Accueil Citroën PSA : l’Inde, pays de reconquête pour Citroën, choix ou contrainte ?

PSA : l’Inde, pays de reconquête pour Citroën, choix ou contrainte ?

1225
28
PARTAGER

PSA embraye désormais sur la seconde étape de son plan stratégique Push to Pass. Un des objectifs de ce plan est d’accroître les ventes de ses marques sur des marchés bien précis. Objectif : une hausse de 50% hors Europe d’ici à 2021. Si au niveau de Peugeot, cela se traduit pas un retour aux Etats-Unis, pour Citroën, il s’agit de reconquérir l’Inde.

Le président du directoire de PSA, Carlos Tavares a ainsi indiqué mardi que le groupe menait actuellement des opérations en vue de construire son réseau pour le lancement de son offre en Inde. Tout en rappelant que le constructeur détenait déjà des usines de moteurs et de véhicules sur le territoire indien. PSA travaille pour ce faire en partenariat avec le groupe local CK Birla. Il affirme par ailleurs qu’une « famille de produits disruptifs » pour le marché indien devrait être présentée sous peu.

Nouveaux territoires

« Le groupe a l’ambition d’augmenter ses ventes de 50 % hors d’Europe d’ici à 2021 et de positionner ses marques sur de nouveaux territoires », indique ainsi PSA dans un communiqué.
Si Peugeot a été choisi pour « attaquer » l’Amérique du Nord, Citroën portera les couleurs du groupe en Inde, tandis qu’Opel tentera de se faire une place au soleil sur le marché russe (nous allons y revenir). Le groupe ajoute que la présence internationale de DS sera « renforcée ».

Citroën de retour en Inde en 2021

Carlos Tavares a précisé que Citroën devrait revenir en Inde  en 2021, après les débuts de production du groupe motopropulseur pour le marché indien. La marque foulant à nouveau un territoire qu’elle avait quitté dans les années 30 après une dizaine d’années de présence. C’est dire si tout demeure à faire … ou presque.

L’opération se fera en collaboration avec son partenaire local, le groupe C-K Birla, avec lequel elle a signé en 2017 deux accords de coentreprise dans le cadre du plan Push-to-Pass.

Plus de détails prochainement … sur un Citroen C5 Aircross ?

Le groupe fabriquera des véhicules et des groupes motopropulseurs en Inde sur le site de la société indienne à Tamil Nadu. Objectif affiché : devenir « Indien en Inde ». Plus de détails sur le type de véhicule et de moteur qui y seront produits seront fournis ultérieurement.

Une gamme spécifique destinée au marché indien va être présentée par Linda Jackson, responsable de la marque Citroën, dans les semaines qui viennent.

En novembre 2018, la presse indienne indiquait que le groupe PSA lancerait dans un premier temps un SUV premium 5 places. Ajoutant que le nouveau modèle serait probablement le Citroen C5 Aircross, vu comme un rival de la Jeep Compass. Le véhicule devrait être assemblé en Inde via un kit CKD.

Linda Jackson a déclaré à cette occasion que Citroën était très fier de se relancer en Inde, « l’un des marchés les plus dynamiques du monde », selon elle. Ajoutant qu’aux vues du succès de la marque en Europe – avec 5 années de croissance consécutives – elle était convaincue que l’offre de Citroën – consistant à proposer des voitures d’un style unique, écologiques et confortables au cœur du marché –  disposait de tout le potentiel pour satisfaire les clients indiens.  »

Etape importante du partenariat PSA / CK Birla

Partageant son point de vue sur l’arrivée de la marque Citroën en Inde, C.K. Birla, président du groupe de sociétés éponyme, a déclaré que l’annonce de Citroën concernant sa co-entreprise en Inde, survenant peu après l’inauguration de la nouvelle usine moteur de Hosur à la fin 2018, constituait une étape importante pour le partenariat à long terme entre PSA & CK Birla. Selon lui, « il s’agit d’une marque passionnante pour les consommateurs indiens à la recherche de produits écologiques internationaux conçus pour l’Inde et fabriqués en Inde avec un style et un confort uniques.  »

L’avis de Leblogauto.com

Les investisseurs ne s’y sont pas trompés : malgré les très bons résultats affichés par le groupe – nous y reviendrons dans un article dédié – l’action du groupe PSA a chuté mardi à la Bourse de Paris.

Car les marchés l’ont bien compris : le constructeur va devoir mettre les bouchées doubles en 2019 pour maintenir son niveau de vente actuel alors que le marché chinois montre des signes d’essoufflement, que le gel des activités en Iran impacte négativement les perspectives commerciales, tandis que les tensions commerciales entre UE et Etats-Unis sur fonds de menaces de taxes additionnelles n’arrangent rien à l’affaire. Sans parler des éventuelles conséquences d’un hard Brexit.

Si le groupe se fixe pour objectif « d’augmenter ses ventes de 50 % hors d’Europe d’ici à 2021 et de positionner ses marques sur de nouveaux territoires » …. il pourrait bien plus s’agir d’une obligation …. que d’une ambition ….  comme l’affirme le communiqué … PSA n’a pas le choix :  pour voir ses ventes croître voire se maintenir, il va devoir trouver de nouveaux marchés.

