Accueil Land Rover JLR : Tata Motors nie toute cession de participation

JLR : Tata Motors nie toute cession de participation

1226
29
PARTAGER

L’indien Tata Motors a démenti vendredi des informations de presse laissant entendre qu’il étudiait différentes options quant à l’avenir de Jaguar Land Rover (JLR), société en difficulté dans laquelle il détient des participations.

Deux medias avaient préalablement indiqué que Tata Motors envisageaient différents scénarios au sujet du constructeur britannique. Parmi lesquels figureraient en bonne place la cession d’une participation minoritaire ou la recherche d’un partenaire en vue de développer conjointement des véhicules. Une stratégie qui permettrait de réduire les coûts en unifiant les forces financières.

L’agence de presse indienne BloombergQuint avait ainsi indiqué que face aux difficultés financières rencontrées par JLR, Tata Motors pourrait conserver un contrôle du constructeur britannique tout en recherchant de nouveaux fonds auprès des investisseurs.

La chaîne d’informations indienne ET Now se voulait quant à elle plus précise, affirmant que les négociations étaient à un stade précoce et que Tata Motors avait d’ores et déjà mené des discussions avec des conseillers.

Tata Motors impacté par les difficultés financières de JLR

« Les rumeurs selon lesquelles Tata Motors envisage de céder sa participation dans JLR sont incorrectes », a toutefois déclaré à Reuters un porte-parole du groupe indien à la suite de ces rumeurs de presse.

Ces dernières voient le jour alors que le 7 février dernier, Tata a abaissé son objectif de marge d’exploitation pour l’exercice fiscal en cours. Un ajustement rendu nécessaire alors que le constructeur vient d’enregistrer sa plus grosse perte trimestrielle, en raison d’une charge de dépréciation de 278,38 milliards de roupies (3,43 milliards d’euros) liée à JLR.

Une situation qui a largement fait chuter le titre de Tata Motors, et qui le contraint à revoir ses modes de financement …

Tata Motors a d’ores et déjà averti que JLR, qui génère l’essentiel de son chiffre d’affaires, afficherait une perte d’exploitation sur l’exercice clos en mars, et que contrairement aux estimations initiales, l’équilibre ne serait pas au rendez-vous. Arguments invoqués : la faiblesse des ventes engrangées par le constructeur britannique.

Dépréciation d’actifs pour JLR

Le 7 février dernier, Jaguar Land Rover a enregistré une perte trimestrielle de 3,4 milliards de livres (4,4 milliards de dollars) après avoir subi une importante dépréciation d’actifs. Dans un marché en plein bouleversement et face au ralentissement chinois, le constructeur a du se résoudre à baisser la valeur de ses activités.
JLR a déclaré n’avoir pas eu d’autre choix « compte tenu d’une demande en berne et de son impact sur les comptes ».
Le constructeur a par ailleurs fait état d’un « moment difficile pour l’industrie » automobile. Faisant ainsi référence à sa récente décision de supprimer 4500 emplois, soit plus de 10% de ses effectifs.

JLR peine à trouver des investisseurs

Mais cette déprécation d’actifs n’est pas le seul problème d’envergure auquel JLR est confronté. Il doit également faire face à une chute de ses ventes en Chine et l’incertitude autour du Brexit. Effet boule de neige : dans un tel contexte, les investisseurs sont loin de se ruer pour financer des projets du constructeur. JLR a même concédé que les conditions actuelles ne lui permettaient pas d’emprunter sur le marché obligataire et qu’il était actuellement à la recherche de financement alternatif.

Or, le constructeur doit rassembler un milliard de dollars d’ici 14 mois pour remplacer les obligations arrivant à échéance, tout en devant en parallèle alimenter un programme d’investissement pour les véhicules électriques qui va le contraindre à brûler du cash.

Pour faire face à ses besoins, JLR pourrait augmenter ses facilités de crédits ou se tourner vers d’autres financements bancaires, offrant d’autres options, notamment la location d’actifs ou le crédit à l’exportation. Un scénario présenté par le responsable financier Ben Birgbauer lors d’un entretien.

Sources : Reuters, JLR, Bloomberg, AFP

Poster un Commentaire

29 Commentaires sur "JLR : Tata Motors nie toute cession de participation"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
georges
Invité

Et hop rachat par PSA !!!!

zeboss
Invité

Ça va peut être faire un gros morceau !! non ? Ça a peut être du sens…

polo
Invité

PSA dispose de 9Mds € en caisse ça pourrait suffire, maintenant tant que le le Brexit n’est pas « réglé » ça risque d’être compliqué. Cela dit l’idée n’est pas si « bête » il n’y a pas vraiment de concurrence avec une des marques de PSA et avec Vauxhall le groupe est déjà implanté au R-U.

zeboss
Invité

le pb est de trouver des synergie… Récupérer les moteurs ? fournir des hybrides, (ça oui, on doit pouvoir greffer un Ingénium 2l dans la tech HY2 ou Hy4 et mettre tout ça sous le capot d’une Jag’…

Twin Spark
Invité

Si Tavares se met enfin à raisonner mondial et long terme, c’est une occasion à saisir : accès aux marchés US et Chine, premium… restera à rendre la belle rentable, mais ça Carlos a montré qu’il sait faire

zeboss
Invité

oui mais quand il est seul aux manettes : si ça foire en Chine c’est semble t’il faute à Dongfeng, en partie, pas très motivé pour pousser les feux…

Thibaut Emme
Admin

@Twin Spark : PSA se tourne justement vers le monde avec le rachat d’Opel.
PSA n’a pas le droit d’aller hors europe avec des OV conçues sous l’ère GM…c’est d’ailleurs pour cela (et pour les synergies) que la Corsa a été repoussée pour être sur la même PF que la 208.
Ce qui est prévu c’est Citroen en Inde, Opel en Russie, Peugeot en AmSud et AmNord, et la chine pour DS (et les autres marques en théorie mais là c déjà plus compliqué).

