mesurettes feront illusion, au mieux.

Will
Invité

« sonner la tirette d’alarme » c’est une inattention ou une phrase de footballer ? :p

labradaauto
Invité

Carlos Tavares voit juste et parle franc. C’est 1 peu comme si la Chine se mettait à gouverner la planète par voie de conséquences par toujours euphoriques

ART
Invité

L’airbus des batteries ?! Encore du pompeux et grandiloquent qui rappelle il y a quelques années la même que l’on nous a enfilé concernant le Cloud souverain… On a vu ce qu’il est advenu…

Pour le reste, en effet, c’est se flinguer sur l’ingénierie…

nouh
Invité

Le dérèglement climatique viendra à bout des tergiversations politico/économico/écologiques qui ne mènent à rien et hélas pour nos enfants, au moment de réagir, il sera trop tard.
Le monde actuelle, basé sur la croissance, la vision à court terme et le jetable est en fin de vie, mais comme il est roi il survit encore et encore, inexorablement……

AQW
Invité
Chantage à l’emploi ? Il semble plutôt qu’il voit venir la fuite des clients. Quand l’UE impose les VE, flingue le diesel, les constructeurs vont s’aligner. Mais les clients, avec des VE hors de prix et à l’autonomie limitée en conditions réelles, quand ce ne sera pas tous les prix qui augmenteront pour payer les 95€/g/v, qu’est ce qu’ils vont faire ? Ils vont garder leur véhicule actuel, l’entretenir et attendre que le déluge passe. Le marché qui quitte déjà un point haut de cycle dans toutes les zones, va s’écrouler, et tous les constructeurs vont dégraisser à mort pour… Lire la suite >>
labradaauto
Invité

le boucherie est la partie présentoir. c’est propre. Je vois plutôt l’abattoir et des gilets jaunes tous drapeaux

wpDiscuz