Sources : PSA, NDTV, Indiacarnews, Les Echos, Le Monde, Capital

Poster un Commentaire

28 Commentaires sur "PSA : l’Inde, pays de reconquête pour Citroën, choix ou contrainte ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
nouh
Invité
Merci à BlogAuto d’enfoncer des portes ouvertes en se cachant derrière les investisseurs!!! Les investisseurs qui préfèrent toujours investir au moment ou l’action est à la baisse et pas à la hausse…. Si, si…surtout pour des bons produits. Les Indes sont un marchés important pour PSA et il met le paquet en se servant des erreurs de la Chine. Sa démarche est logique, basée sur des produits complètement dédiés, étudiés et réalisés en Inde en utilisant une base moderne, la plateforme CMP adaptée aux contraintes locales négatives et positives. PS: lorsque PSA a racheté Opel, beaucoup pariaient sur une gamelle… Lire la suite >>
Stabak
Invité

Au final le rachat d’Ambassador à servi à quoi?

Une Citroën Ambassador est elle a venir?

Thomas
Invité

Je pense que d’un côté il y aura des Citroën et de l’uatre une/des Ambassador 😉

Hotil
Invité

On a vu que Renault a du mal à maintenir les ventes de la kwid, donc attaquer le marché par le haut ne semble pas du tout inopportun
De toute façon ce n’est pas en restant en Europe sans rien faire que la marque réussira

wizz
Membre
Il y a 2 soucis concernant la Kwid -d’abord, en Inde, ce ne sont pas les (vraies) immatriculations qui sont comptées. Ce sont les « ventes primaires » que font les constructeurs vers leur concessionnaires. Les constructeurs poussent, et les concessionnaires se retrouvent avec un stock de plus en plus gros si jamais ils n’arrivaient pas à les revendre. On l’avait vu lors du changement de régime fiscale en Inde. Avant cette date, Renault écoulait autour de 10.000 unités par mois. L’augmentation des taxe (en avril je crois) avait fait baissé les ventes sur le mois concerné….faisant baisser les ventes à pratiquement… Lire la suite >>
AXSPORT
Invité

Mdr les Citroen by Jackson……….

Kaizer Sauzée
Invité

C’est sûr que l’AX en plastique était beaucoup mieux…
À l’époque ils mettaient des primes aux vendeurs qui en vendaient aux jeunes car y’avait que des vieux qui en voulaient.
Même les gendarmes ont menacé de faire grève quand l’état a voulu leur acheter.

versdemain
Invité
Carlos Ghosn est un excellent cost killer. Il a su à merveille redresser PSA puis restructurer Opel en chassant les couts et fusionnant les usines. Le destin de PSA pour moi serait de Racheter une nouvelle marque à restructurer, c’est là ou il est le meilleur au choix: – LandRover/Jaguar complémentaire de PSA sur le haut de gamme, avec l’électrique cela peut le faire, – GM ou Ford ou Fiat en Amérique du sud (Brésil – Argentine) pour fusionner avec le psa existant là-bas, – ou Fiat Italie; PSA n’a t il pas besoin d’un partenaire pour sa plateforme chassie… Lire la suite >>
wizz
Membre

Ghosn et restructuration de PSA….
ce n’est pas ça….

http://lignesauto.fr/?p=5201
la plateforme CMP est disponible avec 3 longueurs d’empattement, 2 largeurs différentes, et puis aussi on peut « gratter » un peu sur le porte à faux arrière. La grande plateforme EMP2 va de la 308 jusqu’aux utilitaires Expert, environ 5.30m si je me souviens bien. On peut alors penser à la modularité de la petite plateforme CMP pour la création des modèles plus petites que les 208, présentée à 4.05m et à comparer avec l’actuelle 108 à 3.50m

hotil
Invité
je suis parfaitement d’accord sur JLR: cela peut être l’équivalent d’Audi pour Peugeot qui serait VW jusqu’à présent JLR était ultra rentable, mais ce n’est plus trop le cas en ce moment, le partage de pièces risque d’être un peu limité vu la différence de gamme des modèles de plus cela permettrait éventuellement un partenariat en Inde avec Tata Pour FCA, ça serait intéressant pour l’Amérique du nord où Peugeot peut prendre la place de chrysler-dodge. Fiat pourrait faire office d’entrée de gamme, Maserati de hdg, mais reste le problème alfa: la marque est trop proche des ambitions de montée… Lire la suite >>
versdemain
Invité

Oups, j’ai confondu Carlos avec Carlos…

Sinon @Hotil: pour moi FCA c’est l’assemblage de la carpe et du lapin. Je vois plus le groupe un jour être démantelé et revendu aux enchère.
FCA(FiatChryslerAutomotive) pour Fiat qui n’a qu’un modèle et Chrysler qui survit à peine, c’est RAM+Jeep qui tienne le groupe, il sont même pas dans le logo, et Maserati vu les volumes, autant le revendre à geely il adoreront ça.
D’ailleurs, FCA place son argent aux US et sur Jeep https://www.capital.fr/entreprises-marches/fca-va-investir-4-5-milliards-de-dollars-aux-usa-pour-developper-sa-gamme-de-suv-1329309

wpDiscuz