Invité

c’est fou, ça, Carlos (tavares) fait du Carlos (Ghosn), mais Carlos (Ghosn) est très mal peru, tandis que c

zeboss
Invité

on t’a reconnu shooby…
finir sa phrase dans le pseudo…
😉

Invité

bon, c’est fou, ça, Carlos (tavares) fait du Carlos (Ghosn), mais Carlos (Ghosn) est très mal perçu (encore plus depuis le lancement de la série japonaise à succès du moment), tandis que Carlos (Tavarès) est vu comme un sauveur philanthrope sans défauts dans la cuirasse !?!

GTO
Invité

J’ai eu la même réflexion en lisant l’article.

AQW
Invité

Qu’irait foutre PSA dans cette galère ?
Racheter Opel, c’est déployer sur plus de volume de la techno PSA et donc mieux amortir, meilleur coût, etc. Mais avec JLR, il n’y a de synergie qu’à la bordure ?
PSA va aller se prendre 95€/g/véhicule pour récupérer JLR ?
Je ne lis pas dans le marc de café, mais bon, on verra bien…

Paul o\'shon
Invité

Le problème c’est que Jaguar ne décolle pas… et ne décollera plus ?

zeboss
Invité

ne classons pas le jaguar dans la liste des animaux en danger de disparition, juste les protégés… 😉
un accompagnement de la gamme par la fourniture d’une plateforme hybride ou électrique pour des jag nouvelles générations…
Un I-pace 300 kg plus léger ça pourrait le faire, il faudrait juste que le train AR soit motorisé quand même parce qu’un « Ranguar » 4×2 ça ne le ferait pour le coup plus du tout…L’EMP2 peut supporter des roues AR motrices, en caisse surélevée, Dangel le fait pour l’EXPERT ou le nouveau Partner mais de là à pouvoir généraliser sur une gamme complète ??

wizz
Membre

Pour faire passer la transmission vers l’arrière, tu peux soit prévoir un tunnel de transmission de 20cm de haut, soit rallonger la suspension et relever le chasisis de 20cm. Le soucis de la 2eme solution, c’est le centre de gravité. Le véhicule perdra beaucoup dans la conduite dynamique, et risquera de se planter dans le fameux test de l’élan…
On ne fait pas (ne médiatise pas) ce genre d’épreuve pour un gros utilitaire (les journaleux vont être la risée sinon). En revanche, pour un véhicule particulier, en manque d’article putaclic, ça sera sensassssss

zeboss
Invité

@wizz : va voir km77.com, les vidéos sont faites avec tous les véhicules qui sortent, de la twingo au Proace…
Certains sont à deux doigts de finir sur le toit, et pas ceux qui viennent en premier à l’idée…

wizz
Membre

des exemples?
(pour qu’on puisse regarder la même chose que toi, et voir si on peut tous arriver à la même conclusion ou pas)

Ami204
Invité

Rachat de JLR :
il n’y a pas beaucoup de constructeurs occidentaux qui puissent être intéressés. Peut-être Mercedes, de nouveau BMW (pour LR) ou de nouveau Ford ? Ou Tesla ? Ou Dyson ?
Sinon, côté chinois, pas de soucis pour trouver des prétendants, je pense.

zeboss
Invité

Je ne vois pas trop Mercedes, l’Etoile n’est pas fan des achats de marques, en plus un concurrent direct à tous les niveaux ?
Bm serait plus enclin, refaire le coup de Rover ? Possible mais plus pour bazarder jag et garder land, là sans doute.
Tesla Dyson c’est un peu du délire, c’est demander à Apple de racheter Bell, et un Chinois, là tout est possible bien sur. Mais dans le cas de TATA c’est plus une association qu’un rachat dans un premier temps. Enfin Tata soutient quand même qu’il ne lâche rien, donc ?

SAM
Invité

@Ami204. Ford et BMW en
étaient déjà propriétaires.
Disons que les investissements démentiels
qu’a consenti Tata n’avait jamais été acceptés par
BMW pour Land et Ford aussi …

On ne peut pas en vouloir à Jag et Land d’essayer
mais c’est la marque « Brexit » qui est en train de les tuer!

wizz
Membre

ah bon

combien Tata a t il dépensé dans les investissements pour JLR?
et combien pour Ford ou BMW?

il y a une différence entre parler et affirmer…

Nadup
Invité

A quand la voiture air comprime Tata motor guy negre

AQW
Invité

Le problème de JLR (et donc Tata), ce n’est pas avant tout le CO2 ?!?
Ils n’ont pas de solution sur le sujet en dehors de la I-Pace qui est chez Magna.
Le diesel leur a sauté à la gueule, donc ils sont très mal.
Et les ventes chutent déjà…

wizz
Membre

il n’y a pas que la France ou l’Europe….
il y a d’autres marchés où la taxe sur le CO2 est moindre, mais où JLR ne brille pas non plus spécialement….

wpDiscuz